Jean Caby

Jean Caby est une entreprise et une marque française de charcuterie, appartenant à Foxlease Food, représentée par l’entrepreneur Eric Steiner[1].

L'entreprise compte un site de production basé à Saint-André-lez-Lille[2].

Histoire

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1919, Jean Caby ouvre sa charcuterie rue Colbert à Lille. En 1929, une usine est construite à Saint-André-lez-Lille. En 1932, l'entreprise lance le saucisson l'Ales Saint Antoine, un produit de 400g fait de porc et de bœuf. En 1934, Jean Caby commercialise la marque Hogporc qui propose des jambons, saucissons, salaisons et conserves. En 1951, Jean Caby est la 1re société européenne à mettre sur le commerce des produits sous-vide.

En 1986, la société lance la saucisse cocktail, distribuée dans les grandes surfaces. En 1989, la marque diffuse sa première publicité, avec l'apparition du slogan « Jean Caby, bon appétit ! ».

En 1998, Jean Caby lance le mini saucisson « Croc'sec » réservé pour l'apéritif.

En 2004, Smithfield Foods se porte acquéreur de Jean Caby[3], qui rejoint la Société Bretonne de Salaisons (SBS), la société Jean d’Erguet et la Charcuterie Imperator, toutes trois détenues par Smithfield depuis 1998[4]. Le groupe renomme alors sa filiale française Groupe Jean Caby.

En 2006, Smithfield Foods rachète la société Aoste, détenue par Sara Lee depuis 1996, et possédant en France les marques Aoste, Justin Bridou et Cochonou[5]. Jean Caby rejoint l'ensemble, renommé à cette occasion groupe Aoste.

En 2008, Jean Caby rejoint le groupe Campofrío Food Group, né en 2008 de la fusion entre Campofrío Alimentación S.A. et de la division européenne de Smithfield[6],[7],[8].

En 2011, la société Jean Caby affiche une perte nette de 28 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 233 millions d'euros[2]. En 2012, 51 % des parts de Jean Caby sont cédées à Eric Steiner pour 1 euro symbolique[9], un investisseur franco-américain, Campofrio en conservant 49%[2]. Le nouveau PDG projette alors de délocaliser les centres de production dans une nouvelle usine à Comines, sans suite[9].

En juin 2014, Eric Steiner obtient l'autorisation de vendre ses parts à Turenne Lafayette, groupe propriétaire des marques Madrange, William Saurin et Paul Prédault malgré un plan de licenciement de 120 à 140 employés, pour ne garder que l'activité de saucisses cocktail produites sur le site de Saint-André-les-Lille[10], une décision validée en décembre 2014[11].

Notes et références

  1. Un nouveau départ pour Jean Caby, Agra Alimentation
  2. a, b et c Denis Cosnard, Jean Caby cédé à un héritier franco-américain, Les Echos, 14 mars 2012
  3. Lettre du ministre d’Etat, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, en date du 15 juillet 2004, aux conseils de la société Smithfield France SAS, relative à une concentration dans le secteur de la charcuterie industrielle
  4. Histoire du groupe Aoste
  5. « Smithfield achète la charcuterie de Sara Lee pour 614 millions de dollars »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur Les Echos
  6. (es) « Creación del Líder Pan-Europeo de la Industria Cárnica »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur www.onetoone.es,
  7. (es) « Campofrío y Smithfield Food cierran su fusión », El País, 28 juin 2008
  8. (en) « Groupe Smithfield and Campofrio Agree to Merge », investors.smithfieldfoods.com, 30 juin 2008
  9. a et b Bruno Trigalet, « Jean-Caby à Saint-André: quand les usines bretonnes seront-elles vendues? », sur La voix du nord,
  10. Stanislas du Guerny, « Le charcutier Jean Caby bientôt dans le giron de Turenne Lafayette », sur Les Echos,
  11. Julie Delvallée, « Jean Caby rejoint Madrange et William Saurin, au sein de La Financière Turenne Lafayette », sur LSA conso,

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

  • Jean-Marc Petit, « Jean Caby : la petite saucisse qui a révolutionné nos cocktails », La Saga des marques, t. 1,‎ , p. 11-13.

Liens externes

  • Site officiel