Jean Babin-Chevaye

Jean Babin-Chevaye (à l'état civil Jean-Marie-Camille-Emmanuel Babin-Chevaye), né le à Nantes et mort le à Sainte-Anne-sur-Vilaine, est un industriel et un homme politique français.

Biographie

Famille

La famille Babin a eu des représentants dans l'administration municipale nantaise au XVIIe siècle. Son grand-père paternel, François-Benjamin Babin (1779-1848), est un propriétaire, membre du conseil municipal de Nantes dans les années 1820-1830 ; il épouse Camille-René Chevaye (1793-1831). Son grand-père maternel est négociant à Toulouse. Le père de Jean, Louis Babin-Chevaye (1824-1887) est directeur des Ateliers et Chantiers de la Loire, président de la Chambre de commerce de Nantes, député entre 1871 et 1876 ; sa mère est Marie-Catherine-Céline Roques (1835-1905). En 1869, Louis Babin obtient l'autorisation de transformer son nom en Babin-Chevaye, patronyme qu'il transmet à ses enfants[1].

En 1888, il épouse Henriette Bureau (1864-1955), fille de l'industriel Léon Bureau et de Marie Lallié (1841-1915), sœur d'Alfred Lallié député de 1871 à 1876. Ils ont cinq enfants : Marcelle (1889-1969), Agnès (1891-1974), Jean-Baptiste (1893-mort pour la France le à Paissy), Anne (1896-1982) et Yves (1899-1987)[1].

Formation

Jean Babin-Chevaye, est élève au lycée de Nantes[2], puis, une fois bachelier, il prépare les concours de l'École polytechnique et de l'École centrale dans l'institut Émile-Martin à Paris. Admis à l'École centrale en 1883, il obtient le diplôme d'« ingénieur des Arts et Manufactures » (spécialité : ingénieur mécanicien) en 1886[1],[3],[4]. Durant ses études parisiennes, il a sur place pour correspondant son grand-oncle Édouard Bureau. Ce dernier est le gendre d'Adolphe Decroix, qui est alors conseiller général du canton de Ligné, et qui devient sénateur de la Loire-Inférieure en avril 1886[1].

Carrière

En 1887, il devient ingénieur aux Ateliers et chantiers de la Loire fondés par son père en 1881. Puis il crée à Nantes, avec ses frères, la société Babin-Chevaye frères, qui devient, en 1908-1909, la Nantaise de Fonderie, dont il est président et administrateur[1]. Cette entreprise est devenue en 1968 les Fonderies de l'Atlantique[3],[4].

Il est fondateur et président du conseil d'administration du Crédit nantais, directeur de la Société générale d'armement et de la Compagnie havraise péninsulaire de navigation à vapeur. Il est aussi administrateur des Chantiers Dubigeon, des Ateliers et Chantiers de la Loire, de la Compagnie nationale du Cameroun et de plusieurs autres sociétés[1].

Il fut, comme son père, président du tribunal de commerce de Nantes[5]. Il fonda plusieurs œuvres sociales, dont l'école industrielle pour les apprentis de la construction navale et de la métallurgie et la Société de secours mutuels du Chapeau-Rouge[1].

Parcours politique

En 1920, alors âgé de 67 ans, il se présente sous l'étiquette de l'« Union nationale » à l'élection sénatoriale. Le 11 janvier 1920, il est élu par les grands électeurs de la Loire-Inférieure, par 664 voix sur 966, et réélu consécutivement le 6 janvier 1924 par 610 voix sur 976. En 1932, le nouveau scrutin lui permet de conserver son siège. À son décès, il est encore en cours de mandat[1].

Il est élu secrétaire du Sénat le , et conserve ce poste jusqu'à sa mort[1],[6].

Décès

Il meurt le 11 septembre 1936 à Sainte-Anne-sur-Vilaine. Le , ses funérailles se déroulent dans la basilique Saint-Nicolas, et il est enterré dans le cimetière Miséricorde, à Nantes[1],[7].

Références

Voir aussi

Bibliographie

  • « Jean Babin-Chevaye », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Jean Guiffan, Joël Barreau et Jean-Louis Liters (dir.), Un grand lycée de province : le lycée Clemenceau de Nantes dans l’histoire et la littérature depuis le Premier Empire, Thonon-les-Bains, éditions de l'Albaron, , 412 p. (ISBN 2-908528-38-X).
  • Bernard Le Nail, Dictionnaire biographique de Nantes et de Loire-Atlantique, Pornic, Le Temps éditeur, , 414 p. (ISBN 978-2-363-12000-7).
  • François Naud (préf. Jean-Pierre Machelon, titre de couverture : Les parlementaires de Loire-Inférieure sous la Troisième République), Le personnel parlementaire élu par le département de Loire-Inférieure sous la Troisième République : 1871-1940, Mayenne, Éditions régionales de l'Ouest, , 311 p. (ISBN 978-2-85554-136-5).

Articles connexes

Liens externes

icône image Image externe
Photo de Jean Babin-Chevaye extraite d'un article du Phare daté de 1936, sur le site des archives municipales de Nantes.