Jean-Thierry Verhelst

Jean-Thierry Verhelst
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Thierry Verhelst (né à Gand en 1942) fut juriste, prêtre dans une église orthodoxe, enseignant, militant social, écrivain, co-fondateur et co-animateur du « Réseau Sud-Nord - Cultures et Développement[1] », réseau planétaire consacré à la démocratisation des relations internationales, au dialogue des civilisations, et à la réflexion autour d'un paradigme de développement non capitaliste et respectueux des cultures de l'humanité, et enraciné dans leurs spiritualités et leurs imaginaires propres. Il est mort le , des suites d'une maladie[2].

Biographie

Jean-Thierry Verhelst est né à Gand, en Belgique, en 1942. Il fut scolarisé au Collège jésuite Sainte Barbe à Gand. Il entame des études juridiques et prend comme spécialité le droit coutumier africain. C'est en 1966 qu'il décroche son doctorat en droit de l'université de Gand. Deux ans après, en 1968, il est aux États-Unis à à la Colombia University de New York (pour étudier le droit comparé - Comparative Law)[3]. Il enseignera également à l'university of California, à Los Angeles, le droit européen, en tant que visiting lecturer. Dans les années qui suivent, de 1969 à 1976, il voyage en Asie[4] (Bali, Bénarès), travaille en Éthiopie, avec son épouse Roseline, et en Algérie. Il enseigne également à l'Université libre de Bruxelles (ULB), l'anthropologie culturelle des systèmes politiques africains et du droit coutumier africain[3]. Il s'engagera dans la cause des peuples, et cela dans le contexte de la décolonisation des pays du Sud[5]. Il interviendra en Inde, en Éthiopie, au Brésil, en Algérie, etc., dans le cadre des activités de plusieurs ONG (comme le CIDSE ou Entraide et Fraternité[6]).

Réseau Sud-Nord - Cultures et Développement

En 1985, Jean-Thierry Verhelst a fondé, avec Edith Sizoo, le « Réseau Sud-Nord - Cultures et Développement » (il en fut le coordinateur international), dont l'objectif théorique était : « la notion de développement est trop dépendante de conceptions matérialistes, productivistes, individualistes et de recettes technocratiques à l'occidentale. Il faut une nouvelle approche qui s'inspire de l'interaction entre les influences extérieures et les cultures locales. » Le réseau éditait la revue Cultures et Développement - Quid Pro Quo Cultures[7]». De nombreux intellectuels originaires de tous les continents participèrent aux travaux de ce réseau, comme l'écologiste Serge Latouche[8] et l'écothéologien Michel-Maxime Egger[9]. Quatre grands thèmes furent explorés par le réseau tout au long de son existence, jusqu'à la disparition de Jean-Thierry Verhelst :

  1. Spiritualité et quête de sens[10]
  2. Féminité et transformation social[10]
  3. Cultures et développement humain[11]
  4. Prévention et gestion des conflits[12]

Engagement religieux

Jean-Thierry Verhelst a été ordonné prêtre au sein de l'Église copte orthodoxe[13]. Il fut plusieurs années prêtre de la paroisse Saint Athanase & Saint Amand, de l'Église orthodoxe des Gaules à Lillois (Belgique). Il était proche du Centre de Béthanie, une communauté orthodoxe en Moselle, où sa fille Barbara est religieuse[14]. Par ailleurs, il était proche du courant de la Théologie de la libération, né en Amérique du Sud et du centre dans les années 1960, dans un dialogue entre spiritualité et analyse critique du capitalisme. José Maria Pires, né le 15 mars 1919 à Córregos (Minas Gerais) et mort le 27 août 2017 à Belo Horizonte (Brésil), écrivain et archevêque catholique brésilien, archevêque de la Paraíba de 1965 à 1995 et premier évêque noir de l'histoire de l'Église catholique au Brésil, avait d'ailleurs préfacé le premier livre de Jean-Thierry Verhelst, Des racines pour vivre. Sud-Nord: Identités culturelles et développement (1987). Il sympathisait également avec le démarches de deux autres théologiens, l'Allemande Dorothée Sölle[15] et l'indo-espagnol Raimon Panikkar, qui travaillait d'ailleurs avec le « Réseau Sud-Nord - Cultures et Développement »[16].

Ouvrages

  • Réflexions en marge des projets de reforme agraire en Éthiopie, Académie royale des sciences d'outre-mer, Bruxelles, 1974, 53 pages.
  • Des racines pour vivre. Sud-Nord, identités culturelles et développement[17],[18], Duculot, Gembloux-Paris, 1987, 210 pages.
  • La prise en compte des facteurs culturels dans les programmes de développement, Document de travail rédigé pour l'UNESCO, Henri Panhuys, Edith Sizoo, Thierry Verhelst, Réseau Sud- Nord Cultures et Développement, Bruxelles, 1993.
  • Cultures entre elles : dynamique ou dynamite ? Vivre en paix dans un monde de diversité[19], sous la direction de Edith Sizoo et Thierry Verhelst, Editions Charles Léopold Mayer, Paris, 2002. 344 pages.
  • Ailes et racines. Partage international sur la spiritualité de l'engagement social[20], sous la direction de Thierry Verhelst et Patrice Sauvage, Siloë, 2001, 262 pages.
  • Des Racines pour l'Avenir. Cultures et spiritualités dans un monde en feu[21], L'Harmattan, Paris, 2008
  • Quand je suis faible je suis fort. Debout dans l'épreuve[22], avec Anne Ducrocq, Bayard, Montrouge, 2014

Notes et références

  1. Thierry Verhelst, , sur À notre ami Thierry Verhelst (consulté le 30 mars 2019)
  2. Laurence Dardenne, « Du mouvement à la liberté intérieure », La Libre Belgique, quotidien,‎ , p. 54 (lire en ligne)
  3. a et b Thierry Verhelst, , sur À notre ami Thierry Verhelst (consulté le 30 mars 2019)
  4. Edith Sizoo et Réseau sud-nord cultures et développement, Cultures entre elles : dynamique ou dynamite? : vivre en paix dans un monde de diversité, ECLM, , 344 p. (ISBN 978-2-84377-061-6, lire en ligne)
  5. « Portrait. Thierry Verhelst », sur Echos Communication, (consulté le 30 mars 2019)
  6. Entraide et Fraternité, « Décès de Thierry Verhelst », sur Entraide et Fraternité, (consulté le 30 mars 2019)
  7. « Présentation du Réseau Sud Nord Cultures et Développement », sur base.d-p-h.info (consulté le 30 mars 2019)
  8. « Biografia di Serge Latouche » (consulté le 30 mars 2019)
  9. Responsable du site Trilogies, voir [1]
  10. a et b « South North Network Cultures & Development », sur www.networkcultures.net (consulté le 30 mars 2019)
  11. « South North Network Cultures & Development », sur www.networkcultures.net (consulté le 30 mars 2019)
  12. « South North Network Cultures & Development », sur www.networkcultures.net (consulté le 30 mars 2019)
  13. Marc-Elie, « Eglise Orthodoxe des Gaules », sur www.eglise-orthodoxe.eu (consulté le 30 mars 2019)
  14. Jacques Briard, « Avec Thierry Verhelst. Traverser l'épreuve », L'appel,‎ , p. 34 (lire en ligne)
  15. Lucette Bottinelli, « Dorothée Sölle : une mystique de la libération en Europe | NSAE » (consulté le 30 mars 2019)
  16. « Réflexions sur la religion et l'europe », sur www.globenet.org (consulté le 30 mars 2019)
  17. Elisabeth Chikha, « Thierry Verhelst, Des racines pour vivre sud-nord : identités culturelles et développement », Hommes & Migrations, vol. 1120, no 1,‎ , p. 51–51 (lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  18. Charles Condamines, « Des racines pour vivre. Sud-Nord : identités culturelles et développement », Le Monde Diplimatique,‎ , p. 31 (lire en ligne)
  19. « Cultures entre elles : dynamique ou dynamite ? Vivre en paix dans un monde de diversité, sous la direction d'Édith Sizoo et de Thierry Verhelst. - Irénées », sur www.irenees.net (consulté le 30 mars 2019)
  20. « Livres », sur https://www.revue-quartmonde.org/, Revue Quart Monde, (consulté le 30 mars 2019)
  21. Michel Bavarel, « Thierry Verhelst: «Des racines pour l'avenir» », Cotmec_ Commission Tiers Monde de l'Église Catholique (Genève),‎ , p. 5 (www.cotmec.ch/app/webroot/doc/list/c-info299.pdf)
  22. Martine de Sauto, « Lorsque la souffrance ouvre à la transcendance », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)

Liens externes