Jean-René Lisnard

Jean-René Lisnard
Image illustrative de l’article Jean-René Lisnard
Jean-René Lisnard lors de l'US Open en 2011.
Carrière professionnelle
1997 – 2012
Nationalité Drapeau de la France France
Drapeau de Monaco Monaco (depuis 2006)
Naissance (38 ans)
Drapeau : France Cannes
Taille 1,72 m (5 8)
Prise de raquette Droitier, revers à une main
Entraîneur Guillaume Couillard
Gains en tournois 1 142 109 $
Palmarès
En simple
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 84e (27/01/2003)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 171e (10/09/2007)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/16 1/32 1/32 1/32
Double - 1/16 - -

Jean-René Lisnard, né le à Cannes, est un joueur de tennis monégasque, d'origine française, professionnel entre 1997 et 2012. Il a d'abord joué sous les couleurs françaises avant de représenter Monaco à partir de 2006.

Il est le joueur de tennis monégasque qui est allé le plus loin dans un tournoi du Grand Chelem en atteignant le deuxième tour à l'US Open en 2011.

Biographie

Fils d'un masseur-kinésithérapeute et d'une professeur de cuisine, Jean-René Lisnard commence le tennis à l'âge de six ans[1]. Il a été entraîné par Pier Gauthier entre 2002 et 2005, puis par Emmanuel Heussner et Guillaume Couillard au sein du Monte-Carlo Country Club.

Licencié au Racing Club de France depuis 2000, il participe à la finale des Championnats de France par équipe en 2002 avec Cédric Pioline et Arnaud Di Pasquale mais échoue face à l'AS Patton Rennes 35 (5-1). Il rejoint ce club pour la saison 2003 et jusqu'en 2005 où il retrouve notamment Michaël Llodra et Sébastien Grosjean. Il remporte les championnats interclubs 2004 face au Paris Jean-Bouin (4-1) et est finaliste de l'édition 2005, ainsi que demi-finaliste en 2006. Il rejoint en cette année-là les rangs du prestigieux Lagardère Paris Racing où il finit deux années consécutives à la troisième place de la Première Division. Il finit également troisième avec le T.C. Bressuire en 2009. En 2013, il est licencié au Nice LTC.

Carrière

Junior

Jean-René Lisnard remporte en 1993 l'Orange Bowl des moins de 14 ans face à Daniel Elsner. La même année, il est finaliste des championnats de France minimes et cadets. Champion de France junior en 1997, il remporte également la Coupe Galea (Coupe d'Europe des moins de 18 ans) face à la République tchèque à Royan. Dans les tournois du Grand Chelem junior, il atteint le troisième tour de l'Open d'Australie, les quarts de finale à Roland-Garros et les demi-finales à Wimbledon. Il est également finaliste en double à l'US Open avec Michaël Llodra, battus par Fernando González et Nicolás Massú.

Il a remporté trois titres sur le circuit ITF: Davos en simple en 1996, Santa Croce et Québec en double en 1997. Son meilleur classement est une 16e place en simple et une 10e en double.

Carrière française

Espoir du tennis français, Jean-René Lisnard passe professionnel fin 1997 et reçoit dès 1999 une invitation pour le tableau principal à Roland-Garros. Il échoue en simple face à Sargis Sargsian en quatre sets (6-7, 6-4, 6-2, 6-2) mais atteint le second tour en double avec Michaël Llodra. Sur le circuit Challenger, il est finaliste à Prague et demi-finaliste à Newcastle et à São Paulo, ce qui marque son entrée dans le top 200 au mois de juillet. Il commence l'année 2000 par un huitième de finale au tournoi ATP d'Adélaïde puis remporte son premier tournoi Challenger à Montauban contre l'espagnol Oscar Serrano[2]. En 2001, issu des qualifications à l'Open d'Australie, il est battu au premier tour par Dominik Hrbatý en cinq sets. En mai, il s'incline contre Cédric Pioline au deuxième tour du tournoi de Marseille. À Roland-Garros, il franchi pour la première fois le premier tour en éliminant le biélorusse Vladimir Voltchkov au terme d'un match très accroché (6-77, 7-5, 6-7, 7-5, 6-2) avant de s'incliner contre Tommy Robredo (6-3, 6-3, 6-0).

En 2002, il atteint trois nouvelles finales dans des tournois Challenger, battu à Cherbourg par Lionel Roux, puis à Naples par David Ferrer et enfin à Edinburgh par Alexandre Simoni. À Casablanca, il se qualifie pour la première fois pour les quarts de finale d'un tournoi ATP où il est battu par son compatriote Julien Boutter. Issu des qualifications à Kitzbühel, il atteint les huitièmes de finale grâce à des victoires sur Lars Burgsmuller et Marcelo Ríos. Il cède ensuite face à Àlex Corretja. Il remporte son premier match à l'US Open en profitant de l'abandon de Rainer Schüttler, blessé à la cuisse[3]. Il signe sa meilleure saison en 2003 puisqu'il débute par une demi-finale à Chennai (son meilleur résultat dans un tournoi ATP), ce qui lui permet d'atteindre la 84e place au classement. Il enchaîne sur un second tour à l'Open d'Australie et au Masters de Miami. À l'US Open, il sauve une balle de match contre Magnus Norman au premier tour puis s'impose en 5 sets (6-2, 6-2, 6-7, 0-6, 7-6)[4],[5] À peine remis de son match marathon, il s'incline nettement face à Roger Federer (6-1, 6-2, 6-0). Il termine sa saison avec un bilan de 16 victoires pour 20 défaites dans des tournois du circuit ATP.

Quart de finaliste à Chennai en 2004, il parvient ensuite à sortir des qualifications du Masters de Monte-Carlo après avoir remporté un match difficile contre Wayne Arthurs (6-74, 7-65, 7-69), puis bat Tomáš Berdych au premier tour avant de s'incliner contre Rainer Schüttler. En août, il remporte le Challenger de Saint-Pétersbourg contre Stanislas Wawrinka et atteint deux autres finales à Oberstaufen et Séoul. Lors de l'Open d'Australie 2005, issu des qualifications, il atteint le 3e tour après deux remontées de deux sets à zéro contre Oliver Marach (5-7, 5-7, 6-1, 6-4, 7-5) et Sébastien Grosjean, 14e mondial (1-6, 4-6, 6-3, 6-4, 6-3)[6],[7]. Dernier français en lice dans le tournoi, il s'incline finalement contre Philipp Kohlschreiber (7-5, 6-3, 6-2). Au tournoi de Vienne, il atteint les quarts de finale en éliminant les deux locaux Stefan Koubek et Jürgen Melzer, puis termine sa saison sur un deuxième tour à Paris-Bercy.

Carrière monégasque

Bien que résident monégasque depuis moins de 10 ans, Jean-René Lisnard acquiert la nationalité grâce à une aide de la Fédération monégasque de tennis qui lui garantit une place dans l'équipe de Coupe Davis, chose dont il rêvait depuis longtemps. Il déplore également le manque de soutien apporté par la Fédération française de tennis[8]. En janvier 2006 après le tournoi de Sydney[9] il joue son premier match sous les couleurs de Monaco[10] à l'Open d'Australie contre Juan Mónaco. Avec seulement 14 victoires pour 35 défaites dont 10 consécutives entre mai et août, il perd près de 200 places en une saison. Ses meilleurs résultats sont deux quarts de finale en tournoi Challenger et une victoire sur Andy Murray, 45e mondial, à Monte-Carlo.

En 2007, évoluant autour de la 350e place et contraint de retourner sur le circuit Futures, il gagne deux tournois en Bulgarie et atteint une finale à Blois. Il remporte également ses deux premiers Challenger en double à Bergame et Rijeka au côté de Jérôme Haehnel et dispute en simple les demi-finales du tournoi de Montauban. Une blessure contractée durant une rencontre de Coupe Davis contre la Lettonie l'empêche de jouer pendant trois mois. Il commence l'année 2008 par une demi-finale à Nouméa et deux titres ITF en Croatie. Grâce à deux victoires difficiles contre Joseph Sirianni (6-3, 1-6, 10-8) et Evgeny Korolev (5-7, 6-4, 8-6), il fait son retour à Roland-Garros dans un tableau principal d'un tournoi du Grand Chelem depuis l'Open d'Australie 2006. Il s'incline au premier tour contre Marat Safin en quatre sets.

Demi-finaliste à Monza et finaliste à Reggio Emilia en 2009, il se distingue lors du tournoi de Monte-Carlo où il élimine Christophe Rochus avant de s'incliner face à Albert Montañés. À Roland-Garros où franchi une nouvelle fois les qualifications avant de s'incliner contre Dudi Sela. Cependant, une méningite contractée durant un déplacement en Finlande dans le cadre de la Coupe Davis l'écarte des cours pendant deux mois. En 2010, il subit une opération à la hanche, ce qui l'oblige à s'absenter pendant un an. Non classé à l'ATP, il fait son retour en octobre pour jouer le Future de Rodez[11]. Bénéficiant d'un classement protégé pour la saison 2011, il réalise la meilleure performance monégasque dans un tournoi du Grand Chelem à l'US Open en atteignant le deuxième tour à la suite de sa victoire sur Olivier Rochus. Toujours ennuyé par des problèmes à la hanche, il met un terme à sa carrière après sa défaite au premier tour du Masters de Monte-Carlo 2012 face à Viktor Troicki.

Jean-René Lisnard débute sa carrière en Coupe Davis sous les couleurs monégasques en 2007 avec Benjamin Balleret et Guillaume Couillard contre l'Algérie. Il compte 12 victoires pour 8 défaites en simple et 4 victoires pour 3 défaites en double. Pendant six ans, il a participé à 13 rencontres et a permis à l'équipe d'atteindre à deux reprises les demi-finales du groupe II de la zone euro-africaine. Il est également médaillé d'or en simple et en double aux Jeux des petits États d'Europe en 2007 et 2009.

Reconverti comme entraîneur, il a travaillé début 2013 avec Caroline Wozniacki, puis il devient quelques mois coach de Gilles Müller. Il a depuis fondé son école de tennis, l'Elite Tennis Center à Cannes[12] et entraîne de nombreux joueurs dont Daniil Medvedev et Katarina Zavatska.

Palmarès

Parcours dans les tournois du Grand Chelem

En simple

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
1999 1er tour (1/64) Drapeau : Arménie S. Sargsian
2000 1er tour (1/64) Drapeau : Maroc Y. El Aynaoui
2001 1er tour (1/64) Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne T. Robredo
2002 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne J. C. Ferrero 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine G. Coria
2003 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne J. C. Ferrero 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne R. Schüttler 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne J. C. Ferrero 2e tour (1/32) Drapeau : Suisse R. Federer
2004 1er tour (1/64) Drapeau : Royaume-Uni T. Henman 1er tour (1/64) Drapeau : Roumanie V. Hănescu
2005 3e tour (1/16) Drapeau : Allemagne P. Kohlschreiber 1er tour (1/64) Drapeau : Belgique D. Norman 2e tour (1/32) Drapeau : Russie M. Youzhny
2006 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine J. Mónaco
2008 1er tour (1/64) Drapeau : Russie M. Safin
2009 1er tour (1/64) Drapeau : Israël D. Sela
2011 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne F. Mayer

N.B. : à droite du résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
1999 2e tour (1/16)
Drapeau : France M. Llodra
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : Inde L. Paes
2000 2e tour (1/16)
Drapeau : France O. Patience
Drapeau : France J. Boutter
Drapeau : France F. Santoro
2001 1er tour (1/32)
Drapeau : France G. Carraz
Drapeau : Bahamas M. Knowles
Drapeau : États-Unis B. MacPhie
2005 1er tour (1/32)
Drapeau : France T. Ascione
Drapeau : Australie W. Arthurs
Drapeau : Australie P. Hanley

N.B. : le nom du ou de la partenaire se trouve sous le résultat, tandis que le nom des ultimes adversaires se trouve à droite.

Parcours dans les Masters 1000

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg Canada Cincinnati Madrid Paris
2003 2e tour
Drapeau : Pays-Bas S. Schalken
1er tour
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
2004 2e tour
Drapeau : Allemagne R. Schüttler
2005 1er tour
Drapeau : Luxembourg G. Müller
2e tour
Drapeau : Argentine J. I. Chela
2e tour
Drapeau : Espagne A. Martín
2e tour
Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý
2006 2e tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
2008 1er tour
Drapeau : Espagne N. Almagro
2009 2e tour
Drapeau : Espagne A. Montañés
2011 1er tour
Drapeau : Serbie V. Troicki
2012 1er tour
Drapeau : Serbie V. Troicki

N.B. : sous le résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Classements ATP en fin de saison

Simple

Année 1996 1997 1998 1998 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Rang 1020 en augmentation 491 en augmentation 470 en augmentation 138 en diminution 194 en diminution 264 en augmentation 105 en augmentation 97 en diminution 132 en augmentation 103 en diminution 295 en diminution 364 en augmentation 218 en augmentation 200 en diminution 1177 en augmentation 353

En double

Année 1997 1998 1998 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2011
Rang 552 en augmentation 349 en diminution 352 en augmentation 238 en diminution 1090 en augmentation 994 en diminution 1213 en augmentation 486 en diminution 1213 en augmentation 286 en augmentation 242 en diminution 850 en augmentation 775

Victoires sur le Top 50

Légende
Grand Chelem
Masters 1000
500 Series
250 Series
# Rang
Lisnard
Lieu Année Surface Tour Adversaire Rang Score Tableau
1 205 Drapeau : France Roland-Garros 2001 Terre battue 1/64 Drapeau : Biélorussie Vladimir Voltchkov 30 6-77, 7-5, 6-7, 7-5, 6-2 Tableau
2 127 Drapeau : Autriche Kitzbühel 2002 Terre battue 1/8 Drapeau : Chili Marcelo Ríos 27 6-3, 6-2 Tableau
3 126 Drapeau : États-Unis US Open 2002 Dur 1/64 Drapeau : Allemagne Rainer Schüttler 23 3-6, 6-72, 6-4, 4-0, Ab. Tableau
4 105 Drapeau : Inde Chennai 2003 Dur 1/4 Drapeau : Allemagne Rainer Schüttler 33 6-2, 7-5 Tableau
5 85 Drapeau : Maroc Casablanca 2003 Terre battue 1/16 Drapeau : France Paul-Henri Mathieu 39 6-2, 6-4 Tableau
6 96 Drapeau : Pays-Bas Amersfoort 2003 Terre battue 1/16 Drapeau : Argentine Gastón Gaudio 30 6-0, 7-65 Tableau
7 132 Drapeau : Australie Melbourne 2005 Dur 1/32 Drapeau : France Sébastien Grosjean 14 1-6, 4-6, 6-3, 6-4, 6-3 Tableau
8 95 Drapeau : Monaco Monaco 2005 Terre battue 1/32 Drapeau : Suède Thomas Johansson 19 4-6, 6-4, 6-2 Tableau
9 154 Drapeau : Monaco Monaco 2006 Terre battue 1/32 Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 45 4-6, 7-65, 7-5 Tableau

En double, à Roland-Garros en 2000, avec Olivier Patience, il bat Justin Gimelstob (n°22) et Mark Knowles (n°32). En 2006, lors du Challenger de Mons, avec Jérôme Haehnel, il élimine Lukáš Dlouhý (n°20) et Pavel Vizner (n°15).

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

Notes et références