Jean-Pierre Azéma

Jean-Pierre Azéma
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Comité d'histoire de la ville de Paris ()
Directeur de thèse

Jean-Pierre Azéma, né en 1937, est un historien français.

Spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement de l'histoire du régime de l'État français (dit « régime de Vichy ») et de la Résistance.

Biographie

Famille

Jean-Pierre Azéma est l'un des nombreux descendants du gouverneur de l'île de la Réunion (ex-Bourbon) qui a effectué le plus court mandat de l'histoire de l'île, Jean-Baptiste Azéma.

Il est le fils de Jean-Henri Azéma (1913-2000), collaborateur pendant la Seconde Guerre mondiale[1].

Il fut l'élève de René Rémond.

Carrière universitaire

Professeur au lycée Henri-IV, professeur des universités, Jean-Pierre Azéma a enseigné l'histoire à l'Institut d'études politiques de Paris. Il est spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement de l'histoire du régime de Vichy et de la Résistance.

Il a également été membre du conseil scientifique de l'Institut François-Mitterrand. Il est membre du Comité d'histoire de la ville de Paris[2].

On compte parmi ses élèves Sylvie Lindeperg, Emmanuelle Picard, Alya Aglan et Florence Tamagne.

Apport à l'histoire de la Seconde Guerre mondiale

Il a ainsi fait équipe avec Michel Winock, en 1972, pour relire avant publication La France de Vichy de l'historien américain Robert Paxton. C'est sa mère, Claude Bertrand, qui avait traduit l'ouvrage en français[3].

On compte parmi ses nombreux ouvrages La Collaboration : 1940-1944 (PUF, 1979), De Munich à la Libération : 1938-1944 (Le Seuil, 1979), Histoire de l'extrême droite en France (sous la direction de Michel Winock, Le Seuil, 1994), ou encore Jean Moulin : le politique, le rebelle, le résistant (Perrin, 2003). Il a aussi collaboré au film de Claude Chabrol, L’Œil de Vichy (1993), et écrit de nombreux articles dans la revue L’Histoire.

En 1997, il a été l'un des historiens cités par les parties civiles au procès de Maurice Papon (avec Marc-Olivier Baruch, Robert Paxton et Philippe Burrin).

Engagement politique

Jean-Pierre Azéma se réclame de la gauche française. En 2007, il a signé l'« appel des intellectuels » pour le vote en faveur de Ségolène Royal[4] . Il est l'un des initiateurs de la pétition Liberté pour l'histoire[5] et membre du conseil d'administration de l'association éponyme.

En juillet 2013, il est nommé président du comité historique de la mission interministérielle qui doit préparer les célébrations du 70e anniversaire de la Résistance et de la Libération et le centenaire de la Première Guerre mondiale.

Ouvrages

  • Les Communards, éd. du Seuil, 1964 (avec Michel Winock) (rééd. Thierry Marchaisse, « Octets », 2015)
  • La IIIe République, Calmann-Lévy, 1970 ; nouvelle éd., 1991 (avec Michel Winock) (rééd. Thierry Marchaisse, « Octets », 2015)
  • La Collaboration : 1940-1944, PUF, 1975
  • De Munich à la Libération : 1938-1944, 1979 ; nouvelle éd., 2002
  • Histoire générale politique et sociale : la France des années sombres, les années 40, 1987
  • Les Communistes français de Munich à Châteaubriant : 1938-1941, 1987 (avec Antoine Prost et Jean-Pierre Rioux)
  • « Vichy et la mémoire savante : quarante-cinq ans d'historiographie » dans Vichy et les Français, Fayard, 1992 (direction J.-P. Azéma avec François Bédarida)
  • « La France de Daladier », « Le choc armé et les débandades », « Le régime de Vichy », « Des résistances à la Résistance » dans La France des années noires, Le Seuil, 1993 (direction J.-P. Azéma avec François Bédarida)
  • 1938-1948 : les années de tourmente : de Munich à Prague : dictionnaire critique, Flammarion, 1995 (direction J.-P. Azéma avec François Bédarida)
  • Histoire de l'extrême droite en France, Le Seuil, 1994 (sous la dir. de Michel Winock)
  • Les Libérations de la France, Perrin, 1993 (avec Olivier Wieviorka)
  • Vichy, 1940-1944, 1997 (avec Olivier Wieviorka)
  • Jean Cavaillès résistant ou La pensée en actes, Flammarion, 2002 (sous la dir.)
  • Jean Moulin : le politique, le rebelle, le résistant, Perrin, 2003
  • 6 juin 44, Perrin, 2004 (avec Robert Paxton, Philippe Burrin)
  • 1940, l'année noire, Fayard, 2010
  • L'Occupation expliquée à mon petit-fils, Le Seuil, 2011
  • Vichy-Paris, les collaborations. Histoire et mémoires, André Versaille éditeur, 2012

Films et télévision

  • 1993 : L'Œil de Vichy, une sélection des actualités du régime de Vichy avec Claude Chabrol.
  • A été plusieurs fois l'invité de Marc Ferro entre autres pour commenter les actualités de France occupée re-diffusées à la télévision au cours de son émission Histoire Parallèle.
  • Depuis 2009 : Jean-Pierre Azéma est consultant historique de la série Un village français (diffusée sur France 3 de 2009 à 2017) retraçant la vie des habitants d'un village fictif du Jura pendant l'occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale. À ce titre, il introduit notamment de courtes séquences thématiques d'interview de témoins de l'occupation succédant aux diffusions des épisodes.

Références

  1. Élodie Maurot, « Jean-Pierre Azéma, passionnément historien », sur la-croix.com,  : « Son père, Jean-Henri Azéma, fut une célèbre plume du journal collaborationniste Je suis partout et une voix de Radio Paris, celle que les Parisiens moquaient avec la ritournelle : « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand. »
  2. https://api-site.paris.fr/images/84503.
  3. Robert Paxton, « Une identité entre-atlantique » dans Pourquoi la France, L. Downs et S. Gerson (dir.), éditions du Seuil, 2007 (ISBN 978-2-02-092561-7).
  4. « Avant qu'il ne soit trop tard », Le Nouvel Observateur, 13 mars 2007.
  5. « Liberté pour l'histoire », sur Libération, (consulté le 18 septembre 2018).

Liens externes