Jean-Luc Lagarce

Jean-Luc Lagarce est un comédien, metteur en scène, directeur de troupe et dramaturge français né le à Héricourt (Haute-Saône) et mort le à Paris 14e.

C'est aujourd'hui l'un des auteurs contemporains les plus joués en France[1]. Ses textes ont également fait l'objet de multiples traductions et sont joués dans de nombreux pays.

Biographie

Jean-Luc Lagarce naît à Héricourt en 1957 dans une famille ouvrière. En 1975, il s'inscrit à la faculté de philosophie de Besançon. Auteur et metteur en scène, il est encore en licence lorsqu'il fonde le Théâtre de la Roulotte en 1978. Il met notamment en scène Marivaux, Labiche, Ionesco puis ses propres textes. Il achève ses études de philosophie et réussit sa maîtrise, Théâtre et Pouvoir en Occident, qui sera publiée. Il est candidat à la Villa Médicis, mais y est refusé. En 1990, il reçoit le prix Léonard-de-Vinci (bourse de la Villa Médicis pour l'étranger) et part à Berlin où il écrira Juste la fin du monde, qui sera également refusé par le jury de la Villa.

Jean-Luc Lagarce meurt à 38 ans du sida, comme d'autres dramaturges de sa génération tel que Bernard-Marie Koltès ou Copi. Il laisse une œuvre riche de plusieurs dizaines de pièces, plusieurs récits et un roman, Voyage à La Haye. Il a écrit entre autres les pièces Derniers remords avant l'oubli, Les Prétendants, J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne, Juste la fin du monde et Le Pays lointain. Ses écrits sont redécouverts par les critiques et les metteurs en scène après sa mort.

Deux œuvres de Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde et Dernier remords avant l'oubli, sont inscrites au programme de l'agrégation de lettres modernes, de lettres classiques et de grammaire, pour la session de 2012. Il est au programme du baccalauréat théâtre en 2008, 2009 et 2010 avec deux œuvres: Juste la fin du monde et Nous, les héros. Il a été adapté au cinéma par Xavier Dolan qui réalise le film Juste la fin du monde sorti en 2016.

Œuvre

Le théâtre de Lagarce est centré sur le discours, les intrigues des pièces sont relativement minces. Son écriture procède par incises, les personnages reprennent sans cesse ce qu'ils viennent de dire en le modifiant (épanorthose[2]). En voulant préciser les choses au maximum, le texte devient paradoxalement de plus en plus flou. Le théâtre de Lagarce interroge (entre autres) la capacité de tout un chacun à dire vraiment les choses. Les pièces de Jean-Luc Lagarce comme Juste la fin du monde ou Derniers remords avant l'oubli, sont souvent d'inspiration autobiographique, invoquant, entre autres, les origines provinciales et la maladie[3].

L'ensemble de l'œuvre de Jean-Luc Lagarce est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs, qu'il a fondées en 1992 avec François Berreur.

Théâtre complet

Tome I (ISBN 978-2846812955)
  • Erreur de construction, 1977
  • Carthage, encore, 1978
  • La Place de l'autre , 1979
  • Voyage de Madame Knipper vers la Prusse Orientale, 1980
  • Ici ou ailleurs, 1981
  • Les Serviteurs, 1981
  • Noce, 1982
Tome II (ISBN 2-912 464-78-1)
  • Vagues souvenirs de l'année de la peste, 1982
  • Hollywood, 1983
  • Histoire d'amour (repérages), 1983
  • Retour à la citadelle, 1984
  • Les Orphelins, 1984
  • De Saxe, roman, 1985
  • La Photographie, 1986
Tome III (ISBN 2-912 464-49-8)
Tome IV (ISBN 978-2-84681-030-2)
  • Les règles du savoir-vivre dans la société moderne, 1993
  • Nous, les héros, 1993
  • Nous, les héros (version sans le père),1993
  • J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne, 1994
  • Le Pays lointain, 1995
Non publié
  • La bonne de chez Ducatel, 1977
  • Les Solitaires intempestifs, 1987

Cinéma et opéra

  • Quichotte, 1989, livret d'opéra
  • Retour à l'automne, scénario coécrit avec Gérard Bouysse

Prose

  • Le Bain, 1993, récit
  • L'Apprentissage, 1993, récit
  • Du luxe et de l'impuissance, 1994, recueil de onze articles et éditoriaux
  • Journal, Les Solitaires Intempestifs - 1977 - 1990 tome 1 et 1990 - 1995 tome 2

Essai

  • Théâtre et Pouvoir en Occident

Roman

Metteur en scène

Notes

  1. http://www.franceculture.fr/personne-jean-luc-lagarce.html
  2. Armelle Talbot, « L’épanorthose : de la parole comme expérience du temps », in Jean-Luc Lagarce dans le mouvement dramatique. Colloque de Paris III, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, Colloques année (...) Lagarce, vol. IV, 2008, p. 255-269. Voir aussi l'entrée « Épanorthose » dans le glossaire proposé par le site educ.theatre-contemporain.net.
  3. « Jean Luc Lagarce »

Annexes

Bibliographie

  • Lire un classique du XXe siècle : Jean-Luc Lagarce, Besançon, SCEREN, CRDP Franche-Comté / Les Solitaires Intempestifs, 2007.
  • Le Roman de Jean-Luc Lagarce, Jean-Pierre Thibaudat, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2007.
  • Problématiques d'une œuvre. Colloque de Strasbourg, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, Colloques année (...) Lagarce, vol. I, 2007.
  • Regards lointains. Colloque de Paris-Sorbonne, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, Colloques année (...) Lagarce, vol. II, 2007.
  • Traduire Lagarce : Langue, culture, imaginaire. Colloque de Besançon, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, Colloques année (...) Lagarce, vol. III, 2008.
  • Jean-Luc Lagarce dans le mouvement dramatique. Colloque de Paris III, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, Colloques année (...) Lagarce, vol. IV, 2008.
  • Connaissez-vous Jean-Luc Lagarce ?, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2008.
  • Jean-Luc Lagarce, introduction de Jean-Pierre Sarrazac [lire en ligne], revue Europe, n° 969-970, janvier-février 2010.
  • Lectures de Lagarce. Derniers remords avant l'oubli. Juste la fin du monde, Catherine Douzou (dir.), Rennes, PUR, coll. Didact, 2011.
  • Le théâtre de Lagarce du point de vue de la joie, Françoise Dubor (dir.), Rennes, PUR, coll. La Licorne, 2012.

Liens externes