Jean-Louis David

Jean-Louis David

Jean-Louis David, né le , est un entrepreneur français.

Biographie

Jean-Louis David se destinait à une carrière dans la mode avant de se diriger vers la coiffure [réf. nécessaire] . Il se fait notamment connaître dans les années 1960 grâce à sa coupe dégradée, puis par différentes innovations comme la résille (décoloration légère, partant de la racine jusqu'aux pointes des cheveux)[1].

Le groupe Jean-Louis David se constitue en 1976 puis crée un système de franchise de salons de coiffure. Ses établissements affichaient un chiffre d'affaires de 6,7 milliards de francs en 1994 et comptait, en 1995, 378 salons en France (pour 227 franchisés) et environ 700 à travers le monde (implantés initialement en Mongolie, en Suisse, en Italie, en Espagne, aux Québec, en Pologne et au Brésil, avant de conquérir la Russie et la Corée du Sud)[2]. Il lance également une gamme de produits cosmétiques, et plus particulièrement de produits capillaires vendus en grande surface parmi lesquels shampoings, chouchous, barrettes, masques et laques.

En 1988, le coiffeur crée la polémique en contraignant l'un de ses employés, Thierry Venet, à démissionner, au prétexte que celui-ci aurait « une gueule de sidaïque »[3].

En 1995, sous la direction de Jean-Christophe David depuis 1993, le fils de Jean-Louis David, l'entreprise vend un plan d'épargne aux candidats à la franchise de ses salons afin de conserver ses meilleurs éléments (managers ou premiers coiffeurs)[2].

En 2002, Jean-Louis David vend son groupe à l'américain Régis Corporation[4], associé au groupe français Franck Provost, avant de se retirer à Épalinges en Suisse.

Notes et références

  1. L'Officiel de la Mode no 627, 1976, p. 144-145
  2. a et b Jacqueline Coignard, Jean-Louis David se fait banquier pour garder ses meilleurs coiffeurs, Liberation, 10 mai 1995
  3. C’était il y a 20 ans… les années Gai Pied - 1988, Yagg.com, 30 juillet 2011
  4. OPA sur le groupe de coiffure Philippe Bosc, Fusacq, 18 octobre 2002