Jean-Louis Beaumont

Jean-Louis Beaumont né le à Paris (Seine) et mort le à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne)[1],[2], est un homme politique français, de sensibilité divers droite. Il était président du parti politique des Villages dans la Ville.

Carrière universitaire

Il exerce à l'hôpital Boucicaut de 1950 à 1965, puis devient chef de service à l'hôpital Fernand-Widal de 1966 à 1969. Il devient doyen de la faculté de médecine de Créteil à sa création en 1969, avant de devenir président de l'assemblée constitutive des universités Paris XII et Paris XIII en 1971[3].

Vie politique

Ancien professeur de médecine et président de l'université Paris XII Val-de-Marne, Jean-Louis Beaumont a été maire de Saint-Maur-des-Fossés de 1977 à 2008.

Élu maire de Saint-Maur en 1977, il s'est battu avec succès contre les constructions de logements sociaux. Son parti, « des Villages dans la Ville », a remporté les élections municipales sans interruption de 1977 à 2001 et de nombreux scrutins locaux.

Le 23 décembre 1980, selon L'Humanité, Beaumont, soutenu par le préfet du Val-de-Marne, chasse 300 travailleurs maliens de Saint-Maur et les installe clandestinement dans une propriété de l'office municipal de Vitry[4].

En 1997, Jean-Louis Beaumont et Henri Plagnol sont tous deux candidats à la députation. Plagnol ravit son fauteuil à l'ancien maire. La brouille est consommée entre les deux hommes[5].

Henri Plagnol est battu aux municipales de 2001 par Jean-Louis Beaumont.

En 2005, il se prononce contre le traité constitutionnel européen[6].

En janvier 2007, après plus de 30 ans passé à la tête du conseil municipal, il annonce publiquement qu'il ne se représentera pas au poste de maire[7]. Son dauphin désigné, Jean-Bernard Thonus, échoue cependant à l'élection, Henri Plagnol remportant la mairie.

S'il s'est toujours voulu indépendant, Jean-Louis Beaumont a toutefois été « apparenté UDF » à l'Assemblée nationale, entre 1993 et 1997.

Mandats

Hommages

Une rue honore sa mémoire à Saint-Maur-des-Fossés depuis 2016[8]

Notes et références

  1. « L'ancien maire de Saint-Maur Jean-Louis Beaumont est mort », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  2. Francis Gouge, « Mort de Jean-Louis Beaumont, ancien maire de Saint-Maur-des-Fossés, électron libre de la droite », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. Élections de présidents d'université. M. Jean-Louis Beaumont à Paris XII et XIII. Le Figaro, samedi 13 mars 1971
  4. L'Humanité, 7 janvier 1981
  5. Le Point, 18/06/2009
  6. Lettre appelant à voter NON, sur un blog local
  7. Annonce de son retrait à la cérémonie des vœux.
  8. « Saint-Maur : la promenade au nom de l’ancien maire inaugurée », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).

Lien externe