Jean-Jacques Peroni

Jean-Jacques Peroni
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Jacques Peroni, sociétaire des Grosses têtes, à côté de Philippe Chevallier et d'Amanda Lear.
Naissance (63 ans)
Nationalité Drapeau de la France Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Humoriste
Famille
Victor Peroni

Jean-Jacques Péroni est un humoriste et comédien français né le .

Biographie

Jean-Jacques Peroni est le fils du journaliste sportif Victor Peroni, grande plume de L'Équipe, France Football et Football Magazine, il est marié et est père d'un fils appelé Jules. Il a suivi ses études au lycée Voltaire.

Il fut l'un des auteurs les plus prolifiques du café-théâtre des années 70. Il écrivait des pièces qu'il jouait lui-même et quelquefois avec son complice Jean-Paul Sèvres (Les blaireaux sont fatigués, 1982) ou Lime. Il a fait partie du groupe « Jalons » à ses débuts et a secondé Michel Lagueyrie pour son émission sur Europe 1 en 1983. Il fut également un élève de l'école de Patrick Font et un émule revendiqué de Jean Yanne. Il était également l'un des principaux rédacteurs de Hara Kiri (dans les années 80), La Grosse Bertha (1991-1992) et de Hara-Kiri Hebdo (version 2 des années 90). Il a été co-auteur de sketchs pour le duo Font et Val en 1990-91.

Aujourd'hui, on le connaît principalement pour sa participation régulière à l'émission de radio Les Grosses Têtes depuis mai 1998[1], sur RTL, mais aussi pour les textes qu'il écrit pour Laurent Gerra. Il a également participé à l'émission de télévision Le Théâtre de Bouvard. Il a gagné quatre fois Le Grand Concours des Grosses Têtes (2004, 2005, 2006, 2008), une émission diffusée sur TF1 et présentée par Carole Rousseau.

Il est fan de western, de Léo Ferré et des Beatles.

Il a coécrit le scénario et les dialogues du film Ça n'empêche pas les sentiments avec Philippe Chevallier, Régis Laspalès et Jean-Pierre Jackson, film dans lequel il joue le rôle d'un barman.

Dans la préface du livre Remettez-nous ça !, Jean Dutourd écrit : « Jean-Jacques Peroni est un homme à qui tout fait mal, autrement dit un moraliste. Une oreille exercée entendra, en le lisant, une vague et légère mélodie avec des accents qui rappellent La Rochefoucauld, voire Chamfort. Un Chamfort de maintenant : brutal, sarcastique, grattant sans répit son ulcère, appelant un chat un chat si ce n'est d'un mot plus vif. On voit bien, en lisant Peroni, que ses grosses colères et ses ricanements sont des gémissements de douleur. Il n'y a pas de meilleurs garçons que ces moralistes pessimistes. Le plus étonnant est qu'on le voit (ou qu'on l'entend) d'emblée lorsqu'on les rencontre. Ils s'en prennent au monde tel que les hommes ou la vie l'ont fabriqué[2]. »

Le 11 février 2017, il annonce dans les colonnes du Figaro qu'il est candidat à l'Académie française, et qu'il devrait envoyer rapidement sa lettre à Hélène Carrère d'Encausse.

Engagement politique

Jean-Jacques Peroni a été militant trotskiste pendant sa jeunesse. Il fut l'un des soutiens officiels de La Manif pour tous, qui milite contre la « loi Taubira » d'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de personnes de même sexe[3].

Bibliographie

  • Méfiez-vous des imitations - Textes de scènes par Laurent Gerra et Jean-Jacques Peroni, Hors Collection, 2003
  • Les Carnets d'un malfaisant par Jean-Jacques Peroni et Laurent Gerra, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 2004
  • Le grand juron : liberté, méchanceté, crudités par Laurent Gerra et Jean-Jacques Peroni, Fetjaine, 2007
  • Remettez-nous ça de Jean-Jacques Peroni, préface de Jean Dutourd, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 2008. (ISBN 978-2865531875)
  • Les Statistiques du professeur Peroni de Jean-Jacques Peroni, éditions du Cherche Midi, 2015

Notes et références

Lien externe