Jean-François Portaels

Jean-François Portaels
Jan Frans Portaels (1818-1895), by Ghemar Frères.jpg
Naissance
Décès
(à 76 ans)
Bruxelles
Nationalité
Activité
Formation
Maîtres
Élèves
Mouvement
Orientalisme, post-romantisme (en)
Distinction
Femme orientale (1877)

Jean-François Portaels (Vilvorde, - Schaerbeek, ) est un artiste peintre belge.

Biographie

Issu d'une famille bourgeoise, Jean-François Portaels étudie à l'Académie de Bruxelles auprès de François-Joseph Navez (qui devint par la suite son beau-père). Pour se perfectionner, il suit les cours de Paul Delaroche à Paris, et obtient, en 1842, le Grand Prix de Rome.

Grâce à son Prix de Rome, Portaels passa quelques années en Italie, en compagnie de son ami, le peintre Alexandre Robert[1]. Ils se rendirent ensuite en Orient, entre 1845[Lien à corriger] et 1847.

Peintre de scènes historiques et orientalistes et de compositions religieuses, Portaels est aussi portraitiste et peint principalement à l'huile. Il est considéré, à tort, comme le fondateur de l'école orientaliste belge. En effet, une dizaine d'années avant lui (en 1838-39), le peintre belge Jacob Jacobs - moins connu, cependant - fit déjà le voyage en Orient et en revint avec de nombreux dessins, qu'il exploitera par la suite dans sa peinture. Tout comme celui-ci, Portaels s'inspirera, durant de longues années, des croquis réalisés au cours de son voyage, raison pour laquelle on lui attribue souvent ce rôle de précurseur de l'Orientalisme en Belgique.

En 1847, Portaels succède à Van der Haert comme directeur de l'Académie de Gand.

Son beau-père, le peintre François-Joseph Navez possédant de vieilles maisons rue de l'Abricot, dans le quartier Notre-Dame-aux-Neiges, lui en céda une, située impasse Sainte-Apolline. Portaels en fit en 1858 un atelier libre, où il reçut des artistes comme Édouard Agneessens, Émile Wauters, André Hennebicq, le peintre français Fernand Cormon, Léon Frédéric, Isidore Verheyden, le sculpteur Charles Van der Stappen, Eugène Verdeyen, Antoine Van Hammée, Ernest Blanc-Garin, Jean Mayné, Josse Impens, Vanden Kerkhoven, Henri Vanderhecht, Ch. Lefèvre, Albéric Coppieters, les frères jumeaux Pieter et David Oyens ainsi que des architectes tels que Ernest Van Humbeeck et Charles Licot. Cet atelier fit tant d'ombre à l'Académie de Bruxelles que son directeur, Louis-Eugène Simonis, lui confia les cours de composition en 1863. Portaels occupa ce poste durant deux ans, puis revint à son atelier libre.

Il se rendit au Maroc en 1874 et en rapporta une grande quantité de croquis, ce qui lui permit de relancer ensuite son inspiration orientaliste.

En 1878, Portaels devint directeur de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles. Il exerça une influence importante sur la génération suivante de peintres belges, parmi lesquels Alfred Bastien, Théo van Rysselberghe, Émile Wauters et Édouard Agneessens, le sculpteur Charles Van der Stappen et l'architecte Charles Licot.

Il peut être considéré comme un peintre de transition entre le néo-classicisme de Navez et le romantisme de Wappers.

Œuvres

Henri Conscience, portrait par Jean Portaels

Portaels était un artiste prolifique. Il a notamment exécuté :

  • deux vastes compositions religieuses à connotation symbolique pour l'église Saint-Jacques-sur-Coudenberg à Bruxelles (1885-1886) : la Crucifixion et la Croix salvatrice
  • des scènes bibliques comme :
  • des peintures de genre :
    • Loge à l'Opéra de Pest, Musées royaux des beaux-arts de Belgique
  • des portraits d'officiels et de la haute société ou d'enfants
  • des scènes orientales et des portraits de femmes de pays « exotiques »

Bibliographie

Liens externes

Notes et références