Jazz à Vienne

Jazz à Vienne
Genre jazz
Lieu Vienne (Isère) Drapeau de la France France
Période fin juin, début juillet
Scènes Théâtre antique, Scène de Cybèle, le Club
Capacité 7 500
Date de création 1981
Fondateurs Pierre Domeyne, Jean-Paul Boutellier, Jean Gueffier
Statut juridique EPIC depuis 2011
Direction Samuel Riblier depuis 2016
Direction artistique Benjamin Tanguy depuis 2016
Site web http://www.jazzavienne.com


Jazz à Vienne est un festival de jazz, créé en 1981[1] sous l'impulsion de Jean-Paul Boutellier[2].

Il dure une quinzaine de jours entre la fin du mois de juin et le début du mois de juillet à Vienne en France. Chaque année, le festival compte plus de 200 000 festivaliers[3]. À ce titre, Jazz à Vienne est le 6e festival français quant à la fréquentation[4] et le premier événement culturel en Auvergne-Rhône-Alpes[5].

De nombreux musiciens de jazz s'y sont produits tels Miles Davis, Claude Nougaro, Michel Petrucciani, Ella Fitzgerald, Sonny Rollins, Lionel Hampton, Dee Dee Bridgewater, Herbie Hancock, Chet Baker, Keith Jarrett, George Benson, Chick Corea, Dizzy Gillespie, James Brown, Ray Charles, Eric Clapton, Dianne Reeves

Histoire

La création du festival

En 1980, Jean-Paul Boutellier organise la première Nuit du Blues avec Fats Domino, BB King et Muddy Waters, prélude de ce qui deviendra le festival Jazz à Vienne. À l'origine, la soirée doit se tenir à la roseraie du Parc de la Tête d'or à Lyon, mais, devant l'opposition d'une partie des élus lyonnais, Jean-Paul Boutellier se tourne vers les élus de la ville de Vienne[6]. Il rencontre Pierre Domeyne, président de l'association Vienne Action Culturelle et Jean Geffier, adjoint à la culture à la Mairie de Vienne, qui lui donnent leur accord pour organiser la Nuit du Blues au Théâtre Antique de Vienne. Ce soir-là, les organisateurs doivent se rabattre précipitamment sous un chapiteau construit à la hâte sur le Champ-de-Mars pour cause de tempête. C’est la première nuit bien arrosée de ce qui deviendra l’année d’après : Jazz à Vienne.

En 1981, sous le statut d’association loi 1901, la première édition du festival qui compte cinq soirées est organisée avec un hommage à Count Basie par Basie Alumni All Stars big band et Clark Terry.

Le festival Jazz à Vienne consacré aux musiques jazz est né et deviendra les années qui suivent un événement de renommée mondiale grâce aux nombreux artistes qui s’y sont produits.


De l'association à l'EPIC

En juillet 2010, à l’issue du 30e festival Jazz à Vienne, Jean-Paul Boutellier et Patrick Dussenne présentent un bilan positif de l’édition avec 95 000 spectateurs au Théâtre Antique de Vienne et 160 000 festivaliers sur la quinzaine[7]. À l’occasion de ce bilan, Christian Trouiller, président de la communauté d’agglomération du Pays Viennois, et Jacques Remiller, député-maire de Vienne, annoncent la création d’un EPIC (Etablissement Public Industriel et Commercial), dénommé Jazz à Vienne, prenant le relais de l’association Vienne Action Culturelle et assurant la continuité et le développement du festival[8]. Depuis 2016, c'est Samuel Riblier, également Directeur Général Adjoint de ViennAgglo, qui a pris la direction général du festival et Benjamin Tanguy qui en assure la direction artistique[9].

Directions

Se sont succédé à la direction du festival :

Le Festival

Les scènes du festival

Le Théâtre Antique

Construit entre 40 et 50 après J.-C., le Théâtre antique est considéré comme l'un des plus importants de l'Antiquité romaine. Il peut accueillir jusqu'à 7 500 personnes[14].

Le Jardin de Cybèle

Le Jardin de Cybèle est une scène gratuite à ciel ouvert au cœur du festival dans le site archéologique de Cybèle. Tous les jours, de midi à minuit, se produisent la nouvelle génération du jazz, la scène régionale et nationale, les musiciens de l’Académie Jazz à Vienne, les écoles de musique et les conservatoires, les big bands universitaires internationaux et les groupes finalistes du tremplin RéZZo Jazz à Vienne[15]… Trois rendez-vous rythment la journée : les midis de Jazz à Vienne, Les Après-midi du jazz et Le Kiosque à partir de 20h30.

Le Club

Le Club est une scène d’after gratuite du festival Jazz à Vienne. Écrin du Club, le Théâtre François Ponsard à Vienne, construit en 1782 et classé aux monuments historiques, a conservé son architecture d’origine et offre tout le charme d’une salle à l’italienne. Depuis plusieurs années, Jazz à Vienne investit ce théâtre pour y proposer des soirées acoustiques privilégiant la découverte et l’écoute dans une ambiance intimiste et à la découverte des jazz du monde entier.

Les projets Jazz à Vienne

Chaque année, en parallèle du festival, Jazz à Vienne coordonne plusieurs projets qui mêlent musique et performance artistiques diverses.

La Création jeune public

Le festival Jazz à Vienne débute tous les ans par une matinée destinée au jeune public. 6 000 primaires du pays viennois assistent ainsi chaque année au concert jeune public, donné sur la scène du Théâtre Antique. Les créations ont par exemple pu être confiées à Richard Bona en 2017[16], Ibrahim Maalouf en 2016[17], l'Amazing Keystone Big Band en 2015[18] ou encore Greg Zlap en 2014[19].

Le tremplin RéZZo Jazz à Vienne

Le tremplin national RéZZo Jazz à Vienne a lieu sur la scène des jardins de Cybèle durant les premiers jours du festival. Depuis 2004, le projet a pour objectif de mettre sur le devant de la scène les nouveaux talents français du jazz. Ce tremplin offre la possibilité aux groupes sélectionnés de jouer dans des conditions scéniques professionnelles et devant un public averti. Le lauréat se voit offrir un accompagnement artistique d’un an, l’enregistrement d’un album sur le label Naim Records, un concert de sortie d’album ainsi qu’une programmation dans plusieurs salles et festivals dont la scène du Théâtre Antique pour la prochaine édition du festival Jazz à Vienne.

Les lauréats du tremplin : Max Pinto 4tet (2005), Jérémy Ternoy trio (2006), Paradox (2007), Oxyd (2008), Céline Bonacina trio (2009), Sidony Box (2010), Trio Enchant(i)er (2011), Impérial Quartet (2012), Water Babies 2013), Uptake (2014), nOx.3 (2015), Amaury Faye trio (2016) et Gauthier Toux trio (2017)[20], Obradovic-tixier duo (2018) et Léon Phal 5tet (2019)[21].

Traits de Jazz

Traits de Jazz © Collectif des Flous Furieux

Lors de la conférence de presse bilan de la 37e édition du festival Jazz à Vienne, Samuel Riblier, directeur de Jazz à Vienne, Benjamin Tanguy, directeur artistique de Jazz à Vienne et Stéphane Beaujean, directeur artistique du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ont annoncé leur collaboration pour 2018. Un concert dessiné et co-produit sera programmé dans les deux festivals. Par ailleurs, le festival d'Angoulême proposera chaque année un auteur de bande dessinée pour réaliser l'affiche de Jazz à Vienne. C'est le dessinateur Brüno qui a été selectionné pour réaliser l'affiche de la 38e édition de Jazz à Vienne[22],[23], Loustal pour la 39e édition et Juanjo Guarnido pour la 40e édition du festival[24].

Jazz Ô Musée

Le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal accueille pendant le festival l’événement Jazz Ô Musée, anciennement nommé les Musaïques[25]. Du solo aux musiques du monde, plusieurs concerts gratuits et un brunch musical ont lieu dans ce cadre historique.

Jazz à Vienne fait son cinéma

Jazz à Vienne fait son cinéma présente des documentaires, films et ciné-concerts au diapason du festival. Le projet a pour objectif de mettre en lumière une sélection de films en rapport avec la programmation et l’histoire du jazz à travers plusieurs projections durant la quinzaine du festival[26].

Conférences publiques, rencontres, expositions

Jazz à Vienne propose des conférences et rencontres avec les artistes gratuites et ouvertes à tous. Mais aussi un salon du disque, un salon de la lutherie, une célébration œcuménique, des expositions, etc.

Jazz à Vienne s'exporte

Jazz à Val Thorens

Depuis 2018, Jazz à Vienne propose une édition d'hiver[27]. Le festival Jazz à Val Thorens propose chaqune année une programmation jazz avec des live en terrasse, entre deux pistes et en après-ski, des spectacles jeune public et concerts showcase d’exception en soirée.

Jazz à Nouméa

Jazz à Vienne, MusiCAL Productions et le Centre culturel Tjibaou présentent en 2019 la première édition de Jazz à Nouméa au centre culturel Tjibaou. Le festival accueillit notamment le légendaire Manu Dibango et son soul makossa gang, le groupe originel du cubain Grupo Compay Segundo, le batteur Manu Katche et le nouveau projet de Sandra Nkaké.

La Saison Jazz à Vienne

Jazz à Vienne c’est aussi une programmation de concerts à l’année parfois en co-production avec d’autres acteurs culturels de la région Auvergne-Rhône-Alpes comme le théâtre François Ponsard de Vienne ou l’Auditorium de Lyon. Cette programmation appelée « La saison Jazz à Vienne » fait vivre le festival dans toute la région de septembre à juin.

Le Jazz Day,  journée internationale du jazz proclamée en 2011 par l’UNESCO sous l’impulsion du pianiste de jazz Herbie Hancock fait partie de La Saison Jazz à Vienne. Depuis 2013, Jazz à Vienne coordonne cet événement sur le territoire et mobilise 270 artistes jazz autour de cette manifestation. En 2019, 80 concerts ont été produits dans 70 lieux dont de nombreux bars mais aussi dans des établissements hospitaliers, des EHPAD, des crèches et des centres sociaux…

Notes et références

  1. « Jazz à Vienne », sur ina.fr
  2. Jean-Claude Pennec, « Jean-Paul Boutellier », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017)
  3. « Jazz à Vienne 2017 : explosion de sonorités pour la dernière soirée », sur culturebox.francetvinfo.fr
  4. « Actualités - Le bilan des festivals de l'année 2016 », sur touslesfestivals.com (consulté le 25 septembre 2020).
  5. Florian Pierrat, « Quand les festivals d'été donnent un coup de pouce à l'économie (carte) », sur Le Figaro, (consulté le 11 avril 2021)
  6. « Interview »
  7. Jean-Luc COPPI, « La der de Vienne Action Culturelle », Le Dauphiné Libéré,‎ (lire en ligne)
  8. Jean-Claude Pennec, « Jazz à Vienne sera dirigé par Christophe Bonin », citizenjazz.com,‎ (lire en ligne)
  9. Clément BERTHET et Benjamin BOUTIER, « Jazz à Vienne: la démission du directeur actée, le remplaçant annoncé », Le Dauphiné Libéré,‎ (lire en ligne)
  10. « Jacques Launay », sur jazz.lyon-entreprises.com
  11. « Christophe Bonin. Nouvel air pour Jazz à Vienne », sur lejournaldesentreprises.com,
  12. « Jazz à Vienne : les défis du festival », sur www.leprogres.fr,
  13. « Samuel Riblier, nouveau directeur de Jazz à Vienne », sur lyoncapitale.fr,
  14. « Théâtre antique de Vienne : les concerts d'été doublés », sur lessor38.fr,
  15. « Rézzo Focal Jazz à Vienne 2017 : lancement des candidatures du Tremplin National de Jazz ! », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne)
  16. « Richard Bona lance la 37e édition de Jazz à Vienne avec 6000 enfants », sur culturebox.francetvinfo.fr
  17. « Jazz à Vienne : jeune public, trompette et gospel », sur la-croix.com,
  18. « Jazz à Vienne 2015 : le Carnaval des animaux, version jeune public », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  19. « 6 000 enfants au spectacle jeune public », sur ledauphine.com,
  20. « Gauthier Toux Trio remporte le RéZZo Focal », sur www.ledauphine.com
  21. Alex Dutilh, « Léon Phal, premiers pas, pas de géant », France Musique,‎ (lire en ligne)
  22. « Le Festival de la BD d'Angoulême s'associe à Jazz à Vienne », sur livreshebdo.fr, (consulté le 20 octobre 2017)
  23. « Le Festival d'Angoulême s'associe à Jazz à Vienne », sur 9emeart.fr, (consulté le 20 octobre 2017)
  24. « Découvrez l’affiche de la 40e édition de Jazz à Vienne par Juanjo Guarnido. », actuabd.com,‎ (lire en ligne)
  25. Aude Henry, « Les Musaïques au musée de Saint-Romain-en-Gal, en écho à Jazz à Vienne », France 3,‎ (lire en ligne)
  26. « Festivals : Lettres sur cour, à Vienne », Télérama,‎ (lire en ligne)
  27. La rédaction, « Jazz à Val Thorens, le jazz au sommet de l'Europe », Tous les festivals,‎ (lire en ligne)

Bibliographie

  • Bruno Thery et Jean-Paul Boutellier, Histoires d'affiches à Jazz à Vienne, Lyonnaises d'art et d'histoire,
  • Jazz à Vienne, la ville qui aimait le jazz, 20 ans l'album anniversaire 1, préfacé par Sonny Rollins, Le Dauphiné libéré, , 98 p.

Articles connexes

Lien externe