Jair Bolsonaro

Jair Bolsonaro
Illustration.
Jair Bolsonaro en 2019.
Fonctions
Président de la République fédérative du Brésil
En fonction depuis le
(3 mois et 13 jours)
Élection 28 octobre 2018
Vice-président Hamilton Mourão
Gouvernement Bolsonaro
Coalition PSL-PRTB-DEM-MDB-PRB-
PSC-PTB-PR-PATRI-
PSD-NOVO-PODE
Prédécesseur Michel Temer
Député fédéral

(27 ans et 11 mois)
Élection
Réélection




5 octobre 2014
Circonscription Rio de Janeiro
Conseiller municipal de Rio de Janeiro

(2 ans)
Biographie
Nom de naissance Jair Messias Bolsonaro
Surnom « O Mito » (« Le mythe »)[1]
« Bolsomito »[2]
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Glicério (État de São Paulo, Brésil)
Nationalité brésilienne
Parti politique PDC (1989-1993)
PPR (1993-1995)
PPB (1995-2003)
PTB (2003-2005)
PP (2005-2016)
PSC (2016-2018)
PSL (depuis 2018)
Conjoint Michelle Reinaldo (depuis 2013)
Diplômé de Académie militaire d'Agulhas Negras
Profession militaire (capitaine Capitão.png)
Religion catholicisme
Résidence palais de l'Aurore

Signature de Jair Bolsonaro

Jair Bolsonaro
Présidents de la république fédérative du Brésil

Jair Bolsonaro (prononcé en portugais : [ ʒaˈiʁ bowsoˈnaɾu][3]), né le à Glicério (État de São Paulo), est un homme d'État brésilien, président de la République fédérative du Brésil depuis le .

Militaire de profession, il s’élève au grade de capitaine, puis devient militaire de réserve en raison de conflits avec sa hiérarchie. Se lançant en politique, il est élu en 1990 député fédéral à Rio de Janeiro, sous l’étiquette du Parti démocrate chrétien. Il est constamment réélu jusqu'en 2014, avec le soutien successif de plusieurs partis de droite.

Ses prises de position controversées, notamment à l'égard des femmes, des homosexuels, des Noirs et des peuples indigènes, ainsi que sa nostalgie pour la dictature militaire de 1964-1985, lui valent généralement d'être classé à l'extrême droite de l'échiquier politique brésilien. Jusqu'à sa candidature présidentielle, il est perçu comme une figure politique isolée, sa notoriété tenant alors essentiellement à ses propos polémiques.

Candidat du Parti social-libéral (PSL) à l'élection présidentielle de 2018, il est victime pendant la campagne d'une tentative d’assassinat de la part d’un militant d'extrême gauche, qui le blesse grièvement. Il est élu au second tour avec 55,1 % des voix face à Fernando Haddad, candidat du Parti des travailleurs.

Biographie

Enfance

Jair Bolsonaro avec ses parents, en 1974, dans la Academia Militar das Agulhas Negras.

Ses parents, Perci Geraldo Bolsonaro – dentiste de profession – et Olinda Bonturi – femme au foyer –, sont des descendants d'immigrés italiens (Vénétie) et allemands[4],[5],[6].

La famille est modeste et il grandit avec ses cinq frères et sœurs à Eldorado, une petite ville pauvre de la vallée de Ribeira, dans l'État de São Paulo.

En 1970, alors que l'armée traque le déserteur et guérillero Carlos Lamarca, il guide les militaires dans cette région qu'il connaît bien. En récompense, un soldat lui donne un bulletin pour s'inscrire à l’école des cadets[7].

Formation

À la fin de sa scolarité à l'école secondaire, il est reçu à la Escola Preparatória de Cadetes do Exército. Il est ensuite formé à l'Academia Militar das Agulhas Negras — la principale école militaire du pays —, dont il sort diplômé comme sous-lieutenant d'artillerie en 1977, pendant la dictature militaire.

Carrière militaire

Jair Bolsonaro en 1986.

Bolsonaro s'intéresse à l'armée dès l'âge de 15 ans[8].

Servant d'abord comme soldat, il s'élève jusqu'au grade de capitaine d'artillerie de l'armée de terre. Connu pour sa force physique, il est surnommé « Cavalão » (« le grand cheval »)[9],[10].

Le , il est renvoyé de l'armée à la suite de sa participation présumée à un projet consistant à faire exploser des bombes de faible puissance dans les toilettes de casernes. Cependant, le Tribunal suprême militaire l'acquitte de ces accusations le [11]. Bolsonaro devient alors militaire de réserve.

Vie privée et familiale

Jair Bolsonaro a été marié trois fois et a cinq enfants.

De sa première femme, Rogéria Nantes Nunes Braga, il est le père de Flávio Bolsonaro (sénateur pour Rio de Janeiro), de Carlos Bolsonaro (conseiller municipal de la ville de Rio de Janeiro) et d'Eduardo Bolsonaro (député fédéral pour l'État de São Paulo). Il épouse ensuite Ana Cristina Valle, évangélique, avec qui il a un autre fils, Renan[12],[13]. En 2007, il rencontre son épouse actuelle, évangélique, Michelle Reinaldo, avec qui il a une fille, Laura[14].

Il est de confession catholique[6]. En 2016, lors d'un voyage en Israël, il se fait baptiser symboliquement dans le Jourdain, selon le rite évangélique[15],[16].

En 2019, son fils Flávio fait l'objet d'une enquête pour corruption[17]. L’enquête note aussi des transferts en chèques dont l’un aurait bénéficié à Michelle Bolsonaro[18].

Parcours politique

Débuts

Jair Bolsonaro en 1990.

En 1986, alors qu'il a le grade de capitaine, il accorde au magazine Veja un entretien dans lequel il critique le faible niveau des salaires des militaires et les restrictions budgétaires imposées à l’armée[19]. Ses propos lui sont reprochés par sa hiérarchie et lui valent quinze jours d’emprisonnement. Il reçoit cependant le soutien de collègues et de femmes de militaires[20].

Il se fait élire en 1988 conseiller municipal de la ville de Rio de Janeiro pour le Parti démocrate chrétien (PDC).

Député fédéral

En 1990, il est élu député fédéral à Rio de Janeiro avec le soutien du PDC. Constamment réélu depuis, il adhère successivement à plusieurs partis centristes ou de droite, une transhumance partisane courante au Brésil[7] : Parti progressiste réformateur (PPR), Parti progressiste brésilien (PPB), Parti travailliste brésilien (PTB), Parti progressiste (PP, successeur du PPB), Parti social-chrétien (PSC). En 2014, avec 465 000 voix, il est le mieux élu des 46 députés pour Rio de Janeiro[21].

À la Chambre des députés, il dépose près de 200 propositions de loi et un amendement constitutionnel ; cependant, ceux-ci sont quasiment tous rejetés[22]. Réputé mauvais orateur, il ne pèse guère dans la vie parlementaire du pays et reste une personnalité politique discrète, ce qui lui permettra, lors de la campagne présidentielle de 2018, d'apparaître comme un homme neuf au sein de la classe politique[7],[23].

Il se prononce en 2016 pour la destitution de Dilma Rousseff, dédiant son vote au colonel Ustra, qui aurait torturé celle-ci en 1970[23]. En octobre de la même année, il vote en faveur de l'amendement constitutionnel « PEC-241 », défendu par le nouveau gouvernement et qui vise à plafonner les dépenses publiques sur vingt ans[24].

En , il quitte le Parti social-chrétien pour le Parti social-libéral (PSL). Après son adhésion, le mouvement libéral des Livres  quitte le PSL, qui adopte dès lors des positions plus conservatrices.

Élection présidentielle de 2018

Désigné candidat du PSL à l'élection présidentielle de 2018, Jair Bolsonaro prend pour collistier à la vice-présidence le général à la retraite Hamilton Mourão. Après l'invalidation de la candidature de l'ancien président Lula da Silva, Jair Bolsonaro prend la tête des sondages en vue du premier tour de l'élection[25].

Faisant notamment campagne contre l’insécurité et la corruption, il bénéficie du ressentiment de la population vis-à-vis de la classe politique traditionnelle, la violence et la crise économique ayant plongé des millions de Brésiliens dans la misère[26],[27],[28]. Alors que la plupart de la classe politique est poursuivie pour des délits financiers, il n’est mis en cause dans aucune affaire, ce qui lui permet de bénéficier d’une image de probité[29],[30]. Son principal conseiller économique est toutefois soupçonné par la justice de fraude[31]. De par son style et ses prises de position, Jair Bolsonaro est parfois comparé au président américain Donald Trump[23],[32],[33]. Le spécialiste de l’Amérique du Sud Christophe Ventura souligne que « Le rejet très fort de la politique en général par la population crée une sorte de trumpisme brésilien. Bolsonaro capte ces ressentiments et se transforme en candidat anti-système, ce qu'il n'est pourtant pas du tout »[34]. Nicolas Lebourg estime que si ce rapprochement peut être pertinent en ce que Bolsonaro se montre « transgressif, sexiste, ordurier et fier de l’être », il est plus pertinent de le rapprocher des extrêmes droites européennes compte tenu de l'influence qu'elles ont eue sur l'extrême droite brésilienne ; il met également en avant son appartenance à la « nouvelle droite » brésilienne qui « a aussi une dynamique liée à ses fondamentaux locaux : autoritarisme, catholicisme ou anticommunisme obsessionnel »[35].

Tentative d’assassinat de Jair Bolsonaro (, Juiz de Fora).

Le 6 septembre 2018, il est poignardé alors qu’il tient un meeting à Juiz de Fora[36]. Hospitalisé dans un état critique — les médecins constatent plusieurs perforations de son intestin grêle et la perte de 2,5 litres de sang —, il subit trois opérations chirurgicales[37],[38],[39],[40]. Son agresseur, Adelio Bispo de Oliveira, est un ancien militant du Parti socialisme et liberté qui affirme avoir agi « sur l'ordre de Dieu » pour « des motifs politiques, religieux, et également en raison des préjugés que montre Bolsonaro à chaque fois qu’il parle de race, de religion et des femmes »[41],[42],[43],[44]. Cette tentative d'assassinat intervient dans un climat de tensions inédit pour une élection présidentielle[45],[46] ; Jair Bolsonaro avait auparavant lui-même refusé de condamner une attaque contre la caravane de campagne de Lula et avait appelé à mitrailler des militants de gauche[46],[47],[48]. Il quitte l'hôpital le pour poursuivre sa convalescence et sa campagne à son domicile[49].

Son électorat comprend principalement des membres des classes moyennes et supérieures, des jeunes, et des habitants du Sud[50],[51],[52]. Il est particulièrement apprécié des propriétaires terriens et des industriels[50],[51]. D'abord surtout favorables à Geraldo Alckmin, les marchés financiers se rallient progressivement à sa candidature en raison de la montée des intentions de vote en sa faveur et de son programme économique[53],[31]. Il reçoit également le soutien de personnalités comme Ronaldinho, Lucas Moura, Rivaldo, Marcelo Filho, Cafu, Felipe Melo, Jádson, José Aldo ou Gusttavo Lima[54],[55],[56],[57],[58].

Le , il arrive en tête du premier tour avec 46,03 %, soit un score plus important qu’annoncé par les sondages. Dans le même temps, les élections parlementaires voient le PSL devenir la deuxième force en termes d’élus et la première en nombre de voix[59],[60]. Dans l’entre-deux-tours, Jair Bolsonaro modère quelque peu son discours, notamment sur les questions économiques[61]. Comme au premier tour, il refuse de participer à des débats, invoquant les consignes de ses médecins puis des raisons stratégiques[62],[63].

Au second tour, le , Jair Bolsonaro obtient 55,13 % (58 millions de voix) face au candidat du Parti des travailleurs (PT), Fernando Haddad (47 millions, 44,87 %)[64].

Président de la République

Jair Bolsonaro lors de son investiture, le .
Investiture et débuts

Son investiture à la présidence de la République fédérative du Brésil se déroule le [65]. Il constitue le lendemain un gouvernement resserré, composé de vingt hommes et deux femmes, et comprenant des militaires, des nostalgiques de la dictature, des évangéliques et climatosceptiques, avec une personnalité dominante cumulant cinq portefeuilles de ministres (Économie, Finances, Industrie, Commerce et Planification), Paulo Guedes[66].

Il est réopéré fin pour retirer une poche de colostomie[67]. Son hospitalisation dure deux semaines en raison de complications post-opératoires[68].

À ses débuts, il bénéfice de 75 % d'opinions favorables[69]. Mais il devra composer avec un Congrès où son parti est minoritaire[70].

Politique intérieure

Sa première mesure est d'augmenter de 4,6 % le salaire mensuel minimum, une mesure qui concerne 50 millions de Brésiliens[71]. Il accorde également un treizième mois aux 14 millions de familles bénéficiant du programme social Bolsa Família[72].

Le 26 mars 2019, il demande au ministre de la Défense d'organiser les commémorations du 31 mars 1964, qu'il ne considère pas comme un coup d'État militaire, levant ainsi l'interdiction faite aux militaires par Dilma Rousseff en 2011[73].

Relations internationales
Jair Bolsonaro et Donald Trump lors d'une conférence de presse ().

Le , il se dit ouvert pour discuter de l'ouverture d'une base américaine[74], ce qui provoque des remous au sein de l'armée[75].

Prises de position et polémiques

Positionnement

Souvent qualifié de nationaliste, populiste ou fasciste, Jair Bolsonaro est généralement classé à l’extrême droite de l’échiquier politique[76],[77],[78],[79]. Selon La Croix, « il devra montrer qu'il a une stature d'homme d'Etat après avoir mené pendant près de trois décennies une modeste carrière de député d'extrême droite » et « a régulièrement affiché sans complexe sa nostalgie des "années de plomb" de la dictature militaire »[80]. Pour l'Express c'est « l'extrême droite au pouvoir ». « Dans sa ligne de mire, pêle-mêle: les Noirs, les femmes, les membres de la communauté LGBT, mais aussi les militants de gauche, les Indiens, les membres du mouvement paysan des sans-terre (MST) et d'ONG, les défenseurs de l'environnement et les journalistes ». Selon Gaspard Estrada, spécialiste de l'Amérique latine à Sciences Po, Bolsonaro « sera tenté de prendre des mesures très dures, sans passer par le Parlement » et craint « une multiplication d'actes violents avec la permission, par omission, du gouvernement Bolsonaro ». Bolsonaro a dit qu'il déclarerait « terroristes » les militants du MST[81]. Selon Maud Chirio, maître de conférences à université Paris-Est-Marne-la-Vallée, son slogan, « Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous », est « une référence assumée au Deutschland über alles (Allemagne au-dessus de tous), l'hymne nazi »[79].

Ses partisans le définissent comme un conservateur de droite[82]. Il appartient au courant conservateur dit de la « Bancada B.B.B » (pour « Banque Balle Bible Bœuf »), qui regroupe les parlementaires liés aux intérêts de la police militaire, des églises évangéliques et de l’agro-industrie[83],[84]. Il entretient une relation particulièrement conflictuelle avec les médias[85]. Pour le consultant politique Jesus Silva Herzog Marquez, Bolsonaro n'est pas un populiste de droite, comme le présente une partie de la presse, mais un fasciste. Au contraire, l'analyste politique Carlos Pereira ne le voit pas comme un fasciste, mais comme un « conservateur prémoderne du XIXe siècle » ne s’étant « jamais modernisé »[86]. En France, l'historienne Armelle Enders indique : « Bolsonaro est d’ailleurs le candidat de la bourgeoisie brésilienne – de la haute à la petite – et du patronat, même s’il a considérablement élargi son électorat à d’autres strates de la société. […] Le discours de Bolsonaro, faiblement articulé, se réduit à un ultranationalisme chimiquement pur, totalitaire et vengeur. »[87].

Économie
Jair Bolsonaro en 2014.

En 2018, il s’affiche comme un défenseur du libre marché et appelle à la privatisation de plusieurs compagnies publiques[88]. Des analystes indiquent que son parcours politique n’en fait pas pour autant un partisan acharné du libéralisme économique[89]. Il tient ainsi un discours protectionniste en dénonçant l’importance des investissements chinois au Brésil ; selon lui, « la Chine n'achète pas au Brésil : la Chine achète le Brésil »[61],[90].

Il a condamné les aides sociales apportées aux plus pauvres sous la présidence de Lula, estimant que celles-ci « nourrissent une population de bandits et de fainéants. »[91]. Dans l’entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2018, il revient sur sa proposition de supprimer le treizième mois des salariés et propose son intégration dans le programme social Bolsa Família[91],[92].

Selon La Croix, « Même s'il avoue ne rien comprendre à l'économie, il est parvenu à gagner la confiance des marchés grâce à son gourou Paulo Guedes, un "Chicago Boy" ultra-libéral qui sera un "super ministre" de son gouvernement, également composé de sept militaires, sur 22 ministres au total. »[80]

Sécurité et dictature

Mettant l’accent sur l’importance de la sécurité publique, il se montre avant son élection partisan de la majorité pénale à 16 ans, du port d'armes, de la peine de mort et de l'utilisation de la torture contre les trafiquants de drogue[93],[94],[95]. En 2008, pour réduire la criminalité et la pauvreté, il se prononce pour un contrôle des naissances au moyen de la stérilisation forcée des individus pauvres n’ayant pas reçu éducation et des criminels[96]. Il exprime régulièrement sa nostalgie pour la dictature militaire, qualifiant le coup d’État de 1964 de « révolution démocratique »[97]. Il déclare dans un entretien radiophonique que l'« erreur de la dictature a été de torturer au lieu de tuer »[98]. Il proclame également son admiration pour le dictateur chilien Augusto Pinochet[23]. Lors de la campagne présidentielle de 2018, il affirme que son objectif est de faire que le Brésil « ressemble à ce qu'il était il y a 40 ou 50 ans »[99].

Le , il déclare que s'il est élu président, il lancera une purge « comme jamais le Brésil n'en a connue ». Il dit que les dirigeants du Parti des travailleurs « devront tous pourrir en prison », et déclare, à propos des mouvements de gauche : « Ils vont devoir se soumettre à la loi comme tout le monde. Ou ils s'en vont, ou ils vont en prison. »[100],[101],[102]. Peu après sa prise de fonction, il promet de destituer les fonctionnaires qui auraient des idées « communistes »[103].

Le 21 novembre 2018, il déclare que le Brésil, en comparaison avec la Hongrie, « ne sait toujours pas ce qu'est la dictature, ni ce que c'est que de souffrir aux mains de ces personnes »[104].

Après son élection à la présidence du Brésil, il s'oppose au rétablissement de la peine de mort, considérant qu'il s'agit d'« une clause immuable de la Constitution »[105].

Questions sociétales

Hostile à la laïcité, il est opposé à l’avortement[106],[107].

Il tient plusieurs fois des propos homophobes[a],[b],[108] et s’oppose à l'union civile entre deux personnes de même sexe alors que le Conseil national de justice a légalisé le mariage homosexuel au Brésil[93],[109]. Lors de la campagne présidentielle de 2018, il se défend de toute homophobie[c],[110]. Après son élection, il se prononce pour des peines plus lourdes pour les agressions homophobes[111].

À plusieurs reprises, il tient des propos misogynes[112]. À la députée fédérale Maria do Rosário, qui venait de le traiter de violeur, il lance en 2003 qu'il ne pourrait pas la violer car elle « ne le mérite pas », puis déclare en 2014 que c’est parce qu'elle est mauvaise et laide[113],[114],[115],[116]. En 2017, il déclare qu'il faut en « finir avec cette histoire de féminicide »[117]. Il prône le port d’armes pour les femmes, l’alourdissement des peines pour les violeurs et la mise en place de la castration chimique pour ceux-ci[118].

Il est aussi accusé de tenir à plusieurs reprises des propos racistes[d],[e], notamment envers les peuples indigènes et les Noirs, qu’il ne souhaite pas voir bénéficier des quotas ethniques dans les universités[f],[119],[120],[23],[106],[121]. Il est également hostile aux revendications des paysans sans-terre, qualifiant ses membres de « terroristes »[g],[50],[102].

Politique internationale
Jair Bolsonaro et Donald Trump en .

En 1999, alors qu'il est membre du Parti progressiste (droite conservatrice), il déclare dans le journal Estadão de S.Paulo qu'Hugo Chávez est un « espoir pour l'Amérique latine » et qu'il « espère que sa philosophie arrivera au Brésil ». Interrogé sur le soutien de la gauche vénézuélienne à Chavez, il répond : « Je ne suis pas anticommuniste et lui non plus. En fait, il n'y a rien de plus proche du communisme que le milieu militaire »[122],[123]. Il s’oppose par la suite à Chávez, qu’il qualifie de « dictateur », au même titre qu’Evo Morales ou Fidel Castro[124].

Il exprime son admiration pour le président américain Donald Trump[82], à qui il rend visite pour son premier déplacement à l’étranger et sa première rencontre bilatérale comme président du Brésil[125]. Il souhaite obtenir des États-Unis le statut d’« allié majeur non membre de l’OTAN » qui permettrait l’achat de matériel et de technologie militaire américains, ainsi qu'une ouverture des marchés nord-américains à l’industrie brésilienne[125]. L'AFP remarque qu'il « s'est totalement aligné sur l'administration Trump depuis sa prise de fonctions »[126].

Pro-Israël, il appelle au transfert à Jérusalem de l’ambassade brésilienne en Israël, et à la fermeture de l'ambassade de Palestine au Brésil[127],[128]. En avril 2019, il devient le premier chef d'État étranger à se rendre au Mur des Lamentations à Jérusalem en compagnie d'un Premier ministre israélien, en l'occurrence Benjamin Netanyahu, alors en campagne électorale[126]. Selon l'AFP, « il cherche à flatter son électorat évangélique, très attaché à Israël et qui a fortement contribué à sa victoire aux élections »[126].

Environnement

Climatosceptique, il se prononce pour le retrait du Brésil de l'accord de Paris sur le climat et pour la fusion du ministère de l'Environnement avec celui de l'Agriculture ; il renonce à cette fusion lors de la formation de son gouvernement[129]. Il entend également construire une autoroute traversant la forêt amazonienne, répondre au lobby agroalimentaire en ouvrant des droits à la culture du soja et à l'élevage, ouvrir les territoires des communautés indigènes aux entreprises minières, assouplir les lois relatives à la protection de l'environnement et interdire des ONG écologistes[130],[131].

Culture

En , il propose, en cas de victoire à la présidentielle, de nommer comme ministre de la Culture l'ancien acteur Alexandre Frota [132]. Il indique ensuite vouloir supprimer le ministère de la Culture[133] ; cette suppression était déjà envisagée en 2016 par le gouvernement Temer[134].

Résultats électoraux

Élection présidentielle
Année Premier tour Second tour
Voix % Rang Issue Voix % Rang Issue
2018 49 276 990 46,0 1 Qualifié 57 797 847 55,1 1 Élu
Élections législatives
Année
Parti Voix % Rang Issue
2014 PP 464 572 6,1 1 Élu[135]
2010 PP 120 646 1,5 11 Élu[136]
2006 PP 99 700 1,2 14 Élu[137]
2002 PPB 88 945 1,1 21 Élu[138]
1998 PPB 102 893 1,4 10 Élu[139]
1994 PPR 111 927 2,5 3 Élu[140]
1990 PDC Élu[141]

Notes et références

Notes

  1. En 2013, il affirme qu'il est « très fièrement homophobe ». Cf. (pt) CanalTwtv, « TWTV _ Deputado Jair Bolsonaro falando sobre Homosexualismo », (consulté le 14 octobre 2018)
  2. Il laisse entendre en 2011 qu’il souhaiterait voir son fils tué dans un accident s’il était homosexuel.
  3. Il affirme vouloir « gouverner pour tous, y compris pour les gays, parce qu'il y a des gays qui sont des pères, qui sont des mères ». Cf. « Jair Bolsonaro 1️⃣7️⃣ on Twitter », Twitter,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018)
  4. En 2008, devant la Chambre des députés, s'exprimant au sujet du représentant amérindien Jacinaldo Barbosa, il estime qu'il « devrait manger du foin, là dehors, pour maintenir ses origines. » Cf. (pt-br) « Notícias - Povos Indígenas no Brasil », sur pib.socioambiental.org (consulté le 21 octobre 2018)
  5. En avril 2017, lors d'une conférence au club hébraïque de Rio de Janeiro, il affirme « Vous avez déjà vu un Japonais faire l'aumône ? Parce que c'est une race qui porte la honte sur son visage. C'est différent, de cette race qui est là en bas, ou de cette minorité qui rumine à côté. ». Cf. (en-US) The Intercept Brasil, « Eu sou Jair Bolsonaro », sur The Intercept, (consulté le 21 octobre 2018)
  6. Au sujet des peuples autochtones, il ne veut pas « un centimètre de plus pour les Indiens ni pour ces bons à rien de quilombolas ». Les Quilombolas sont des paysans descendant des esclaves qui étaient parvenus à s'échapper des plantations avant l'abolition de l'esclavagisme en 1888. Depuis 1988, l'article 68 de la constitution brésilienne leur garantit le droit à des terres.
  7. Il affirme voir en eux des « voyous » et le « bras armé du PT ». Il déclare également : « nous allons donner des fusils aux producteurs ruraux, ce sera leur carte de visite pour les envahisseurs »

Références

  1. Alcyone Wemaëre, « Bolsonaro, le "Trump tropical" qui veut mettre le Brésil au pas », sur France 24, (consulté le 5 novembre 2018)
  2. Jair Bolsonaro, le Trump tropical s’abat sur la démocratie brésilienne, France Culture
  3. Prononciation en portugais brésilien retranscrite selon la méthode de l'alphabet phonétique international (API).
  4. « Brésil: «Trump tropical», «Mito»... Qui est Jair Bolsonaro, grand favori à la présidentielle? », sur 20minutes.fr, (consulté le 28 octobre 2018)
  5. (pt) Valdir Sanches, « ‘Ele não era de falar besteira’, diz mãe de Jair Bolsonaro », sur revistacrescer.globo.com, (consulté le 28 octobre 2018)
  6. a et b Nicolas Delesalle, « Le mirage Bolsonaro », Paris Match, semaine du 31 octobre au 7 novembre 2018, p. 46-51.
  7. a b et c Michel Leclercq, « Jair Bolsonaro, l'antisystème qui veut "nettoyer" le pays », Le Figaro, 27-28 octobre 2018, p. 6.
  8. (pt-br) « 5 facetas de Jair Bolsonaro », GaúchaZH,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2018)
  9. « Brésil : Bolsonaro et l'extrême droite aux portes du pouvoir », L'Alsace, 27 octobre 2018.
  10. https://www.liberation.fr/planete/2018/10/21/bolsonaro-le-chantre-de-la-dictature-en-passe-de-presider-le-bresil_1686769
  11. (pt-br) Eduardo Reina, « EXCLUSIVO: Os documentos do Exército sobre a expulsão de Bolsonaro da Escola de Oficiais após plano terrorista », Diário do Centro do Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018)
  12. Catherine Gouëset, « Brésil: les évangéliques bénissent Bolsonaro », sur LExpress.fr, (consulté le 5 novembre 2018)
  13. Anna Virginia Balloussier, « 'Mitinho', caçula de Bolsonaro cria gosto por política e galinhas », sur folha.uol.com.br, .
  14. Luís Edmundo Araújo, « Tal pai, tal filho », sur terra.com.br.
  15. Eugénie Bastié, « Derrière la victoire de Bolsonaro, le foudroyant succès des évangéliques en Amérique latine », sur Le Figaro, (consulté le 5 novembre 2018).
  16. « Jair Bolsonaro é batizado por pastor no rio Jordão », sur noticias.gospelprime.com.br, .
  17. « Brésil. Le fils aîné de Bolsonaro dans la tourmente, la présidence éclaboussée », sur Courrier international (consulté le 23 janvier 2019)
  18. Marcelo Gomes et Diego Sarza, « Coaf aponta que ex-motorista de Flávio Bolsonaro movimentou mais de R$ 1,2 milhão em operações suspeitas », sur globo.com [date=6 décembre 2018 (consulté le 13 février 2019)..
  19. http://www.arqanalagoa.ufscar.br/pdf/recortes/R03088.pdf
  20. http://observatoriodaimprensa.com.br/jornal-de-debates/capitao-bolsonaro-a-historia-esquecida/
  21. https://ultimosegundo.ig.com.br/politica/2014-10-05/reeleito-deputado-pelo-rio-bolsonaro-quase-quadruplicou-votos-em-relacao-a-2010.html
  22. https://politica.estadao.com.br/noticias/geral,bolsonaro-aprova-dois-projetos-em-26-anos-de-congresso,70001900653
  23. a b c d et e « Jair Bolsonaro, le Donald Trump brésilien qui électrise la présidentielle », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018)
  24. (pt-br) « Saiba como votou cada deputado no segundo turno da PEC 241 », Política,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2018)
  25. « Lula sigue liderando encuestas para elecciones presidenciales », TeleSUR,‎ (lire en ligne)
  26. « Le Brésil devient l’un des 10 pays les plus violents au monde », sur rfi.fr, Radio France International, (consulté le 28 octobre 2018)
  27. Dominique Moïsi, « Jair Bolsonaro ou la fuite en avant du Brésil », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  28. Michel Leclercq, « Brésil : l'extrême droite à l'orée du pouvoir », Le Figaro, 27-28 octobre 2018, p. 6.
  29. Morgane Rubetti, « Brésil : une campagne présidentielle à rebondissements », Le Figaro=,‎ (lire en ligne)
  30. Cloé Magister, « Brésil: Jair Bolsonaro, l’espoir anti-corruption d’extrême droite », sur rfi.fr, (consulté le 28 octobre 2018)
  31. a et b https://www.ft.com/content/0e442654-cc18-11e8-b276-b9069bde0956
  32. https://www.courrierinternational.com/article/en-politique-etrangere-bolsonaro-sur-la-ligne-trump
  33. https://www.lejdd.fr/International/jair-bolsonaro-est-il-vraiment-le-donald-trump-du-bresil-3789371
  34. http://www.europe1.fr/international/jair-bolsonaro-le-donald-trump-bresilien-qui-electrise-la-presidentielle-3750176
  35. Nicolas Lebourg, « Bolsonaro n’est pas un «Trump brésilien» », sur Mediapart, (consulté le 11 novembre 2018).
  36. « Brésil : le candidat d'extrême droite à la présidentielle poignardé pendant un bain de foule », sur franceinfo.fr, (consulté le 7 septembre 2018).
  37. https://oglobo.globo.com/brasil/diretora-de-hospital-diz-que-bolsonaro-perdeu-cerca-de-40-do-sangue-do-corpo-23049101
  38. « Brésil : le candidat d'extrême droite à la présidentielle légèrement blessé à l'arme blanche », sur europe1.fr (consulté le 6 septembre 2018).
  39. https://www.em.com.br/app/noticia/politica/2018/09/06/interna_politica,986750/bolsonaro-esta-com-hemorragia-interna.shtml
  40. « Brésil : Jair Bolsonaro, le candidat poignardé, est sorti des soins intensifs », sur Le Monde.fr (consulté le 13 septembre 2018)
  41. « Brésil : qui est l'agresseur de Jair Bolsonaro ? », euronews,‎ (lire en ligne, consulté le 9 octobre 2018)
  42. https://www.20minutes.fr/monde/2332295-20180907-video-bresil-candidat-extreme-droite-jair-bolsonaro-gravement-blesse-couteau
  43. http://fr.euronews.com/2018/09/07/bresil-qui-est-l-agresseur-de-jair-bolsonaro
  44. https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/presidentielle-bresilienne-le-candidat-dextreme-droite-jair-bolsonaro-poignarde-en
  45. « Brésil : Jair Bolsonaro, candidat d'extrême droite à la présidentielle, blessé à l'arme blanche », sur france24.com, (consulté le 7 septembre 2018)
  46. a et b « Au Brésil, jamais une campagne présidentielle n'avait été aussi violente », sur francetvinfo.fr, (consulté le 7 septembre 2018)
  47. « Dans le sud du Brésil, la caravane électorale de Lula visée par des tirs », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  48. (pt-br) « Bolsonaro: 'Lula quis transformar Brasil num galinheiro, agora colhe ovos por onde passa' - Política - Estadão », Estadão,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  49. « Brésil : le candidat d'extrême droite Bolsonaro quitte l'hôpital sur fond de manifestations », sur Le Figaro (consulté le 1er octobre 2018)
  50. a b et c « Brésil : l’ombre brune des grands propriétaires sur les urnes », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2018)
  51. a et b « Élections au Brésil : les marchés, l'industrie et l'agrobusiness soutiennent l'extrême-droite », Basta,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2018)
  52. (en-US) Mário Magalhães, « Os brasileiros mais pobres são a maior resistência à candidatura Bolsonaro », sur The Intercept,
  53. « Au Brésil les marchés choisissent l'extrême droite », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2018)
  54. http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/2018/10/08/27001-20181008ARTFIG00213-ronaldinho-a-soutenu-officiellement-le-candidat-d-extreme-droite-jair-bolsonaro.php
  55. https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Bresil-lucas-moura-critique-pour-son-soutien-au-candidat-populiste-jair-bolsonaro/939030
  56. https://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3483768/2018/10/07/Ronaldinho-et-Rivaldo-soutiennent-ouvertement-le-candidat-de-l-extreme-droite.dhtml
  57. (pt) Paulo Amaral, « Os famosos que votam em Jair Bolsonaro », sur www.huffpostbrasil.com, (consulté le 9 octobre 2018)
  58. (pt) « Gusttavo Lima usa fuzil, declara apoio a Bolsonaro e defende armamento », sur correiobraziliense.com.br, (consulté le 9 octobre 2018)
  59. https://g1.globo.com/politica/eleicoes/2018/eleicao-em-numeros/noticia/2018/10/08/pt-perde-deputados-mas-ainda-tem-maior-bancada-da-camara-psl-de-bolsonaro-ganha-52-representantes.ghtml
  60. https://g1.globo.com/politica/eleicoes/2018/eleicao-em-numeros/noticia/2018/10/08/mdb-rede-e-pp-elegem-o-maior-numero-de-senadores.ghtml
  61. a et b https://fr.euronews.com/2018/10/11/presidentielle-bresilienne-les-revirements-de-bolsonaro
  62. Le Point, magazine, « Brésil : face à Bolsonaro, l'ultra-favori, les bien maigres espoirs de Haddad », sur Le Point (consulté le 15 octobre 2018)
  63. https://www.mediapart.fr/journal/international/101018/bresil-bolsonaro-encore-trop-faible-pour-reprendre-la-campagne-electorale
  64. https://g1.globo.com/politica/eleicoes/2018/apuracao/presidente.ghtml
  65. https://www.20minutes.fr/monde/2406559-20190101-discours-investiture-jair-bolsonaro-appelle-pacte-national-redresser-bresil
  66. Jean-Mathieu Albertini (2018) Les hommes forts du nouveau gouvernement brésilien, Médiapart | 30 décembre 2018
  67. « Brésil: le président Bolsonaro opéré à Sao Paulo », sur Le Figaro (consulté le 28 janvier 2019)
  68. « Brésil: Bolsonaro a quitté l'hôpital », sur Le Figaro (consulté le 14 février 2019)
  69. « À peine investi, Bolsonaro lance l’offensive sur l'Amazonie », sur Slate.fr (consulté le 13 janvier 2019)
  70. https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/01/au-bresil-jair-bolsonaro-va-devoir-composer-avec-un-congres-ou-son-parti-est-minoritaire_5417708_3210.html
  71. « Bolsonaro : ça commence fort », sur Libération.fr (consulté le 13 janvier 2019)
  72. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/bresil-bolsonaro-amplifie-un-programme-social-de-la-gauche-20190411
  73. « Brésil : Bolsonaro ordonne une commémoration du coup d'Etat militaire de 1964 », sur L'Obs (consulté le 26 mars 2019)
  74. « Jair Bolsonaro prêt à discuter d'une base militaire américaine au Brésil », sur France 24 (consulté le 13 janvier 2019)
  75. « Brésil: Malaise dans l'armée après les propos de Bolsonaro sur une base US », sur Challenges (consulté le 13 janvier 2019)
  76. https://www.lematin.ch/monde/bolsonaro-dit-pacte-migrations/story/15206700
  77. Jair Bolsonaro à la tête du Brésil?
  78. https://www.24heures.ch/monde/bolsonaro-dit-pacte-migrations/story/15206700
  79. a et b Vincent Daniel, « "C'est un projet fasciste" : ce que contient le programme de Jair Bolsonaro, élu président du Brésil », sur francetvinfo.fr, (consulté le 2 novembre 2018).
  80. a et b Jair Bolsonaro, premier président élu d'extrême droite du Brésil, La Croix, 1/1/2019
  81. Brésil: Bolsonaro élu, l'extrême droite au pouvoir, L'Express, 29/10/2018
  82. a et b (en) Sam Meredith, « Who is the 'Trump of the Tropics?': All you need to know about Brazil's presidential frontrunner », sur cnbc.com, (consulté le 28 octobre 2018)
  83. « L’alliance de la Bible et du fusil-mitrailleur : ces figures montantes de l'extrême-droite brésilienne », Basta !,‎ (lire en ligne).
  84. (en) Frédéric Prévot, « Bœuf, balles et Bible : ces puissants réseaux qui portent le candidat Bolsonaro au Brésil », The Conversation,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2018)
  85. https://www.france24.com/fr/20181027-bresil-bolsonaro-president-presse-relation-tendue-medias-reseaux-sociaux
  86. (en) Peter Prengaman, « Fascist? Populist? Debate over describing Brazil’s frontrunner Bolsonaro », The Times of Israel,‎ (lire en ligne)
  87. Armelle Enders, « Brésil : apocalypse now ! », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 26 octobre 2018).
  88. (pt) Bruno Boghossian et Mariana Carneiro, « Bolsonaro diz que é liberal e adota discurso que agrada investidores », sur folha.uol.com.br, Folha de São Paulo, (consulté le 28 octobre 2018)
  89. https://jornalggn.com.br/noticia/em-7-mandatos-bolsonaro-nao-foi-um-deputado-liberal-nem-totalmente-anti-pt
  90. https://uk.reuters.com/article/brazil-politics-alckmin/brazil-presidential-candidate-bolsonaro-offers-false-hope-says-rivals-aide-idUKL8N1U75LQ
  91. a et b « Les favelas, grandes oubliées de la campagne présidentielle au Brésil - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2018)
  92. https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/vu-du-bresil-pour-seduire-les-electeurs-les-plus-pauvres-bolsonaro-retourne-sa-veste
  93. a et b (pt) « Interview de Jair Bolsonaro » (consulté le 28 octobre 2018)
  94. https://www.la-croix.com/Monde/Bresil-pourquoi-electeurs-Bolsonaro-choisissent-extreme-droite-2018-07-24-1300957246
  95. (pt) « "Sou a favor da pena de morte", diz Bolsonaro » (consulté le 28 octobre 2018)
  96. https://www.opovo.com.br/noticias/politica/2018/06/bolsonaro-defendeu-esterilizacao-como-forma-de-combater-miseria-e-crim.html
  97. « Brésil : le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro assume sa ligne », sur Le Monde.fr (consulté le 7 septembre 2018)
  98. (pt-br) Brasil 247, « Mais motivo para cassação: “erro da ditadura foi torturar e não matar” », Brasil 247,‎ 8 de julho de 2016 às 15:57 (lire en ligne, consulté le 9 octobre 2018)
  99. (pt-br) « Objetivo é fazer Brasil semelhante ao que 'era há 40, 50 anos', diz Bolsonaro », Folha de S.Paulo,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2018)
  100. L'exil ou la prison : ce que promet Bolsonaro à ses opposants
  101. « Brésil: Bolsonaro promet "la prison ou l'exil" pour les "gauchistes" quand il sera élu », sur www.lesinrocks.com, (consulté le 24 octobre 2018)
  102. a et b (en) « Brazil's Jair Bolsonaro threatens purge of leftwing 'outlaws' », sur The Guardian
  103. https://www.jn.pt/mundo/interior/bolsonaro-admite-demitir-funcionarios-comunistas-10392821.html
  104. « «Les Brésiliens ne savent pas encore ce qu’est la dictature», selon Jair Bolsonaro », sur www.cnews.fr (consulté le 22 novembre 2018)
  105. https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/16/bresil-bolsonaro-s-oppose-a-son-fils-sur-la-question-de-la-peine-de-mort_5398442_3210.html
  106. a et b http://www.osul.com.br/bolsonaro-em-porto-alegre-confirma-ser-contra-o-aborto-e-a-favor-da-reducao-da-maioridade-penal/
  107. « torture, homosexuels, Noirs… Jair Bolsonaro dans le texte », sur France 24
  108. (pt-br) « ‘Sou homofóbico, sim, com muito orgulho’, diz Bolsonaro em vídeo que está viralizando nas redes sociais », Catraca Livre,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2018)
  109. «Declaração de Bolsonaro sobre palmadas para corrigir tendências homossexuais será debatida em comissão» sur le site de la Chambre des députés (pt)
  110. https://culturebox.francetvinfo.fr/culture/bresil-quand-bolsonaro-le-candidat-homophobe-reprend-la-musique-de-queen-280353
  111. https://g1.globo.com/jornal-nacional/noticia/2018/10/29/presidente-eleito-jair-bolsonaro-e-entrevistado-no-jornal-nacional.ghtml
  112. https://exame.abril.com.br/brasil/piada-de-bolsonaro-sobre-sua-filha-gera-revolta-nas-redes-sociais/
  113. (pt-br) « Bolsonaro vira réu por falar que Maria do Rosário não merece ser estuprada », Política,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2018)
  114. https://extra.globo.com/noticias/brasil/jair-bolsonaro-repete-insulto-deputada-maria-do-rosario-so-nao-te-estupro-porque-voce-nao-merece-14781338.html
  115. Olivier Royant, « Brésil, une campagne à couteaux tirés », Paris Match, semaine du 13 au 19 septembre 2018, p. 44-49.
  116. « Élections au Brésil : les déclarations polémiques de Jaïr Bolsonaro », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2018)
  117. (pt-br) « Bolsonaro ensina como combater o feminicídio: com o homicídio! | Reinaldo Azevedo », VEJA.com,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  118. https://www.lepoint.fr/monde/bresil-les-femmes-impuissantes-pour-contrer-bolsonaro-22-10-2018-2264744_24.php
  119. « Desrespeito aos povos indígenas no Congresso», Rota Brasil Oeste (pt)
  120. «Deputado nega ser racista, mas mantém declarações homofóbicas», Correio (pt)
  121. https://noticias.uol.com.br/politica/ultimas-noticias/2011/04/01/para-ministra-da-igualdade-racial-declaracoes-de-bolsonaro-sao-caso-explicito-de-racismo.htm
  122. « Venezuleano Embaralha debate no Congresso », Estadão de S. Paulo,‎ (lire en ligne, consulté le 9 octobre 2018)
  123. (pt-br) « Bolsonaro defende Hugo Chávez em entrevista de 1999 », VEJA.com,‎ (lire en ligne, consulté le 9 octobre 2018)
  124. https://www.cartacapital.com.br/politica/por-que-jair-bolsonaro-elogiou-hugo-chavez-em-1999
  125. a et b Thomas Cantaloube, « Quand le Trump de Washington rencontre le Trump des tropiques », sur Mediapart, (consulté le 26 mars 2019).
  126. a b et c AFP, « Bolsonaro crée un précédent diplomatique au Mur des Lamentations », sur lexpress.fr, (consulté le 2 avril 2019).
  127. https://www.timesofisrael.com/fascist-populist-debate-over-describing-brazils-bolsonaro/
  128. « Brésil : Jair Bolsonaro promet de fermer l’ambassade palestinienne », sur The Times of Israël (consulté le 13 septembre 2018)
  129. https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/11/01/jair-bolsonaro-fait-volte-face-sur-la-fusion-des-ministeres-de-l-agriculture-et-de-l-environnement_5377734_3222.html
  130. Pierre Haski, « Au Brésil, l’environnement sera la première victime d’une présidence d’extrême droite », sur franceinter.fr, (consulté le 20 octobre 2018).
  131. (en) Home, « Amazon at risk from Bolsonaro's grim attack on the environment | Fabiano Maisonnave », sur the Guardian,
  132. (pt-br) « Bolsonaro diz que quer Alexandre Frota ministro da Cultura em vídeo », O Globo,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2018)
  133. (pt-br) « Bolsonaro defende a extinção do Ministério da Cultura - Notícias - UOL Eleições 2018 », UOL Eleições 2018,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2018)
  134. « Brésil : la suppression du ministère de la Culture fait scandale », Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2018)
  135. Results 2014
  136. Results 2010
  137. Results 2006
  138. Results 2002
  139. Results 1998
  140. Results 1994
  141. http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/12/12/jair-bolsonaro-plus-scandaleux-que-le-plus-scandaleux-de-tes-deputes/

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque nationale de Pologne
    • WorldCat
  • Ressource relative à la vie publique : Centro de Pesquisa e Documentação de História Contemporânea do Brasil