Jacques Mézard

Jacques Mézard
Jacques Mézard le 14 juillet 2017
Jacques Mézard le 14 juillet 2017
Fonctions
Ministre de la Cohésion des territoires
En fonction depuis le
(5 mois et 5 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe II
Prédécesseur Richard Ferrand
Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation

(1 mois et 2 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I
Prédécesseur Stéphane Le Foll
Successeur Stéphane Travert
Président du groupe RDSE au Sénat

(5 ans, 7 mois et 23 jours)
Élection
Groupe politique RDSE
Prédécesseur Yvon Collin
Successeur Gilbert Barbier
Sénateur du Cantal

(8 ans, 8 mois et 16 jours)
Élection 21 septembre 2008
Réélection 28 septembre 2014
Successeur Josiane Costes
Président de la Cté d'agglomération
du Bassin d'Aurillac

(16 ans, 3 mois et 6 jours)
Réélection 18 septembre 2008
30 mars 2014
Successeur Michel Roussy
Conseiller général du Cantal
Élu dans le Canton d'Aurillac-4

(14 ans, 6 mois et 3 jours)
Prédécesseur Jean-Philippe Maurs
Successeur Philippe Maurs
Biographie
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Aurillac (Cantal)
Nationalité Française
Parti politique PRG
Père Jean Mézard
Profession Avocat

Jacques Mézard, né le à Aurillac, est un homme politique français. Membre du Parti radical de gauche, il est sénateur du Cantal depuis septembre 2008 avant de rejoindre le gouvernement Édouard Philippe (1) en tant que ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation le . Le 21 juin 2017, il remplace Richard Ferrand au ministère de la Cohésion des territoires.

Biographie

Origines et formation

Fils de Jean Mézard[1], Jacques Mézard est diplômé d'études supérieures en droit privé à Assas[2]. Il est l'oncle de Marc Mézard.[réf. souhaitée]

Carrière

Avocat honoraire, conseiller municipal d'Aurillac et président de la Communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac, il est élu sénateur du Cantal le [3] et président du groupe RDSE en .

Fin , il prend l'initiative de réunir les signatures de parlementaires nécessaires pour soumettre au Conseil constitutionnel le contrôle de la conformité à la constitution de la loi réprimant « la contestation de l'existence des génocides reconnus par la loi », loi de caractère général, mais concernant en particulier le génocide arménien ; le recours est signé par 82 parlementaires émanant de divers groupes politiques. Le , cette loi est jugée contraire à la constitution par le Conseil constitutionnel[4].

Son fils, Maximilien, ancien assistant parlementaire de Jean-Michel Baylet, a été conseiller technique chargé de la justice et des institutions au cabinet d'Anne-Marie Escoffier, ministre déléguée à la Décentralisation.

Le , il obtient 13 voix au premier tour de l'élection du président du Sénat.

Il vote contre l’amendement pour l’interdiction des néonicotinoïdes (pesticide tueur d'abeilles) à la séance du Sénat du 22 janvier 2016[5].

Il soutient Emmanuel Macron, candidat du mouvement En marche !, pour l'élection présidentielle de 2017[6].

Ministre de l'Agriculture

Le , il est nommé ministre de l'Agriculture du gouvernement Édouard Philippe (1).

Ministre de la Cohésion des territoires

Le , il est nommé ministre de la Cohésion des territoires du gouvernement Édouard Philippe (2) et succède à Richard Ferrand.

Décoration

Liens externes

Notes et références

  1. « Aurillac dans la tourmente », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Découvrez les diplômes des ministres du gouvernement Édouard Philippe », Le Figaro.fr étudiant,‎ (lire en ligne)
  3. « Sénatoriales 2008 dans le Cantal », sur senat.fr,
  4. « Le sénateur qui a surpris Sarkozy », La Montagne, 2 mars 2012.
  5. Sénat français, « Aperçu de l'amendement », sur www.senat.fr (consulté le 28 juin 2017)
  6. Bernard Stéphan, « Jacques Mézard, sénateur du Cantal, soutient Macron », La Montagne,‎ (lire en ligne)
  7. Décret portant promotion et nomination aux grades de commandeur, d'officier ou de chevalier de l'ordre national du Mérite du