Jacques Fein

Jacques Fein (né Jacques Karpik) (, Paris-, Maryland, États-Unis) est un franco-américain, dont les parents d'origine polonaise arrivent en France dans les années 1930 et qui seront déportés et assassinés à Auschwitz. Ils ont pu placer leur fils et sa sœur Annette (née en ), par l'intermédiaire de l'Œuvre de secours aux enfants (OSE), dans une famille catholique, celle de Marcel et Suzanne Bocahut, à Vert-Galant (Seine-Saint-Denis), à environ 40 kilomètres de Paris. Orphelins, jacques et sa sœur Annette, sont adoptés par une famille américaine, Harry et Rose Fein.

Biographie

Jacques Karpik est né en à Paris. Ses parents, Szmul Karpik et Rojza Karpik , sont des juifs polonais, qui immigrent à Paris dans les années 1930[1],[2],[3],[4].

Szmul Karpik est né le à Sokolow[5], en Pologne. Rojza Karpik (née Tascynowicz) est née le à Volomin, en Pologne. Ils habitent au 10 villa Stendhal dans le 20e arrondissement de Paris[6].

Szmul Karpik est un tailleur. Son épouse s'occupe de la maison et des enfants: Jacques et Annette née en [1].

Pour protéger leurs enfants, les époux Karpik s'adressent à l'Œuvre de secours aux enfants (OSE). Ils sont placés alors dans une famille catholique, celle de Marcel et Suzanne Bocahut[7], qui habitent au Vert-Galant (Seine-Saint-Denis) dans la région parisienne. Peu après que les parents aient mis leurs enfants en sécurité, débutent les arrestations et les déportations des Juifs.

La famille Bocahut avait 4 enfants et avait hébergé plusieurs autres enfants Juifs, à part Jacques et Annette Karpik. Ils vivaient au grand jour mais devaient faire attention de cacher leur véritable identité des voisins. Jacques Karpik est baptisé pour éviter toute suspicion qu'il est Juif.

La première année, Rojza Karpik, visite ses enfants[1].

Puis elle est déportée. Jacques Karpik et sa sœur, Annette Karpik,

Déportations

Szmul Karpik, 25 ans, est déporté par le convoi n° 4, en date du , de Pithiviers à Auschwitz[6]. Il y meurt assassiné en 1942[1].

Un an plus tard, la mère de Jacques Karpik est arrêtée dans le métro à Paris[1].

Rojza Karpik, 24 ans, est déportée par le convoi n° 57, en date du , du camp de Drancy vers Auschwitz[6]. Elle y meurt assassinée[1].

Après la Guerre

Une fois la guerre terminée, Jacques Karpik et sa sœur, Annette Karpik, sont placés dans des maisons de l'OSE, dans l'espoir de retrouver leurs parents. Ils vont en Bretagne, (Les Roches) puis à Taverny près de Paris.

Vers la fin de 1947, un couple américain, sans enfants, avec des liens avec l'OSE à New York, Harry et Rose Fein, rencontre Jacques Karpik et Annette Karpik. Ils décident de les adopter. En , les enfants adoptés partent pour les États-Unis avec leurs parents adoptifs.

Aux États-Unis, Jacques Karpik devenu Jacques Fein étudie à l'université Clark, de Worcester au Massachusetts. puis à l'université Johns-Hopkins de Baltimore au Maryland[8] et fait carrière dans l'industrie des logiciels[1].

Famille

Jacques Fein se marie et a deux enfants de son premier mariage: Rachel et Matthew. Il se remarie en 1986 avec Judee Iliff, qui a une fille, Laura. Ils ont trois petits-enfants et habitent à Elkridge au Maryland[1].

Sa sœur, Annette Fein[9], qui vit en Israël, lui survit[1],[10].

Bénévole

Jacques Fein devient un bénévole dans sa communauté juive et devient un témoin de la Shoah. Il offre ses services au United States Holocaust Memorial Museum comme bénévole et est un des fondateurs de l'organisation Washington/Baltimore Survivors of the Holocaust-Last Generation[1].

Mort

Jacques Fein est mort le à l'hopital de Gilchrist Hospice Care d'Ellicott City prés de Baltimore, dans le comté d' Howard, dans l'Etat du Maryland aux États-Unis, après avoir subi un accident vasculaire cérébral à l'âge de 78 ans[1].

Bibliographie

Notes et références

Articles connexes


Article publié sur Wikimonde Plus