Jacques Bigot (homme politique)

Jacques Bigot
Illustration.
Jacques Bigot en juillet 2013.
Fonctions
Sénateur du Bas-Rhin
En fonction depuis le
(4 ans, 1 mois et 18 jours)
Élection 28 septembre 2014
Prédécesseur Roland Ries
Maire d'Illkirch-Graffenstaden
Élection juin 1995
Prédécesseur André Durr
Successeur Claude Froehly
Président de la Communauté urbaine de Strasbourg

(5 ans, 11 mois et 24 jours)
Prédécesseur Robert Grossmann
Successeur Robert Herrmann
Conseiller régional d'Alsace

(12 ans, 6 mois et 21 jours)
Élection mars 1998
Successeur Jean-Jacques Willer
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Strasbourg, Drapeau de la France France
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Profession Avocat

Jacques Bigot, né le à Strasbourg, est un avocat et homme politique français, ancien conseiller régional et ancien président de la communauté urbaine de Strasbourg.

Formation et parcours professionnel

Marié à Josiane Bigot (magistrate, conseillère près la Cour d'appel de Colmar et ancienne présidente de Cour d'assises), Jacques Bigot est père de 3 enfants.

Il est lauréat de la faculté de droit de Strasbourg, titulaire en 1970 d'un DESS de droit privé et est avocat depuis 1975, spécialiste des affaires économiques et de droit de la famille. Membre du conseil de l'Ordre des avocats de Strasbourg de 1978 à 1983, il a également présidé la section locale du Syndicat des avocats de France.

Président de la Chambre de consommation d'Alsace de 1986 à 1993, il fit partie du Conseil national de la consommation.

En 1993, il prend la présidence de l'institut de l’Euro-Info Consommateurs (EIC), organisation transfrontalière dont le siège est à Kehl, en Allemagne. Vice-président de l'Institut Européen inter-régional de la consommation, organisation siégeant à Lille.

Carrière politique

Adhérent du Parti socialiste depuis le Congrès de Pau en 1975, il se présente pour la première fois aux élections municipales en 1983 sur la liste socialiste à Illkirch-Graffenstaden, très largement battue (26 % des suffrages). Conseiller municipal d'opposition, il prend la tête de la liste en 1989 sans succès, face au député-maire sortant, André Durr, élu depuis 1971.

En 1995, profitant d'une droite désunie, il emporte les élections municipales et est élu maire. Durant la présidence assurée par Catherine Trautmann et Roland Ries, il est vice-président de la Communauté urbaine de Strasbourg et préside le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS67).

Dans un contexte national et régional défavorable, il est réélu maire en 2001 avec 26 voix d'avances sur la droite. En 2008, il annonce vouloir « continuer à œuvrer pour la qualité de vie des illkirchois », et à « conduire une politique volontaire et ambitieuse » et se représente pour un troisième mandat : il est réélu au premier et seul tour de scrutin (deux listes en présence) avec près de 70 % des voix.

Jacques Bigot a également mené la liste socialiste aux élections régionales de 1998 et celles de 2004 en alliance avec les Verts dès le premier tour. et préside le groupe socialiste au Conseil régional d'Alsace.

Lors de la campagne pour les municipales, son nom a été cité comme favori à la course pour la présidence de la Communauté urbaine de Strasbourg, et de ses près de 500 000 habitants en cas de victoire de la gauche aux municipales à Strasbourg[1]. Une nouvelle confirmée par Roland Ries, nouveau maire de Strasbourg.

Jacques Bigot est élu président de la Communauté urbaine de Strasbourg le 18 avril 2008 par 62 votes en sa faveur et 27 blanc[2] et prend, par la même, la présidence de l'Association des communautés urbaines de France.

Il est également membre, depuis 2005 du « Conseil de l'Eurodistrict », composé de sept élus français et sept élus allemands, et, depuis le 18 avril 2008, membre du « Comité de suivi », composé de treize hauts représentants des deux pays (Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d'État aux affaires européennes, Adrien Zeller, président de la Région Alsace, etc.).

Le 1er octobre 2009, Jacques Bigot est désigné tête de liste PS aux élections régionales de mars 2010 par les militants socialistes. Il a obtenu plus de 87 % des voix face au militant haut-rhinois Michel Schmitlin.

Depuis le 23 mars 2014, Jacques Bigot brigue un nouveau mandat de maire à la ville d'Illkirch-Graffenstaden. Il l'emporte au premier tour avec 59,05 % des voix[3]. Il démissionne le 3 décembre 2016.

Il devient sénateur du Bas-Rhin le 28 septembre 2014.

Synthèse des mandats

Notes et références

  1. « A Strasbourg, la communauté urbaine sera aussi en jeu dimanche », sur Le Monde, (consulté le 26 mars 2016).
  2. « Bigot croit en l'intercommunalité », sur 20 Minutes, (consulté le 26 mars 2016).
  3. « Jacques Bigot (PS) réélu maire d'Illkirch-Graffenstaden », sur Dernières Nouvelles d'Alsace, (consulté le 26 mars 2016).

Voir aussi

Bibliographie

Lien externe