Jacques-Antoine-Hippolyte de Guibert

Jacques Antoine Hippolyte (ou François-Apolline) de Guibert
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait gravé par G. Engelmann
Nom de naissance Jacques-Antoine-Hippolyte de Guibert
Naissance
Montauban
Décès (à 46 ans)
Paris
Distinctions
Conjoint
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
éloges, récits de voyages, essais, pièces de théâtre

Œuvres principales

  • Défense du système de guerre moderne
  • Essai général de tactique
  • Œuvres dramatiques (1825, posthume)

Jacques-Antoine-Hippolyte, comte de Guibert (parfois aussi François-Apolline de Guibert), né le à Montauban et mort le à Paris, est un officier général, tacticien et écrivain français, membre de l'Académie française.

Débutant sa carrière militaire sous les auspices de son père, officier de fortune, Jacques-Antoine-Hippolyte comte de Guibert atteindra le grade de maréchal de camp, c'est-à-dire officier général. Tacticien conseiller du secrétaire d'État à la guerre, il théorise un nouveau mode de manœuvre des troupes au combat : il recommande dans l'ordre serré d'utiliser habituellement la ligne ou ordre mince, qui favorise la puissance de feu, et de réserver la colonne traditionnelle ou ordre profond, pour le choc avec l'ennemi[1].

Auteur dramatique, prisé des salons littéraires de son temps qu'il fréquente, comme celui de Julie de Lespinasse, il reste surtout un écrivain militaire, tacticien reconnu, dont l' Essai général de tactique est passé à la postérité et a inspiré Napoléon Bonaparte. Il est élu à l'Académie française au fauteuil n°30 où il remplace le 15 décembre 1785, Antoine Léonard Thomas. Il meurt soudainement le 6 mai 1790. Louise-Alexandrine de Guibert, sa veuve, femme d'esprit, publie à titre posthume son œuvre intégrale.

Biographie

Jeunesse et vie militaire d'un officier brillant (1743-1769)

Guibert naît le 12 novembre 1743 dans une famille de petite noblesse récente de Montauban. Son père Charles-Benoît (23 mars 1715 - 5 décembre 1786) est un militaire issu de la bourgeoisie montalbanaise. Sa mère, Suzanne Rivail, dame de Rivallière, mariée le 1er mars 1742, est fille d'un capitaine des Gardes suisses originaire de Romans-sur-Isère. Il est l'aîné, cinq sœurs suivront.

Officier de fortune car soldat de valeur, son père est repéré notamment par le maréchal de Broglie qui en fait son aide de camp. Suivant les pas de son père, Jacques Antoine Hippolyte entre en 1756, à l'âge de treize ans, au régiment d'Auvergne avec le grade de lieutenant. Il devient capitaine en 1758 et prend part à la guerre de Sept Ans.Il se signale à la bataille de Rossbach, en 1757, et à celle de Minden, deux ans plus tard.

Il participe à l'expédition en Corse, comme aide-major général de l'armée. Il obtient le grade de colonel, le 11 mars 1769 et s'illustre à la bataille de Ponte-Novo, victoire française qui marque la conquête définitive de la Corse par la France. Le 10 août 1769, le comte de Vaux obtient la création d'une Légion Corse dont Guibert reçoit le commandement. Sur sa notation, on peut lire : « A de l'esprit, fait pour être avancé, sera propre à tout ».[2] À l'issue des combats en Corse, il est décoré de la croix de Saint-Louis.[3].

Des salons au ministère de la guerre, un esprit visionnaire (1769-1776)

Il publie à Liège son Essai général de tactique, accompagné d'un Discours où il se propose « ...de tracer le tableau politique et militaire de l’Europe »[4] et en particulier de sa Nation en considérant « sa constitution, ses moyens, son génie, la situation de son militaire... J'oserai parler de son administration, dévoiler ses abus, en chercher les remèdes, élever enfin l'édifice d'une constitution, à la fois politique & militaire »[4]... Par prudence, il se retire en Prusse en attendant de voir l'effet que son ouvrage aura sur l'opinion[5],[6] : c’est ainsi qu'en 1773, Frédéric II le Grand reconnaît en lui un grand tacticien avec lequel il converse souvent sur les questions militaires. Toulongeon publiera ultérieurement son Journal d'un voyage en Allemagne (1803).

Ayant observé les méthodes de défense raisonnée et scientifique utilisées par l'armée prussienne, qui rejoignent ses idées, qu'il résume plus tard dans sa Défense du système de guerre moderne, il rentre en France et est appelé au ministère de la guerre en 1775. Il coopère alors avec le comte de Saint-Germain dans une série de réformes de l'armée française, notamment du règlement d'exercice et de manœuvre de 1776.

La période est faste pour Jacques-Antoine-Hippolyte qui par ailleurs se marie le 1er mars 1775, dans la chapelle du Château de Chenonceau, avec Alexandrine Louise Boutinon des Hayes, cousine par alliance du fermier général Dupin de Francueil, issue d'une famille d'officier, enrichie dans la ferme des tabacs. Ce mariage d'établissement se double d'une union sentimentale solide. Les époux sont sincèrement épris l'un de l'autre et la mariée est autant une femme d'esprit qu'elle a de beaux atours. Le 10 décembre 1776, son père Charles-Benoît est anobli dans le Saint-Empire romain germanique avec le titre de comte, titre de noblesse qui lui est reconnu par le roi en France. Il est fils aîné de comte, marié et établi, en pleine ascension.

Un esprit en guerre, mort prématurément (1777-1790)

En 1777, à la disgrâce de Saint-Germain, Guibert est également évincé du ministère, et il reçoit le commandement du régiment de Neustrie. Dans cette semi-retraite, il défend vigoureusement son ancien chef Saint-Germain contre ses détracteurs. Moins soucieux de plaire, « en 1777, M. de Guibert composa Anne de Boleyn, sa troisième tragédie, où il peint avec autant d'énergie que d'éloquence le caractère despotique de Henri VIII et la piété courageuse d'Anne de Boleyn», écrit madame de Guibert lorsqu'elle la publie en 1822. Avec l' Éloge du Chancelier de L'Hospital (1777), dans lequel il développe des idées politiques novatrices, puis Défense du système de guerre moderne (1779), critique en règle de la politique militaire menée et parachèvement des idées sonEssai général de tactique, Guibert voit son entrée à l'Académie française repoussée.

Guibert, toujours colonel, retourne à sa vie militaire. Le 1er mars 1783, son père est nommé 11e gouverneur et inspecteur général des Invalides et est élevé en 1784 au rang de Lieutenant Général des armées du Roi. Il va l'accompagner dans ses inspections.

Il est élu à l’Académie française le 15 décembre 1785, et reçu par le marquis de Saint-Lambert le 13 février 1786. À la veille de la Révolution, il est rappelé au conseil de l’administration de la guerre en 1787 dont il devient la cheville ouvrière. En 1788, il est nommé maréchal de camp et inspecteur divisionnaire d'infanterie de l'Artois[5] ; mais il subit à son tour des attaques : les réformes qu’il introduit le rendent impopulaire. Candidat en janvier 1789 à la députation de la noblesse du bailliage de Bourges pour les États Généraux de 1789, il est hué et obligé de quitter l’assemblée[5]. Le mémoire en défense qu'il publie pour l'occasion[7] n’a aucun écho ; très affecté de cet échec politique, il est emporté par une courte maladie[5] le 6 mai 1790.

L’œuvre de Guibert a eu une grande influence sur les conceptions militaires de Napoléon, qui avait lu et médité ses écrits[8],[9].

Écrits

Dans ses écrits, Guibert préconise la réduction du coût des armées en proposant notamment de ravitailler les hommes avec des ressources sur place aux dépens des populations locales. Néanmoins, il s'oppose au pillage, il préconise le recours à des ententes avec les pouvoirs locaux par exemple[10].

L’Essai général de tactique

En 1770, il publie à Londres Essai général de tactique qui est un succès en Angleterre[11] et en Allemagne[12] et est même traduit en persan. Il est considéré comme l'un des meilleurs essais sur la guerre rédigé par un soldat durant cette période. Il est abondamment commenté dans les salons jusqu'en 1871. Indépendamment des questions techniques, son point de vue éclairé est largement repris à travers toute l'Europe, spécialement dans la période 1763-1792. Il pressentait ainsi la révolution imminente dans l'art de la guerre, une révolution que les tacticiens, eux-mêmes n'avaient pas vu venir, comme le service militaire ; prévision accomplie presque à la lettre vingt ans après la mort de Guibert.

L'auteur dramatique

Auteur dramatique médiocre, il a néanmoins laissé des éloges, entre autres celui de Julie de Lespinasse qui éprouva pour lui une vive passion[13], et celui du roi de Prusse. Le triste sort de sa pièce le Connétable de Bourbon, écrite en 1775, était le point prépondérant dans le refus de Guibert de faire jouer ses autres tragédies : Les Gracques et Anne de Boleyn. La réception paradoxale du Connétable de Bourbon démontre l'hiatus qui sépare l'esthétique mondaine des salons de celle de la Cour de Louis XVI. En fait, cette œuvre a d'abord connu un grand succès dans les salons de l'époque et fut même vantée auprès de la reine Marie-Antoinette, qui a fini par la soutenir et la faire jouer à la Cour.

Publications

  • Essai général de tactique, précédé d'un discours sur l'état actuel de la politique et de la science militaire en Europe ; avec le plan d'un ouvrage intitulé : La France politique et militaire (1770, 1772) Réédition : 2004.
  • Éloge du maréchal de Catinat (1775) Réédition : 1978.
  • Observations sur la constitution militaire et politique des armées de S. M. prussienne, avec quelques anecdotes de la vie privée de ce monarque (1777)
  • Éloge historique de Michel de L'Hospital, chancelier de France (1777) Réédition : 1978.
  • Défense du système de guerre moderne, ou réfutation complète du système de M. de M... D... (1779)
  • Le Connétable de Bourbon, tragédie en 5 actes (1785)
  • Éloge du roi de Prusse (1787) Réédition : 1978.
  • De la Force publique considérée dans tous ses rapports (1790)
  • Journal d'un voyage militaire fait en Prusse dans l'année 1787 (1790)
  • Journal d'un voyage en Allemagne fait en 1773 par G.-A.-H. Guibert, ouvrage posthume publié par sa veuve et précédé d'une notice historique sur la vie de l'auteur (2 volumes, 1803)
  • Œuvres militaires de Guibert, publiées par sa veuve sur les manuscrits et d'après les corrections de l'auteur (5 volumes, 1803)
  • Voyages de Guibert dans diverses parties de la France et en Suisse, faits en 1775, 1778, 1784 et 1785, ouvrage posthume publié par sa veuve (1806)
  • Œuvres dramatiques de Guibert, publiées par sa veuve sur les manuscrits et d'après les corrections de l'auteur (1822)
  • Écrits militaires : 1772-1790 (1977)

Notes et références

  1. Thomas Hernault, , in blog : Sabre et esprit au combat
  2. La Légion Corse ou d'Arcambal sur le site de Jean-Noël Poiron La Corse militaire
  3. D'après une note autobiographique de Guibert, insérée dans le Supplément du Mémoire adressé au Public et à l'Armée sur les Opérations du Conseil de la Guerre (1789 ; in Œuvres militaires (1805), tome V, p. 296) : « J’ai fait la guerre en Corse, et j’y ai obtenu la commission de Colonel, à l'occasion du combat de Ponte-Nuovo qui a décidé la soumission de l’île. (...) à la fin de la campagne, sur les témoignages que rendit de nouveau le Comte de Vaux de l'utilité de mes services, on me donna la Croix de Saint-Louis ; je n'avais alors que vingt-quatre ans... »
  4. a et b D'après Essai général de tactique, C. Plomteux, , « Discours sur l'Etat actuel de la Science politique et militaire en Europe », iv
  5. a b c et d D’après Antoine-Vincent Arnault, Biographie nouvelle des contemporains ou dictionnaire historique ..., vol. 8, Paris, Libr. des Arts & Métiers Émile Babeuf, , « Guibert », p. 401.
  6. Dans ses Notes sur l'espion anglais (1784), Bonaparte écrit : « En 1772, M. de Guibert fit paraître son Traité de Tactique, qui causa le plus grand bruit à cause de sa préface qui était fort hardie, ce qui l'obligea à voyager... »
  7. Précis de ce qui s’est passé à mon égard devant l’assemblée du Berri (1789).
  8. Cf. à ce sujet l'analyse de J. Colin, L'éducation militaire de Napoléon, Libr. mil. R. Chapelot, (réimpr. 2001, éd. hist. Teissèdre) (ISBN 291225955X), « Les années d'études - Les tacticiens philosophes », p. 118-126.
  9. En préface de la réédition des Œuvres de Guibert, sa veuve écrit ceci : « Bonaparte portait avec lui dans les camps l’Essai général de Tactique, et disait que c'était un livre propre à former de grands généraux. »
  10. Frédéric Encel, L'art de la guerre par l'exemple, France, Flammarion, , 356 p. (ISBN 978-2-0813-5959-8), p.101.
  11. Trad. en anglais du Lt. Douglas, A General Essay on Tactics (Whitehall: J.Millar, 1781).
  12. Cf. l'analyse détaillée de Max Jähns, Geschichte der Kriegswissenschaften, vol. III, Leipzig, R. Oldenbourg, , p. 2058–2070.
  13. Evelyne Lever, Le Crépuscule des rois, Fayard 2013 p. 273

Annexes

Bibliographie

  • Ethel Groffier, Le Stratège des Lumières : Le comte de Guibert (1743-1790), Honoré Champion, Paris, 2005 (ISBN 2745311166)
  • Dans l'animé Code Geass : Boukoku no Akito, on voit l'une des personnages principales, Leia Malcal, lire l'œuvre de Jacques-Antoine-Hippolyte de Guibert : Essai général de tactique.

Liens externes