Jérôme Bignon (homme politique)

Jérôme Bignon
Fonctions
Sénateur de la Somme
En fonction depuis le
Élection 28 septembre 2014
Groupe politique LR (2014-2017)
puis RTLI (2017-)
Député de la 3e circonscription de la Somme
Élection
Réélection
Prédécesseur Vincent Peillon (PS)
Successeur Jean-Claude Buisine (PS)
Élection
Prédécesseur Pierre Hiard (PS)
Successeur Vincent Peillon (PS)
Maire de Bermesnil, Conseiller général du Canton d'Oisemont
Prédécesseur Charles Bignon (RPR)
Successeur Jean-Paul Bignon
Conseiller régional de Picardie
Successeur Marie-Dominique Messean (UMP)
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Parti politique UMP

Jérôme Bignon est un homme politique français, né le à Neuilly-sur-Seine. Il est avocat depuis 1973 et fondateur du cabinet Bignon-Lebray[1].

À la mort de son père Charles Bignon en 1980, député de 1968 à 1978 et gaulliste historique, il devient maire de Bermesnil et y reste vingt-et-un ans. Il est ensuite député de la 3e circonscription de la Somme de 1993 à 1997 et de 2002 à 2012. Il est sénateur de la Somme depuis 2014.

Biographie

Carrière politique

Son engagement politique est lié au général de Gaulle. Dès l'âge de 16 ans, il milite, et à 31 ans il devient un élu local de terrain. Il est élu député pour la 1re fois en 1993, dans la troisième circonscription de la Somme (3e). Après la dissolution de 1997, il consacre les cinq ans de la cohabitation à la vie locale et va développer grâce à la présidence du syndicat mixte de la Baie de Somme (SMACOPI) un vrai intérêt pour le développement des zones littorales.

Secrétaire fédéral du RPR de la Somme, il est réélu député en 2002 face à Vincent Peillon, il devient administrateur du Conservatoire du littoral, président de Rivages de France, président des Plus Belles Baies du Monde, président de l'Agence des aires marines protégées créée en 2006 par la loi n° 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux, et depuis le 27 février 2008, Président du Conservatoire du littoral. Il fait partie du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Il est membre du Club de la boussole.

Secrétaire départemental de l'UMP, il est à nouveau réélu député de la Somme en 2007, face à Vincent Peillon, alors porte-parole de la candidate socialiste à l'élection présidentielle, Ségolène Royal.

Il est élu, le , président du groupe d'études « Chasse et territoires » à l'Assemblée nationale, qui est le groupe le plus important du Palais Bourbon, avec un peu plus de 200 députés[2].

Il consacre sa vie de parlementaire à l'environnement, dont il avait la charge au conseil général jusqu'en 2008, le développement durable (il est membre du Conseil national pour le développement durable), la mer, l'eau et la biodiversité. À la demande de Jean-Louis Borloo, ministre d'État chargé de l'Écologie, il a présidé un groupe de travail du Grenelle de la mer concernant le littoral, dont les propositions ont été remises au ministre le 9 juin 2009. Il est, depuis le , vice-président de la nouvelle Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire, créée lors de la révision de la Constitution de juillet 2008.

Il est également secrétaire national de l'UMP chargé de la Chasse.

Il perd son siège de député lors des élections législatives françaises de 2012 au profit du socialiste Jean-Claude Buisine.

Il est depuis septembre 2014 sénateur UMP de la Somme.

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[3].

Il parraine Maël de Calan pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[4].

Synthèse des mandats

Mandats en cours

  • Sénateur de la somme

Anciens mandats

Notes et références

  1. Aujourd'hui, il y a plusieurs cabinets Bignon-Lebray en France et un à Shanghai en Chine.
  2. |http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/organe.asp?id_organe=/13/tribun/xml/xml/organes/402856.xml Groupe d'études sur la chasse et les territoires].
  3. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  4. Ludovic Vigogne, « Les Républicains : souffrances, frayeurs et bonnes surprises de Maël de Calan », lopinion.fr, 11 octobre 2017.

Liens externes