Israel Zangwill

Israel Zangwill
Description de cette image, également commentée ci-après

Israel Zangwill.

Naissance
Londres, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès (à 62 ans)
Midhurst, Sussex de l'Ouest, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique
Genres
Programme du Melting Pot (1916).

Israel Zangwill, né à Londres le et mort à Midhurst (Sussex de l'Ouest) le , est un écrivain britannique, romancier, essayiste, dramaturge, journaliste et théoricien du sionisme. Membre de l'Organisation sioniste mondiale, il la quitte en 1905 et fonde l'Organisation juive territorialiste, qui entend créer un État juif en dehors de la Palestine.

Biographie

Israel Zangwill naît dans une famille de Juifs russes émigrés. Après avoir exercé la profession d'instituteur, il fonde un journal humoristique, Ariel, qu'il dirige pendant plusieurs années. En même temps, il publie ses premiers livres, dont son unique « polar » : Le Mystère de Big Bow (1892 - The Big Bow Mystery), considéré comme le premier roman policier « en chambre close ». En 1928, l'ouvrage est adapté au cinéma sous le titre de Perfect Crime. Il s'agit de l'un des premiers films parlants.

En 1894, paraît Le Roi des Schnorrers, bref roman qui est devenu l'un des classiques de l'humour juif.

Avec Les Enfants du Ghetto, qui met en scène la communauté juive des quartiers est de Londres, Zangwill connaît un succès exceptionnel[1]. Ce roman atteint de tels records de vente qu'on le qualifie de « best-seller » : le mot restera. Cette œuvre et les suivantes, romans, récits et nouvelles, lui valent le surnom de « Dickens juif » et le placent parmi les écrivains britanniques les plus importants de son époque. Après avoir adapté Les Enfants du ghetto pour le théâtre, il fait jouer à New York ses principales pièces, dont The Melting Pot (Le Creuset), métaphore qui désigne la société américaine ; l'expression « melting-pot » est passée à la postérité dans de nombreux pays.

Parallèlement, Zangwill s'interroge sur la montée des périls qui menacent la communauté juive dans l'Europe des années 1880 et 1890 : les pogroms de Russie et de Pologne, les émeutes antisémites de Londres lors des crimes de Jack l'Éventreur, l'affaire Dreyfus en France. Il est l'un des premiers à militer pour la création d'un Foyer national juif. C'est à ce titre que Theodor Herzl va le voir à Londres en prononçant cette phrase demeurée historique : « Aidez-moi à fonder l'État juif ». En revanche c'est Zangwill qui est l'auteur de la phrase « la Palestine est une terre sans peuple pour un peuple sans terre » attribuée parfois faussement à Herzl[2].

Des dissensions de plus en plus nettes apparaissent cependant entre les deux courants représentés par Herzl et Zangwill, et cela entre le premier congrès de Bâle et le septième, celui de 1905. Le sionisme proprement dit s'oppose au territorialisme. En d'autres termes, les deux mouvements ne s'accordent pas sur le choix de la Palestine en tant que lieu d'établissement d'un « foyer national juif ». Le sionisme de Herzl l'emporte, consacré quelques années plus tard par la déclaration Balfour de 1917. Avec le déclin de l'option territorialiste, Zangwill s'éloigne de la politique tout en consacrant son énergie à défendre l'émancipation des femmes.

Israel Zangwill a épousé Edith Ayrton, fille du physicien William Edward Ayrton (1847-1908). Son fils, Oliver Zangwill (1913-1987), fut un psychologue célèbre. Louis Zangwill, le frère cadet d'Israel, était également un écrivain mais aussi un joueur d'échecs réputé.

En France, les premières œuvres de Zangwill furent traduites grâce à Charles Péguy et à André Spire.

Œuvres traduites en français

  • Le Mystère de Big Bow (1892 - The Big Bow Mystery),
  • Enfants du Ghetto, Les Belles Lettres, Paris 2012, traduction nouvelle de M.-B. Spire.
  • Le Roi des Schnorrers, éditions Autrement, 1994, réédition 2012
  • Rêveurs du Ghetto, 2 vol., éditions Complexe, 2000
  • Les Comédies du Ghetto, 10/18, 1984
  • Had Gadya, Fata Morgana, 1997
  • Nouvelles comédies du Ghetto, éditions Rieder, 1930
  • Les Tragédies du Ghetto, éditions Hazan, 1928
  • La Voix de Jérusalem, éditions Rieder, 1926
  • Les Affranchis du Ghetto, Crès & cie, 1923
  • Fantaisies italiennes, Crès & cie, 1924
  • Ce n'est que Mary Ann, Crès & cie, 1919
  • Le Principe des nationalités, Didier, 1918

Bibliographie

  • Meri-Jane Rochelson, Israel Zangwill (1864-1926) : le féministe, in Martine Monacceli (dir.), Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes : Dix pionniers britanniques, Éditions de l'Atelier, 2010, (ISBN 2708241052), compte-rendu de Guyonne Leduc, Université de Lille 3.

Notes et références

  1. Henry Laurens, La Question de Palestine T.I L'invention de la terre sainte, Fayard 1999, p. 164
  2. Ilan Pappé, la Guerre de 1948 en Palestine, La Fabrique-éditions, 2000 pour la version française, p. 16

Liens externes

Articles connexes