Irréligion en France

Évolution de la proportion des sans-religion en France
Évolution des religions en France (CSA)
Religions en France selon la classe d'âge : les personnes sans religion constituent le groupe le plus important chez les personnes de moins de 35 ans.

En France, la montée de l'irréligion (agnosticisme, athéisme, déisme, libre-pensée...) suit un chemin inverse du déclin du catholicisme[1].

Les « sans religion » en France

La catégorie « sans religion » inclut non seulement les agnostiques et les athées, mais aussi les déistes (croyants sans religion) et les libres-penseurs.

Depuis 1981, les sans religion connaissent une très forte croissance. Ces chiffres sont le résultat de sondages et non de recensements, ceux-ci n'existant pas en France en matière de religion. Selon le Quid :

  • 1981 : 10,0 %[2]
  • 1990 : 11,0 %[2]
  • 1994 : 23,0 %[2]
  • 2003 : 26,0 %[3]
  • 2007 : 31,0 %[3]
  • 2012 : 35,0 %[4]

En 2012, les sans religion sont même majoritaires parmi les 18-34 ans (52 %)[4].

Selon une étude de Win/Gallup International (http://www.wingia.com/) de 2012, 63 % des Français sont « sans religion » sur une base de 1 671 personnes (34 % de non religieux et 29 % d'athées) (http://www.wingia.com/web/files/news/14/file/14.pdf)[5].

Projections

D'après une étude publiée en 2013 par CSA, les personnes se disant « sans religion » pourraient être majoritaires en France d'ici 20 à 30 ans[6].

Une étude du Pew Forum réalisée en 2015 confirme cette tendance : les personnes sans religion devraient être plus nombreuses que les chrétiens d'ici 2050[7].

Année Christianisme Sans religion Islam Autres religions
2010 63,0 % 28,0 % 7,5 % 1,5 %
2020 58,1 % 31,9 % 8,3 % 1,7 %
2030 53,1 % 36,1 % 9,1 % 1,7 %
2040 47,9 % 40,5 % 9,9 % 1,7 %
2050 43,1 % 44,1 % 10,9 % 1,9 %

Agnosticisme en France

En France d’après un rapport d'étude de 2006[8] : 25% de la population se déclare agnostique. Ce chiffre augmentant particulièrement chez les jeunes.

Athéisme en France

Les succès en librairie des livres de Michel Onfray, Traité d'athéologie (300 000 exemplaires vendus), et Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, par exemple, confirment la montée de ce courant de pensée, né au XVIe siècle, qui a peu d'existence organisée en France aujourd'hui.

Néanmoins, plusieurs associations se réclament de la libre-pensée, parmi lesquelles la Fédération nationale de la libre-pensée, qui est la plus vieille association de France, et l'Association des libres-penseurs de France, constituée en 1995 à la suite d'une scission avec la Fédération nationale.

Références

  1. Pierre Bréchon, « Les attitudes religieuses en France : quelles recompositions en cours ? », Archives de sciences sociales des religions, no 109,‎ 2000, 11-30 (lire en ligne)
  2. a b et c Quid 2000
  3. a et b Sondages CSA
  4. a et b Religion et irréligion. Quels effets sur l’orientation politique et le système de valeurs ?
  5. Leila Marchand, « Une grande majorité de Français ne se réclament d'aucune religion », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 26 décembre 2016)
  6. CSA - Le catholicisme en France
  7. (en)The Pew Forum - Religious Composition by Country, 2010-2050
  8. « Panorama religieux de la France (2006) », sur www.ladocumentationfrancaise.fr, (consulté le 29 janvier 2019)

Voir aussi

Bibliographie

  • André Comte-Sponville, L'Esprit de l'athéisme, Albin-Michel, 2006
  • Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, Paris, Robert Laffont, (ISBN 978-2-221-10893-2)
  • Michel Onfray, Traité d'athéologie, Physique de la métaphysique, Grasset, 2005
  • Antonio Lopez Campillo et Juan Ignacio Ferreras, Cours accéléré d'athéisme, Flibuste, 2004
  • Nicole Bossut et Jean-Marc Schiappa (dir.), Histoire de la pensée libre, histoire de la libre-pensée, Institut de Recherches et d'Études de la Libre-Pensée, 2002.
  • Robert Joly, Libre pensée sans évangile, éditions Labor/Espace de Libertés, coll. « Liberté j'écris ton nom », Bruxelles, 2002, 92 p., (ISBN 2-930001-41-0). (page consacrée au livre sur le site de l'éditeur)
  • Jacqueline Lalouette, La Libre-Pensée en France, 1848-1940, Albin Michel, 1997, coll « bibliothèque de l'évolution de l'humanité », 2001. (ISBN 2226130128)
  • Raymond Trousson, Histoire de la libre pensée. Des origines à 1789, éditions Espace de Libertés, coll. "Laïcité", Bruxelles, 1997, 272 p., (ISBN 2-930001-06-2). (page consacrée au livre sur le site de l'éditeur)
  • Christopher Hitchens, « dieu n’est pas Grand. Comment la religion empoisonne tout », éditions Belfond, Paris, janvier 2009, (ISBN 978-2-7144-4459-2)
  • Bernard Oudin, « La foi qui tue », éditions Robert Laffont, Paris, 1989, (ISBN 978-2-2210-6519-8)
  • Yvon Lara, « Religion, la grande arnaque », éditions Mélibée, 2018, (ISBN 978-2-37631-211-6)
  • Malika Sorel-Sutter, « Décomposition française, comment en est-on arrivé là », éditions Fayard, Pluriel, 2015, 2017, (ISBN 978-2-8185-0527-4)
  • Raoul Vaneigem, « De l’inhumanité de la religion », éditions Denoël, Paris, 2000. (ISBN 2 207 24916 6)
  • Raoul Vaneigem, « Déclarations des droits de l’être humain », éditions le cherche midi, Paris (ISBN 2-86274-839-0)
  • Maurice Merleau-Ponty, « Phénoménologie de la perception », éditions nrf Gallimard, Paris 1945, 1972. Numéro d’édition 17310
  • Jean-Paul Sartre, « Les carnets de la drôle de guerre », ré-éditions nrf Gallimard, Paris 1983 (ISBN 2-07-025778-9)
  • Michel Henry, « C’est moi la vérité » Seuil, 1998. (ISBN 2020259869)
  • Edmund Husserl, « Méditations cartésiennes », Vrin Paris, Nouv éd 2000. (ISBN 978-2711611331)