Ion Beam Applications

Ion Beam Applications
IBA
illustration de Ion Beam Applications
Siège d'IBA chemin du Cyclotron 3
DSW Architects 1991.

Création 1986
Fondateurs Yves Jongen
Siège social Ottignies-Louvain-la-Neuve
Drapeau de Belgique Belgique
Activité Protonthérapie
Site web Site officiel d'IBA

Ion Beam Applications (IBA) est une entreprise basée à Louvain-la-Neuve, section de la ville belge d'Ottignies-Louvain-la-Neuve en Belgique.

À l'origine spin-off de l'Université catholique de Louvain (UCL), IBA est devenu en trente ans le leader mondial de la protonthérapie pour le traitement du cancer[1].

Activités

L'entrée du siège social.

IBA est spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation d'équipements de diagnostic et de traitement du cancer[2].

Le groupe produit et vend également des radio-isotopes[2].

Historique

Le Cyclotron de Louvain-la-Neuve
dont Yves Jongen fut le premier directeur.

Yves Jongen, originaire de Nivelles, effectue durant les années 1960 à l’Université catholique de Louvain des études d’ingénieur électronicien qu'il prolonge par une spécialisation en physique nucléaire, ce qui lui vaut d'être engagé par l'UCL pour diriger le Centre de recherche du « Cyclotron »[3], premier bâtiment construit sur le nouveau site de l’Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve[4].

Il s'installe en août 1970 dans une maison située près du futur centre de la nouvelle ville en plein chantier, ce qui lui vaut d'être considéré comme le premier habitant de Louvain-la- Neuve[3].

Alors qu'il est Directeur du Centre de recherches du Cyclotron, Yves Jongen a l'idée de réduire la taille et le coût du cyclotron[4].

Au milieu des années 1970, le jeune ingénieur civil met au point, avec André Wambersie, un accélérateur de particules spécialement adapté à des usages cliniques[4].

Le prototype est construit fin 1986[4],[5]. Yves Jongen fonde alors IBA[3] et recrute alors un jeune ingénieur commercial, Pierre Mottet, et le place à la tête de son département de vente, ce qui permet à la jeune société IBA, initiales d’Ion Beam Applications de décoller et de signer quatre contrats en 1987-1988, au Japon, en Australie, en Chine et aux États-Unis[4],[5].

Ces ventes permettent à IBA de connaître une croissance fulgurante, ce qui mène à l’engagement d’un directeur financier, Éric de Lamotte[5].

Dès le début des années 1990, IBA se fait un nom à l’échelle mondiale dans le secteur des cyclotrons (appliqués à la thérapie du cancer et à l’ionisation industrielle), ainsi que dans le secteur des accélérateurs d’électrons (destinés à l’industrie dans le domaine de la stérilisation)[4].

En 1992, une érosion lente des revenus nécessite une restructuration, mais dès 1995, le succès est de retour[5].

En 1997, Yves Jongen et Pierre Mottet sont élus Managers de l’Année par le magazine Trends Tendance[4].

En 1998, IBA fait son entrée en bourse en 1998 et remporte un franc succès, la demande pour l'action dépassant 32 fois l’offre[5].

Devenue multinationale, la spin-off s’impose un changement de direction opérationnelle (avec un CEO américain) qui entraîne de grandes difficultés, résultats financiers décevants et une chute de la valeur de l'action IBA en 2003[5].

Après cet épisode douloureux, l’équipe initiale reprend les commandes, recentre la société sur ses domaines d'excellence (le diagnostic et la thérapie du cancer) et permet à IBA de relancer sa croissance[5].

En 2017, IBA investit seize millions d’euros pour la construction d’un nouveau centre logistique et de production à Louvain-la-Neuve[1].

Direction

  • Président : Pierre Mottet[2]
  • Chief Executive Officer : Olivier Legrain
  • Chief Financial Officer : Soumya Chandramouli
  • Directeurs : Yves Jongen, Eric de Lamotte, eroen Cammeraat, Hricak Hedvig
  • Directeurs indépendants : Marcel Miller, Katleen Vandeweyer, Sybille van den Hoven

Siège et implantations

Le siège principal d'IBA est situé à Louvain-la-Neuve en Belgique.

Dans le Parc Einstein (parc industriel situé sur le territoire de Louvain-la-Neuve), IBA possède plusieurs implantations :

  • avenue Albert Einstein 4
  • chemin du Cyclotron 3 / rue Jean Lenoir 6 : siège construit par le bureau DSW Architects en 1991[6]
  • rue Jean-Étienne Lenoir 2A

La société occupe par ailleurs des bureaux dans le « New Tech Center », un immeuble de bureaux qu'elle partage avec d'autres entreprises comme Huawei, Engie, Qualifio, Formaform, Newtec et Roosen, à l'angle de l'avenue Albert Einstein et de la rue Jean-Étienne Lenoir.

D'ici fin 2018, pour 16 millions €, le groupe IBA se dotera d'un nouveau centre de logistique et de production de 8.250 m2 à Louvain-la-Neuve[6].

Actionnariat

Les principaux actionnaires sont (en 2017) Belgian Anchorage Scrl (20,8 %), Capfi Delen (5,20%) et le gouvernement belge (4,77 %)[2].

L'Université Catholique de Louvain détient pour sa part 1,43 % des actions[2].

Lien externe

Site officiel d'IBA

Bibliographie

  • Martine Maeschalck, Les Wallons à l’étranger, hier et aujourd’hui, Institut Destrée, 2000, p. 279.

Références

  1. a et b Jean-Philippe De Vogelaere, « Un nouveau chapitre pour IBA à Louvain-la-Neuve », Le Soir,
  2. a, b, c, d et e Zonebourse
  3. a, b et c Christian Sonon, « Un combat accéléré contre le cancer », Waw Magazine
  4. a, b, c, d, e, f et g Paul Delforge, « Wallons marquants - Dictionnaire des Wallons - Yves Jongen », Institut Destrée,
  5. a, b, c, d, e, f et g Sopartec
  6. a et b Philippe Golard, « La pépite wallonne s’étend », Focus Archi,