Invasion du Tibet par l'armée impériale mandchoue

(Redirigé depuis Invasion du Tibet par l'armée impériale mandchoue (1910-1912))
Invasion du Tibet par l'armée impériale manchoue

Informations générales
Date 12 février 1910 - 12 février 1912
Lieu Tibet
Casus belli Expédition militaire britannique au Tibet (1903-1904)[1].
Issue Accord de paix de sino-tibétain.
Belligérants
Flag of Tibet.svg
Tibet: 13e dalaï-lama
Flag of the Qing Dynasty (1889-1912).svg
Chine: Dynastie Qing
Commandants
Tibet:
Tsarong Dzasa
Chine:
Zhao Erfeng
Forces en présence
2 000

L'expédition chinoise de 1910 au Tibet, ou invasion chinoise du Tibet en 1910, est l'envoi par l'empire Qing d'une force armée à Lhassa pour y établir l'administration directe du Tibet central depuis Pékin. Le corps expéditionnaire arrive à Lhassa le 12 février 1910 et le 13e dalaï-lama est déposé le 25 février.

Une première expédition militaire chinoise au Tibet central avait eu lieu près de deux siècles auparavant, en 1720, pour y asseoir la tutelle de l'empire Qing mais sous la forme d'un protectorat plutôt que d'une administration directe.

Contexte

Rencontre de Khampa Dzong

En 1903, le vice-roi de l'Inde britannique, George Curzon, propose au gouvernement chinois, qui accepte, une rencontre au hameau de Khampa Dzong, dans le nord de l'État du Sikkim, où un accord de non-agression et de commerce doit être négocié[2]. En juin, le lieutenant-colonel Francis Younghusband traverse le col de Nathu La avec cinq officiers et 500 soldats, pour les conduire jusqu'à Khampa Dzong[3]. Le gouvernement chinois ordonne au 13e dalaï-lama de s'y rendre, mais celui-ci se défile et refuse de fournir au commissaire impérial Youtai à Lhassa, les moyens de le faire. Les responsables tibétains n'étant pas arrivés à Khampa Dzong, la petite troupe britannique est rappelée au bout de cinq mois[4]. George Curzon en conclut que la Chine ne dispose d'aucune autorité sur le gouvernement tibétain et obtient de Londres l'autorisation de déclencher une opération militaire, commandée par Francis Younghusband[3].

Le corps expéditionnaire britannique à Lhassa

La Chine ne porte pas la moindre assistance militaire aux Tibétains, qui doivent faire face seuls à l'armée britannique[3]. Le 3 août 1904, celle-ci arrive devant Lhassa où elle est accueillie par l'amban Youtai. Le lendemain, précédée de l'escorte du commissaire impérial[5], elle défile en grande tenue dans la ville[6]. En raison de sa fuite, le 13e dalaï-lama est déchu de ses titres et remplacé par Youtai, décision qui est placardée dans Lhassa[7].

Convention entre la Grande-Bretagne et le Tibet

Ne se souciant guère de l'absence du dalaï-lama, en qui il ne voit qu'un jeune chef trop peu expérimenté pour être en mesure d'exercer de véritables responsabilités[8], Younghusband intime au régent, Lobsang Gyaltsen, et à d'autres responsables laïques et religieux de se réunir en tant que gouvernement ad hoc, pour signer, le , ce qui sera appelé par la suite « convention entre la Grande-Bretagne et le Tibet de 1904 »[9]. Cependant, lors de la signature au palais du Potala, Youtai refuse d'apposer sa signature en bas du document et continue à affirmer la suzeraineté de la Chine sur le Tibet[10].

Convention entre la Grande-Bretagne et la Chine relative au Tibet

Comme le traité de Lhassa implique que le Tibet est un État souverain habilité à signer des traités de son propre chef, le suzerain mandchou considère que le traité n'a aucune valeur juridique[11] et ne peut entrer en vigueur. Les Britanniques signent donc, en 1906, un deuxième accord, cette fois avec les Chinois, la Convention entre la Grande-Bretagne et la Chine relative au Tibet.

Retour du 13e dalaï-lama à Lhassa

Le 13e dalaï-lama[12] revient, le 25 décembre 1909, avec l'accord de Pékin, de l'exil qui l'a conduit en Mongolie extérieure, au mont Wutai dans la province du Shanxi[13], à Pékin et dans le Qinghai[14].

Reprise en main à Lhassa

Se rendant compte de l'hésitation de Londres à s'engager davantage au Tibet, Pékin adopte alors une nouvelle politique pour le Tibet, nommant le gouverneur-général du Sichuan, Zhao Erfeng, commandant en chef des armées au Tibet. Selon Melvyn C. Goldstein, c'est pour s'assurer que le dalaï-lama obéisse au pouvoir impérial que Pékin autorise Zhao Erfeng à envoyer une force armée à Lhassa[15],[16].

À partir de 1905, dans les zones frontières du Tibet ethnographique, Zhao Erfeng avait transformé les États tibétains autonomes en districts dirigés par des magistrats chinois[17]. Il avait créé la province du Xikang dans le Tibet oriental tandis que l'Amdo devenait la province du Qinghai sous la direction de son frère Zhao Erxun[18]. Dans les territoires sous la férule de Zhao Erfeng, l'administration avait été répartie entre Chinois et Tibétains. Obligation avait été faite aux monastères non seulement de ne pas s'agrandir mais aussi de réduire leurs effectifs. Le servage avait été aboli. Des écoles avait été ouvertes. Un état civil avait été créé. La fiscalité avait été modifiée. Seule la monnaie des Qing (le tael) était admise, outre les lingots d'argent, comme moyen de paiement. L'hygiène du corps et le port du pantalon avaient été imposés. Les colons chinois avaient été incités à s'établir dans la région et les mariages sino-tibétains encouragés[19],[20].

La sanglante répression par Zhao Erfeng du soulèvement du monastère de Batang dans le Sichuan, lui avait valu le surnom de « boucher du Kham » ou de « Zhao le boucher »[21]. Un des premiers numéros du Journal vernaculaire du Tibet, périodique bilingue tibétain-chinois créé à Lhassa en avril 1909 par l'amban Lian Yu, alors que le 13e dalaï-lama est de retour à Lhassa, annonce en août 1909 l'arrivée de Zhao Erfeng en ces termes [22] : « N'ayez pas peur de l'amban Chao et de son armée. Ils ne feront aucun mal aux Tibétains, mais d'autres gens en feront. En y réfléchissant, vous vous souviendrez combien vous vous êtes sentis honteux quand les soldats étrangers sont arrivés à Lhassa et vous ont tyrannisés. Nous devons tous être forts pour cette raison, sinon notre religion sera détruite. »[23].

Conflit

L'armée chinoise quittant Lhassa en 1912.

Terminologie

Certains auteurs (Charles Bell, Hugh Richardson, Michael van Walt van Praag, Claude Arpi, Roland Barraux) affirment que la dynastie Qing envahit le Tibet et occupa Lhassa le 12 février 1910[24],[25],[26],[27],[28]. La tibétologue Katia Buffetrille, pour sa part, parle de « prise de contrôle du Tibet », d'« envoi d'une armée »[29]. Sous la plume de l'historien Hsaio-ting Lin, on peut lire que le « gouvernement Qing envoie une armée sous le commandement de Zhao Erfeng »[30]. La tibétologue Fabienne Jagou, quant à elle, évoque « l'incursion des troupes de Zhao Erfeng jusqu'à Lhassa. »[31].

Origines

Selon l'historien américain Max Oidtmann , spécialiste de la Chine des Qing[32],[33], le gouvernement impérial, à la fin de l'hiver 1910, est furieux contre le 13e dalaï-lama, rentré à Lhassa le 25 décembre 1909 : il a coupé les vivres à son représentant, l'amban, en violation des accords de ravitaillement. C'est que le gouvernement tibétain vient de constater la brusque dissolution, par les administrateurs Qing, des domaines qu'il possède dans le Kham, et le dalaï-lama craint de voir son autorité temporelle retirée[34]. Cependant, selon Roland Barraux, l'amban justifia l'arrivée de l'armée mandchoue en affirmant qu'elle avait pour mission de sécuriser les routes et le commerce conformément aux traités signés en 1904 et 1906[35].

À l'approche de la célébration de la Fête de la grande prière (Meunlam Tchenmo) à Lhassa, un soulèvement antichinois, orchestré par les monastères de Ganden, Séra et Drépoung, éclate, qui n'a d'autre effet que d'accélérer l'avancée de l'armée du général Zhong Yin, lequel prend la ville sans grands combats[36].

Fuite du 13e dalaï-lama

En 1910, le dalaï-lama, accompagné de membres de son gouvernement et d'un détachement de cavalerie, s'enfuit, cette fois-ci, en Inde britannique, son ancien ennemi[37],[38]. Resté en arrière avec une troupe de soldats tibétains, Tsarong Dzasa[39] arrête, au bac de Chaksam, les troupes chinoises qui tentent d'empêcher la traversée du dalaï-lama[40]. Les Chinois essuient une défaite humiliante. Son succès au combat et la protection du dirigeant valent à Tsarong Dzasa l'estime de nombreux Tibétains et l'appellation de « héros de Chaksam »[39].

Arrivée de l'armée de Zhao Erfeng à Lhassa

L'armée de Zhao Erfeng atteint finalement Lhassa le 12 février 1910[27]. Selon K. Dhondup, elle tire au hasard dans la ville, blessant et tuant de nombreuses personnes et policiers[23].

Le 25 février, en réaction à la fuite du dalaï-lama, les Chinois non seulement le déposent à nouveau mais le privent de son statut de réincarnation, mesure qui est affichée publiquement à Lhassa[41].

Un gouvernement tibétain prochinois est constitué, qui est reconnu par les Anglais soucieux d'éviter une confrontation avec l'empire mandchou. Les démarches faites par le dalaï-lama pour obtenir l'intervention des puissances étrangères (Grande-Bretagne, France, Russie et Japon) sont restées lettre morte. Selon l'Encyclopédie Larousse, le panchen lama prend alors le parti de Pékin[43].

Les fonctionnaires impériaux prennent en main l'administration, établissant un service postal et créant des timbres.

Renversement de la dynastie Qing

Ce processus d'incorporation du Tibet à la Chine est arrêté net lorsque la dynastie Qing est renversée en 1911[44] et la république chinoise proclamée à Lhassa le 7 mars 1912[45]. Dans une bonne partie de l'empire, les troupes se révoltent, les garnisons mandchoues sont massacrées. Zhao Erfeng est assassiné en 1911 par ses hommes dans le Sichuan [46].

Fin de la relation prêtre-protecteur

Le 13e dalaï-lama rentre à Lhassa en janvier 1913 et publie une proclamation déclarant que les relations sino-tibétaines, fondées sur la relation de Chö-yon, sont annulées par l’invasion du Tibet en 1910 par l’armée manchoue[47].

Les troupes impériales se rendent à l'armée tibétaine et sont rapatriées dans le cadre d'un accord de paix de sino-tibétain[48].

En 1914, le monastère de Tengyeling est démoli pour collusion avec les Chinois et le général Zhao Erfeng[49].

Références

  1. (en) Thomas Laird, The Story of Tibet: Conversations with the Dalai Lama, p. 226.
  2. Michael Taylor, Le Tibet. De Marco Polo à Alexandra David-Neel, Office du Livre, Fribourg, 1985, 234 p., p. 182.
  3. a, b et c (en) John Powers, History as propaganda: Tibetan exiles versus the People's Republic of China, Oxford University Press, 2004, p. 80.
  4. Peter Hopkirk (trad. Gerald de Hemptinne), Le grand jeu : Officiers et espions en Asie Centrale, Bruxelles, Nevicata, , 569 p. (ISBN 978-2-87523-023-2).
  5. (en) Edmund Candler, The Unveiling of Lhasa, London, Edward Arnold, 1905, p. 250 : « In front of us marched and rode the Amban's escort — his bodyguard, dressed in short loose coats of French gray, embroidered in black, with various emblems; pikemen clad in bright red with black embroidery and black pugarees; soldiers with pikes and scythes and three-pronged spears, on all of which hung red banners with devices embroidered in black. »
  6. Patrick French, Tibet, Tibet. Une histoire personnelle d'un pays perdu, Traduit de l'anglais par William Olivier Desmond, Albin Michel, 2005 (1re édition 2003), p. 111.
  7. (en) Melvyn Goldstein, The Snow Lion and the Dragon - China, Tibet, and the Dalai Lama, p. 23-24.
  8. (en) Sam van Schaik, Tibet. A History, Yale University Press, New Haven and London, 2013, p. 178 : « Younghusband was unconcerned by the absence of the Dalai Lama and encouraged the amban's idea of deposing him. He thought of the Dalai Lama as another young chief like those he had known in India, too immature to be given real responsibilities. »
  9. Irenees : L’Inde des Britanniques à Nerhu : un acteur clef du conflit sino tibétain.
  10. (en) John Powers, History as Propaganda: Tibetan exiles versus the People's Republic of China, op. cit., p. 82 : « This compact, which later came to be known as the Anglo-Tibetan Agreement of 1904, further muddled the waters with regard to Tibet's status, because while it was for all intents and purposes a treaty between the government of Britain and the government of Tibet, the Tibetan leader, the Dalai Lama, was not present, and the Chinese amban publicly repudiated it and continued to assert China's claim to overlordship of Tibet. »
  11. Lung Chang (docteur ès lettres de l'Université de Fribourg (Suisse)), La Chine à l'aube du XXe siècle, Nouvelles éditions latines, Paris, 1962, p. 443.
  12. (en) Melvyn C. Goldstein, The Snow Lion and the Dragon - China, Tibet, and the Dalai Lama, op. cit., p. 27 : « his position in exile was somewhat precarious since he had been "deposed" by the Chinese government in 1904 because of his flight ».
  13. (en) Susan Meinheit, Library of Congress, Gifts at Wutai Shan: Rockhill and the Thirteenth Dalai Lama, JIATS, no 6, décembre 2011, THL #T5717, p. 411.
  14. Roland Barraux, Histoire des Dalaï-Lamas, op. cit., pp. 277-278.
  15. (en) Melvyn C. Goldstein, The Snow Lion and the Dragon - China, Tibet, and the Dalai Lama, op. cit., p. 27.
  16. (en) Melvyn Goldstein, A History of Modern Tibet, vol. I: 1913-1951: The Demise of the Lamaist State, University of California Press, 1989, p. 46.
  17. (en) Melvyn C. Goldstein, The Snow Lion and the Dragon - China, Tibet, and the Dalai Lama, University of California Press, 1997, p. 26 : « At the same time, in the ethnographic Tibetan borderland, Zhao Erfeng initiated a major campaign that quickly converted most of the autonomous native Tibetan states into districts under Chinese magistrates. And, ominously, he launched an active attack on the position of the lamas and monasteries ».
  18. Elliot Sperling, The Chinese Venture in K'am, 1904-1911, and the role of Chao Erh- feng, in The History of Tibet: The medieval period, c. 850-1895: the development of Buddhist paramountcy, Volume 2, Alex McKay, pp. 69-92
  19. Jean Dif, Chronologie de l'histoire du Tibet et de ses relations avec le reste du monde (suite 2).
  20. Melvyn Goldstein, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist State, op. cit., pp. 46-47.
  21. Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, 2000, Calmann-Lévy, chap. 11, p. 126-127, p. 129.
  22. (en) Elliot Sperling, “The Chinese Venture into K'am, 1904–11 and the Role of Chao Erhfeng”, in The History of Tibet: The modern period:1895-1959, the encounter with modernity, edited by Alex McKay
  23. a et b (en) K. Dhondup, The water-bird and other years: a history of the Thirteenth Dalai Lama and after, Rangwang Publishers, 1986, p. 33 : « But his stay in Lhasa was to be short. A second exile was in front of him. As a prelude to this, there appeared in Lhasa for the first time a newspaper published by the Chinese in Tibetan. One of the issues said: "Do not be afraid of Amban Chao and his army. They will not harm Tibetans, but other people. If you recollect, you will remember how ashamed you felt when the foreign soldiers arrived in Lhasa and oppressed you with much tyranny. We must all be strong for this purpose, otherwise our religion will be destroyed." […] On 3rd January 1910, the advance unit of the Chinese army reached the banks of Kyichu river where the Manchu Amban was waiting for them. That very afternoon they burst into Lhasa. They randomly fired in the city, wounding and killing a number of policemen and people ».
  24. (en) Charles Bell, 1924, A year in Lhasa, Geogr. J. 63: 89-105 : « In 1910 the Chinese invaded Tibet and occupied Lhasa. The Dalai Lama, with the majority of the members of his Government, fled to India and remained there for over two years. »
  25. (en) Hugh Richardson, Tibet and Its History, 1962, p. 99 : « The invasion of 1910 is a turning point in the relations between China and Tibet and marks a break with previous Chinese policy. This was the first Chinese army to reach Lhasa against the will of the Tibetans. »
  26. (en) Michael van Walt van Praag, Introduction de The Legal Status of Tibet, Three Studies by Leading Jurists, 1989, Dharamsala, Office of Information & International Relations : « Imperial armies tried to reassert actual influence in 1910 by invading the country and occupying Lhasa. »
  27. a et b Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, Calmann-Lévy, 2000, chap. 11, pp. 126-127, p. 129.
  28. Roland Barraux, Histoire des Dalaï-Lamas. Quatorze reflets sur le Lac des Visions, Albin Michel, 2002 (1re édition 1993), 402 p., p. 284 : « L'invasion de 1910 fut une rupture catégorique dans les relations qui avaient jusqu'alors été maintenues entre Chine et Tibet. »
  29. Katia Buffetrille, Chine et Tibet, une si longue histoire, Le Monde, 23.03.08 : « En 1910, [...] la dynastie Qing chercha à prendre véritablement le contrôle du Tibet et envoya une armée. Le dalaï-lama trouva refuge en Inde. »
  30. (en) Hsaio-ting Lin, Tibet and Nationalist China's Frontier: Intrigues and Ethnopolitics, 1928-49, UCB Press, 2011, 304 p. (1re édition en 1971), p. 9 (Prologue) : « the Qing government sent an army, under Zhao Erfeng, to suppress the rebellion and to reinforce its authority over Tibet. In the meantime, the Qing reforms in the southwest and the military advance into Tibet deeply shocked the 13th Dalai Lama. ».
  31. Vers une nouvelle définition de la frontière sino-tibétaine : la conférence de Simla (1913-1914) et le projet de création de la province du Xikang, in Extrême Orient, Extrême Occident, année 2006, 28, pp. 147-167, p. 152.
  32. (en) Max Gordon Oidtmann, Assistant Professor at SFS-Qatar, History, Biographical Information
  33. Max Gordon Oidtmann, fiche à l'institut d'Asie orientale à Lyon.
  34. (en) Max Oidtmann, « Playing the Lottery with Sincere Thoughts: the Manchus and the selection of incarnate lamas during the last days of the Qing »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur le site Academia.edu, 40 p., p. 1 : « In the late winter of 1910, the Manchu government in Beijing was furious withthe Thirteenth Dalai Lama. The government of the Dalai Lama, having witnessed the sudden and violent dissolution of its domains in Khams at the hands of aggressive Qing administrators, and fearing that the resident Qing imperial officer in Lhasa, the amban, was about to eliminate its temporal authority, cut this officer off from the material support that the Tibet government, in prior agreement with the Qing court, had guaranteed him. When a relief column arrived in Lhasa from Sichuan shortly thereafter to break the amban out of his isolation, the Dalai Lama fled with a cavalry detachment for the relative security of British India. »
  35. Roland Barraux, Histoire des Dalaï-Lamas, op. cit., p. 2010.
  36. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, Fayard, 1997, 461 p., p. 258.
  37. Melvyn Goldstein, The Snow Lion and the Dragon - China, Tibet, and the Dalai Lama, op. cit., p. 28 : « No one intervened, so as that army entered Lhasa in February 1910, the Dalai Lama again fled into exile, this time south to his former enemies in British India. »
  38. (en) Max Oidtmann, Playing the Lottery with Sincere Thoughts: the Manchus and the selection of incarnate lamas during the last days of the Qing, sur le site Academia.edu, p. 1.
  39. a et b  « Profile: Important People in Tibetan History:Dasang Dadul Tsarong », The Tibet Museum,
  40. « Tsarong Dzasa, The Tibet Album, British Photography in Central Tibet (1920–1950) », Oxford University
  41. Melvyn Goldstein, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist State, op. cit., p. 52 : « On 25 February, the Chinese responded to the dalai Lama's flight to India by again deposing him. This time they deprived him not only of his temporal position but also of his status as an incarnation. The abusive and demeaning disposition order was posted publicly in Lhasa. »
  42. Tibet, Encyclopédie Larousse, « L'accord passé avec les Britanniques (1906) est reconnu par la Chine et la Russie (1907) et, en 1908, les Britanniques évacuent le Tibet. Les Chinois occupent alors Lhassa et destituent le treizième dalaï-lama, qui se réfugie en Inde (1910). Le panchen-lama prend parti pour les Chinois ; mais en 1912, profitant de la révolution chinoise, les Tibétains, avec l'aide des Britanniques, chassent les Chinois et rappellent le dalaï-lama. »
  43. (en) Melvyn C. Goldstein, The Snow Lion and the Dragon - China, Tibet, and the Dalai Lama, op. cit., p. 28 : « China again deposed the Dalai Lama and stepped up its efforts to expand its real control in Tibet, its officials assuming more direct command of administration. A Chinese postal service was established and Tibet's first stamps were produced (in Chinese and Tibetan script). Tibet seemed set on a trajectory that would have ended in Tibet's incorporation into China proper. This process, however, was abruptly halted when the Qing dynasty was overthrown in China in 1911 »
  44. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, op. cit., p. 264.
  45. Melvyn Goldstein, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist State, op. cit., pp. 58-59 : « troops throughout much of the empire had rebelled: "in South and West China, province after province declared its independence of Manchu rule, and the Manchu garrisons were slaughtered. Szechuan was among the revolted provinces. Tuang Fang was murdered by his own men while still en route to Chengdu, and not long afterwards Chao Erh-feng was also killed. »
  46. (en) Alex McKay (editor), The History of Tibet - The Medieval Period: c.850-1895, Cornell University Press, (ISBN 0-415-30843-7) (aperçu limité en ligne), (p. 420)
  47. (en) Michael van Walt van Praag, Introduction de The Legal Status of Tibet, Three Studies by Leading Jurists, 1989, Dharamsala, Office of Information & International Relations : « Following the 1911 revolution in China and the overthrow of the Manchu empire, troops surrendered to the Tibetan army and were repatriated under a Sino-Tibetan peace accord. »
  48. (en) Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, with a new epilogue by the author. Translated from the German by Richard Graves. With an introduction by Peter Fleming, First Tarcher/Putnam Hardcover Edition, 1997 : « The penalties for political offenses are very strict. People still speak of the monks of Tengyeling, who forty years ago sought to come to terms with the Chinese. Their monastery was demolished and their names blotted out ».

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie