Institut national du sport, de l'expertise et de la performance

Institut national du sport,
de l'expertise et de la performance
Logo de l'INSEP
Logo de l'INSEP
Informations
Fondation 1975
Type grand établissement
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 53″ nord, 2° 27′ 13″ est
Ville Paris
Pays France
Direction
Directeur Ghani Yalouz
Divers
Site web www.insep.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Institut national du sport,de l'expertise et de la performance

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
Institut national du sport,de l'expertise et de la performance

Géolocalisation sur la carte : bois de Vincennes

(Voir situation sur carte : bois de Vincennes)
Institut national du sport,de l'expertise et de la performance

L'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance, plus communément appelé INSEP, est un grand établissement français[1]. Créé en 1975 sous le nom d'Institut national du sport et de l'éducation physique, il est l'héritier d'institutions plus anciennes[2]. Il représente le fleuron et l'opérateur de référence du sport de haut niveau en France.

Installé sur un site de 28 hectares au cœur du bois de Vincennes à Paris, l'INSEP rassemble toutes les conditions nécessaires à l'accompagnement de la performance : équipements sportifs spécifiques, infrastructures médicales et de récupération, hébergement et restauration. L'INSEP offre également aux sportifs un accompagnement personnalisé en termes de formation et de reconversion professionnelle[3].

Histoire

L’École normale de gymnastique de Joinville, « ancêtre » de l'INSEP, ouvre ses portes le 15 juillet 1852 à la Redoute de la Faisanderie[4]. Ses finalités sont claires : former des moniteurs pour enseigner la gymnastique dans une optique de formation du combattant. Le , la division d’escrime, nouvellement créée, est installée à l’emplacement actuel de l’INSEP et l’École prend le nom d’École Normale de Gymnastique et d’Escrime[5].

L'École est réorganisée en 1912 mais la Première Guerre mondiale commence peu après et l'École ferme après 62 années de fonctionnement.

Désertée après le départ des cadres et des stagiaires, l’École est rouverte le 8 mai 1916, sous le nom de Centre d’instruction physique[6], conçu comme organe central d’études, d’instruction et de diffusion des méthodes permettant de régionaliser l’instruction dans les 21 Centres régionaux d’instruction physique (rééducation des blessés, activités physiques,...). 

Le 1er juillet 1919, l’École normale de gymnastique et d’escrime, reprend son activité. Elle s’étend dans un espace conforme à l’étendue de ses missions : les « Redoutes de la Faisanderie et de Gravelle », le « Camp de Saint-Maur », le « Quartier des Canadiens » auxquels s’ajoute le ponton sur la Marne pour l’aviron et la natation. Cet éclatement, qui nuit à son activité, impose, dès cette époque, la recherche d’une implantation nouvelle. C’est le début des interminables pérégrinations d’un projet de reconstruction qui tardera à se concrétiser.

Le 10 décembre 1925, l’École normale de gymnastique et d’escrime devient l’École supérieure d’éducation physique.

En 1936, sur le site du Camp de Saint-Maur, débute l'édification du Centre national d'éducation physique destiné à regrouper l'École supérieure d'éducation physique (pour la partie militaire) et l'École normale d'éducation physique (pour la partie civile). La pose symbolique de la première pierre[N 1] par Léo Lagrange a lieu le . La déclaration de guerre de 1939 disperse les Joinvillais et entraîne la disparition (définitive) de l’École.

Le 11 janvier 1945 est créé l’Institut national des sports (INS) sur le site du bois de Vincennes, à la suite d'une volonté politique datant d'avant-guerre mais reportée en raison de points de vue différents entre les autorités civiles et militaires[7]. La décision est prise par le Colonel André Clayeux, Directeur des Sports. Élie Mercier, ancien capitaine instructeur de Joinville, en est le premier directeur. 

Le 27 novembre 1946, un décret définit son rôle et ses missions. Élie Mercier, rassemble autour de Maurice Baquet, ex-Joinvillais , une pléiade d’éducateurs exceptionnels, tous champions et anciens champions : Pierre Ramadier, Joseph Maigrot, Georges Verreaux, André Gardien, Gilbert Omnès, Roger Debaye, Georgette Coste-Vénitien, Casy Coste, Georges Dransart, Jacques Dudal, Robert Poulain, Louis Prost, Emile Frezot, Jean Prouff, Victor Sillon

En 1948, le Groupement sportif de Joinville (futur « Bataillon de Joinville ») s’installe au Fort Neuf de Vincennes, puis à la Redoute de Gravelle. Sa proximité avec l’INS offre la possibilité aux sportifs sous les drapeaux de s’entraîner avec les élites, dans les meilleures conditions matérielles (de l’époque) et sous la direction des « moniteurs nationaux ».

En 1955, l'école normale supérieure d'éducation physique (ENSEP) des garçons quitte la redoute de Gravelle et rejoint l'INS dans un centre communément appelé « les établissements de Joinville », avenue du Tremblay à Paris, alors que les travaux ne sont pas encore terminés pour sa partie spécifique.

En 1960, la cohabitation sur un même site de deux grands établissements impose la création des établissements de Joinville. Ils réunissent, sous une seule autorité administrative, l’INS, le CREPS de Paris et l’ENSEP.

À la suite des résultats décevants de la France aux Jeux Olympiques de Rome en 1960, le Général de Gaulle décide de « donner au sport français les moyens de ses ambitions. En octobre 1965, il inaugure la halle Maigrot située au centre de ce qui deviendra l'INSEP. À l'époque, c'est la plus grande salle couverte d'Europe. »[8]

Le 5 juin 1969, un décret signé par le sous-secrétaire d'état chargé de la jeunesse et des sports Joseph Comiti annonce la fusion des ENSEPS (filles et garçons) et l'installation d'une nouvelle ENSEP, à Châtenay-Malabry. Cette ENSEP nouvelle formule existe jusqu'en 1975, date à laquelle elle reviendra au camp de Saint-Maur en avant de fusionner avec l'I.N.S, pour devenir l'INSEP.

C'est par la loi du 29 octobre 1975[9] dite « Loi Mazeaud » qu'est créée l’INSEP. L'Institut a pour missions de participer : « à la recherche scientifique fondamentale et appliquée en matière pédagogique, médicale et technique; à la formation continue de niveau supérieur des personnels enseignants d'éducation physique et sportive, des conseillers techniques et des éducateurs sportifs ainsi que des personnels des services de la jeunesse et des sports; à l'entraînement des équipes nationales ainsi qu'à la promotion des sportifs de haut niveau »[9].

Claude Pineau, premier directeur de l’INSEP est chargé de la réorganisation[10]. Il est secondé par Robert Bobin, (ancien DTN de l’athlétisme) pour le sport de haut niveau.  Ensemble, ils créent les conditions d’implantation des Centres nationaux d’entraînement, Pôles France actuels, où les sportifs sélectionnés par les fédérations mènent de front leur « double projet » sportif et professionnel.

En 1979, Robert Bobin renforce la concertation avec les fédérations sportives des Centres nationaux d’Entraînement. Il initie un programme national de détection des talents et fait démarrer un vaste programme de rénovation des installations sportives. Le département du haut niveau devient le pôle central de l’activité de l’INSEP. 

En 1983, Claude Bouquin, nouveau directeur de l'INSEP, affirme l’orientation du haut niveau en concertation avec les fédérations et l’enrichit d’actions complémentaires qui donneront à l’école sa dimension moderne : la recherche en sport devient un élément fort, elle est réorganisée et dotée de moyens ; la refonte du «Diplôme de l’INSEP» intègre la formation des « techniciens sportifs supérieurs » et le Professorat de Sport[11], projet initié par Robert Bobin, est créé.

En 2004, un vaste processus de rénovation basé sur le concept « Je vis, je me forme, je m'entraîne » est lancé à la demande de Jean-François Lamour, ancien pensionnaire de l'INSEP et alors Ministre des Sports. 

En 2008 le cavalier et champion olympique Pierre Durand est nommé président du conseil d'administration de l'INSEP [12]. Il sera ensuite élu le 15 avril 2010 pour un mandat de quatre ans[13].

En 2009, par le décret no 2009-1454 du 25 novembre[14], l’Institut National du Sport et de l’Éducation Physique devient l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance. Établissement Public Administratif (EPA) depuis le décret du 31 décembre 1976 et en application de la « Loi Mazeaud » du 29 octobre 1975, il devient Établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP) constitué sous la forme d’un « grand établissement », placé sous la tutelle du ministre chargé des sports. Il est dirigé par un Directeur général, assisté de deux Directeurs généraux adjoints : l’un chargé de la performance sportive, l’autre de l’administration générale.

En décembre 2014, Jean-Philippe Gatien est élu président du conseil d'administration de l'INSEP pour un mandat de quatre ans[15].

Mission

Placé sous la tutelle du ministre de la Jeunesse et des Sports, l'INSEP participe à la politique nationale de développement des activités physiques et sportives, particulièrement dans le domaine du sport de haut niveau[16] en intégrant les missions jusqu’ici dévolues à la Préparation Olympique et Paralympique (POP) par l'intégration de la Mission d'Optimisation de la Performance des fédérations nationales Olympiques et Paralympiques (MOP) et en répondant aux besoins et demandes de l’ensemble des fédérations sportives et en assurant les rôles et responsabilités de « centre ressources » et de « pilote » des Écoles Nationales, CREPS et structures constitutives des Parcours d’Excellence Sportive (PES) par l'intermédiaire de la Mission Grand INSEP (MGI).

L'INSEP contribue également à la protection de la santé des sportifs et à la préservation de l’éthique sportive.

Ses activités sont regroupées autour de 6 orientations stratégiques[17] :

  • Accompagner et soutenir toutes les fédérations olympiques et paralympiques ;
  • Construire le réseau « Grand INSEP » avec ses partenaires ;
  • Poursuivre l’amélioration des conditions de préparation des sportifs sur les fondements du double projet ;
  • Renforcer la formation des cadres français du sport de haut niveau ;
  • Positionner l’INSEP dans une dimension internationale en étroite collaboration avec les institutions publiques et le mouvement sportif ;
  • Poursuivre la modernisation de l’établissement public avec l’ensemble des entités de l’INSEP.

L'INSEP assure à l'élite du sport français les conditions permettant aux sportifs de concilier tous les aspects nécessaires à son épanouissement : le "double projet", sport et les études. Le site, basé dans le bois de Vincennes, dans le 12e arrondissement de Paris, regroupe ainsi, sur ses 28 hectares de superficie, toutes les installations nécessaires au sportif de haut niveau, que cela soit dans le domaine sportif, scolaire, universitaire, professionnel ou médical. Il héberge également un grand nombre de pensionnaires.

L'établissement, qui accueille un très grand nombre de disciplines, est un grand pourvoyeur de médailles du sport français, à l'instar des vingt médailles sur trente sept des Jeux olympiques d'été de 1996 d'Atlanta. Les sportifs, en plus des conditions d'entrainement, retrouvent les meilleurs sportifs français et entraineurs de leur discipline, ce qui assure une concurrence propice à améliorer leurs résultats.

Équipements

Les équipements sportifs[18] sont les suivants :

Sportifs passés ou résidant à l'INSEP

Directeurs

Entité Nom Direction
INS Élie Mercier 1945-1948
INS Robert Jacquet 1949-1960
INS Robert Héraud 1960-1966
INS André Delsol 1966-1971
INS Désiré Malet 1971-1974
INS Jean Letessier 1974-1975
INSEP Claude Pineau 1975-1979
INSEP Robert Bobin 1979-1983
INSEP Claude Bouquin 1983-1990
INSEP Jacques Donzel 1990-1994
INSEP Henry Boério 1994-1997
INSEP Michel Chauveau 1997-2002
INSEP Jean-Richard Germont 2002-2005
INSEP Hubert Comis 2005-2007
INSEP Thierry Maudet 2007-2013[21]
INSEP Jean-Pierre de Vincenzi 2013-2017
INSEP Ghani Yalouz Depuis 2017[22]

Notes et références

Notes

  1. La veille du décès de Pierre de Coubertin

Références

  1. Décret n° 2009-1454 du 25 novembre 2009 relatif à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance
  2. Thierry Terret, Histoire du sport : Que Sais-je n°337 (lire en ligne)
  3. « Projet de loi de finances pour 2017 : Sport, jeunesse et vie associative », sur senat.fr
  4. « 1852 : l’école de gymnastique de Joinville »
  5. « La gymnastique », sur musee-memoire-souvenir-belleau.com
  6. « Actes du colloque "Les sportifs dans la Grande Guerre" », sur verdun-meuse.fr
  7. Pierre Simonet 1998, p. 62
  8. « Visite de l'INSEP, le centre d'entraînement des sportifs français », RTL.fr,‎ (lire en ligne)
  9. a et b « Fac-similé JO du 30/10/1975, page 11180 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 17 mars 2017)
  10. « L'INSEP en quelques dates », sur insep.fr
  11. « Décret n°85-720 du 10 juillet 1985 relatif au statut particulier des professeurs de sport. | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 17 mars 2017)
  12. Journal officiel du 18 décembre 2008)
  13. Composition du Conseil d'administration de l'INSEP
  14. Décret n° 2009-1454 du 25 novembre 2009 relatif à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance, (lire en ligne)
  15. « Jean-Philippe Gatien élu président du CA de l'Insep », L'Equipe,‎ (lire en ligne).
  16. Décret n° 2009-1454 du 25 novembre 2009 relatif à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance, (lire en ligne)
  17. « Une ambition, une vision et des orientations stratégiques », sur insep.fr
  18. DEST, « Les infrastructures sportives », sur INSEP, (consulté le 3 mai 2016)
  19. Pierre Simonet 1998, p. 242-243
  20. « Ces jeunes talents qui fuient l'Insep », sur Le Parisien
  21. Yann Casseville, « Jean-Pierre De Vincenzi à la tête de l'INSEP », Basket News,
  22. M. V. et N. H., « Ghani Yalouz, DTN de l'athlétisme, nommé directeur de l'INSEP », L'Equipe.fr,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

  • Pierre Simonet, L'I.N.S.E.P. : De la gymnastique joinvillaise aux sports contemporains, Woippy, Gérard Klopp, , 300 p. (ISBN 2-911992-32-6, notice BnF no FRBNF37070365). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes

Liens externes