Immeuble

Un immeuble d'habitation à Vesoul.

Un immeuble est, dans son sens courant, un bâtiment de plusieurs étages, qui peut être conçu pour assurer aussi bien des fonctions résidentielles, administratives (privées ou publiques), d'enseignements (écoles, universités), de soins (hôpitaux, cliniques), commerciales, financières ou hôtelières.

Étant donné sa structure multi-étage, un immeuble comprend souvent plusieurs utilisateurs, qu’ils soient locataires ou copropriétaires. L'immeuble d'habitation, par exemple, se différencie de la maison, qui ne comprend qu'un seul foyer ou ménage. Il comprend plusieurs unités d’habitation appelées appartements.

La circulation entre les étages se fait par un escalier ou un ascenseur.

Histoire

Dès la Rome antique apparaissent des immeubles appelés insulae, qui accueillent généralement des ateliers et des boutiques aux rez-de-chaussée et des appartements dans les étages. Hauts de 5 à 6 ou 7 étages, ces immeubles sont construits et possédés par des propriétaires qui les divisent en portions à louer et qui spéculent très souvent sur les prix. Construites en bois et en brique sèche, les insulae sont parfois de construction fragile, ce qui expose les habitants aux effondrements ou aux incendies (la densité des pâtés de maison permettant aux flammes de se communiquer facilement d'immeuble en immeuble). À la fin de la République romaine, la grande majorité des habitants de Rome vivent dans des insulae plutôt que dans des domus (maisons)[1].

Au sens juridique

Le terme « immeuble » s'oppose à meuble, et a un sens plus général : l'immeuble constitue une catégorie de biens regroupant principalement tout ce qui ne peut être déplacé (sol, arbre, bâtiment, composante fixée de façon permanente…).

En France, les biens immeubles sont juridiquement définis aux articles 517[2] à 526 du Code civil[3].

Par conséquent, au sens juridique, sont considérés comme immeubles les terrains construits ou non construits, et les édifices avec ou sans étage.

Par exemple les bois de haute futaie arrivés à maturité[4] sont considérés déjà dans l'ancien droit comme immeubles[5].

Catégorisation

Sur le plan de l’usage, on distingue les immeubles d'habitation, les immeubles de bureaux, les immeubles industriels, les immeubles gouvernementaux, etc.

Sous l’aspect structurel[réf. nécessaire], on distingue en particulier les gratte-ciel, immeubles d'une hauteur importante.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie

  • M. C. Howatson (dir.), Dictionnaire de l'Antiquité, Paris, Robert Laffont, coll. "Bouquins", 1993 (édition originale britannique : The Oxford Companion to Classical Literature, Oxford University Press, 1989).

Notes et références

  1. Howatson (dir., 1993), article « Demeures et ameublements », p. 294.
  2. Article 517 - Créé par Loi 1804-01-25 promulguée le 4 février 1804, sur legifrance.gouv.fr, consulté le 21 janvier 2018
  3. Chapitre Ier : Des immeubles, sur le-code-civil.fr, consulté le 21 janvier 2018
  4. Furetière, Antoine (1619-1688), Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes & les termes des sciences et des arts,.... Tome 1 / . Recueilli & compilé par feu messire Antoine Furetière,... Seconde édition revue, corrigée & augmentée par Monsieur Basnage de Bauval, A. et R. Leers (La Haye) (lire en ligne)
  5. Furetière, op. cit. : "BOIS DE HAUTE FUTAYE. Arbre de tige. C’est le bois qui est parvenu à sa plus grande hauteur, qui est réputé immeuble, et qui ne peut être abattu par un usufruitier"

Voir aussi

Articles connexes