Imelda Dallaire

Imelda Dallaire
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Titre honorifique
Docteur honoris causa

Imelda Dallaire (Sœur Marie-Joseph), est une religieuse canadienne(québécoise) née à Chicoutimi, dans la province du Québec, au Canada[1].

Elle est directrice et économe de l'hôpital Hôtel-Dieu Saint-Vallier de Chicoutimi de 1942 à 1963[2].

En 1984, elle reçoit un doctorat honoris causa de l’Université du Québec à Chicoutimi et, en 1985, la médaille de l’Ordre du Canada.

Études

Dallaire fait ses études chez les Ursulines de Roberval, elle poursuit ensuite ses études supérieures à l’université de Laval. Elle obtient un diplôme élémentaire en 1916, et de plus, un certificat de cours moyen de l’enseignement primaire en 1917. Elle reçoit de plus, deux diplômes en 1918. Un diplôme supérieur du Bureau central des examinateurs catholiques de la province de Québec et un certificat de cours d’enseignement ménager du Bureau central des examinateurs catholiques de la province de Québec[3].

Profession

Lorsque ses études prennent fin, Imelda Dallaire commence à travailler à la Banque Nationale du Canada, dans une succursale à Chicoutimi, en comptabilité. Le 15 août 1922 elle entre au noviciat des Augustines de la Miséricorde de Jésus de Chicoutimi, et c’est en 1924 qu’elle reçoit le nom de «Sœur Marie-Joseph ». Entre 1923 et 1926, elle devient enseignante à l’Orphelinat de Chicoutimi. Entre les années 1926 et 1962, Imelda Dallaire y occupera plusieurs fonctions, dont aide dépositaire, dépositaire, responsable du personnel soignant auprès des gens en besoin médical, et directrice général de l’Hôtel-Dieu de Chicoutimi[1].

Accomplissement

Imelda Dallaire

À la fin des années quarante, Imelda Dallaire se centre sur la création d’un hôpital d’enseignement universitaire qui peut recevoir des étudiants en médecine, tout en allant la présence des plus grands spécialistes à l’hôpital. Grâce à I. Dallaire, qu’il y a eu la création de l’Hôtel-Dieu Notre-Dame-de-l’Assomption de Jonquière et l’Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur-de-Jésus de Dolbeau [archive] en 1955. De plus, en 1940, il y a eu l’expansion de l’hôpital de l’enseignement universitaire ( l’affiliation de l’institution à l’Université Laval afin d’en faire un hôpital d’enseignement universitaire). En 1962, le conseil d’administration de l’hôpital nomme sœur Marie-Joseph, directrice générale. Un an plus tard, (en 1963), elle decide de quitter Chicoutimi pour pouvoir fonder un hôpital à Tripoli, au Liban[4],a l’aide de six autres religieuses. Imelda Dallaire reçoit en 1984 un doctorat honoris cause de l'Université du Québec à Chicoutimi et de plus en 1985, elle reçoit une médaille de l'Ordre du Canada[3]. Imelda Dallaire est reconnue comme ayant été une femme très importante du XX siècle dans les yeux de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean[5].


Vie Professionnelle

Imelda Dallaire, qui prendra le nom de sœur Marie-Joseph en 1924[6], est née en 1902 à Chicoutimi. C’était une émérite  religieuse canadienne (québécoise) qui a travaillé dans l'administration d'hôpitaux. C’est le 15 août 1922 qu’elle entre au noviciat des Augustines de la Miséricorde. En 1923, elle travaille à la salle des femmes, l’un des départements de l’hôpital et commence également à enseigner à l’orphelinat de Chicoutimi  jusqu’à sa fermeture en 1926. De cette période à 1929, elle est nommée responsable du personnel soignant auprès des malades dans un département de l’hôpital. Un poste en tant qu’aide-dépositaire lui sera confié à partir de 1929, et ce, jusqu’en 1941. Lors des élections de 1941, elle est élue dépositaire; elle le sera jusqu’en 1963, puis directrice générale et économe de l'Hôtel-Dieu de Chicoutimi en 1962[7].

Bâtisseuse dans l’âme, Imelda Dallaire a laissé une trace indélébile de son passage au sein de sa région grâce aux hôpitaux de Jonquière et de Dolbeau qu’elle a créés[8].Son dévouement l'amènera même à se rendre au Liban, à Tripoli avec six autres religieuses pour y fonder un hôpital. Imelda Dallaire est considérée comme une des personnalités féminines ayant le plus marqué la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean pendant le XXe siècle[9].

En octobre 1984, elle reçoit un doctorat honoris causa de l’Université du Québec à Chicoutimi et, en  avril 1985, la médaille de l’Ordre du Canada.

Références

  1. a et b « Dallaire (Imelda) - La Mémoire du Québec », sur www.memoireduquebec.com (consulté le 8 novembre 2018)
  2. Bilan du Siècle, Université de Sherbrooke.
  3. a et b CSSS de Chicoutimi, « Soeur Marie-Joseph », sur www.hopitalchicoutimi.com (consulté le 8 novembre 2018)
  4. « Les Héroines méconnues du Québec », sur duruisseauraimbault.areq.ca (consulté le 8 novembre 2018)
  5. « Nomination de soeur Imelda Dallaire à la direction de l'hôpital Hôtel-Dieu Saint-Vallier de Chicoutimi », sur bilan.usherbrooke.ca (consulté le 8 novembre 2018)
  6. « Dallaire (Imelda) - La Mémoire du Québec », sur www.memoireduquebec.com (consulté le 7 novembre 2018)
  7. CSSS de Chicoutimi, « Soeur Marie-Joseph », sur www.hopitalchicoutimi.com (consulté le 7 novembre 2018)
  8. Mouvement des cursillos francophones du Canada organisme de publication, « Pèlerins en marche / Mouvement des cursillos francophones du Canada », , no Commence avec le numéro 1 ( février 2003)-,‎ 2003, (lire en ligne)
  9. « Nomination de soeur Imelda Dallaire à la direction de l'hôpital Hôtel-Dieu Saint-Vallier de Chicoutimi », sur bilan.usherbrooke.ca (consulté le 7 novembre 2018)