Idrissa Ouedraogo

Idrissa Ouédraogo
Description de cette image, également commentée ci-après
Idrissa Ouédraogo au Cines del Sur 2007.
Naissance
Banfora
Nationalité Burkinabè
Décès (à 64 ans)
Ouagadougou
Profession Réalisateur
Films notables Yaaba, Tilaï, Kadi Jolie

Idrissa Ouédraogo est un réalisateur burkinabè, né le à Banfora (Haute-Volta, actuel Burkina Faso)[1] et mort le à Ouagadougou[2],[3].

Biographie

Idrissa Ouédraogo a grandi dans un village proche de la ville de Ouahigouya. Il tournera ses films (aux décors africains) dans cette région.

Il entreprend des études d'anglais à l'université de Ouagadougou puis, en 1977, s'inscrit à l’Institut africain d’études cinématographiques (Inafec) de Ouagadougou. En 1981, il sort major de sa promotion. Pour produire son film de fin d'étude, il crée la société de production « Les Films de l'Avenir ». Il s'agit d'un court-métrage de fiction intitulé Poko[4] qui obtient le prix du meilleur court-métrage au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). La même année, il devient fonctionnaire à la Direction de la Production Cinématographique du Burkina Faso, où il réalise plusieurs courts-métrages documentaires[5].

Il part ensuite suivre un stage au VGIK (Institut fédéral d'État du cinéma) de Moscou[6],[7] et séjourne à Kiev quelque temps. Puis il va en France suivre les cours de l'Institut des hautes études cinématographiques (Idhec-Femis) et à la Sorbonne, Paris I. Il obtient un DEA de cinéma[5] en 1985.

En 1986, il réalise son premier long métrage Yam daabo (le choix). En 1988 sort Yaaba : le film obtient le Prix de la Critique au Festival de Cannes en 1989 et le Prix du public au FESPACO la même année.

En 1990, il réalise Tilaï, transposition d'une tragédie grecque dans l'Afrique contemporaine et gagne le Grand Prix du Jury à Cannes en 1990, le Prix du meilleur long métrage au 1er Festival du cinéma africain de Milan en 1991 ainsi que L’Étalon de Yennenga (Grand prix du FESPACO) la même année. À la même période, il crée sa société de production, « Les Films de la Plaine »[5] à partir des « Films de l'Avenir ».

Il continue de réaliser des longs métrages mais également des courts métrages et des séries de télévision.

En 1991, il met en scène La Tragédie du roi Christophe d'Aimé Césaire à la Comédie-Française. Son film Le Cri du cœur, tourné en 1994, obtient l'année suivante le Prix du public lors du 5e Festival du cinéma africain de Milan. Lors de la 8e édition de ce festival, en 1998, il reçoit le Prix du meilleur long métrage pour Kini et Adams (1997).
En 2001, il produit et réalise la série à succès Kadi Jolie.

En 2002, Idrissa Ouédraogo a participé au film de réflexion collective 11'09"01 - September 11 sur les attentats terroristes de New York en septembre 2001. En 2003, il est président du grand jury du FESPACO, il y présente son film La Colère des Dieux. En 2003, en collaboration avec Issa Traoré de Brahima, la série Trois hommes, un village obtient le Prix spécial du jury série ou sitcom au FESPACO en 2005.

Il est commandeur de l’ordre national du Burkina Faso et chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres français.

Filmographie[5]

Réalisateur

Longs métrages

Courts métrages, documentaires et films collectifs

Télévision

  • 1999 : Entre l'arbre et l'écorce (programme de télévision)
  • 1999 : Kadi Jolie (série télévisée)
  • 2005 : Trois hommes, un village avec Issa Traoré de Brahima

Producteur

  • 1989 : Yaaba (Grand-mère)
  • 1990 : Tilai (La loi)
  • 1992 : Samba Traoré
  • 1995 : Guimba, un tyran, une époque,réalisation: Cheick Oumar Sissoko
  • 2003 : Kounandi, réalisation: Appoline Traoré
  • 2003 : Sous la clarté de la lune, réalisation: Appoline Traoré
  • 2006 : Kato, Kato

Distinctions

Poko, 1981

  • Prix du meilleur court-métrage au FESPACO[8]
  • Prix de la Critique Internationale[9],[4]
  • Mention Spéciale de l’Institut culturel africain (ICA)[9],[4]

Écuelles (les), 1983

  • Prix Kodak Musée de l’Homme[9][réf. à confirmer]
  • Grand Prix Documentaire à Melbourne[9][réf. à confirmer]
  • Prix de la Fédération internationale des ciné-clubs d’Oberhausen[9][réf. à confirmer]
  • Grand Prix du court-métrage à Nevers[9][réf. à confirmer]

Issa le tisserand, 1984

  • Prix de l’Institut culturel africain (ICA)[9],[4]
  • Prix de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT)[9],[4]
  • Prix de la Critique Internationale[9],[4]
  • Cauri 85[4][réf. à confirmer]

Yam Daabo, 1986

  • Prix Georges Sadoul[9]
  • Prix de l’OCIC[9][réf. à confirmer]
  • Prix du 7e Art FESPACO 1987[8]
  • Prix de la meilleure musique FESPACO 1987[8]
  • Prix de l’Unicef[9][réf. à confirmer]
  • Prix de la ville de Ouagadougou[9][réf. à confirmer]
  • Prix OUA (Tunisie)[9][réf. à confirmer]
  • Prix du CIERTO[9][réf. à confirmer]
  • Prix UNESCO[9][réf. à confirmer]
  • Corride d’Argent au Festival du Film de Taormine[9][réf. à confirmer]

Yaaba, 1989

Tilaï, 1990

Samba Traoré, 1992

Le Cri du cœur, 1994

Kini et Adams, 1997

11'09"01 - September 11,2002

Trois hommes, un village, 2005

  • Prix spécial du jury série ou sitcom FESPACO avec Issa Traoré de Brahima[8]

Bibliographie

  • Vincent Malausa, « Idrissa Ouedraogo, éternelle jeunesse », Cahiers du cinéma, no 743, avril 2018, p. 50

Notes et références

  1. Écrans d'Afrique - Numéros 3 à 10 Pan-African Federation of Film-Makers, Centro orientamento educativo (Italie) - 2001 « L'épreuve qui le guette désormais, et à laquelle le film de Ouédraogo se confronte victorieusement, est de continuer de croître en qualité et en puissance (technique, financière, organisationnelle), sans se perdre, sans perdre sa particularité et ... »
  2. « Le cinéaste Burkinabè Idrissa Ouedraogo est décédé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « Cinéma : le réalisateur burkinabè Idrissa Ouedraogo est mort », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h « Bio et filmo d'Idrissa », sur Africultures
  5. a, b, c et d « Idrissa Ouedraogo », sur Ciné-ressources, Bibliothèque du film
  6. « OUEDRAOGO Idrissa », sur La Petite Académie
  7. Médias France intercontinents, Cinémas africains d'aujourd'hui: guide des cinématographies d'Afrique / MFI, Medias France intercontinents, Paris, Karthala : Radio France internationale, , 142 p. (ISBN 978-2-84586-889-2)
  8. a, b, c, d, e et f « Participations et palmarès », sur Fespaco
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t Alexandre Tylski, « Yaaba & Idrissa Ouedraogo. Mise à l’écart des films africains, territoires intimes », sur Cadrage,
  10. « Le Palmarès 1990 », Festival de Cannes
  11. a, b et c « Éditions du festival », Festival Cinéma Africano

Annexes

Article connexe

Liens externes