Identité graphique des Jeux olympiques d'été de 1976

L’image graphique des Jeux olympiques d'été de 1976 qui se sont tenus à Montréal, est un ensemble visuel composé d’un logo, d’affiches et d’une multitude d’autres produits qui ont permis à l’évènement d’être visuellement reconnaissable à travers le monde.

Les jeux olympiques de Montréal (1976)

Dans les années 1960, Montréal, métropole grandissante, est à l’aube[style à revoir] de nombreux changements[Lesquels ?] et sur la scène internationale à la suite de la révolution tranquille qui la secoua[précision nécessaire]. Cette ville canadienne accueillera l’Expo 67, son premier évènement d’envergure international, en 1967. Presque une décennie plus tard, en 1976, se tiendra un second évènement majeur, en son sein, la 21e olympiade du monde moderne[1].

Avant les jeux

Le désir d’accueillir les jeux olympiques à Montréal était déjà présent depuis plusieurs décennies. En effet, le maire de Montréal, Jean Drapeau, désireux et déterminé de faire connaitre sa ville à l’international entreprendra les nombreuses démarches nécessaires à l’hébergement d’un tel évènement en sol montréalais. Le comité international olympique devait choisir entre Los Angeles, Moscou et Montréal comme ville hôte. C’est en , à Amsterdam, après avoir essuyé plusieurs refus que Montréal sera officiellement choisie comme hôte des Jeux olympiques de l'été 1976[2].

Concours afin de recruter designers et collaborateurs

En 1972, Georges Huel (1930-2002) propose son idée pour le logo des jeux[3]. Huel, designer graphique né en Saskatchewan, mais ayant grandi à Montréal. Il étudie les arts graphiques, et travaille pour l’imprimerie Thérien et fils. Celui-ci aura aussi été un des acteurs important derrière la charte graphique de l’Expo 67 présenté à Montréal. Son idée sera non seulement retenue, mais il sera nommé chargé de projet et superviseur de l’image entière des jeux[4],[5]. C’est en partenariat avec Pierre-Yves Pelletier (1938- ), designer graphique montréalais ayant travaillé pour Radio-Canada[6], et d’une multitude de collaborateurs recrutés à travers plusieurs concours que l’ascension vers une identité graphique pour les jeux commence[5].

Le manuel graphique

À la suite de la formation de cette grande équipe de travail, un manuel regroupant toutes les normes graphiques sur lesquelles sera basé le projet est publié. Ce manuel de 50 pages explore en détail tout ce qui a trait au logo, sa forme, sa couleur et sa signification. On y retrouve aussi les informations concernant la typographie utilisée et les couleurs acceptées pour l’ensemble des éléments graphiques. Ce manuel permet d'assurer une cohérence visuelle à travers toute l’identité graphique des jeux étant donné que plusieurs personnes sont impliquées. Il est d’ailleurs intéressant d’observer[non neutre] la ressemblance avec le guide qui servira aux jeux suivants, ceux de Moscou en 1980, ainsi que celui des jeux précédents à Munich, en 1972. Ressemblances dans la géométrie simple et dans l’utilisation d'une seule couleur pour le logo[7].

Identité graphique

Logo et style international

Le logo est rouge, simple[non neutre], géométrique. Il est constitué de deux niveaux distincts. Il est possible d'observer, au premier niveau, les cinq anneaux olympiques. Le deuxième niveau est constitué d’un podium, qui est aussi l’interprétation graphique du M de Montréal. La première place du podium (au centre) représente aussi la piste d'athlétisme. Un symbole sans équivoque[non neutre] des jeux, mais aussi du lieu de rassemblement principal, d'incarnation géométrique et de rencontre culturelle. Le logo, comme mentionné précédemment est très géométrique et il est difficile de nier[non neutre] l’influence qu’a eue le style international suisse dans les années 1950 sur sa création[8].

Style international suisse

Le style international suisse est un courant graphique caractérisé par la simplicité de ses caractères sans empâtements et ses formes géométriques simples. Le but de ce dépouillement est d’atteindre une simplicité visuelle totale. Ce style est aussi caractérisé par l’utilisation d’une grille graphique permettant une cohérence typographique ainsi qu’une palette de couleurs restreinte. En se basant sur la pureté caractéristique du style international suisse, les graphistes réussiront à créer une image graphique pour les Jeux olympiques. De plus, c’est la mise au point d’un logo simple, mais lourd de sens[non neutre], qui permettra aux jeux de se tailler une place[style à revoir] au sein de l'identité graphique montréalaise et de son histoire. Cette image aidera aussi la ville à se propulser au rang de ville olympique[9].

Signalisation

Affiches et Mascotte

L'identité graphique des Jeux olympiques ne se résume pas à un logo, mais à un assemblage d'éléments, soit un logo, des affiches, une mascotte et des livrets[interprétation personnelle], pour n’en nommer que quelques-uns[style à revoir]. À Montréal, la mascotte, Amik fut créée pour donner une autre dimension à l’image des jeux, une dimension vivante et culturelle. Ce castor noir arbore une bannière soit rouge avec le logo de ces jeux ou soit composé de rayures avec toutes les couleurs choisies par le comité. De plus, quelques affiches furent créées, plusieurs d’entre elles présentant le logo tel qu’il a été créé, d’autres présentant le logo multicolore, chaque anneau entouré d’un halo de sa couleur respective. Avec tous ces ajouts, l'identité des jeux s’est vue plus complète et facilement reconnaissable[10].

Corrid’Art

Corrid’Art était une exposition impliquant une multitude d’artistes, designers et architectes, les invitant à planter des œuvres sur la rue afin de faire découvrir les transformations de la ville sous un œil artistique. Cette œuvre collective qui fut érigée rue Sherbrooke, grande artère historique de la métropole, avait pour but, en plus de faire découvrir la ville, d’annoncer les jeux olympiques et de diriger les gens vers le site des jeux. Malheureusement[non neutre] les œuvres furent détruites une semaine à peine après leur inauguration par le maire Jean Drapeau, sous le prétexte qu'elles contrevenaient aux règlements de la ville en ce qui à trait à l’exposition d’œuvres d’Art en pleine rue[11].

Vie après les jeux

L’impact de cet évènement international n’est pas seulement ressenti par la présence des infrastructures toujours existantes dans la ville, mais aussi dans l’image graphique montréalaise. Par exemple, il est possible d’observer une ressemblance entre le logo de la 21e olympiade et celui de la ville de Montréal. Georges Huel est l’homme derrière ce logo. Conçut en 1981, ce logo est lui aussi rouge[12].

Notes et références

Références

  1. Paul-André Linteau, Histoire de Montréal depuis la confédération : La réorientation de l'économie, Boréal, , 662 p. (ISBN 9782764600801), p. 433-434.
  2. Jean Roy, Les 30 jours qui ont fait le Québec : Les Jeux olympiques s'ouvrent à Montréal [enregistrement vidéo] : le 17 juillet 1976, Montréal:Ciné fête,
  3. SDGQ, « Marc H. Choko et Georges Huel deviennent membres honoraires », sur http://www.sdgq.ca/, (consulté le 2 octobre 2015)
  4. La mémoire du Québec, « Huel(Georges) », sur http://memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=Accueil, (consulté le 2 octobre 2015)
  5. a et b Marc H.Choko, Paul Bourassa et Gérard Baril, Le Design au Québec,industriel, graphique, de mode : Design graphique/impact des organismes gouvernementaux, Les Éditions de l'Homme, , 384 p. (ISBN 9782761918459), p. 181-189
  6. (en) Library and Archives Canada, « Pierre-Yves Pelletier , 1938 », sur http://www.bac-lac.gc.ca/eng/Pages/home.aspx, nd (consulté le 5 octobre 2015)
  7. Les 30 jours qui ont fait le Québec : Jeux de la XXIe olympiade Montréal 1976, vol. Manuel de graphisme, Cojo XXIe olympiade, , 50 p.
  8. Jeux de la XXIe olympiade Montréal 1976, vol. Manuel de graphisme, Cojo XXIe olympiade, , 50 p.
  9. Richard Hollis, Le graphisme de 1890 à nos jours, Thames & Hudson, , 232 p. (ISBN 9782878112153), p. 130-136
  10. CIO, « Montréal 1976 », sur http://www.olympic.org/fr/title=Accueil, (consulté le 2 octobre 2015)
  11. Arts et Culture, COJO XXIe olympiade, , 293 p.
  12. Ville de Montréal, « Logo et armoiries de la Ville de Montréal », sur http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,85041649&_dad=portal&_schema=PORTAL, (consulté le 2 octobre 2015)