Ibarrolle

Ibarrolle
La salle d'Etxepare.
La salle d'Etxepare.
Blason de Ibarrolle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Pays de Bidache, Amikuze et Ostibarre
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Jean-Louis Caset
2014-2020
Code postal 64120
Code commune 64267
Démographie
Gentilé Ibarrolar
Population
municipale
88 hab. (2015 en diminution de 12 % par rapport à 2010)
Densité 9,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 12′ 03″ nord, 1° 05′ 38″ ouest
Altitude Min. 159 m
Max. 764 m
Superficie 8,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ibarrolle

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ibarrolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ibarrolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ibarrolle

Ibarrolle est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Ibarrolar[1].

Géographie

Situation

La commune fait partie du pays d'Oztibarre, dans la province basque de Basse-Navarre.

Accès

Ibarolle est accessible par la route départementale D 918.

Hydrographie

La commune est traversée[2] par un affluent de la Bidouze, l'Othapaleko erreka, et par le tributaire de celui-ci, l'Ollokiko erreka.

Lieux-dits et hameaux

  • Urrutiko Bordaldea
  • Iranaba
  • Azarka
  • Pekotxea
  • Etxebestaldea
  • Xerra
  • Guillabé
  • Elizathea

Communes limitrophes

Toponymie

Attestations anciennes

Le toponyme Ibarrolle provient du basque Ibarrola[4] qui signifie « forge de la vallée »[5]. Il est documenté[6] sous les formes Yvarole et Yvarola (1168 pour les deux formes, collection Duchesne volume CXIV, feuillet 35[7]), Yvarrola (1402, titres de Navarre, E 459[8]), Ibarrole (1441, notaires de Labastide-Villefranche, n°1, feuillet 35[9]), Ybarrole (1477, contrats d'Ohix, feuillet 48[10]), Ibarrola (1513, titres de Pampelune[11]) et Ybarrola (1621, Martin Biscay[12]).

Graphie basque

La forme populaire s'était réduite à Ibarla[13] mais le nom actuel est Ibarrola[1].

Histoire

Située en Ostabarret, Ibarolle comme son nom l'indique (« ibar » signifie vallée en Basque), se déploie dans une vallée qui lui est propre, entre des monts qui s'élèvent très rapidement ; un ruisseau mythique serpente le long des maisons, c'est le Laminosin, qui naît dans le « gouffre des Lamina ». De cette vallée, par le col de Gamia, on pouvait rejoindre Saint-Jean-le-Vieux, l'antique capitale du Pays de Cize.

À Ibarrolle se trouve toujours la maison noble Etchepare, citée en 1350, que l'on peut admirer près de l'église et qui arbore ses armoiries sur son claveau de porte. Vers 1488, Pierre d'Etchepare épouse Jeanne d'Uhart, fille du seigneur d'Uhart et Sorhapuru ; son fils épousera l'héritière d'Uhart d'Aïnhice.

En 1763, Catherine d'Etchepare s'allie à Jean de Lafaurie, seigneur de Socarro de Zabaltze à Saint-Jean-le-Vieux. Leur descendance prendra le nom de Lafaurie d'Etchepare et celui de Lassalle de Saint Jean le Vieux.

Uhaldea, autre maison noble, est connue aussi en 1350 à Ibarrolle. Au XVIIIe siècle, elle passera entre les mains des familles Lespade, Lassalle, Etcheverry d'Arbouet et Casamajor Salabert de Sauveterre.

Dans les armes communales, la chaîne de montagnes est celle qui surplombe la vallée et la traverse d'azur est pour le ruisseau des « Laminak ». La croix basque est un symbole identitaire du Pays Basque ; la commune revendique ici son appartenance et son attachement à cette communauté. Le troupeau de brebis rappelle le pastoralisme, propre à toute vallée étroite ; l'élevage est la seule activité agricole envisageable sur des pièces de terre de petite superficie au profil tourmenté. Le pèlerin évoque bien sûr le pèlerinage de Compostelle ; l'Ostabarret était un des carrefours incontournables de ce phénomène spirituel de masse qui touche l'Europe entière à partir du XIIe siècle, avec ses innombrables couvents et hôpitaux qui jalonnaient les chemins jacquaires. C'est à Ostabat que se rejoignent les trois importantes voies de Vézelay, du Puy et de Tours, avant de rejoindre les Ports de Cize et la Collégiale de Roncevaux, par Utxiat et Saint-Jean-le-Vieux.

Héraldique

Blason Blasonnement :
Taillé: au 1er de gueules à la chaîne de montagnes d'argent mouvant d'une cotice en barre d'azur et surmontée d'une croix basque virgulée d'or en franc quartier, au 2e de sinople à un troupeau de huit brebis au naturel paissantes, posées sans ordre en pointe, surmontées d'un bélier passant au naturel à la tête noire accornée d'or et accompagnées en chef d'un pèlerin au naturel marchant vêtu et capuchonné d'or, s'appuyant de la main senestre sur un bâton d’or[14].

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Jean-Louis Caset UDF Conseiller général
2008 en cours Jean-Louis Caset MoDem Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité

Ibarrolle appartient à sept structures intercommunales[15] :

  • l’agence publique de gestion locale ;
  • la communauté d'agglomération du Pays basque ;
  • le syndicat AEP de l'Ostabaret ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour l'aménagement et la gestion de l'abattoir de Saint-Jean-Pied-de-Port ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat pour le fonctionnement des écoles d'Ostibarret.

Démographie

Le recensement[16] à caractère fiscal de 1412-1413, réalisé sur ordre de Charles III de Navarre[17], comparé à celui de 1551 des hommes et des armes qui sont dans le présent royaume de Navarre d'en deçà les ports[18], révèle une démographie en forte croissance. Le premier indique à Ibarrolle la présence de 11 feux, le second de 31 feux.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2015, la commune comptait 88 habitants[Note 1], en diminution de 12 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Atlantiques : +2,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
242 261 398 293 270 308 310 307 315
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
286 232 208 207 196 183 177 174 197
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
178 173 165 142 157 151 139 123 121
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
116 110 101 91 92 88 96 97 98
2013 2015 - - - - - - -
93 88 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

L'activité est principalement agricole. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine

La maison de maitre Etxe(ga)parea

Patrimoine civil

  • La maison dite la salle d'Etchepare[23] date du XVIIe siècle ;
  • Des maisons datant du XVIIe siècle[24], sont répertoriées par les monuments historiques.

Patrimoine religieux

L'église Saint-Barthélemy

L'église Saint-Barthélemy[25] date en partie du Moyen Âge.

Patrimoine environnemental

Équipements

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. a et b - Académie de la langue basque
  2. Notice du Sandre sur Ibarrolle
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques », , 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962)
  5. « Notice portant sur l'inventaire général du patrimoine culturel d'Ibarrolle », notice no IA64000796, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  7. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  8. Titres du royaume de Navarre - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Notaires de Labastide-Villefranche - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Contrats retenus par Ohix, notaire de Soule - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  12. Derecho de naturaleza que la merindad de San-Juan-del-pie-del-puerto, una de las seys de Navarra, tiene en Castilla - 1622 petit in-4°
  13. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, 1926
  14. [1]
  15. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 8 juin 2014)
  16. Recensements cités par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque III : Évolution économique et sociale du XVIe au XVIIIe siècle, t. 3, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 411 p. (ISBN 8483317443 et 9788483317440, OCLC 466971263), p. 25. Le même ouvrage de Manex Goyhenetche indique (page 284) qu'il faut compter une moyenne démographique de 5.5 par feu.
  17. Transcrit et publié par Ricardo Cierbide, Censos de población de la Baja Navarra, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1993
  18. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E 575, transcrit par Louis Baratchart dans Les amis de la vieille Navarre, janvier 1995, pages 44-54
  19. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  23. [2], [3] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur la maison dite la salle d'Etchepare
  24. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur les maisons du XVIIe siècle
  25. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Barthélemy

Pour approfondir

Articles connexes

Liens externes