I Want to Break Free

I Want to Break Free

Single de Queen
extrait de l'album The Works
Face B Machines (or 'Back to Humans')
Sortie
Enregistré 1983
Durée 3:26 (album/radio)
4:29 (single)
7:21 (version extended)
Genre Rock[1]
Format 45 tours, maxi 45 tours
Auteur-compositeur John Deacon
Producteur Queen, Reinhold Mack
Label EMI, Capitol

Singles de Queen

I Want to Break Free est une chanson du groupe de rock britannique Queen, sortie en 1984. Il s'agit du deuxième single extrait de l'album The Works de Queen.

En 2014, les lecteurs du magazine Rolling Stone classent la chanson à la 10e place de leurs titres préférés de Queen[2].

Différentes versions

Deux versions de I Want to Break Free existent (sans compter la version extended, qui est une version rallongée du single).

La chanson qu'on peut trouver sur l'album The Works est plus courte d'une minute que la version single : elle ne comporte pas la longue introduction au synthétiseur, ni les solos de guitare et de synthétiseur au milieu de la chanson. Ceci est assez rare puisqu'en général les versions single des chansons sont plus courtes que les versions album. La version en concert est jouée à la guitare uniquement, alors que le solo au milieu de la chanson dans la version longue est joué au synthétiseur.

Les 45 tours promotionnels qui étaient envoyés aux stations de radios par Capitol Records comportent les deux versions de la chanson.

Clip vidéo

Le clip de I Want to Break Free, réalisé par David Mallet, est une parodie d'un soap opera britannique, Coronation Street, qui existe depuis 1960. Tous les membres de Queen y sont habillés en femmes : on y voit Brian May, durant l'introduction, réveillé par un réveil à vapeur et qui croise successivement Freddie Mercury déguisé en femme de ménage (moustachue de surcroît) passant l'aspirateur, Roger Taylor en jeune étudiante préparant à manger et John Deacon en vieille femme lisant son journal.

La porte du placard située sous l'escalier qu'ouvre ensuite Freddie Mercury nous conduit directement à la deuxième partie du clip, dans laquelle on voit le groupe (habillé normalement) entouré de fans et portant des casques de mineurs. Filmé dans un entrepôt à côté des Limehouse Studios, il y faisait apparemment très froid (on était alors en mars 1984).

La partie de l'interlude du clip est une recréation d'un ballet de Vaslav Nijinsky, L'Après-midi d'un faune, lui-même inspiré d'une œuvre de Claude Debussy, et interprété par le Royal Ballet. Freddie Mercury (qui avait rasé sa moustache pour cette partie du clip) s'était beaucoup entraîné avec les membres du ballet et la scène, chorégraphiée par Wayne Eagling[3] (actuel directeur artistique de l'English National Ballet), nécessita une journée de tournage.

Le clip est interdit d'antenne aux États-Unis par la chaîne MTV. D'après Brian May, cela sera assez néfaste pour les ventes de disques de Queen dans ce pays, du moins jusqu'au décès de Freddie Mercury.

À sa sortie, le clip est alors le plus cher produit par Queen (encore plus que celui de Radio Ga Ga).

Controverses

I Want to Break Free devient une chanson très populaire, mais le clip suscite plusieurs controverses. La plus importante concernant la séquence du ballet: bien qu'il fût basé sur une chorégraphie de Nijinsky, Sir Kenneth MacMillan (directeur du Royal Ballet de 1970 à 1977) pensa que Wayne Eagling, chorégraphe de la séquence, avait emprunté quelques idées et notamment l'apparence des costumes à son propre ballet, The Rite of Spring. En conséquence de quoi, Queen Productions fit une donation d'un montant inconnu à une œuvre de charité choisie par MacMillan, The Institute of Choreology.

Un autre problème, plus connu celui-ci, vint de la séquence du travestissement: le clip fut refusé par MTV et d'autres chaines nord-américaines, contribuant au déclin de la popularité du groupe en Amérique.

L'année suivante, lors du festival Rock in Rio se tenant à Rio de Janeiro, le groupe se produisait pour une foule de 250 000 personnes. Freddie Mercury interpréta la chanson dans la tenue qui avait fait scandale (avec une fausse poitrine encore plus imposante) jusqu'à ce que la foule devînt hostile et lui lançât des bouteilles et autres objets. Freddie Mercury se sépare vite de son déguisement et le public se calme. Après le concert, Queen apprit que la chanson était devenue en Amérique du Sud un véritable hymne à la libération et les spectateurs brésiliens, n'ayant jamais vu le clip à cause de la censure gouvernementale, avaient pris ce déguisement pour une provocation[réf. nécessaire].

Classements

Classements (1984) Meilleure
position
Temps de présence
au classement
Nombre de
semaines
Drapeau de l'Australie Australie (Kent Music Report) 8[4] 25 juin – 1 juillet 1984 21[4]
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40) 1[5] 1 juin – 1 juillet 1984 14
Drapeau du Canada Canada (RPM) 26[6] 16–30 juin 1984 8
Drapeau de la France France (SNEP) 9[7] 8–15 décembre 1984 16
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control Charts) 4[8] 11–17 juin 1984 20
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA) 2[9] NC 10
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ) 6[10] 20 mai - 23 septembre 1984 19
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100) 1[11] 26 mai – 2 juin 1984[12] 12
Drapeau de la Suisse Suisse (Swiss Hitparade) 2[13] 17–24 juin 1984 16
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (Official Charts Company) 3[14] 28 avril – 19 mai 1984 15[11],[14]
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100) 45[15] Mai 1984[16] 8[11],[17]

Crédits

Utilisation dans d'autres médias

La chanson apparaît dans les films 20 centimètres (2005) et Pride (2014). Elle est écoutée par James Moriarty dans l'épisode Le dernier problème (2017) de la série britannique Sherlock.

La chanson est utilisée pour une publicité télévisée en France de Coca Cola en 2018[18].

Bibliographie

  • Sutcliffe, Phil, Hince, Peter et Mack, Reinhold, Queen: The Ultimate Illustrated History of the Crown Kings of Rock, MBI Publishing Company, [détail de l’édition] (ISBN 978-0-7603-3719-6, lire en ligne)

Notes et références

  1. (en) « BPM Database - Queen » (consulté le 24 décembre 2015)
  2. (en) « Readers’ Poll: 10 Greatest Queen Songs », sur Rolling Stone, (consulté le 6 décembre 2018)
  3. http://www.ballet.org.uk/staff/wayne-eagling-artistic-director.html
  4. a et b David Kent, Australian Chart Book 1970–1992, St Ives, N.S.W., Australian Chart Book, (ISBN 0-646-11917-6), p. 243 N.B. The Kent Report chart was licensed by ARIA from mid-1983 until 19 June 1988.
  5. Queen – I Want To Break Free (in German). austriancharts.at. Retrieved on 20 February 2011.
  6. RPM Top Singles - Volume 40, No. 15 Jun 16, 1984. Retrieved on 05 April 2017.
  7. Queen – I Want To Break Free (in French). lescharts.com. Retrieved on 20 February 2011.
  8. Die ganze Musik im QUEEN – I Want To Break Free (in German). musicline.de. Retrieved on 20 February 2011.
  9. Search « https://www.webcitation.org/5hFf8iFDu?url=http://www.irishcharts.ie/search/placement »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), irishcharts.ie. In the box under Search by Song Title, type in I Want To Break Free. Then click search.
  10. Queen – I Want To Break Free. charts.org.nz. Accessed from 1 August 2013.
  11. a b et c I Want To Break Free. Pcpki.com. Retrieved on 20 February 2011.
  12. Queen – I Want To Break Free. dutchcharts.nl. Retrieved on 20 February 2011.
  13. Queen – I Want To Break Free. hitparade.ch. Retrieved on 20 February 2011.
  14. a et b Queen – I Want To Break Free. Chart Stats. Retrieved on 20 February 2011.
  15. Sutcliffe, p. 180
  16. Barry Lazell, Rock movers & shakers, Billboard Publications, Inc., (ISBN 978-0-8230-7608-6, lire en ligne)
  17. Queen International Singles Chart Positions. Pcpki.com. Retrieved on 20 February 2011.
  18. « Musique de pub Coca Cola Zéro Sucres – 2018 | Musique-Pub.com », sur Musique-pub.com (consulté le 23 septembre 2018)

Liens externes