I Verdi Corsi

I Verdi Corsi
Les Verts corses
Image illustrative de l'article I Verdi Corsi
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire régionale Hélène Babin
Fondation 1988
Siège Rés. Les Amandiers - Bât. A1 - Rue Biancamaria - 20090 Ajaccio
Porte-parole et délégués au Conseil fédéral d'EELV Jean Graziani et Francine Tramoni
Positionnement Extrême gauche[1]
Idéologie Indépendantisme corse[1]

I Verdi Corsi (Les Verts corses en français) est la fédération régionale d'Europe Écologie Les Verts en Corse. Comme toute structure régionale d'Europe Écologie Les Verts, elle dispose d'une large autonomie pour nouer des relations avec d'autres mouvements politiques en Corse.

Historique

La première prise de conscience environnementale date d'avril 1960 lorsque le gouvernement Debré décide de créer un centre d'expérimentations nucléaires souterraines dans les mines désaffectées de l'Argentella[2].

En 1973, un deuxième mouvement massif de défense de l'environnement naît en réaction à la pollution marine au nord du cap Corse créé par le déversement de déchets de fabrication de dioxyde de titane par la société italienne Montedison.

I Verdi Corsi sont créés en décembre 1988[3].

Participations électorales

Élection territoriale de mars 1992

Il s'agit des premières élections territoriales après le nouveau statut de la Corse du 13 mai 1991 qui devient une collectivité territoriale.

I Verdi Corsi est regroupé au sein de la coalitation Corsica Nazione pour les élections. Ils obtiennent un élu Norbert Laredo[3].

Élection territoriale de mars 1998

I Verdi Corsi se présentent seuls aux élections et obtiennent un résultat de 1,15 %[4],[2].

Élection territoriale de mars 1999

I Verdi Corsi rejoignent la coalition Uniti.

Élection territoriale de mars 2004

I Verdi Corsi participent à la coalition électorale Unione naziunale qui obtient 8 élus (3 de Chjama naziunale, 3 de Corsica nazione et 2 du Partitu di a Nazione Corsa)[5].

Élection territoriale de mars 2010

I Verdi Corsi ne sont pas sur la liste "Femu a Corsica" qu'ils ont pourtant contribué à mettre en place. I Verdi ont refusé que leur représentant, Norbert Laredo, soit relégué au-delà de la septième place de la liste et ne puisse donc porter l’écologie politique au sein de l’Assemblée territoriale. Des engagements avaient été pris en ce sens par le PNC auprès des Verts lors de la préparation des élections européennes : la parole donnée n’a pas été tenue,[7].

Actions

Organisation

Notes et références

  1. a et b Laurent de Boissieu, « I Verdi Corsi (VERDI) », France Politique,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Article « Écologie et géopolitique en Corse »
  3. a et b Présentation d'I Verdi Corsi sur le site france-politique.fr de Laurent de Boissieu
  4. Site france-politique.fr de Laurent de Boissieu
  5. Les élus sur le site politiquemania.com
  6. Article de Corse-Matin du 18 février 2010

Voir aussi

Sources

  • Matthieu Ecoiffier, « La lutte contre nature des Verts corses pour un barrage. L'indépendantisme motive leur soutien au projet hydroélectrique », Libération,‎ (lire en ligne)
  • Marianne Lefevre, « Écologie et géopolitique en Corse », Hérodote, vol. 1, no 100,‎ , p. 32-54 (ISSN 0066-2399, lire en ligne)
  • Christophe Deloire, « L'entregent des Verts », Le Point,‎ (lire en ligne)
  • Éric Capomaccio, « Territoriales : Absents du scrutin, I Verdi Corsi affichent leur déception », Corse-Matin,‎ (lire en ligne)

Articles connexes

Lien externe

  • Site d'Europe Écologie Les Verts