IHU Méditerranée Infection

IHU Méditerranée Infection
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Pays
Coordonnées
43° 17′ 24″ N, 5° 24′ 02″ E
Organisation
Site web

L’Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille (« IHU Méditerranée Infection » ou « Institut MI ») est un institut hospitalo-universitaire créé en 2011 sous la forme d'une fondation de coopération scientifique. Il est issu d'un partenariat entre l'Université d'Aix-Marseille, les hôpitaux universitaires de Marseille, l'Institut de recherche pour le développement (IRD), le Service de santé des armées, BioMérieux, et l'Établissement français du sang.

Présentation de l'Institut

Genèse

Le projet initialement dénommé « POLMIT » consistait en 2011 à concentrer sur le site de la Timone à Marseille les moyens de lutte contre les maladies infectieuses. La création de l'institut est financée grâce à la subvention la plus élevée accordée en France pour la recherche médicale : 72,3 M€ (dont 48,8 M€ consacrés à la construction du bâtiment), apportées par l’ANR dans le cadre des investissements d'avenir[1]. Le coût total est de « plus de 150 millions d'euros »[2],[3]. Il est ouvert aux patients en décembre 2016[2],[4]. Un nouveau bâtiment est inauguré en mars 2018[5],[6],[7].

Gouvernance de l'institut

Réorganisation interne

En janvier 2018, l'une des UMR, l'URMITE, est scindée en deux : VITROME (Vecteurs – Infections Tropicales et Méditeranéennes) et MEPHI (Microbes Evolution Phylogeny and Infections). Suite à l'évaluation « pas très bonne »[8] par l'HCERES de ces deux unités [9],[10],[11] et à une affaire de harcèlement sexuel[8], le CNRS et l'Inserm se retirent de l'institut[6],[7],[8],[12], mais l’ancien président de l'IRD Jean-Paul Moatti renouvelle son soutien à l'IHU, en signant une convention avec sa propre épouse, qui est présidente de la fondation de l’IHU, déclenchant une enquête de l'agence française anti-corruption[13].

Champs de recherche

Infrastructure

Situé sur le site de la Timone, il s'étend sur 27 000 m2[2], dont 5000 m2 dédiés aux soins du pôle maladies infectieuses et tropicales avec près de 75 lits d’hospitalisation complète et 25 lits d’hôpital de jour[2],[14].

Affaires de harcèlement

En avril 2017, 12 personnes de l’unité de recherche médicale sur les maladies infectieuses (Urmite) dirigée par le professeur Didier Raoult dénoncent auprès des tutelles de l’Urmite (Université Aix-Marseille, CNRS, IRD et Inserm) « les conditions dégradées de travail des agents et étudiants, des manquements aux règles éthiques, des problèmes de matériels, d’hygiène et de sécurité et des comportements inappropriés de certains membres du personnel et directeurs de recherche »[15],[16]. Les CHSCT réunis en juillet[17] rendent un rapport très sévère[18],[12]. Quatre plaintes pour harcèlement ou agression sexuels sont déposées à l'encontre de chercheurs ou d'enseignants de l'Urmite[19],[20]. Pour Didier Raoult, qui a ignoré les signalements[21], il s'agit d' « une histoire d’amour qui a mal tourné »[19],[22], mais un chercheur de l’Urmite, qui avait l'habitude de demander à ses collègues féminines « Il est 4 heures, c’est l’heure de ma pipe, qui est-ce qui s’y colle ? », est révoqué de la fonction publique par la commission disciplinaire du CNRS[15],[21]; il fait un recours contre cette décision devant le conseil d’État[7].

Notes et références

  1. « L'Institut hospitalo-universitaire (I.H.U.) en maladies infectieuses. Diagnostic et propositions. », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le 23 mars 2020)
  2. a b c et d « L'IHU Méditerranée Infection, un modèle économique inédit qui rapporte (2/2) », sur Gomet, (consulté le 23 mars 2020)
  3. « Droit de réponse du professeur Raoult », La Provence, 29 novembre 2017
  4. Vaudoit 2018.
  5. « L'IHU, fierté marseillaise de la recherche et du soin », La Provence, (consulté le 23 mars 2020)
  6. a et b Catherine Walgenwitz, « Marseille : le pôle d'infectiologie se refait une santé », Journal La Marseillaise,‎ (lire en ligne)
  7. a b et c « Didier Raoult inaugure son IHU Méditerranée Infection sur un mode défensif », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  8. a b et c « « Champion » à Marseille, savant reconnu et amateur de polémiques : Didier Raoult, le trublion du Covid-19 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2020)
  9. HCERES, Report on research unit: Vecteurs - Infections TROpicales et MÉditerrannéennes, (lire en ligne)
  10. HCERES, Report on research unit: Microbes Evolution Phylogeny and Infections (lire en ligne)
  11. « Homme de réseaux et enfant terrible de la recherche, enquête sur le système Raoult », sur Marsactu, (consulté le 27 mars 2020)
  12. a et b « Coronavirus : qui est Didier Raoult, la "star mondiale" de la microbiologie qui assure avoir trouvé le remède contre le Covid-19 ? », sur Franceinfo, (consulté le 30 mars 2020)
  13. « Conflit d'intérêts à la tête de l'institut de recherche pour le développement », sur Marsactu, (consulté le 27 mars 2020)
  14. « Didier Raoult, il est né le divin infectiopole... », La Provence,‎ (lire en ligne)
  15. a et b Myriam Guillaume, « Marseille : les sanctions tombent à l’unité de recherche médicale sur les maladies infectieuses », Journal La Marseillaise,‎ (lire en ligne)
  16. « Le chercheur Didier Raoult mis sur la sellette par ses tutelles », sur Marsactu, (consulté le 24 mars 2020)
  17. « L'unité de Didier Raoult : "Paradis de la recherche" pour les uns, enfer pour d'autres », Marsactu,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2018)
  18. « Sévère rapport sur l'unité de recherche du professeur Raoult », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  19. a et b « Plusieurs plaintes déposées pour harcèlement sexuel à l'université d'Aix-Marseille », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  20. « Marseille : Harcèlement moral et sexuel à l'unité de recherche sur les maladies infectieuses », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 26 mars 2020)
  21. a et b « Agresseur et harceleur sexuel présumé, un chercheur de l'IHU révoqué de la fonction publique », Marsactu,‎ (lire en ligne)
  22. « Les syndicats de la recherche s'insurgent contre les propos du professeur Raoult », Marsactu,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

  • Herve Vaudoit, L'IHU méditérranée infection - Le défi de la recherche et de la médecine intégrée, Michel Lafon, , 267 p. (ISBN 9782749933832, lire en ligne [Kindle])

Articles connexes

Lien externe