Hurbache

Hurbache
Le centre depuis le pont du Hure.
Le centre depuis le pont du Hure.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Raon-l'Étape
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Patrick Villaume
2014-2020
Code postal 88210
Code commune 88245
Démographie
Gentilé Hurbachois(es)
Population
municipale
314 hab. (2015 en augmentation de 2,95 % par rapport à 2010)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 02″ nord, 6° 56′ 07″ est
Altitude 435 m
Min. 304 m
Max. 592 m
Superficie 9,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hurbache

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hurbache

Hurbache est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Hurbachois.

Géographie

Le Hure.

Comme son nom l'indique, Hurbache est arrosé par le Hure, un affluent droit de la Meurthe.

La vallée est entourée de forêts et de pâturages.

Toponymie

Du germanique hur + bach = « ruisseau marécageux », a désigné d'abord le cours d'eau, puis le village[1].

Hurbach (1187).

Généralement, la francisation des bach est bac (à l'oral), alors qu'ici c'est un cas en -che, comme le Robache.

Histoire

Un passage de voie sur les hauteurs septentrionales du territoire communal, la fameuse via salinatoria antique ou la voie des Saulniers médiévale, atteste d'une dense présence gallo-romaine. Des tronçons de cette voie ancienne servent encore à l'aube du XVIIIe siècle aux marchands lorrains et/ou alsaciens pour rejoindre la vallée de la Meurthe ou la plaine rhénane par le col de Steige et le Val de Villé. Rappelons que la commune d'Hurbache possède une fraction du camp celtique de la Bure.

Le ban d'Hurbache, englobant à l'origine La Voivre (c'est-à-dire les rives de Meurthe) et Saint-Jean-d'Ormont (c'est-à-dire les sources du Hure sous l'antique chaîne forestière de l'Ormont) est le fruit d'une segmentation carolingienne tardive du grand ban religieux de Moyenmoutier. Les érudits philomates ont retrouvé les appellations diverses des scribes, proposons en un commentaire prudent :

  • et cum fontana hurinega dans la charte fondatrice du ban mérovingien de Gondelbert de 661 : l'expression signale l'inclusion d'une fontaine (fontana) de l'Ormont (Hurinega montes) dans l'extrême limite du ban. Il semble qu'il s'agisse d'une fraction de Saint-Jean d'Ormont, et non d'Hurbache.
  • Hurini fontana en 661 : la lecture est délicate, mais Hurini désigne sans doute le Houx ou petit Hure des origines, là où est fondé le hameau noyau primitif d'Hurbache.
  • Urbaciacum en 1140 : la désinence latine en -iacum marque l'apparition de la racine du nom. Il s'agit d'un nom de l'assemblée du ban, aux pouvoirs limités, qui se doit d'obéir aux injonctions de l'abbé médianimonastérien.
  • et alias apud Orbacum en 1128 : l'écriture simplifié latine confirmerait qu'il s'agisse du ban en assemblée.
  • et cellula Erardi in vico de Horbaco avant 1150 : la cellule du moine Erard se trouve dans le modeste bourg rural d'Hurbache.
  • seu Hurbacho sita après 1150 : la tentation populaire s'affirme de rappeler le lien entre la rivière Hure ou son affluent Hurini, et le chef-lieu du ban. La prononciation dialectale en ancien français est influencée par des traces relictuelles de gaulois. Le h est aspiré, le ch est sans doute l'évolution du k en hh dialectal. Hur(o)bacho peut même désigner le ruisseau du Hure ou la vallée large du Hure.
  • Hurbech en 1310 : le nom dialectal semble avoir définitivement contaminé la prononciation savante latine. La langue dominante est l'ancien français.
  • Hurebaiche en 1341 : la graphie évolue pour se calquer sur le son entendu.
  • les autres prés d'Horbach après 1510 : Voilà une tentative humaniste pour retrouver la source latine savante, au moins limitée à la première syllabe.

Le toponyme semble résulter de la fusion de l'orbe (nom de lieu d'assemblée antique et de collecte fiscale du ban, à l'origine de divers toponymes vosgiens tels Orbey ou Urbeis) et de la signalisation populaire du relief et de l'écoulement des eaux (Hure et/ou son affluent en tant que ruisseau(x) et petite(s) vallée(s)).

Le ban et la seigneurie d'Hurbache est une entité médiévale prospère et populeuse.

La commune a été décorée le 22 octobre 1921 de la croix de guerre 1914-1918.

Politique et administration

Finances locales

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 182 000 , soit 582 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 163 000 , soit 522 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 45 000 , soit 146 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 34 000 , soit 109 par habitant ;
  • endettement : 24 000 , soit 77 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 22,45 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 12,58 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 22,99 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 20,41 %.

Liste des maires

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1879 1896 Edmond-Louis Gérard   Avoué, conseiller d'arrondissement
1971 (?) 1989 (?) Pierre Claudel (1931-2015)   Agriculteur
1989 (?) 1997 Gilles Toussaint (1933-2008)   Facteur retraité
Démissionnaire pour raison de santé
octobre 1997 en cours
(au 18 février 2015)
Patrick Villaume   Entrepreneur T.P.

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 314 habitants[Note 1], en augmentation de 2,95 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
456 565 578 644 622 639 660 658 585
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
544 539 518 515 512 487 465 440 432
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
379 321 326 294 281 206 258 256 261
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 - -
232 227 253 282 308 302 314 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Une scierie.

Les activités locales s'articulent autour de l'artisanat (entreprise du bâtiment et travaux publics), la forêt (exploitations forestières, scierie, fabrique de palettes pour l'industrie), l'agriculture[8] (élevage, lait), la culture (atelier du peintre Fausto Olivares, sculpture sur métal d'Emmanuel Perrin), pour un total de 55 emplois dans la commune en 2013.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

  • L'église Saint-Étienne-et-Saint-Gengoult date du XIXe siècle. L'ancienne église a été détruite pendant la Révolution.
  • Monuments commémoratifs[9].

Personnalités liées à la commune

Héraldique, logotype et devise

Pour approfondir

Bibliographie

  • INSEE, « Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet », sur insee.fr (consulté le 1er novembre 2016).
  • INPN, « Inventaire du patrimoine naturel de la commune », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 1er novembre 2016).

Articles connexes

Liens externes

  • Hurbache sur le site de l'Institut géographique national
  • « Un document sur Moyenmoutier et Hurbache » (article d'Albert Ohl dans Le Pays lorrain, 1913 (A10), p. 286-287)
  • Le patrimoine architectural et mobilier de la commune sur le site officiel du ministère français de la Culture (Bases Mérimée, Palissy, Palissy, Mémoire, ArchiDoc), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN, et service régional de l'inventaire général de la Région Lorraine
  • (fr) Site de la Direction Régionale de l’Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) et Carte globale Lorraine CARMEN - DREAL Lorraine

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  2. « Les comptes de la commune » [archive du ], sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 9 novembre 2016).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. « enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) : maisons et fermes », notice no IA88000020, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Monuments commémoratifs : Monument aux Morts, Plaque commémorative de la mairie (42 hommes de la commune ont été rassemblés, déportés à Mannheim), Stèle commémorative 1914-1918
  9. Un aperçu de la population de La Mothe d’après le registre de baptêmes (1641-1645) : Les Nobles : NOURROY (de) Henry, baron d'Urbache
  10. Henri de Nourroy, Baron d' Hurbache
  11. « Biographies de Maxime et Lionel de Crevoisier de Vomecourt », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 9 novembre 2016)