Hulk Hogan

Hulk Hogan
Hulk Hogan 2015 cropped.jpg
Hulk Hogan en 2015.
Données générales
Nom de naissance
Terry Gene Bollea
Nom de ring
The Super Destroyer[1]
Hulk Hogan
Hulk Machine[1]
Hollywood Hulk Hogan
Hollywood Hogan
Mr America[1]
Terry Boulder[1]
Nationalité
Naissance
(67 ans)
Augusta
Lieu de résidence
Taille
6 4 (1,93 m)[1]
Poids
275 lb (125 kg)[1]
Catcheur retraité
Fédération
Entraîneur
Carrière pro.

Terry Gene Bollea (né le à Augusta), plus connu sous le nom d'Hulk Hogan, est un catcheur (lutteur professionnel), acteur et musicien américain. Il travaille actuellement à la World Wrestling Federation\Entertainment en tant qu'ambassadeur.

Il a été douze fois champion du monde : six fois Champion du monde poids-lourds de la WWF, six fois Champion du monde poids-lourds de la WCW et a été une fois Champion du monde par équipe de la WWE avec Edge. Il est aussi le vainqueur des éditions 1990 et du 1991 du Royal Rumble, et a été honoré WWE Hall of Fame en 2005 en solo puis en 2020 en tant que membre du New World Order.

Hogan a coréalisé Suburban Commando, et a également fait des apparitions dans de multiples films (Rocky 3, Les 3 ninjas se déchaînent, Cadence de combat) et séries télévisées (L'Agence tous risques, Walker, Texas Ranger, Caraïbes offshore). Il a également été le producteur et présentateur d'un jeu télévisé intitulé Hulk Hogan's Celebrity Championship Wrestling, et est le personnage principal d'une téléréalité racontant sa vie privée, Le Monde merveilleux de Hulk Hogan.

Carrière

Jeunesse et débuts dans le catch

Durant sa jeunesse, Bollea rêve de devenir musicien[2]. Alors qu'il travaille comme guichetier dans une banque, il rencontre les catcheurs Jerry et Jack Brisco [2]. Il intègre l'école de catch de la Championship Wrestling from Florida où il s'entraîne auprès d'Hiro Matsuda[2] qui lors du premier jour lui casse une jambe. Bollea revient quelques mois plus tard et gagne le respect de son entraîneur[3]. Il fait son premier combat le en portant un masque sous le nom de Super Destroyer[4],[2].

Le , il remporte son premier titre en devenant champion du Sud-Est de la National Wrestling Alliance sous le nom de Sterling Golden après sa victoire sur Dick Slater et perd ce titre le jour de Noël face à Bob Armstrong[5].

Début 1980, il commence à travailler régulièrement pour la World Wrestling Federation (WWF) et adopte le nom de ring d'Hulk Hogan et Freddie Blassie devient son manager. Il affronte à plusieurs reprises Bob Backlund et André The Giant, ce dernier remportant le un match au cours d'un spectacle au Shea Stadium[6].

Rocky 3 et American Wrestling Association (1981-1983)

En 1981, Sylvester Stallone demande personnellement à Hogan de tenir un rôle dans Rocky 3. Vince McMahon, Sr. n'est pas d'accord, contrairement à son fils, il pense que les lutteurs n'ont pas leur place au cinéma[2]. Hogan accepte tout de même, espérant que le rôle le fasse connaître encore plus[7]. Il apparaît dans la scène où Rocky s'oppose au champion du monde de catch Thunderlips.

Quittant la WWF, Hogan commence alors à lutter au Minnesota, avec l'American Wrestling Association (AWA), propriété de Verne Gagne. Hogan débute en tant que heel et a Johnny Valiant comme manager[8]. Les fans adorent Hogan, ce qui force ceux qui écrivent les galas à en faire un face[8]. Il devient rapidement le catcheur le plus populaire à l'AWA et se bat contre le champion du monde poids-lourds de l'AWA Nick Bockwinkel à plusieurs reprises[9]. Le , il bat Bockwinkel et l'arbitre le déclare champion mais Stanley Blackburn (le président scénaristique de l'AWA) annule cette décision et disqualifie Hogan pour avoir fait passer son adversaire par-dessus la 3e corde en fin de match[10].

New Japan Pro Wrestling (1980-1983)

Hogan fait sa première apparition au Japon le au cours d'une tournée de la World Wrestling Federation. Il y pratique un catch plus technique qu'aux États-Unis[Note 1],[11]. En fin d'année, il fait équipe avec Stan Hansen avec qui il atteint la finale du tournoi Madison Square Garden Tag League et perdent face à Antonio Inoki et Bob Backlund[12].

Entre les mois de mai et , il participe au tournoi Madison Square Garden Series où il termine 4e de la phase de groupe[13].

Entre mai et , il remporte le tournoi International Wrestling Grand Prix League après sa victoire sur Antonio Inoki le [14],[11].

World Wrestling Federation : Hulkamania (1983-1993)

Un catcheur blond moustachu.
Hulk Hogan entrant sur le ring à la fin des années 1980.

En 1983, Vince K. McMahon rachète la World Wrestling Federation (WWF) de son père et propose à Hogan un contrat qu'il accepte[2].

Le , il remplace Bob Backlund blessé à la nuque et remporte le championnat du monde poids-lourds de la WWF face à l'Iron Sheik devenant aussi le premier à briser la prise de soumission de son adversaire, la camel clutch[15],[16]. Après sa victoire, le commentateur de la WWF Gorilla Monsoon crie : « Hulkamania is here ! »[16]. Une de ses premières défenses a lieu le face à Paul Orndorff où Hogan contre en fin de match le piledriver de son adversaire avant remporter le match par décompte à l'extérieur[17]. Il entame ensuite une rivalité avec Big John Studd qui donne lieu tout d'abord à un match de championnat le que Studd remporte par décompte à l'extérieur et, un mois plus tard Hogan remporte le match revanche où il peut perdre son titre par décompte à l'extérieur en plus de parier 15 000 $ si Studd réussi à lui porter un bodyslam[18],[19].

Le , il défend son titre face à Roddy Piper et au cours du match Paul Orndorff vient l'attaquer alors que l'arbitre est inconscient ; après cela, Piper et Orndorff provoquent Cyndi Lauper et Mr. T qui sont dans le public, et ce dernier vient sur le ring pour défendre Hogan[18]. Le , alors qu'il est sur le plateau d'Hot Properties (un talk show animé par Richard Belzer) avec Mr T pour faire la promotion de WrestleMania, il blesse le présentateur de cette émission en effectuant une prise ; Beltzer poursuit Bollea en justice, réclame 5 000 000 $ et en obtient 400 000 $[20]. Onze jours après cet incident au cours du premier WrestleMania, le match opposant Hogan et Mr T à Roddy Piper et Paul Orndorff se conclut par la défaite de ces derniers[21]. Le , il défend son titre face à Orton lors du premier épisode de Saturday Night's Main Event face à Bob Orton, ce dernier perdant par disqualification après une intervention de Piper ; en fin de match Orndorff vient en aide à Hogan et Mr T[22]. La rivalité avec Piper continue et donne lieu à un match de championnat qui se termine par la victoire par disqualification d'Hogan à la suite de l'attaque d'Orton, Orndorff vient après pour aider son nouvel allié[23].

Le alors qu'il défend son titre face The Magnificent Muraco dans un match qui se conclut par la disqualification de Muraco après une intervention de son manager Bobby Heenan, King Kong Bundy vient l'attaquer et Hogan se retrouve à l'hôpital[Note 2],[24]. Débute alors une rivalité qui se termine dans un match en cage le à WrestleMania II où Hogan défend avec succès son titre[25].

World Championship Wrestling (1994-2000)

En juin 1994, Hogan est ramené à la lutte par la World Championship Wrestling, le compétiteur direct de la WWF. Quand Hogan signe avec la WCW, les officiels (Eric Bischoff) espèrent pouvoir faire revivre les jours de gloire de la « Hulkamania », mais ils savent que ce ne sera pas facile, de nombreux fans de longue date de la WCW ne sont pas convaincus de ce que vaut alors Hogan. De plus, les fans du Sud sont « Anti-WWF » et Hogan était le plus « gros » nom de cette fédération[26].

Hogan reçoit le contrôle complet de son personnage. La signature de contrat officielle se fait le , à Disney World à Orlando, après une parade rouge et jaune. Le , Hogan remporte le titre « poids lourd » de la WCW lors de son premier match en battant Ric Flair[27]. Après des querelles avec Flair, Vader et les Dungeon of Doom qui durent pendant les 18 mois suivant, Hogan abandonne le titre et décide d’apparaître seulement occasionnellement lors des shows de la WCW. Les fans de la WCW préfèrent les jeunes catcheurs comme Chris Benoit et Eddie Guerrero et semblent lassés du bon Hogan en rouge et jaune. Ceci amènera Hogan à apporter des changements à son personnage, pour devenir méchant, la première fois depuis 1981. Il revient à temps-plein le , retour qui est vu comme l’un des événements les plus mémorables de la lutte professionnelle.

New World Order (1996-1999)

Hollywood Hogan.

Scott Hall et Kevin Nash sont tous les deux partis de la WWF début 1996 pour retourner vers leur ancien employeur, la WCW. On les surnomme alors les « Outsiders », car ils ne font pas partie de la WCW de façon officielle dans l’histoire. Ils ont l'intention de contrôler la WCW avec l’aide d’un troisième partenaire mystère (au départ, la rumeur voulait que ce soit Bret Hart ou Shawn Michaels).

Lors de Bash at the Beach, Hall, Nash et leur partenaire « mystère » doivent faire face à Sting, Randy Savage et Lex Luger. Le troisième homme n'apparaît pas au début du combat et après que Luger quitte le ring à cause d’une blessure, plusieurs personnes croiront qu’il est le partenaire mystère. Quand Hogan sort, la foule pense qu’il va remplacer Lex Luger pour attaquer Hall et Nash, mais à la surprise de tous, Hogan attaque Savage et se déclare comme étant le partenaire des Outsiders. Les trois hommes se regroupent sous le nom New World Order (nWo)[28].

Le « heel turn » de Hogan, qui a été une des icônes du divertissement sportif pendant quinze ans, est mal perçu par le public. La nuit suivante, lors de Nitro, Eric Bischoff annonce que la WCW et Hogan avaient reçu des tas de plaintes de parents depuis le PPV et que les enfants détruisaient leurs produits dérivés Hulk Hogan. Pour redéfinir son personnage comme « méchant », sans cependant adopter le style de l’homme mauvais, Hogan se teindra la barbe en noir et se renomme « Hollywood Hogan », il donnera naissance à un « méchant » plus réaliste.

Après avoir vaincu « The Giant » à Hog Wild le , Hogan restera le champion « poids lourd » de la WCW pendant presque toute l’année 1997. Durant cette période, il combattra notamment Roddy Piper, Randy Savage, Lex Luger, Sting et Diamond Dallas Page. La nWo ne cessera de grandir et deviendra rapidement le concept le plus populaire de la lutte, aidant la WCW à battre la WWF dans les ratings pendant quatre-vingt-trois semaines de suite.

À StarrCade, dans le combat le plus attendu de l’histoire de la WCW qui aura demandé près de 18 mois de préparation, Sting réussit à vaincre Hulk Hogan[29]. Cependant, les fans sont déçus du « combat de la décennie » parce que la longueur du combat et sa fin ne justifient pas tout le temps que la WCW avait pris pour bâtir cette rivalité. La finale a dû être repensée, car Hogan, avec le contrôle créatif de son contrat, voulait battre Sting, alors que les bookers avaient déjà décidé que Sting l’emporterait. Pour garder les plans et faire plaisir à Hogan, la fédération décide de faire gagner Hogan par compte rapide et de faire ensuite recommencer le combat pour que Sting l’emporte par soumission. Le finish prend place lors de StarrCade et de Nitro.

Après que Hogan ait passé l’année 1998 à faire des combats impliquant des célébrités comme Dennis Rodman et même Jay Leno (il tentera aussi de se lancer dans la course à la présidence des États-Unis en novembre), il annonce sa retraite. Il revient le et regagne alors le titre lors du match controversé surnommé le « Fingerpoke of Doom ». Hogan perdra contre Ric Flair lors de Uncensored 1999.

Rivalité avec Vince Russo et départ (1999-2000)

En juillet 1999, Hogan redevient peu à peu antagoniste. Le , il commence le spectacle habillé en noir et blanc, mais, après une scène avec son fils, il se présente vêtu de ses vêtements rouges et jaunes pour son combat 3 contre 3. Ses blessures et ses frustrations deviendront plus sérieuses et Hogan sera absent jusqu’en février 2000. Dans son livre, Hollywood Hulk Hogan, Bollea écrit que Vince Russo lui avait demandé de prendre du repos et que personne ne lui avait dit quand il serait de retour. Le , lors du Halloween Havoc à Las Vegas, Hogan doit affronter Sting pour le titre mondial qu’il avait perdu au Fall Brawl, un mois auparavant. Il se présente sur le ring en vêtements de ville, se couche pour le « tombé » et quitte le ring. Après son retour en , Hogan combattra Lex Luger, Ric Flair et Billy Kidman.

Lors du Bash at the Beach, Hogan est impliqué dans un très controversé incident (réel) avec Vince Russo. Devant combattre Jeff Jarrett pour le titre[30], Hogan veut remporter cette rencontre car il pense que Russo ne l’utilisera plus dans aucune histoire. Hogan a encore plusieurs mois à son contrat et doit apparaître à tous les PPV, il décide alors d'utiliser la clause de son contrat qui lui donne le contrôle des finales pour chacun de ses combats, rendant ainsi furieux Russo qui ne pense pas que Hogan doive être champion (selon Hogan, c’est la seule fois qu’il a utilisé cette clause.). Russo demandera alors à Jarrett de se coucher au centre du ring et à Hogan de le battre sur le champ. Hogan, confus, accepte, prend le micro et dit à Russo : « C’est à cause de cette merde que la compagnie est dans cet état ! » Russo répondra en disant qu’il voulait se débarrasser de tous les vieux de la compagnie et que puisque Hogan ne voulait pas jobber contre Jarrett, un nouveau titre poids-lourds allait être créé ; ce qui introduit un combat entre Jeff Jarrett et Booker T plus tard dans la soirée. Hogan ne fera plus aucune apparition et personne ne mentionnera son nom lors d'événements de la WCW après ce soir là. Hogan engagera des poursuites contre Vince Russo qui se termineront en dehors de la cour de justice. Russo révélera plus tard que cet incident était une manœuvre. La WCW n’avait plus les moyens de payer Hogan lors de PPV, dès lors, il n'a plus été rappelé.

Retour à la World Wrestling Federation (2002-2006)

Hollywood Hogan, lors de son entrée à Wrestlemania 18
Hollywood Hogan, durant son entrée à WrestleMania X8.

De à , Hogan est très silencieux et ne sort pas en public. Il se demande si ce que Russo avait dit sur lui est véridique. Le père de Hulk, Peter Bollea, décéde en , ce qu’il prend très mal. Beaucoup de fans donnent raison à Russo, voyant que Hogan ralentit le progrès des lutteurs plus jeunes. Hogan lui, désire prouver qu’il peut toujours livrer la marchandise. Dans les mois suivant la fin de la WCW en , Hogan a une opération aux genoux pour l’aider à lutter de nouveau. Pour un test, Hogan travaille pour la XWF, une promotion de lutte prise en charge par Jimmy Hart. Hogan bat Curt Hennig dans ce match et se sent assez bien pour accepter l’offre de retour à la WWF en à No Way Out.

Au départ, Hogan fait un retour avec les membres originaux de la nWo, Hall et Nash. Lors de WrestleMania X8, il se mesure à Dwayne Johnson (The Rock)[31]. C'est le seul combat de Wrestlemania dans lequel Hogan joue l'antagoniste. Par contre, les fans du Skydome le retransforme en protagoniste durant le combat. The Rock gagne le combat et serre la main de Hogan à la fin. Après le combat, Hogan est de nouveau un face, même s’il continue de porter ses vêtements noir et blanc pendant quelques semaines[31].Durant l'été 2002, Hogan fait équipe avec Edge et remporte, le WWE Tag Team Championship, pour un court règne d'un mois. Il bat Triple H lors de Backlash pour avoir un court règne d’un mois. Durant son règne, la WWF change de nom et se rebaptise en WWE (World Wrestling Entertainment). Ceci consacre Hogan comme le dernier champion de la WWF, et le premier champion poids lourds de la WWE. Le , le jour de la fête nationale américaine, Hulk Hogan remporte le titre par équipe avec Edge[32]. Après un angle où Brock Lesnar écrase Hulk Hogan en , il disparaît des ondes. Il fait un retour au début de 2003 pour combattre The Rock une autre fois. Il bat aussi Vince McMahon lors de Wrestlemania XIX. Hulk Hogan est de retour avec le fameux logo « Hulk Rules », modifié pour « Hulk Still Rules ».

Mr. America est un autre alter-ego de Hogan. Mr. America est Hulk Hogan, déguisé. Il utilise le thème « Real American ». Il est issu de l’histoire qui survient après Wrestlemania XIX, qui veut que Hogan quitte la lutte, forcé par Vince McMahon qui veut tuer le phénomène Hulkamania. Le , Mr. America débute dans le segment épisodique de l'émission Piper’s Pit, dans lequel Vince apparaît en mentionnant qu’il est Hogan portant un déguisement. Mr. America réplique humoristiquement : « I am not Hulk Hogan, brother ! ». Cette rivalité continue pendant le mois de mai avec un match entre Mr. America et Roddy Piper. Vince McMahon essaye par tous les moyens de prouver que Mr. America est Hogan mais il échoue constamment. Mr. America est même passé au détecteur de mensonges. La dernière apparition de Mr. America est le lors de Smackdown, où le Big Show, Shelton Benjamin et Charlie Haas battent Brock Lesnar, Kurt Angle et Mr. America. Lors de la fin de l'émission, Mr. America retire son masque pour montrer qu’il est vraiment Hogan. La semaine suivante, Hogan quitte la WWE à cause de certaines frustrations avec l’équipe créative. Le , Vince McMahon montre la scène et « met Hogan à la porte ». Au cours des mois suivants, la WWE parle du Big Show comme celui qui met Hogan à la retraite pour lui donner de la crédibilité. Fait ironique, le Big Show est découvert par Hulk Hogan en 1995 et a un push (façon de valoriser, mettre en avant subitement un nouveau catcheur face à un autre plus expérimenté) comme menace pour le règne de Hogan à la WCW. Le personnage de Mr. America ne passe pas inaperçu aux yeux de Marvel Comics qui affirme qu’il est une copie de Captain America, car il a un costume très similaire, portant de plus l’étoile du héros. Ceci s’ajoute aux problèmes sur les droits du nom Hulk Hogan. La WWE doit donc éditer toutes les références à Hulk Hogan pour Hollywood Hogan.

Hall of Fame (2005)

Hulk Hogan, durant son entrée à SummerSlam 2005.

Hogan est intronisé dans le Hall of Fame par Sylvester Stallone le [33]. Le Hulkster est accueilli par une bruyante ovation. Durant son discours, Hogan est souvent interrompu par des fans qui lancent un « One more match ». Le lendemain, Hogan sauve Eugene de Muhammed Hassan et Daivari. Le , Hogan fait équipe avec Shawn Michaels pour battre Hassan et Daivari. Le , lors de RAW, Hogan est le partenaire mystère de John Cena et Shawn Michaels dans un combat contre Chris Jericho, Christian et Tyson Tomko. Le titre lui est finalement retiré en à la suite de propos racistes tenus quelques années auparavant.

Diverses rivalités (2005-2006)

Hogan apparaît à RAW le en tant qu'invité spécial du Carlito’s Cabana. Après que Carlito pose des questions irrespectueuses envers sa fille Brooke Hogan, Hulk attaque Carlito. Kurt Angle arrive alors et fait d’autres commentaires sur Brooke ce qui met Hogan encore plus en colère. Hogan se fait battre dans un 2 contre 1 quand Shawn Michaels vient l’aider. Plus tard dans la soirée, les 2 hommes gagnent face à Carlito et Angle, et pendant la célébration d’après match, Shawn Michaels lui envoie sa prise de finition, le Sweet Chin Music, en pleine mâchoire. La semaine suivante, durant le Piper’s Pit, Shawn défie Hogan dans un combat 1 contre 1. Hogan accepte le combat, qui a lieu à SummerSlam 2005. Ni Hogan, ni Shawn n'ont perdu un combat lors de ce PPV. Ceci n’est maintenant plus vrai. Leur combat est l’attraction principale de la soirée, un combat nommé Icône contre Légende. Le combat est partagé entre les deux hommes, avec 2 arbitres se retrouvant au sol et avec Shawn qui utilise une chaise. Même après le Sweet Chin Music, Hogan se releve et termine le combat avec le Leg Drop. Après le match, Michaels lui tend la main, disant qu’il doit découvrir par lui-même. Michaels quitte le ring pour laisser Hogan célébrer avec la foule.

À SummerSlam 2006, Hulk Hogan défait Randy Orton en lui plaçant son Atomic Leg Drop après avoir survécu au RKO dans un « Legend vs. Legend Killer » match[34].

Total Nonstop Action Wrestling (2010-2013)

Immortal (2010-2011)

Hulk Hogan en 2011.

Le , il est annoncé que Hulk rejoindra prochainement la Total Nonstop Action Wrestling Il fait officiellement ses débuts le [35]. Lors d'IMPACT du , avec Abyss, ils ont battu AJ Styles et Ric Flair grâce à une intervention de Desmond Wolfe. Ric Flair est venu attaquer Hulk Hogan. C'est à la suite de l'arrivée de Hulk Hogan à la TNA que la forme du ring de la fédération a changé pour devenir carré comme à la WWE ou encore à la WCW. Tout le monde pensait que Sting et Kevin Nash (équipe) agissaient en tant que Heel car ils attaquaient sans cesse Hulk Hogan et Jeff Jarett en disant qu'ils étaient nocifs à la TNA, mais à Bound for Glory (2010), Jeff Hardy, Jeff Jarett, Hulk Hogan et Bischoff deviennent Heel en attaquant les participants du TNA World Heavyweight Championship et révèlent que c'était eux les « They » (« ils ») d'Abyss. Il y aura un match entre Sting et Ric Flair. Si Ric Flair gagne, Sting devra prendre sa retraite, mais si Sting l'emporte, Il aura un match contre Hulk Hogan.lors du Impact du Hulk Hogan fais une promo disant que son temps est fini en disant qu'AJ Styles, Bobby Roode et James Storm sont le futur de la TNA et qu'il invite tout le monde à venir au prochain Impact pour qu'il soit aperçu une dernière fois sur un ring. Lors de Bound For Glory 2011, il perd contre Sting alors qu'il était accompagné par Ric Flair. En , Hulk Hogan fait la promotion du jeu vidéo de karaoké, Def Jam Rapstar édité par Konami[36]. Il fera également partie du jeu vidéo intitulé WWE All Stars, commercialisé le .

Rivalité avec Aces & Eights (2012-2013)

Depuis l'émission d'Impact Wrestling du , il devient le Général Manager d'Impact Wrestling à la demande de Sting, en fait ce dernier était atteint d'une commotion cérébrale à la suite de sa défaite face au Champion TNA Bobby Roode dans le No Hold Barred Match de Victory Road 2012. En , Hulk Hogan introduit en la présence de tous les champions de la TNA, les deux nouveaux concepts le GutCheak et l'Open Fight Night. Lors d'Impact du il se fait attaquer par les Aces & Eight. Probablement blessé Hulk Hogan est absent pendant plusieurs semaines avant de faire son retour le 23 aout lors de l'épisode d'Impact Wrestling. À l'épisode d'Impact Wrestling du Bully Ray, Sting et Hulk Hogan perdent un match face aux Aces & Eights. Le , Hogan quitte la TNA en refusant l'offre de joindre Dixie Carter.

Deuxième retour à la World Wrestling Entertainment (2014-2015)

Hôte de WrestleMania XXX, diverses apparitions et renvoi (2014-2015)

Début , Hulk Hogan annonce qu'il compte apparaître à WrestleMania XXX[37]. Le , il revient à la WWE et est annoncé comme l'hôte de WrestleMania, et, le , il annonce qu'une bataille royale aura lieu en l'honneur de son rival André The Giant[38],[39].

Il revient à la WWE, le , pour fêter son anniversaire avec d'anciens membres du New World Order, mais ils sont interrompus par Brock Lesnar et, après un face à face entre les deux hommes, John Cena arrive pour en découdre avec Lesnar, qui est, à ce moment-là, son rival, mais ce dernier préfère quitter le ring[40].

Il est licencié de la WWE en pour avoir tenu des propos racistes dans une vidéo datant de 2008, voyant son nom supprimé du site de la WWE ainsi que du WWE Hall of Fame. Le , la fédération annonce qu'il ne fait plus partie de son histoire[41].

En , selon un rapport du Wrestling Observer Newsletter, la WWE souhaite un retour de Hogan en tant qu'ambassadeur[42].

Troisième retour à la World Wrestling Entertainment (2018-...)

Le , la WWE annonce que Hulk Hogan est ré-intronisé au Hall of Fame après une suspension de trois ans[43].

Le , il effectue son retour télévisé en tant que hôte du pay-per view WWE Crown Jewel en Arabie Saoudite[44].

Le à Raw, il vient rendre hommage au regretté « Mean » Gene Okerlund[45]. Le à la cérémonie des nouveaux entrants au WWE Hall of Fame, il intronise Brutus Beefcake[46].

Le , il est annoncé que Hogan, Scott Hall, Kevin Nash et X-Pac seront intronisés au Hall of Fame 2020 (la deuxième fois pour Hogan)[47].

Caractéristiques au catch

Hulk Hogan exécutant l'Atomic Leg drop sur Vince McMahon.
Hogan face à Ric Flair.
Hogan écoutant la foule, l'un de ses mouvements signatures.

Palmarès

PWI 500, les cinq cents meilleurs catcheurs de l'année

Année 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Rang 1 en diminution 12 en diminution 17 en augmentation 2 en diminution 6 en diminution 8 en diminution 55 en augmentation 53 en augmentation 44 en diminution 59 Non classé en augmentation 19

Wrestlemania

BILAN (8 victoires, 2 défaites, 1 égalité)

WrestleMania Année Adversaire Stipulation Enjeux Résultat
WrestleMania I 1985 Drapeau : États-Unis Paul Orndorff & Drapeau : Canada Roddy Piper Tag Team Symbol support vote.svg Victoire
WrestleMania II 1986 Drapeau : États-Unis King Kong Bundy Cage WWE Championship Symbol support vote.svg Victoire
WrestleMania III 1987 Drapeau : France André the Giant Match Simple WWE Championship Symbol support vote.svg Victoire
WrestleMania IV 1988 Drapeau : France André the Giant Match Simple Tournoi Égal Double Disqualification
WrestleMania V 1989 Drapeau : États-Unis Randy Savage Match Simple WWE Championship Symbol support vote.svg Victoire
WrestleMania VI 1990 Drapeau : États-Unis Ultimate Warrior Match Simple WWE Championship
WWE Intercontinental Championship
Symbol oppose vote.svg Défaite
WrestleMania VII 1991 Drapeau : États-Unis Sgt. Slaughter Match Simple WWE Championship Symbol support vote.svg Victoire
WrestleMania VIII 1992 Drapeau : États-Unis Sid Justice Match Simple Symbol support vote.svg Victoire
WrestleMania IX 1993 Drapeau : États-Unis Yokozuna Match Simple WWE Championship Symbol support vote.svg Victoire
WrestleMania X8 2002 Drapeau : États-Unis The Rock Match Simple Symbol oppose vote.svg Défaite
WrestleMania XIX 2003 Drapeau : États-Unis Vince McMahon Street Fight Symbol support vote.svg Victoire

Filmographie

Comme acteur

Cinéma :
Série télé :

Émissions de télévision

Producteur

Cinéma :
Télé :

Jeux vidéo

Notes et références

Notes

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hulk Hogan » (voir la liste des auteurs).
  1. Hogan a un style de catch assez peu technique, ce qui est une des principales critiques à son encontre.
  2. Cette blessure est scénaristique.

Références

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p et q (en) « Hulk Hogan's Profile », sur Online World of Wrestling (consulté le 10 décembre 2007).
  2. a b c d e et f (en) John Milner, « Hulk Hogan », sur Slam! Wrestling (consulté le 28 juillet 2015).
  3. (en) Eric Cohen, « Profile of Hulk Hogan », sur About.com (consulté le 28 juillet 2015).
  4. (en) « CWF @ Fort Pierce », sur Wrestlingdata (consulté le 28 juillet 2015).
  5. (en) « Historique du championnat du Sud-Est de la National Wrestling Alliance », sur Wrestling-Titles (consulté le 28 juillet 2015).
  6. (en) Matt Adamson, « Going Old School: WWF – Showdown at Shea 1980 », sur 411mania, (consulté le 28 juillet 2015).
  7. (en) Raj Giri, « Video : Sylvester Stallone Says Hulk Hogan "Killed Him" While Filming "Rocky III" », sur wrestlinginc.com, (consulté le 30 septembre 2020).
  8. a et b (en) James Walsh, « Interview Highlights: Johnny Valiant talks about Bruno, Heenan, Andre », sur Pro Wrestling Torch, (consulté le 28 juillet 2015) : « He managed Hulk Hogan in the AWA for six months before they realized that people wanted to like Hogan ».
  9. (en) « Liste des confrontations entre Hulk Hogan et Nick Bockwinkel à l'American Wrestling Association », sur Cagematch (consulté le 28 juillet 2015).
  10. (en) Brian Hoops, « Nostalgia Review: AWA Super Sunday; Hogan vs. Bockwinkel; Gagne/Vachon vs. Blackwell/Shiek Kassie and more. », sur Pro Wrestling Torch, (consulté le 28 juillet 2015).
  11. a et b (en) Geno Mrosko, « On this date in New Japan Pro Wrestling history: Hulk Hogan defeats Antonio Inoki to become the first International Wrestling Grand Prix champion », sur Cageside Seats, (consulté le 28 juillet 2015).
  12. (en) « MSG Tag League 1980 », sur Cagematch (consulté le 28 juillet 2015).
  13. (en) « MSG Series 1981 », sur Cagematch (consulté le 28 juillet 2015).
  14. (en) « IWGP League 1983 » (consulté le 26 juillet 2015).
  15. (en) Adam Nedeff, « The Name on the Marquee: Madison Square Garden Presents the WWF (01.23.84) », sur 411mania, (consulté le 28 juillet 2015).
  16. a et b (en) Richard Hoye Browne, « Historic Moments in Wrestling History Part 2: The Birth of Hulkamania », sur The Independant, (consulté le 29 juillet 2015).
  17. (en) Adam Nedeff, « The Name on the Marquee: Madison Square Garden Presents the WWF (02.20.1984) », sur 411mania, (consulté le 29 juillet 2015).
  18. a et b (en) Charlie Reneke, « The Way Too Long Review of Hulk Hogan: The Ultimate Anthology – Discs One & Two », sur Inside Pulse, (consulté le 31 juillet 2015).
  19. (en) Adam Nedeff, « The Name on the Marquee: Madison Square Garden Presents the WWF (10.22.1984) », sur 411mania, (consulté le 31 juillet 2015).
  20. (en) « Wrestling’s Greatest Shoots, ‘WrestleMania’ Edition: Hulk Hogan vs. Richard Belzer », sur Grantland, (consulté le 31 juillet 2015).
  21. (en) Jason Powell, « Powell's WrestleMania 1 review: Hulk Hogan and Mr. T vs. Roddy Piper and Paul Orndroff, Andre the Giant vs. Big John Studd in a body slam challenge, Barry Windham and Mike Rotunda vs. Iron Sheik and Nikolai Volkoff », sur Prowrestling.net, (consulté le 31 juillet 2015).
  22. (en) Josh Nason, « WWF Saturday Night's Main Event episode 1 review: Hulk Hogan vs. Bob Orton, Paul Orndorff turns face », sur Figure Four/Wrestling Observer Newsletter, (consulté le 1er août 2015).
  23. (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: The Wrestling Classic », sur 411mania, (consulté le 3 janvier 2016).
  24. (en) Matt Peddycord, « PDRwrestling Review: Saturday Night’s Main Event #5 (March 1986) », sur 411mania, (consulté le 3 janvier 2016).
  25. (en) Jason Powell, « Powell's WrestleMania 2 review: Hulk Hogan vs. King Kong Bundy in a cage match for the WWF Championship, Roddy Piper vs. Mr. T in a boxing match », sur Pro Wrestling Dot Net, (consulté le 3 janvier 2016).
  26. « Hulk Hogan's jump to WCW », sur WWE (consulté le 10 juin 2020).
  27. (en) Justin LaBar, « Hulk Hogan vs. Ric Flair : The Match WWE Never Tried...or Did They? », sur bleacherreport.com, (consulté le 30 septembre 2020).
  28. « Hulk Hogan joins NWO (Bash at beach 1996) » [vidéo], sur YouTube (consulté le 10 juin 2020).
  29. « Hogan vs Sting Starrcade 1997 part 1 - Vídeo Dailymotion » [vidéo], sur Dailymotion (consulté le 10 juin 2020).
  30. « What exactly happened at WCW Bash at the Beach 2000 », sur WrestleZone Forums (consulté le 10 juin 2020).
  31. a et b (en) Garett Gonzales, « Wrestlemania X8: The Rock and Hulk Hogan Go One On One », (consulté le 9 novembre 2011).
  32. (en) « Hulk Hogan & Edge - OWW », sur Online World of Wrestling (consulté le 30 septembre 2020).
  33. (en) « Sly inducts Hulk Hogan », sur Sylvester Stallone (consulté le 9 novembre 2011).
  34. https://www.dailymotion.com/video/x4tm1e_summerslam-2006-hulk-hogan-vs-randy_sport.
  35. « TNA iMPACT 1/4/10 - Hulk Hogan's Debut in TNA Part 1/2 (HQ) » [vidéo], sur YouTube (consulté le 10 juin 2020).
  36. Def Jam Rapstar : Hulk Hogan au micro jeuxactu.com
  37. (en) Raj Giri, « Hulk Hogan Says He's Working WrestleMania 30 », sur Wrestling Inc, (consulté le 16 août 2014).
  38. (en) Marc Graser, « Hulk Hogan Returns to WWE », sur Variety, (consulté le 16 août 2014).
  39. (en) Tim Keeney, « WWE Announces 30-Man Battle Royal for Andre the Giant Memorial at WrestleMania », sur Bleacher Report, (consulté le 16 août 2014).
  40. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW RESULTS 8/11: Complete "virtual-time" coverage of final Summerslam hype, Cena-Lesnar, Hogan's Birthday Bash, Brie "arrested" post-Claire Lynch tie-in, more », sur Pro Wrestling Torch, (consulté le 16 août 2014).
  41. Jason Descôteaux, « Hulk Hogan viré de la WWE », sur Pro Wrestling Torchlutte.jdx.info, (consulté le 25 juillet 2015).
  42. Tony, « Le retour de Hulk Hogan se fait de plus en plus ressentir au sein de la WWE ! », sur Pro Wrestling Torchlutte.jdx.info, (consulté le 3 juin 2017).
  43. (en) « Hulk Hogan reinstated into WWE Hall of Fame », WWE,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2018).
  44. (en-US) « WWE Crown Jewel Results - 11/2/18 (Lesnar vs. Strowman, HBK returns to the ring) - WWE News and Results, RAW and Smackdown Results, Impact News, ROH News », sur www.wrestleview.com (consulté le 4 novembre 2018).
  45. (en-US) Mike Tedesco, « WWE RAW Results - 1/7/19 (Hogan pays tribute to Mean Gene, Cena/Strowman/Lesnar) », sur WWE News and Results, RAW and Smackdown Results, Impact News, ROH News, (consulté le 8 janvier 2019).
  46. (en) « OFFICIEL : Hulk Hogan intronisera Brutus Beefcake ! », Direct Wrestling,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2019).
  47. (en) « Hulk Hogan », dans Wikipedia, (lire en ligne).
  48. (en) « Mega Powers profile », Online World of Wrestling (consulté le 4 septembre 2009).
  49. (en) « WWE Top 24 Matches ».
  50. (en) « Immortal Theme », sur Total Nonstop Action Wrestling (consulté le 12 mai 2011).
  51. (en) « Pro Wrestling Illustrated Top 500 1991 », sur Wrestling Information Archive (consulté le 30 septembre 2009).
  52. (en) « Pro Wrestling Illustrated Award Winners - Match of the Year (1972-2007) », sur Wrestling Information Archive (consulté le 30 septembre 2009).
  53. (en) « Pro Wrestling Illustrated - Feud of the Year (1986-2007) », sur Wrestling Information Archive (consulté le 30 septembre 2009).
  54. (en) « Pro Wrestling Illustrated - Most Popular Wrestler of the Year (1972-2007) », sur Wrestling Information Archive (consulté le 30 septembre 2009).
  55. (en) « Pro Wrestling Illustrated - Most Hated Wrestler of the Year (1972-2007) », sur Wrestling Information Archive (consulté le 30 septembre 2009).
  56. (en) « Pro Wrestling Illustrated Award Winners - Comeback of the Year (1992-1999) », sur Wrestling Information Archive (consulté le 30 septembre 2009).
  57. (en) « Historique du WCW World Heavyweight Championship », sur Wrestling Information Archive (consulté le 30 septembre 2009).
  58. (en) « Historique du WWF/E Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 30 septembre 2009).
  59. (en) « Historique du WWE World Tag Team Championship », sur WWE (consulté le 30 septembre 2009).
  60. « 2020 WWE HALL OF FAME CLASS HEADLINERS ANNOUNCED | PWInsider.com », sur www.pwinsider.com (consulté le 16 décembre 2019).
  61. (en) « Résultats Royal Rumble 1990 », sur Online World of Wrestling (consulté le 30 septembre 2009).
  62. (en) « Résultats Royal Rumble 1991 », sur Online World of Wrestling (consulté le 30 septembre 2009).
  63. (de) « Observer: Best Feud of the Year », sur genickbruch.com (consulté le 30 septembre 2009).
  64. (de) « Observer: Most Charismatic Wrestler », sur genickbruch.com (consulté le 30 septembre 2009).
  65. (de) « Observer: Most Overrated », sur genickbruch.com (consulté le 12 septembre 2009).
  66. (de) « Observer: Worst Worked Match Of The Year », sur genickbruch.com (consulté le 30 septembre 2009).
  67. (de) « Observer: Worst Feud of the Year », sur genickbruch.com (consulté le 30 septembre 2009).
  68. a et b (de) « Observer: Best Babyface Performer », sur genickbruch.com (consulté le 30 septembre 2009).
  69. (de) « Observer: Worst Wrestler Of The Year », sur genickbruch.com (consulté le 30 septembre 2009).
  70. (de) « Observer: Most Embarrassing Wrestler Of The Year » (consulté le 30 septembre 2009).
  71. « Hulk Hogan, superstar de la télé française », Télé 2 semaines,‎ (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017).
  72. « WWE SmackDown! vs. RAW 2006 (Game) - Giant Bomb », sur Giant Bomb (consulté le 10 juin 2020).
  73. http://www.gamefaqs.com/ps2/932463-wwe-smackdown-vs-raw-2007/cheats/.
  74. (en) Mike Chiari, « WWE 2K14 : Breaking Down Full Roster in Latest Release », sur bleacherreport.com, (consulté le 30 septembre 2020).
  75. (en) 2k, « WWE 2K15 ROSTER », sur 2k.com, (consulté le 16 août 2014).

Liens externes