Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau

(Redirigé depuis Honoré-Gabriel Riquetti de Mirabeau)

Mirabeau
Portrait de Mirabeau,par Joseph Boze.
Portrait de Mirabeau,
par Joseph Boze.

Biographie
Nom de naissance Honoré Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau
Surnom « L'Orateur du peuple »
« La Torche de Provence »
Naissance
Le Bignon
Décès (à 42 ans)
Paris
Père Victor Riquetti de Mirabeau
Conjoint Emilie de Covet de Marignane

Honoré Gabriel Riqueti aussi orthographié Riquetti, comte de Mirabeau, plus communément appelé Mirabeau, né le au Bignon (aujourd'hui Le Bignon-Mirabeau, Loiret) et mort le à Paris, est un écrivain, diplomate, journaliste et homme politique français, figure de la Révolution.

Surnommé « l'Orateur du peuple » et « la Torche de Provence », il reste le premier symbole de l’éloquence parlementaire en France. Bien que membre de la noblesse, il se distingue en tant que député du tiers état aux états généraux. Fort aimé par les révolutionnaires, son corps est transporté au Panthéon à sa mort, mais la découverte de ses relations secrètes avec la royauté retourne l'opinion, et sa dépouille est retirée du mausolée dont il était le premier occupant.

Un noble déclassé adversaire de l'absolutisme

Enfance

Cinquième enfant et second fils de Victor Riquetti de Mirabeau, économiste de renom, et de Marie-Geneviève de Vassan, Mirabeau est issu d'une famille de la noblesse provençale[1]. Il est le frère ainé du vicomte de Mirabeau André Boniface Louis Riquetti de Mirabeau.

Selon Victor Hugo, né onze ans après la mort de Mirabeau, ce dernier était d'une « laideur grandiose et fulgurante[2] ». Il est né avec un pied tordu, deux grandes dents et surtout une tête énorme (ce qui a fait dire qu’il était hydrocéphale). Il a également la langue enchaînée par le filet[1]. Avant de présenter l'enfant à son père, la nourrice le prévient : « Ne vous effrayez pas[3] ». Et l'accoucheur d'ajouter : « Il aura beaucoup de peine à s'exprimer[4] ». Mirabeau admettra sa difformité, mais voudra en tirer sa force : « On ne connaît pas toute la puissance de ma laideur », clamera-t-il[5].

À l'âge de trois ans, il est défiguré par une variole (petite vérole) mal soignée ; son visage au teint livide en garde de profondes cicatrices. Son enfance est marquée par la sévérité de son père qui n'a pas d'affection pour lui. En 1754, son père écrit à son frère, le bailli de Mirabeau : « Ton neveu est laid comme le fils de Satan[6] ». Il a également pour habitude de l'appeler « Monsieur l'ouragan » ou « le comte de la Bourrasque ». Il est placé par son père chez l'Abbé Choquard à Paris[7]. Destiné à une carrière militaire, il accumule les dettes de jeu, si bien que son père le fait emprisonner sur l'île de Ré par lettre de cachet[8].

Débuts tumultueux

Statue d'Honoré de Mirabeau. Palais de justice d'Aix-en-Provence.

Il étudie à la faculté de droit de l'université d'Aix-en-Provence où il fréquente, notamment Jean-Étienne-Marie Portalis, futur rédacteur du Code civil[9].

En 1768, il est incorporé à un régiment, mais contracte des dettes, ce qui provoque de nouveau la colère de son père. Il gagne une réputation de libertinage : « Mais le monde ne pardonna pas à Mirabeau cette sorte de férocité, d'exaspération physique que remplaçait chez lui la légèreté du libertinage à la mode : une fougueuse nature éclatait dans ces vices, au lieu de la gracieuse corruption qu'on était accoutumé à admirer[8] ».

Après avoir participé à la campagne de Corse en 1768-1769, il épouse le en l'église du Saint-Esprit d'Aix-en-Provence Émilie de Covet-Marignane[10], fille du puissant marquis de Marignane, qui avait refusé sa main au comte de Valbelle. Ils ont un fils, Victor, mort en bas-âge en 1778[11].

Le fort de Joux où il fut emprisonné.

En 1774, son père demande son emprisonnement au château d'If, au large de Marseille, pour « le remettre dans le droit chemin », emprisonnement qui durera près d'un an[12]. Pour le soustraire à ses créanciers, son père le fait plusieurs fois enfermer au donjon de Vincennes, et finalement exiler en 1775 au château de Joux, en Franche-Comté. Là, Mirabeau use de son charme auprès du gouverneur pour se rendre de nombreuses fois à Pontarlier : à l'occasion des fêtes organisées pour le sacre de Louis XVI, il y rencontre Sophie de Monnier, jeune femme mariée au marquis de Monnier, président de la chambre des comptes de Dole de près de cinquante ans son aîné ; celle-ci devint sa maîtresse. Ils s'enfuient tous deux aux Provinces-Unies, tandis qu'on les juge à Pontarlier par contumace (Sophie sera condamnée à l'enfermement à vie dans une maison de repentance pour crime d'adultère, Mirabeau à mort pour rapt et séduction)[13].

Durant sa fuite, en 1776, Mirabeau publie son Essai sur le despotisme, qui dénonce l’arbitraire du pouvoir royal : « le despotisme n’est pas une forme de gouvernement […] s’il en était ainsi, ce serait un brigandage criminel et contre lequel tous les hommes doivent se liguer. » Les deux amants seront rattrapés à Amsterdam : Sophie arrêtée, Mirabeau se livrera. Après avoir mis au monde une fille, prénommée Gabrielle Sophie, elle est condamnée à être enfermée au couvent des Saintes-Claires, à Gien, où elle est effectivement conduite en 1778. Lui échappe au bourreau, mais retourne, à cause d'une autre lettre de cachet, au donjon de Vincennes, durant quarante-deux mois[11]. Gabrielle Sophie sera confiée à une nourrice de Deuil et décédera en 1780 sans que son père n'ait jamais pu la connaître[11].

Mirabeau est donc emprisonné au donjon de Vincennes de 1777 à 1780. Il y rencontre Sade, qui y est enfermé à la même époque. Il y écrit beaucoup : des lettres, notamment à Sophie de Monnier, publiées en 1792 sous le titre de Lettres à Sophie, chef-d’œuvre de la littérature passionnée, ainsi qu’un virulent libelle contre l’arbitraire de la justice de son temps, Des Lettres de cachet et des prisons d'État, mais aussi une œuvre érotique particulièrement crue. Des Lettres de cachet et des prisons d'État sera publiée en 1782[11]. Les décès coup sur coup de ses deux seuls petits-enfants, Victor et Gabrielle Sophie, adoucissent Mirabeau père, qui ne souhaite pas que sa lignée s'éteigne. Il accepte de faire libérer son fils aîné, à condition de détenir une autre lettre de cachet qui pourrait le renvoyer en prison : Mirabeau fils accepte la condition, et doit lui-même écrire aux ministres pour appuyer la requête paternelle[11].

Il est donc libéré le 13 décembre 1780, mais reste sous la tutelle vigilante de son père. Celui-ci le force notamment à demander une lettre de cachet contre Briançon, un de ses anciens amis, et surtout à le soutenir contre sa propre mère, en procès contre son mari au sujet de son héritage. En 1781, Mirabeau fuit Paris et ses créanciers ; il se rend à Gien, où il voit Sophie dans son couvent, mais repart bientôt et ne la reverra plus. Sophie, bien que libre en 1783, après le décès du marquis de Monnier, restera près du couvent de Gien, et se donnera la mort en 1789. Se réconciliant avec son père, qui commence à voir en lui la puissance politique et l'intelligence, Mirabeau se concentre désormais sur l'absolution de ses différentes condamnations. S'il ne purge pas sa peine avant mai 1782, il devra 40 000 livres de dommages et intérêts ; il se livre donc le à Pontarlier, et demande l'absolution aux juges. Sa défense est assez simple : une femme mariée ne peut être victime de rapt, et Sophie l'a suivi parfaitement librement, la séduction ne pouvant donc être retenue[11].

Sa femme demande la séparation de corps en 1782 et est défendue par Portalis. Mirabeau défend sa propre cause dans ce procès qui défraie la chronique. Il le perd, après une joute oratoire assez hostile entre les deux orateurs. Elle obtient la séparation de corps en juillet 1783. Mirabeau ne montre pas de ressentiment à l'encontre de Portalis car, non seulement il reconnaît publiquement ses qualités oratoires et sa loyauté, mais, de surcroît, il le consultera plus tard sur une affaire et demandera son appui lors de la campagne électorale de 1789 pour les états généraux, en Provence[14].

Débuts en politique

En juin 1786, Talleyrand, avec qui il est lié, lui obtient une mission secrète à Berlin, où il reste six mois pour le compte du Contrôleur général des finances de Louis XVI, Charles-Alexandre de Calonne. Il tente en vain d'être nommé à un vrai poste diplomatique. À son retour en janvier 1787, furieux de n'avoir rien obtenu, il publie un pamphlet Dénonciation de l'agiotage (mars 1787) qui entraîne une lettre de cachet et le contraint à fuir à Liège.

Proche du philosophe juif alsacien Cerf Beer, Mirabeau fait paraître en 1787 Sur Moses Mendelssohn, sur la réforme politique des Juifs, inspiré du travail de l'auteur allemand J. Ch. Dohm qui publie Uber die bürgerliche Verbesserung der Juden (De la réforme politique des juifs).

Il fait partie en 1788, entre autres avec Brissot, Clavière et Condorcet, des fondateurs de la Société des amis des Noirs, créée pour l'abolition immédiate de la traite des Noirs et progressive de l'esclavage dans les colonies.

Député du tiers états et le tribunal

Portrait de Mirabeau gravé par Fiesinger d'après un dessin de Guérin.
Paris, BnF, département des estampes.

Mirabeau se présente en Provence aux élections des états généraux de 1789. Repoussé par la noblesse, cet aristocrate déclassé publie un discours véhément adressé aux nobles provençaux. Il est alors nommé par le tiers état, à Aix et à Marseille, le 6 avril 1789[15].

Le , États généraux, le journal que le nouveau député publie depuis le 2 mai, est saisi[16]. Une interdiction de publier les comptes-rendus des séances des états généraux est édictée par le conseil d'état. Mirabeau n’en tient pas compte et continue à publier le compte-rendu des séances de l’Assemblée, ainsi que les analyses des questions politiques à l’ordre du jour, d’abord sous le titre Lettres du comte Mirabeau à ses commettants du 10 mai au , puis sous le titre Courrier de Provence[17], qui paraît encore après la mort de son fondateur jusqu’au .

Lors de la séance royale du 23 juin 1789, Mirabeau fait une réponse à Henri-Évrard, marquis de Dreux-Brézé, grand maître des cérémonies, venu apporter l’ordre de dissolution de l’Assemblée constituante signé par le roi Louis XVI, que le Moniteur[18] rapporte deux jours plus tard en ces termes :

« Oui, Monsieur, nous avons entendu les intentions qu’on a suggérées au Roy ; et vous qui ne sauriez être son organe auprès des États-Généraux, vous qui n’avez ici ni place ni voix, ni droit de parler, vous n’êtes pas fait pour nous rappeler son discours. Cependant, pour éviter toute équivoque et tout délai, je vous déclare que si l’on vous a chargé de nous faire sortir d’ici, vous devez demander des ordres pour employer la force ; car nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes. »

La tradition la ramenant à « Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple, et qu’on ne nous en arrachera que par la puissance des baïonnettes[19] ». Il ne tarde pas à devenir l’un des plus énergiques orateurs de l’Assemblée nationale et de la société des Jacobins.

Le surnom d’hercule de la liberté lui est donné par l'abbé Sieyès. À la sortie de l'Assemblée nationale, alors que la foule l'applaudit vivement, il proclame en désignant Mirabeau : « Vive, vive l'hercule de la liberté ». Montrant son ami en retour, ce dernier répondit « Voilà Thésée »[20].

Le , il rédige une adresse au roi pour lui demander de retirer les troupes étrangères massées autour de Paris. Il participe également à la rédaction de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (dont il écrit le Préambule avec Mounier), ce qui le popularise auprès du peuple.

Le 8 mars 1790, il prononce au club des Jacobins un discours resté longtemps inédit contre la traite des Noirs, dont une formule « bières flottantes » dénonçant les navires négriers fera mouche puisqu'elle sera reprise, légèrement déformée en « longues bières », par Brissot en février 1791, puis par Robespierre en avril 1793[21]. Il défend ensuite le système du concours des pouvoirs en matière de paix et de guerre en mai 1790.[réf. nécessaire] 5 mois plus tard, en , il prononce un vibrant discours où il propose que la couleur blanche soit remplacée par les couleurs bleu, blanc et rouge sur les bâtiments de la marine royale, les matelots devant maintenant crier « Vive la nation, la loi et le roi » au lieu de « Vive le roi ». Au cours de son discours, les royalistes radicaux expriment leur opposition[réf. souhaitée].

Retournement

La dégradation de la monarchie détermine son revirement politique. Il devient le plus solide appui de Louis XVI et de Marie-Antoinette, en étant notamment le conseiller privé de Louis XVI, fonction secrète pour laquelle il se fait rémunérer en livres d'or par heure. Auprès de ses amis révolutionnaires, il appuiera les idées de la révolution, alors que pour le roi, et notamment la reine qu'il rencontre en secret, il se montre comme un ardent défenseur de la monarchie. Trahissant des deux côtés et corrompu par de nombreuses factions, Mirabeau proposera au roi d'accepter la monarchie constitutionnelle voulue par l'assemblée. Elle est selon lui, la seule sauvegarde possible de la royauté. Ses interventions à l'Assemblée permettront notamment à Madame Adélaïde et Madame Victoire, dernières filles de Louis XV encore en vie, d'émigrer en Savoie, alors qu'elles étaient retenues à Arnay-le-Duc[réf. nécessaire].

Après sa mort, quand on retrouvera des traces de sa correspondance avec la famille royale, Mirabeau sera haï par le peuple de Paris et, chose rare, dé-panthéonisé[22]. Ses actes sont à nuancer cependant : l'idéal constitutionnel de Mirabeau ne répondait pas seulement à un besoin vénal, mais certainement aussi à sa volonté de réconcilier l'assemblée et la monarchie, motivée par son obsession d'éviter à la France de sombrer dans l'anarchie[réf. nécessaire].

D'ailleurs, sur son lit de mort, alors qu'il n'aura plus rien à se faire acheter, Mirabeau demandera à Danton et La Fayette d’œuvrer pour une transition vers une monarchie constitutionnelle[réf. nécessaire].

Décès

Maison où est mort Mirabeau à Paris.

Sa mort à Paris, le au 42, rue de la Chaussée d'Antin, survient à la suite d'une maladie que certains attribuent à sa vie de débauché, d'autres à un empoisonnement. Elle provoque une grande affliction à Paris, où tous les spectacles sont annulés[23]. La rue où il meurt, dont pendant son agonie le sol avait été couvert de paille pour éviter que le bruit ne trouble son repos[23], est rebaptisée « rue Mirabeau ». Le 4 avril, l'Assemblée nationale vote la transformation de l'église Sainte-Geneviève en Panthéon[23],[22]. Le 5 avril, après une cérémonie religieuse dans l'église Saint-Eustache, où Joseph-Antoine Cerutti prononce son oraison funèbre, son corps est transporté en grande pompe au Panthéon et y reste jusqu’au [23],[22]. En effet, la découverte de l’armoire de fer en a révélé qu’il avait pris clandestinement contact avec le roi et sa cour[23]. Espérant être ministre de la monarchie constitutionnelle, il avait prodigué ses conseils et donné des informations,[22]. Un comité est chargé d'examiner l'accusation. La Convention décide d'exclure sa dépouille du Panthéon. Elle y est remplacée par celle de Marat. Son corps est transporté au dépôt mortuaire du grand cimetière de Saint-Étienne-du-Mont[23], très voisin du Panthéon, pour y être inhumé[24],[22]. En 1798, sa sœur fit procéder à son exhumation et le fit transférer au cimetière de Clamart[23],[25], dans une fosse commune[26]. Malgré des recherches entreprises en 1889 pour le centenaire de la Révolution, son corps ne sera pas retrouvé[27].

Franc-maçonnerie

La réalité de son appartenance à la franc-maçonnerie est parfois remise en cause par quelques auteurs. Il est toutefois certain que dans une de ses lettres à Sophie, il l'affirme[28],[29]. Il aurait écrit un mémoire pour une loge hollandaise en 1776, mais ce mémoire, qui ne paraît qu'en 1834 reste d'une authenticité douteuse[30], même si H. Schüttler reprend cette hypothèse pour faire de Mirabeau un membre de l'ordre des Illuminés, sous le nom de « Léonidas »[31]. L'essayiste Maurice Talmeyr, dans son ouvrage de 1904 La franc-maçonnerie et la révolution française, se base sur les mémoires de Bertrand de Molleville, un des derniers ministres de Louis XVI, pour confirmer cette appartenance, dont Mirabeau aurait plus tard fait profiter Louis XVI[32]. Fernand Chapuis dans son ouvrage de 1964 remet en cause cette appartenance[33] puis Jean Mondot et Alain Ruiz dans leur ouvrage en 1994 qui cite le dictionnaire de Daniel Ligou dans sa version de 1987 pour nier cette appartenance[34]. Le dictionnaire réédité de cet auteur confirme en 2004 l'appartenance de Mirabeau aux Neuf Sœurs en date du 22 décembre 1783 et cite pour preuve les travaux de 1996 fait par l’historien spécialiste de la franc-maçonnerie Charles Porset[35] qui dans son mémoire spécifique à cette question, prouve cette appartenance d'après le recueil de l'orateur de la loge des Neuf Sœurs, Emmanuel de Pastoret qui relate le discours et indique la date de son affiliation à la loge. Son nom disparaît toutefois rapidement de la liste des membres[36].

Hommages

L'écrivain Alexandre Dumas (père) met en scène Mirabeau dans plusieurs de ses romans historiques ayant trait à la période révolutionnaire, dans la série romanesque intitulée Mémoires d'un médecin.

En juillet 2017, Emmanuel Macron dans une pique destinée à Jean-Luc Mélenchon fait référence à l'action de Mirabeau et de Sieyès[37].

Mirabeau est repris en tant que mentor des Assassins dans le jeu vidéo Assassin's Creed Unity.

Le roman de Michel Chaillou Le Matamore ébouriffé (Fayard, 2002) évoque l'enfance et la jeunesse de Mirabeau au Bignon.

Œuvres de Mirabeau

Discours

Œuvres

Mirabeau (Vaucluse) : buste de Mirabeau dans le village (été 2006).
  • Essai sur le despotisme, publié anonymement? 1775 Londres [lire en ligne].
  • Lettres originales de Mirabeau, écrites du donjon de Vincennes, pendant les années 1777, 1778, 1779 et 1780, contenant tous les détails sur sa vie privée, ses malheurs et ses amours avec Sophie Ruffei, marquise de Monnier, recueillies par Pierre Louis Manuel (Ce sont les célèbres Lettres à Sophie).
  • Des lettres de cachet et des prisons d'État, 1780 [lire en ligne].
  • Errotika Biblion, Abstrusum excudit, Rome (pour Paris), 1783 [réédition critique par Jean-Pierre Dubost sous le titre Erotika Biblion, Honoré Champion, Paris, 2009].
  • Ma Conversion, Paris, 1783 [réédité notamment sous le titre Le Libertin de qualité ; repris dans Romanciers libertins du XVIIIe siècle, Tome II, Bibliothèque de la Pléiade, Paris 2005].
  • Considérations sur l’ordre de Cincinnatus, ou Imitation d’un pamphlet anglo-américain, suivies… d’une Lettre… du général Washington… et d’une Lettre de feu M. Turgot,… au Dr Price sur les législations américaines, Londres, 1784 [lire en ligne].
  • Lettres à M. Lecoulteux de la Noraye sur la Banque de Saint-Charles et la Caisse d'escompte, Paris 1785.
  • Sur les actions de la Compagnie des eaux, Paris, 1785.
  • Le Rideau levé ou l’éducation de Laure, 1786 [L'attribution traditionnelle de cet ouvrage à Mirabeau est fortement contestée par Jean-Pierre Dubost[38]] [lire en ligne].
  • Sur Moses Mendelssohn, sur la réforme politique des juifs et en particulier sur la Révolution tentée en leur faveur en 1753 dans la Grande-Bretagne, Londres, 1787 [lire en ligne].
  • De la monarchie prussienne sous Frédéric le Grand, vol. 1, Londres, .
  • Arlequin réformateur dans la cuisine des moines, ou Plan pour réprimer la gloutonnerie monacale, 1789, Rome (pour Paris) [lire en ligne].
  • Élégies de Tibulle, suivies des Baisers de Jean Second, 2 volumes, traduction de Mirabeau, Paris, 1798.
  • Chefs-d'œuvre oratoires de Mirabeau, précédé d'une notice biographique, tome premier, éd. Collin de Plancy, 1822.
  • L’œuvre érotique du comte de Mirabeau, (inclut Erotika Biblion, Ma Conversion, Hic et hec [paternité contestée, cf. note 22], Le Rideau levé, ou l’éducation de Laure [paternité contestée, cf. note 22], Le chien après les moines, Le degré desâges du plaisir) introduction, essai bibliographique et notes de Guillaume Apollinaire, Bibliothèque des curieux, Paris, 1921 [lire en ligne].

Armoiries

Armes de la famille Riquetti de Mirabeau

D’azur, à la bande d’or, accompagnée en chef d’une demi fleur de lis d’argent, défaillante à dextre et florencée du même, et en pointe de trois roses du dernier

Notes et références

  1. a et b Loménie 1889, p. 2.
  2. Victor Hugo, « Étude sur Mirabeau », 1834.
  3. Guy Chaussinand-Nogaret, Mirabeau, Éditions du Seuil, Paris, 1982, p. 34.
  4. André Lebois, « Comment parlait Mirabeau », dans Les Mirabeau et leur temps. Actes du Colloque d'Aix-en-Provence. 17 et 18 décembre 1966, Société des études robespierristes, Paris, 1966, p. 125.
  5. Christian Delporte, Une histoire de la séduction politique, Flammarion, , p. 121.
  6. Loménie 1889, p. 3.
  7. « Honoré-Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau », sur Britannica.com (consulté le 26 mars 2012).
  8. a et b Gustave Lanson, « Histoire de la Littérature Française », dans La Littérature pendant la révolution et l'Empire, Hachette, 1951, p. 862-4.
  9. Chartier 2004, p. 17.
  10. André Bouyala d'Arnaud, Évocation du vieil Aix-en-Provence, Les éditions de minuit, , 326 p., p. 118.
  11. a, b, c, d, e et f Mirabeau et l'armoire de fer : Les Grandes Énigmes du temps jadis, place des éditeurs, 23 février 2012, 53 pages.
  12. « Science et magie : le château d'If » (consulté le 27 avril 2015).
  13. Charles Zorgbibe, Mirabeau, éditions de Fallois, 2008, 524 pages, p. 87.
  14. Chartier 2004, p. 36-37.
  15. Bruno Fuligni, L'Art de retourner sa veste. De l'inconstance en politique, La Librairie Vuibert, , p. 47.
  16. Sgard Jean, Dictionnaire des journalistes : 1600-1789, Oxford, Voltaire Foundation, 1091 p. (ISBN 0729405389 et 9780729405386), p. 578.
  17. Il s'associe avec Étienne Mejan à la rédaction de son journal, Le Courier de Provence.
  18. Moniteur Universel, 25 juin 1789, page 48. Mirabeau lui-même en donne dans sa treizième lettre à ses commettants une version presque identique : « Oui, Monsieur, nous avons entendu les intentions qu’on a suggérées au roi, et vous qui ne sauriez être son organe auprès de États généraux, vous qui n’avez ici ni place, ni voix, ni droit de parler, vous n’êtes pas fait pour rappeler son discours. Cependant, pour éviter toute équivoque et tout délai, je vous déclare que si l’on vous a chargé de nous faire sortir d’ici, vous devez demander des ordres pour employer la force, car nous ne quitterons nos places que par la puissance de la baïonnette. »
  19. Assemblée nationale - Séance du 23 juin 1789.
  20. Étienne Méjan (préface), Collection complète des travaux de Mirabeau l’aîné à l’Assemblée nationale, t. 1, p. 26.
  21. Marcel Dorigny, Les Bières flottantes des négriers, un discours non prononcé par Mirabeau pour l'abolition de la traite des nègres novembre 1789-mars 1790, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 1999 ; Jean-Daniel Piquet, « Mise au point sur Robespierre et les bières flottantes » dans l’Incorruptible. Bulletin des Amis de Robespierre, no 78, 4e trimestre 2011, 10 p., p. 5-6.
  22. a, b, c, d et e Jean Favier, Paris : deux mille ans d'histoire, Paris, Fayard, (1re éd. 1997), 1010 p. (ISBN 9782213639727), partie II, chap. IX (« La capitale : le Panthéon »).
  23. a, b, c, d, e, f et g Marie-Christine Pénin, « Mirabeau Honoré Gabriel Riqueti, comte de », sur tombes-sepultures.com, 2010-2018.
  24. Benjamin Jérôme, « Histoire : entrez au Panthéon ! », Le Parisien, (consulté le 11 juillet 2018).
  25. Le cimetière de Clamart se trouvait à l'angle des rues du Fer-à-Moulin et des Fossés Saint-Marcel dans le 5e arrondissement de Paris.
  26. Jean-Paul Desprat, Mirabeau: l'excès et le retrait, Perrin, , p. 745.
  27. Bruno Fuligni, L'art de retourner sa veste: De l'inconstance en politique, La Librairie Vuibert, , p. 16.
  28. Mirabeau et Lever 2013
  29. Faucher et Ricker 1978, p. 147
  30. Naudon 2012, p. note 33
  31. Schüttler 1988, cité dans Mondot et Ruiz 1994, p. note 18
  32. Talmeyr 1904, p. 36
  33. F. Chapuis, l'Enigme de Mirabeau (Éd. du Scorpion, 1964), cité dans Naudon 2012, p. note 33.
  34. Mondot et Ruiz 1994, p. note 18.
  35. Ligou 2004, p. 830.
  36. Porset 1996.
  37. Antoine Rondel, « Sieyès, Mirabeau et Mélenchon : le patron des Insoumis répond à la pique de Macron », .
  38. Notice bibliographique dut Mirabeau, p. 1 528, Romanciers libertins du XVIIIe siècle, Tome II, Bibliothèque de la Pléiade.

Annexes

Sources et bibliographie

  • M. Merilhou, Œuvres de Mirabeau, P. Dupont libraire, Brissot-Thivars libraire, Paris, 1827.
  • Mémoires biographiques, littéraires et politiques de Mirabeau, Paris, 1841.
  • Louis de Loménie, Les Mirabeau. Nouvelles études sur la société française au XVIIIe siècle, t. III, Paris, .
  • François-Alphonse Aulard, Les Grands orateurs de la Révolution : Mirabeau, Vergniaud, Danton, Robespierre, Paris : F. Rieder, 1914, 304 p.
  • Dr P. Lemay, « La mort suspecte de Mirabeau », Le progrès médical, 1939, p. 48-51, texte intégral.
  • René de la Croix, duc de Castries, Mirabeau ou l'échec du destin, Paris, Fayard, 1960.
  • Albert Soboul (avant propos d'), Les Mirabeau et leur temps, Société des études roberpierristes, Centre aixois d'études et de recherches sur le XVIIIe siècle, 1968.
  • Claude Manceron et Anne Manceron, Mirabeau, l'homme à la vie brûlée, Paris, Dargaud, 1969.
  • Claude Manceron, Les hommes de la Liberté, Paris, Robert Laffont, 1973-1987 (5 volumes).
  • Pierre Serna, « Sade et Mirabeau devant la Révolution française », Politix, no 6 « Les liaisons dangereuses : histoire, sociologie, science politique »,‎ , p. 75–76 (lire en ligne).
  • Raymond Trousson, « Mirabeau vu par les écrivains romantiques », Dix-huitième Siècle, Paris, Presses universitaires de France (PUF), no 20 « L'année 1789 »,‎ , p. 415-430 (lire en ligne).
  • (en) David M. Epstein, « Mirabeau and The French Revolution: A Reappraisal », The Historian, vol. 32, no 4,‎ , p. 576-594 (lire en ligne).
  • (en) Michael Kwass, « Consumption and the World of Ideas: Consumer Revolution and the Moral Economy of the Marquis de Mirabeau », Eighteenth-Century Studies, vol. 37, no 2 « Spaces of Enlightenment »,‎ , p. 187-213 (lire en ligne).
  • (en) Jean-Jacques Chevallier, « The Failure of Mirabeau's Political Ideas », The Review of Politics, vol. 13, no 1,‎ , p. 88-107 (lire en ligne).
  • Guy Chaussinand-Nogaret, Mirabeau, Paris, Seuil, 1982, présentation en ligne.
  • Paul et Pierrette Girault de Coursac, Le Secret de la Reine : la politique personnelle de Marie-Antoinette pendant la Révolution, F.X. de Guibert, 1996.
  • Yannick Beaubatie, « Monsieur de Pierre-Buffière et le Limousin » (Première partie), dans Revue des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, tome 100, novembre 1997, p. 8-26 ; (Deuxième partie), dans op. cit., tome 101, novembre 1998, p. 14-27 ; (Troisième partie), dans op. cit., tome 102, novembre 1999, p. 17-30 ; (Quatrième partie), dans op. cit., tome 103, novembre 2000, p. 15-27 ; (Cinquième partie), dans op. cit., tome 104, novembre 2001, p. 47-49.
  • François Quastana, La pensée politique de Mirabeau (1771-1789). Républicanisme classique et régénération de la monarchie, Aix-en-Provence, PUAM, 2007.
  • (en) Jörn Steigerwald, « Curious Imagination or the Rise of Voyeurism: Mirabeau’s Le rideau levé », dans Modern Language Notes 123, no 4, septembre 2008 (French Issue), p. 924-946.
  • Charles Zorgbibe, Mirabeau, Éditions de Fallois, 519 pages, 2008.
  • Jean-Paul Desprat, Mirabeau, Perrin, 2008.
  • Edna Le May (dir.), Dictionnaire des constituants, 2 vols, tome 2, notice « Mirabeau », Paris, 1991.
  • Marcel Dorigny, Les Bières flottantes des négriers, un discours non prononcé par Mirabeau pour l'abolition de la traite des nègres novembre 1789-mars 1790, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 1999
  • Jean-Daniel Piquet, « Mise au point sur Robespierre et les bières flottantes » dans l’Incorruptible. Bulletin des Amis de Robespierre, no 78, 4e trimestre 2011, 10 p., p. 5-6.
  • Jean-Luc Chartier, Portalis, père du code civil, Paris, éditions Fayard, .
  • (en) Munro Price, « Mirabeau and the Court: Some New Evidence », French Historical Studies, vol. 29, no 1,‎ , p. 37-75 (DOI 10.1215/00161071-29-1-37).

Mirabeau et la franc-maçonnerie

  • Maurice Talmeyr, La franc-maçonnerie et la révolution française, Perrin et Cie, (lire en ligne)
  • Jean-André Faucher et Achille Ricker (préf. Me Richard Dupuy), Histoire de la franc-maçonnerie en France, Nouvelles Editions Latines, , 492 p. (ISBN 9782723300636, lire en ligne)
  • (de) H. Schüttler, « Karl Leonhard Reinhold und die Illuminaten im Vorfeld der Französischen Revolution », dans Deutscher Idealismus und Französiche Revolution, Trèves, Schriften aus dem Karl-Marx-Haus ,
  • Jean Mondot et Alain Ruiz, Interférences franco-allemandes et révolution française, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Grappes et millésimes », , 227 p. (ISBN 9782867811524, lire en ligne)
  • Charles Porset, Mirabeau franc-maçon : Mémoire concernant une association intime à établir dans l'ordre des Francs-maçons. Lettre sur Cagliostro et Lavater. Des sociétés secrètes en Allemagne, La Rochelle, Rumeur des Âges, , 128 p.
    Critique en ligne : Philippe Autexier, « Charles Porset : Mirabeau franc-maçon », Dix-huitième siècle, no 29,‎ (lire en ligne)
  • Daniel Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Dicos Poche »,
  • Paul Naudon, La franc-maçonnerie, Presses Universitaires de France, , 156 p. (ISBN 9782130642701, lire en ligne)
  • Mirabeau et Évelyne Lever (dir.), Mirabeau, les amours qui finissent ne sont pas les nôtres : Lettres à Sophie de Monnier 1777-1780, Tallandier, coll. « La bibliothèque d'Évelyne Lever », , 352 p. (ISBN 9791021009899, lire en ligne)

Articles connexes

Notices

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale de Catalogne • Bibliothèque nationale de Suède • Bibliothèque nationale tchèque • WorldCat

Liens externes