Homme

HafezDavidBan Ki-moonChinua AchebeAryabhataHändelConfuciusKofi AnnanChef JosephPlatonRonaldoAlbert EinsteinErrol FlynnMohandas Gandhi • Ole Henrik Magga  • Thomas BeatieAdamHomme de Vitruve • un homme avec un enfant • Héraclès avec Télèphe.
Fresque représentant un homme nu (La création d'Adam de Michel-Ange)
Dessin d'un homme tel qu'il figure sur les plaques de Pioneer.

Un homme est un être humain de sexe masculin et d'âge adulte. Avant la puberté, au stade infantile, on parle de garçon. Il arrive cependant que le mot s'utilise indépendamment de l'âge.

Dans une acception plus large, il est employé comme terme générique pour qualifier le concept d'être humain, et s'écrit alors souvent avec une majuscule. On parle également d'« homme » pour désigner un individu de sexe féminin ou intersexe s'identifiant comme de genre masculin.

Origine

Le latin classique possède deux mots, hominem, accusatif de homo, désignant l'être humain, tandis que vir désigne l'individu mâle. À partir de l'époque impériale, homo tend à remplacer vir pour prendre aussi le sens d'« être humain du sexe masculin ».

Le mot homme signifie en français à la fois l'être humain considéré de façon générale — en ce sens, il a donné le pronom indéfini on[1] —, et à la fois l'être humain de sexe masculin, l'individu mâle ayant acquis une certaine maturité physique et morale, le mari ou bien l'individu considéré par rapport à son activité.

Le mot latin homo dériverait du thème indo-européen ghem-, ghom-, ghm- qui serait le principal nom de la terre. L'être humain serait donc sorti de la terre, de l'humus, mot qui appartient à la même racine[2].

Biologie et anatomie

Dans le langage courant, un homme est un individu mâle et adulte de l'espèce humaine. Par distinction, l'homme prépubère est appelé un garçon, tandis que l'individu de sexe féminin adulte est appelé une femme, ou une fille quand elle est enfant.

On peut utiliser le mot « homme » seulement lorsque les caractères sexuels secondaires de celui-ci se sont entièrement développés.

L'homme est le mâle de l'Homo sapiens. Et le terme garçon désigne l'homme à ses stades infantile et pubère. Sur un caryotype, la masculinité se traduit par la présence d'un seul chromosome X (hérité de la mère) et par la présence du chromosome Y (hérité du père).

Chaque individu d'une espèce voit sa constitution basée sur un tronc commun, auquel s'ajoute sa spécificité sexuelle. Ce tronc commun est, pour les deux sexes, un nombre identique d'organes dont la fonction est commune : peau, cœur, intestins, foie, cerveau, nombre d'os, de muscles, présence des mêmes hormones mais en quantité différente, etc., le tout en conformité avec son espèce, son genre.

Globalement, l'anatomie masculine se distingue de celle des femmes par une taille, une masse et un indice de masse corporelle supérieurs. Les hommes ont en général une puissance musculaire supérieure à celle des femmes. Leur système pileux est en général plus développé : leur caractère sexuel secondaire le plus visible est d'ailleurs la barbe.

Les hommes ont en général une espérance de vie plus courte que celle des femmes.

Les humains présentent un dimorphisme sexuel pour de nombreuses caractéristiques, dont beaucoup n'ont pas de lien direct avec la capacité de reproduction, bien que la plupart de ces caractéristiques ont un rôle dans l'attirance sexuelle. La plupart des expressions du dimorphisme sexuel chez l'humain se trouve au niveau de la taille, le poids et la structure du corps, bien qu'il y ait toujours des exemples qui ne suivent pas le modèle global. Par exemple, les hommes ont tendance à être plus grands que les femmes, mais il y a beaucoup de personnes des deux sexes qui sont dans la gamme moyenne pour l'espèce.

Parmi les caractères sexuels secondaires acquis par les garçons devenant hommes, on peut citer :

Homme de Vitruve de Léonard de Vinci affiche les proportions d'un homme[3].

Caractéristiques sexuelles

Dans l'humanité, le sexe d'un individu est généralement déterminé au moment de la fécondation par le matériel génétique porté par le spermatozoïde. Si un spermatozoïde porteur d'un chromosome X féconde l'ovule, la progéniture sera généralement femelle (XX) ; si un spermatozoïde porteur d'un chromosome Y féconde l'ovule, la progéniture sera typiquement mâle (XY). Les personnes dont l'anatomie ou le maquillage chromosomique diffèrent de ce modèle sont appelées intersexes.

C'est ce que l'on appelle le système de détermination du sexe XY, et est typique de la plupart des mammifères, mais il existe un certain nombre d'autres systèmes de détermination du sexe, dont certains sont non génétiques.

Le terme « caractères sexuels primaires » indique le type de gamète qui sera produit : l'ovaire produit des ovules chez la femelle, et les testicules produisent des spermatozoïdes chez le mâle. Le terme « caractéristiques sexuelles secondaires » désigne toutes les autres distinctions sexuelles qui jouent des rôles indirects dans l'unification du sperme et des ovules. Les caractéristiques sexuelles secondaires incluent tout ce qui est issu des spécificités masculines et féminines du tractus génital, jusqu'au plumage brillant des oiseaux mâles ou de la pilosité faciale humaine, en passant par les caractéristiques comportementales telles que faire la cour.

Système reproducteur

Article détaillé : Appareil reproducteur masculin.
Anatomie de la reproduction masculine.
Caryotype d'un homme utilisant la méthode de coloration Giemsa. Les êtres humains masculins possèdent habituellement une combinaison XY.

Hormones sexuelles

Chez les mammifères, les hormones qui influencent le développement et la différenciation sexuelle sont les androgènes, (principalement la testostérone, qui stimule le développement ultérieur de l'ovaire). Dans l'embryon sexuellement indifférencié, la testostérone stimule le développement du canal de Wolff, le pénis et la fermeture des replis labioscrotaux. Une autre hormone importante dans la différenciation sexuelle est l'hormone anti-müllerienne, qui inhibe le développement du conduit de Müller.

Comportement sexuel

Les études sur la prostitution montrent que « l'immense majorité des clients de la prostitution sont des hommes »[4],[5]. En France, selon les chiffres de la proposition de loi de 2013 visant à sanctionner les clients de prostituées, 99 % des clients sont des hommes alors que 85 % des personnes prostituées sont des femmes[6].

Psychologie

Article détaillé : Psychologie masculine.

Les approches de la psychologie masculine, du fonctionnement psychique de l'homme sont multiples.

Par exemple, parmi les disciplines ayant décrit la construction de la masculinité, une des approches est la psychologie analytique. Selon cette théorie, l'intégration des caractères masculins se fait par l'acceptation de sa féminité par l'homme. Tout comme la femme qui doit accepter son masculin. Ce processus se fait avec difficulté pour les deux genres. Ainsi pour le célèbre psychanalyste Carl Gustav Jung, l'homme a sa part de féminité, qui se nomme l'Anima.

Criminalité

Selon un rapport de 2014 de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), sur les 437 000 personnes assassinées dans le monde en 2012, 95 % des auteurs étaient des hommes qui représentaient aussi 80 % des victimes. Quand les homicides ont lieu dans le cadre de violences familiales, soit dans 15 % des cas, 70 % des victimes sont des femmes. À l'inverse des femmes, qui ont un plus grand risque d'être tuées par des connaissances, les hommes sont majoritairement tués par des inconnus. Un meurtre sur sept commis dans le monde est celui d'un très jeune homme[7].

Selon un rapport de 2010 de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime et une étude de l'Organisation mondiale de la santé de 2017, la plupart des viols sont commis par des hommes et la plupart des victimes sont des femmes, la même proportion existant pour les violences conjugales et les agressions sexuelles[8],[9].

Masculinité

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Article détaillé : Masculinité.
Article connexe : Stéréotype.
Le David de Michel-Ange est l'image classique de la beauté du jeune homme dans l'art occidental.

La masculinité prend ses racines dans la génétique (voir biologie du genre)[10],[11]. Par conséquent, bien que la masculinité soit différente selon les cultures, ses définitions comportent quelques éléments communs[12]. Parfois, les universitaires du genre utiliseront l'expression « masculinité » hégémonique pour distinguer la forme dominante par rapport aux variantes. Au milieu du XXe siècle, aux États-Unis, par exemple, John Wayne pourrait incarner une forme de masculinité, tandis qu'Albert Einstein pourrait être considéré comme masculin, mais pas de la même manière « hégémonique ».[réf. nécessaire]

Le machisme est une forme de culture masculine. Il inclut l'affirmation de soi ou la défense de ses droits, de sa responsabilité, de son désintéressement, de son code d'éthique, de sa sincérité et de son respect[13].

L'anthropologie a montré que la masculinité elle-même a un statut social, tout comme la richesse, l'ethnie, et la classe sociale. Dans la culture occidentale, par exemple, une plus grande masculinité apporte habituellement un statut social plus élevé. Beaucoup de mots anglais tels que « vertu » et « viril » (de la racine indo-européenne vir signifiant « homme ») reflètent cela[14],[15]. Une association avec la force physique ou morale est implicite. La masculinité est plus souvent associée aux hommes adultes qu'aux garçons.

On en sait maintenant beaucoup sur le développement des caractères masculins. Le processus de différenciation sexuelle spécifique au système reproducteur Homo sapiens produit une femme par défaut. Le gène SRY sur le chromosome Y, cependant, interfère avec ce processus, provoquant une chaîne d'événements qui, toutes choses égales par ailleurs, conduit à la formation de testicules, de production d'androgènes, et une gamme d'effets hormonaux prénataux et post-nataux couverts par les termes « masculinisation » ou « virilisation ». Parce que la masculinisation redirige les processus biologiques de la voie féminine par défaut, elle est parfois appelée déféminisation.

Dans de nombreuses cultures, présenter des caractéristiques non typiques d'un genre peut devenir un problème social pour l'individu. Chez les hommes, l'exposition du comportement féminin peut être considérée comme un signe d'homosexualité, de la même manière qu'une femme qui manifeste un comportement masculin. Dans la sociologie, un tel étiquetage et conditionnement est connu (voir rôle de genre) et fait partie de la socialisation afin de mieux correspondre aux mœurs d'une culture. La condamnation sociale de la masculinité excessive peut être exprimée par des termes tels que « machisme ».

L'importance relative des rôles de la socialisation et de la génétique dans le développement de la masculinité est débattue. Bien que le conditionnement social joue évidemment un rôle, on peut également observer que certains aspects de l'identité masculine existent dans presque toutes les cultures humaines.

Le développement historique du rôle de genre est abordé par des domaines tels que la génétique comportementale, la psychologie évolutionniste, l'écologie humaine et la sociobiologie. Toute culture humaine semble encourager le développement des rôles de genre, à travers la littérature, les vêtements et les chansons. Quelques exemples pourraient inclure les épopées d'Homère, les contes du Roi Arthur, les commentaires de Confucius ou les études biographiques de Mahomet. Des traitements plus spécialisés de la masculinité peuvent être trouvés dans des œuvres telles que la Bhagavad-Gita ou Hagakure de Bushido.

[réf. nécessaire]

Taux de masculinité

Article détaillé : Sex-ratio.
Sexe majoritaire dans la population totale par pays.
  •      Population féminine plus importante
  •      Populations masculine et féminine équivalentes
  •      Population masculine plus importante
  •      Données manquantes

Le taux de masculinité est la proportion d'hommes dans la population totale des deux sexes. L'expression taux de masculinité est issue de la démographie.

En se limitant aux nouveau-nés, on observe un taux de surmasculinité à la naissance compris entre 1,03 et 1,07. En France, le taux de surmasculinité à la naissance est de 1,05.

L'anglicisme Sex ratio (SR), est défini comme le rapport du nombre d'hommes au nombre de femmes, pour une tranche d'âge donnée. Le taux de surmasculinité à la naissance est donc le Sex ratio à l'âge 0, ou SR0.

Pour des raisons biologiques et sociologiques, il est déjà bien différent pour les enfants de moins de 5 ans (le SR5). À partir de 30 ans (entre 35[16] à 49 ans[17] en France, contre 25 en 1950), la prépondérance s'inverse et le nombre de femmes l'emporte généralement sur le nombre d'hommes (huit centenaires sur dix sont des femmes), malgré de notables disparités régionales.

Culture et rôles de genre

Article détaillé : Rôle de genre.
Le pape Benoît XVI était le chef de l'Église catholique, une fonction réservée aux hommes.
Les présidents des États-Unis George H. W. Bush, Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton, et Jimmy Carter.
Bien qu'aucune loi ne leur réserve la présidence, tous les présidents des États-Unis à ce jour ont été des hommes.

Rôles exclusivement masculins

Certaines places et titres sont réservés aux hommes. C'est le cas par exemple de la position de pape ou d'évêque dans l'Église catholique. La prêtrise est également exclusivement masculine dans l'Église catholique, ainsi que quelques autres traditions religieuses. Les hommes sont souvent donnés prioritaires pour le poste de monarque (roi dans le cas d'un homme) d'un pays.

Identité sexuelle masculine et genre

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les facteurs biologiques ne sont pas, dans certaines circonstances, des déterminants suffisants pour savoir si une personne se considère — ou est considérée — comme un homme. Les personnes intersexes, qui ont des caractéristiques physiques ou génétiques jugées mixtes ou atypiques pour un sexe ou l'autre, peuvent utiliser d'autres critères pour établir une détermination claire. Il existe ainsi, par exemple, des hommes transgenres et transsexuels, qui présentent des caractéristiques physiques féminines non ambiguës, mais qui s'identifient comme des hommes. Il existe différentes définitions sociales, juridiques et individuelles en ce qui concerne ces questions.

Notes et références

  1. Dictionnaire étymologique et historique du français, Larousse
  2. Maurice Tournier (sous la direction de Pascal Dauvin et Johanna Siméant), « Homme, humain, étymologie « plurielle » », Mots, no 65 « L'Humanitaire en discours »,‎ , p. 146-152 (DOI 10.3406/mots.2001.2494, lire en ligne).
  3. The Vitruvian man
  4. Martin A. Monto, Université de Portland, « Female Prostitution, Customers, and Violence », Violence Against Women, vol. 10, no 2,‎ , p. 160-188 (DOI 10.1177/1077801203260948, lire en ligne).
  5. « Qui sont les clients ? », sur Fondation Scelles.
  6. « Prostitution. Faut-il pénaliser les clients ? », Ouest-France, .
  7. Homicide : un aperçu global des meurtres en 2012, UNRIC, 14 avril 2014.
  8. (en) « International Statistics on Crime and Justice », sur Office des Nations unies contre la drogue et le crime, Stefan Harrendorf, Markku Haskenan, Steven Malby (consulté le 10 septembre 2017), p. 24.
  9. (en-GB) « Violence against women », sur Organisation mondiale de la santé, (consulté le 10 septembre 2017).
  10. John Money, 'The concept of gender identity disorder in childhood and adolescence after 39 years', Journal of Sex and Marital Therapy 20 (1994): 163-77.
  11. Laura Stanton and Brenna Maloney, 'The Perception of Pain', Washington Post, 19 December 2006.
  12. Donald Brown, Human Universals
  13. (es) Alfredo Mirandé, Hombres y machos : masculinity and Latino culture, Boulder, Colo, Westview Press, , 195 p. (ISBN 978-0-813-33197-3 et 0-813-33197-8, OCLC 254517042), p. 72-74.
  14. (en) « Virtue (2009) », Merriam-Webster Online Dictionary, (consulté le 8 juin 2009)
  15. (en) « Virile (2009) », Merriam-Webster Online Dictionary, (consulté le 8 juin 2009)
  16. Lexique de la Cité des Sciences et de l'Industrie
  17. selon la revue de l'Institut national d'études démographiques Population et sociétés

Voir aussi

Bibliographie

  • P. P. Grasset (1980) L'Homme en accusation, Éditions Albin Michel.
  • Paul-Edmond Lalancette, La nécessaire compréhension entre les sexes, Québec, 2008, un livre qui explique la genèse subtile des préjugés à l'égard des hommes dans la société québécoise.
  • Nouvelles approches des hommes et du masculin, sous la direction de Daniel Welzer-Lang, Presses Univ. du Mirail, 2000.

Lectures complémentaires

  • Andrew Perchuk, Simon Watney, bell hooks, The Masculine Masquerade: Masculinity and Representation, MIT Press 1995
  • Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Éditions du Seuil
  • Robert W. Connell, Masculinities, Cambridge : Polity Press, 1995
  • Warren Farrell, The Myth of Male Power Berkley Trade, 1993 (ISBN 0-425-18144-8)
  • Michael Kimme] (ed.), Robert W. Connell (ed.), Jeff Hearn (ed.), Handbook of Studies on Men and Masculinities, Sage Publications 2004

Articles connexes

Médical :

Genre

Dynamique :

Liens externes