Hollywood

Hollywood
StarStruck Town, Tinseltown
Le célèbre panneau Hollywood.
Le célèbre panneau Hollywood.
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Los Angeles (comté de Los AngelesCalifornie)
Numéro 323
Quartiers adjacents Little Armenia
Thai Town
Code ZIP 90027, 90028, 90038, 90046, 90068
Démographie
Population 123 436 hab.
Densité 1 911 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 06′ 00″ nord, 118° 20′ 00″ ouest
Superficie 6 460 ha = 64,6 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Walk of Fame
Panneau Hollywood
Universal Studios Hollywood
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Los Angeles

Voir sur la carte administrative de Los Angeles
City locator 14.svg
Hollywood

Géolocalisation sur la carte : Californie

Voir sur la carte administrative de Californie
City locator 14.svg
Hollywood

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Hollywood

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Hollywood

Hollywood (littéralement « Bois-de-Houx » en anglais) est un quartier de la ville de Los Angeles (Californie, États-Unis) situé au nord-ouest de Downtown Los Angeles et à l’ouest de Glendale[1].

De par sa célébrité et son identité culturelle en tant que centre historique des studios de cinéma, le terme « Hollywood » est souvent utilisé comme un métonyme du cinéma américain, et il est par ailleurs souvent utilisé pour désigner le plus grand quartier de Los Angeles.

Ses deux surnoms « StarStruck Town » et « Tinseltown » font référence au rapport qui lie l'industrie cinématographique américaine à Hollywood[2].

Aujourd'hui, toutefois, la plupart des sociétés de production se sont dispersées dans d'autres quartiers proches, comme Westside ; mais plusieurs des studios importants tels que ceux de montage, des effets visuels ou encore de postproduction demeurent toujours à Hollywood, comme les studios de la Paramount Pictures.

Présentation

Le quartier est réputé pour ses studios de cinéma, les sièges sociaux des grands groupes cinématographiques et pour être le principal lieu de résidence de nombreuses stars. En 1911, Nestor Studios est le premier studio de cinéma à s'installer à Hollywood.

Par métonymie, le mot Hollywood désigne souvent l'industrie cinématographique américaine prise dans son ensemble, compte tenu de la concentration qui fit ici la fortune de la mégalopole. Cette association est cependant réductrice pour un cinéma américain qui revendique également des réalisateurs de la côte est, qui ne sont pas affiliés à cette industrie des images.

Histoire

Article détaillé : Cahuenga.
La partie résidentielle du quartier d'Hollywood occupé par une population relativement aisée.
La partie résidentielle du quartier de Hollywood occupé par une population relativement aisée.

Dans les années 1880, un couple originaire du Kansas, Harvey Henderson Wilcox (qui a fait fortune dans l'immobilier malgré la perte de l'usage de ses jambes à cause de la fièvre typhoïde) et sa femme Daeida Wilcox Beveridge, décident de déménager depuis Topeka jusqu'à Los Angeles. En 1886, Wilcox achète 0,6 km2 de terre dans la campagne à l'ouest de la ville, sur les contreforts du col de Cahuenga. C'est Daeida Wilcox qui choisit le nom « Hollywood » pour sa propriété, en faisant référence à une colonie d'immigrants allemands de l'Ohio, nommée ainsi. Elle en apprend l'existence lors d'un voyage en train vers l'Est, en discutant avec une femme originaire de cette communauté. La sonorité du mot lui plaisant, le ranch est baptisé Hollywood.

Harvey Wilcox crée peu de temps après une carte de la ville, qu'il complète avec les autorités du comté le  : c'est la première fois que le nom de Hollywood apparaît officiellement. Avec sa femme comme conseillère, il trace la rue principale, à laquelle il donne le nom de Prospect Avenue (aujourd'hui Hollywood Boulevard), la bordant comme les autres avenues de toyons (des arbustes). Puis il commence à vendre par lots les terrains longeant l'avenue. Daeida lève des fonds pour la construction de deux églises, d'une école et d'une bibliothèque. Ils importent quelques houx anglais pour essayer de donner une raison au nom de la ville[3], mais les buissons ne s'acclimatent pas et ce projet est abandonné.

En 1900, Hollywood a un bureau de poste, son propre journal, un hôtel, deux marchés et une population d'environ 500 âmes. Los Angeles, qui compte 100 000 habitants à cette époque, est distante de 11 km de Hollywood. Les deux villes sont alors séparées par des cultures d'agrumes. Une ligne de tramway unique est mise en place pour joindre Prospect Avenue à Los Angeles. Mais le service étant inconstant, le voyage dure deux heures. La situation est par la suite améliorée avec la reconversion d'un hangar en écurie.

C'est en 1902 qu'ouvre le célèbre Hollywood Hotel, sur le côté ouest de Highland Avenue et en face de Prospect Avenue. Cette route, jusqu'alors sale et non pavée, est rendue carrossable par la suite. L'année suivante, la ville devient une municipalité. En 1904 une nouvelle ligne de tramway est construite, ce qui diminue radicalement le temps de voyage jusqu'à Los Angeles. Son nom, The Hollywood Boulevard, est à l'origine du renommage de Prospect Avenue. L'autre raison est l'annexion de la ville à Los Angeles. En effet, en 1910, les conseillers votent son rattachement à Los Angeles, dans le but de profiter du système efficace d'approvisionnement en eau de la ville. Celle-ci vient en effet d'achever son aqueduc. Une autre raison de ce vote est l'accès au système d'égouts de Los Angeles. Ainsi, à travers cette association, Prospect Avenue devient Hollywood Boulevard. Pour anecdote, ce changement entraîne la modification de tous les numéros des rues du nouveau quartier (ex : 100 Prospect Avenue, sur Vermont Avenue, devenait 6400 Hollywood Boulevard, et 100 Cahuenga Boulevard, sur Hollywood Boulevard, devenait 1700 Cahuenga Boulevard).

Industrie du cinéma

Article détaillé : Cinéma américain.

Au cours des années 1910, Hollywood devient le principal centre de production de la nouvelle industrie cinématographique : une légende dit que les producteurs voulaient quitter la côte Est pour Hollywood afin d'échapper aux représentants du Trust Edison mais les détectives privés payés par Edison pouvaient tout aussi bien débarquer sur les tournages des studios de Hollywood, et vérifier ainsi que les caméras étaient chargées de pellicules Eastman, monopole de la Motion Picture Patents Company[4]. En vérité, une partie des producteurs étaient attirée par la Californie, sa luminosité et son climat ensoleillé (350 jours de soleil par an, comme l'alléguait l'office de tourisme de Los Angeles), la diversité de ses décors naturels (montagne, mer, forêt, désert), ses terrains à bas prix, l'absence de syndicats (qui apparaîtront dans les années 1930), une main d'œuvre cosmopolite (Indiens, asiatiques, hispaniques pour des rôles de figurants). Les lieux de tournage ressemblaient à l'origine plus à des campements qu'à de véritables studios[5].

Au début de 1910, le réalisateur D.W. Griffith est envoyé par la Biograph Company sur la côte ouest des États-Unis avec sa troupe composée des acteurs Blanche Sweet, Lillian Gish, Mary Pickford ou encore Lionel Barrymore. Ils commencent à filmer sur un terrain libre à proximité de Georgia Street dans le centre de Los Angeles. Décidant de prospecter vers le nord, la troupe parvient finalement jusqu’au petit village de Hollywood où elle reçoit un accueil amical. Griffith y réalise In Old California, le premier film tourné à Hollywood, un mélodrame mettant en scène des Mexicains occupant la Californie au début du XIXe siècle. L'équipe reste plusieurs mois, produisant plusieurs courts métrages - le long métrage en tant que tel n'existe pas à cette époque - avant de retourner à New York. Entendant parler de ce nouvel Eldorado, plusieurs réalisateurs se rendent à l’Ouest en 1913. En 1912, Mack Sennett y fonde sur un terrain vague le studio Keystone qui devient le principal foyer du cinéma burlesque. Progressivement se forme une ville champignon. C'est au milieu des années 1910 que naissent les premières grandes stars du cinéma américain : Douglas Fairbanks, Florence Lawrence, Florence Turner, Mary Pickford et Charlie Chaplin, les acteurs étant jusque là anonymes (la légende du cinéma raconte souvent que Hollywood a inventé les stars mais la firme Pathé en crée une dès 1910 avec Max Linder[4]). Le premier long métrage, marquant la naissance de l’industrie du cinéma à Hollywood — The Squaw Man — est dirigé par Cecil B. DeMille en 1914. Fairbanks, Pickford et Chaplin s'associent en 1919 avec Griffith et William S. Hart pour former la United Artists, destinée à l'exploitation de leurs propres films. Dès 1917, avec le développement des budgets (décors, figurants, costumes) et des stars pour fidéliser le public, les studios ont recours au financement extérieur des particuliers et des banques dont les prêts s'appuient sur les actifs que sont devenus les stars, les scénarios et les réalisateurs[5]. Ils achètent des salles de cinéma dans les grandes villes du pays, des salles de première exploitation comme les nickel odéons. Durant la Première Guerre mondiale, l'industrie européenne du cinéma étant paralysée par les efforts de guerre, Hollywood devient la capitale mondiale du cinéma[5].

Communautés

Personnalités liées

Voir la catégorie : Naissance à Hollywood.

Démographie

Le quartier comptait 140 768 habitants en 2010[7]. Le Los Angeles Times le considère comme hautement diverse du point de vue ethnique, 42,2 % de la population étant hispanique, 41,0 % blanche non hispaniques, 7,1 % asiatique, 5,2 % afro-américaine et 4,5 % appartenant à une autre catégorie ethno-raciale[8].

Attraits de Hollywood

Hollywood est reconnu pour ses studios de cinéma, des touristes du monde entier viennent également y admirer le fameux panneau « HOLLYWOOD ».

Hollywood Boulevard

La plus célèbre avenue de Hollywood est Hollywood Boulevard ayant ouvert ses portes le . Elle s'étend d'est en ouest depuis Vermont Avenue jusqu'à Sunset Boulevard.

Elle abrite non seulement le Walk of Fame (les fameuses étoiles avec le nom des stars), mais également le Grauman's Chinese Theatre et le Hollywood and Highland Center où sont remis tous les ans les Oscars. Devant ce bâtiment, un grand nombre de stars ont également laissé leurs traces par leurs empreintes de pieds et de mains et par un autographe à Sid Grauman, patron du théâtre.

Panneau Hollywood

Le Capitol Records Building.
Le Capitol Records Building.
Article détaillé : Panneau Hollywood.

L'image qui caractérise le plus le quartier est une colline située à l'ouest de Los Angeles, le Mont Lee (477 mètres), affublée de gigantesques lettres formant le nom de HOLLYWOOD. Il s'agissait à l'origine d'un panneau publicitaire, érigé en 1923 par des promoteurs immobiliers. Le panneau original, « HOLLYWOODLAND », qui était laissé à l'abandon, a été restauré en 1949 par la chambre de commerce de Hollywood et a perdu à cette occasion ses quatre dernières lettres. Il y a eu un suicide d'une star : Peg Entwistle qui se jeta du haut de la lettre H en .

Une tradition romantique et suicidaire poussa quelques artistes, qui se perçoivent comme maudits par le « complexe médiatique broyeur de carrières », à se jeter du haut du Hollywood Sign, face à la cité des anges.

Le Capitol Records Building

Le Capitol Records Building est une tour de 13 étages capable de résister aux tremblements de terre. Elle est connue pour avoir été le premier immeuble de bureaux de forme circulaire. Construite par Welton Becket pour la maison d'édition Capitol Records, elle accueille aujourd'hui plusieurs studios d'enregistrement. Son architecture rappelle l'aspect d'une pile de vinyles 45 tours sur un plateau tourne-disques.

Mots-valises formés sur Hollywood

Hollywood a donné un certain nombre de mots-valises pour désigner les productions cinématographiques abondantes de certains pays ou États (pour l’Inde) :

Notes et références

  1. (en) « City of Los Angeles Map », Los Angeles Almanac. Consulté le .
  2. (en) « Online Etymology Dictionary (Tinsel) ». Consulté le .
  3. « holly » est l'appellation anglaise du « houx », arbuste à feuilles persistantes piquantes et fruits rouges, « holly wood » signifie donc « bois de houx ».
  4. a et b Christian-Marc Bosséno, Jacques Gerstenkorn, Hollywood : L'usine à rêves, Gallimard, , 176 p. (ISBN 2070531538).
  5. a, b et c Yannick Dehée, « Hollywood : les dessous de l'usine à rêves », L'Histoire, no 353,‎ , p. 70-75.
  6. (en) « Hollywood (City of Los Angeles », Los Angeles Almanach. Consulté le .
  7. (en) « Hollywood », sur maps.latimes.com (consulté le 15 septembre 2016).

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Régis Dubois, Hollywood, cinéma et idéologie - Sulliver, 2008.
  • Géoéconomie, « Cinéma: le déclin de l'empire américain ? », no 58, été 2011.

Lien externe