Histoire du Stade toulousain

Cet article présente l'histoire du Stade toulousain.

Article principal : Stade toulousain.
Localisation de Toulouse.
Toulouse
Voir l’image vierge
Localisation de Toulouse.
Carte de la Haute-Garonne.
'Les Équipes Toulousaines',
un tableau de Georges Castex
(vers 1900).

Genèse

Le rugby à XV fait son apparition à Toulouse à la fin du XIXe siècle et les premiers clubs se forment dans les années 1890. Ce sont notamment les étudiants qui pratiquent ce sport dont l'existence en France est toute récente (1872). Le SOET (Stade olympien des étudiants toulousains), créé en 1897 et regroupant des étudiants de toutes les disciplines, est bientôt scindé puisque l'USEV (Union sportive de l'École Vétérinaire) voit le jour en 1900 ou 1901. À ces deux clubs s'ajoutent le SAT (Sport Athlétique Toulousain).

Néanmoins, le SOET est le club principal de la ville et le , au stade de la Prairie des Filtres à Toulouse, devant 5 000 spectateurs, il s'incline face au Stade français en finale du championnat de France, sur le score de 16 à 8 (le futur international Augustin Pujol rejoignant le Stade français la saison suivante).

Premières années

En 1907, la fusion des trois clubs toulousains (le SOET, l'USEV, et le SAT) donne naissance au Stade toulousain. La même année, l'association des « Amis du Stade », regroupant quelques notables, et notamment Ernest Wallon et Charles Audry, achète un terrain de sept hectares dans le quartier des Ponts-Jumeaux et y fait construire le premier stade du club, le stade des Ponts Jumeaux qui sera remplacé par l'actuel stade Ernest-Wallon en 1980.

En 1910, Alfred Mayssonnié est le premier joueur du club à jouer en Équipe de France. Il décède en 1914, lors de la bataille de la Marne. Une stèle à sa mémoire est érigée en 1925 avec la sculpture Héraklès archer de Toulouse du sculpteur Antoine Bourdelle[1].

Le , le Stade toulousain bat à domicile le Racing club de France, sur le score de 8 à 6[2]. Ce premier titre de champion de France vient clore une saison durant laquelle le club, invaincu, est surnommé la « Vierge Rouge »[3].

Les cinq glorieuses

En octobre 1921, le nouvel aménagement du stade du club est inauguré, avec une rencontre remportée face à l'Association Sportive Bayonnaise[4].

Il faut attendre dix ans pour voir le Stade toulousain empocher un nouveau titre: de 1922 à 1927, il remporte cinq championnats, sur les six disputés.

1922, le stade des Ponts-Jumeaux du Stade Toulousain.

Le tableau ci-après donne le palmarès du championnat de France depuis 1920 jusqu'à 1927. On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Date Vainqueur Score Finaliste Lieu Spectateurs
25 avril 1920 Stadoceste tarbais 8-3 Racing club de France Stade Sainte-Germaine, Le Bouscat 20 000
USA Perpignan 5-0 Stade toulousain Parc des Sports de Sauclières, Béziers 20 000
Stade toulousain 6-0 Aviron bayonnais Stade Sainte-Germaine, Le Bouscat 20 000
Stade toulousain 3-0 Aviron bayonnais Stade Yves-du-Manoir, Colombes 15 000
Stade toulousain 3-0 USA Perpignan Parc Lescure, Bordeaux 20 000
USA Perpignan 5-0 [5] US Carcassonne Maraussan, Narbonne 20 000
Stade toulousain 11-0 USA Perpignan Parc Lescure, Bordeaux 25 000
Stade toulousain 19-9 Stade français Paris Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 20 000

(Nota Bene : le 3 juin 1926, la Stade toulousain s'impose également à Barcelone face au champion d'Espagne et de Catalogne, le Club Barcelona[6].)

Années 1930

1934 (11 mars), Stade toulousain (en sombre) et RC Toulon (en clair) déclarés -pour la première et dernière fois- co-vainqueurs du Challenge Yves du Manoir, à Lyon.
(score vierge, 0-0).

Le trou noir

Malgré un bref renouveau dans l'immédiat après-guerre (l’équipe des bouchers, invaincue durant la saison 1947, joueurs également vainqueurs de la Coupe de France en 1946 et 1947) et une finale perdue en 1969, il faut attendre le milieu des années 1980 pour que le club redevienne, enfin, l'élément-phare du championnat français.


Un éclair dans la brume

Saisons 1973-1976

Sous la présidence d'Yves Noé nouvellement élu en 1973 à la tête de la section rugby, Toulouse démarre la nouvelle saison avec André Dabadie et Jean Gajan comme entraîneurs[7]. Max Barrau est parti, à peine arrivé, et Jean-Louis Bérot, une fois ses études terminées, quitte Toulouse pour rejoindre Dax et ouvrir un cabinet de kinésithérapie[7]. Il a évolué neuf saisons au plus haut niveau sous les couleurs rouges et noires. Jean-Pierre Rives rejoint le stade[7]. L'élite du championnat est répartie en deux groupes de trente-deux clubs, le groupe A compte quatre poules de huit clubs; à l'issue de la phase qualificative, vingt-quatre équipes du groupe A sont qualifiés pour les seizièmes de finale ainsi que huit équipes du groupe B. Le Stade fait un parcours moyen avec une troisième place (huit victoires, un nul et cinq défaites), Saint-Girons et Tarbes l'ont emporté en particulier aux Ponts-Jumeaux[7]. Opposés à Albi (groupe B) en phase finale, les rouges et noirs s'inclinent 12-20 pour une journée de honte[7]. Un jeune junior venu de Montréjeau, Gérald Martinez, joue un match avec l'équipe première en Challenge Yves du Manoir[7].

Après ce parcours médiocre, de nombreux joueurs, dont Mike O'Callaghan et Michel Billière, quittent le Stade, Henri Cazaux devient président de la section rugby. Un jeune joueur de Montréjeau, Serge Gabernet, rejoint le Stade[8]. Les Toulousains font une phase de championnat sérieuse avec une troisième place (neuf victoires, deux nuls et trois défaites) à seulement un point des Agenais et des Dacquois[8]. La formule de championnat a encore changé avec huit poules de huit clubs, les quatre premiers de chaque poule accèdent aux phases finales, Toulouse joue contre le RC Toulon, il est dominé devant et s'incline 16-9[8].

L'ambition pour la saison 1975-1976 est plus grande avec les arrivées de Dominique Harize et surtout de Walter Spanghero. La troisième ligne J-P Rives-W.Spanghero-J-C Skrela est prometteuse. La saison est pourtant catastrophique[9]. La formule de championnat est encore modifiée avec deux groupes de quarante clubs, chaque groupe compte cinq poules de huit clubs; à l'issue de la phase qualificative, les cinq premiers de chaque poule du groupe A sont qualifiés pour les seizièmes de finale ainsi que les premiers et les deux meilleurs deuxièmes des poules du groupe B[9]. La saison commence bien, avec une victoire en terre lavelanétienne. Mais pour le dernier match de la phase aller, Stade toulousain-Valence se transforme en affrontements continuels[9]. Les sanctions sont lourdes en suspensions de joueurs et en points retirés pour les deux équipes. Lavelanet vient l'emporter à Toulouse, comme Béziers. Toulouse est relégable à deux journées de la fin[9]. Il faut vaincre Tulle puis aller gagner à Valence. Si le premier pas est réussi (22-3), le Stade perd à Valence (4-10)[9]. Toulouse est sauvé par l'USAP qui fait match nul à Tulle et qui condamne les Corréziens. Si Henri Cazaux reste à la tête de la section rugby, l'entraîneur change et Claude Labatut est appelé. La saison a vu les débuts de deux jeunes, Serge Laïrle (formé à Lisle-Jourdain comme Skrela) et Guy Novès[9],[10].

Saisons 1976-1980

La saison 1976-1977 n'est pas brillante, le Stade toulousain fait un parcours moyen en phase aller de championnat avec une troisième place (neuf victoires, deux nuls et six défaites), les seizièmes de finale se déroulent sur deux matchs sur terrain neutre, l'adversaire est le CA Bègles qui s'incline 13-4, 16-7[11]. Le huitième a lieu à Perpignan contre le RRC Nice d'André Herrero et des dissidents toulonnais. Le match est télévisé et disputé: 6-6 à la mi-temps, 9-9 après quatre-vingt minutes, 17-16 après la prolongation pour les Niçois[11]. Trois Toulousains ont participé à la grande aventure du Grand chelem en rugby à XV de la France en 1977: l'équipe de France a remporté le Tournoi des cinq nations 1977 en réussissant un Grand chelem (quatre victoires en quatre matchs). Fait remarquable, l'équipe de France n'a pas encaissé d'essai au cours des quatre rencontres disputées et une même équipe de quinze joueurs a disputé et gagné les quatre rencontres. Jean-Pierre Rives, Jean-Claude Skrela et Dominique Harize font partie de cette équipe.

Pour la saison 1977-1978, Walter Spanghero s'est retiré, remplacé par Dugald MacDonald, Nigel Horton, deuxième ligne de l'équipe d'Angleterre, est arrivé également[12]. Le 11 novembre 1977, l'équipe de France reçoit au Stadium les All Blacks pour une victoire 18-13 et pour la première sélection de Guy Novès[12]. Si la première journée du championnat est difficile avec une défaite à domicile contre le Stade beaumontois 10-12, le Stade enchaîne sur cinq succès dont deux à Mazamet et Aurillac[12]. Le Stade toulousain aligne comme d'habitude des performances chaotiques[12] en phase aller de championnat pour terminer avec une troisième place (huit victoires, un nul et cinq défaites). L'équipe compte pourtant des joueurs de qualité: les internationaux Jean-Pierre Rives, Jean-Claude Skrela, Dominique Harize, Guy Novès, Dugald MacDonald, Nigel Horton, Pierre Villepreux et les futurs bleus Gérald Martinez, Serge Gabernet. Pierre Villepreux est réapparu à l'ouverture, de retour de Polynésie. En seizième de finale, les rouges et noirs défont le CA Bègles 31-10, l'US Romans s'incline en huitième 18-6 avec un match remarquable de Pierre Villepreux[12], le Stade est alors en quart, ce qui n'est plus survenu depuis 1971. En quart, l'adversaire redoutable est le Stade bagnérais d'Antranik Torossian, Michel Urtizverea, Roland Bertranne, Jean-François Gourdon ou de Jean-Michel Aguirre. Le Stade s'impose 18-14 avec un essai inscrit sur un exploit individuel de Guy Novès[12]. En demi-finale, le futur champion est solide sans être génial: 12-9 pour Béziers et ses joueurs, Armand Vaquerin, Alain Paco, Jean-Louis Martin, Georges Senal, Michel Palmié, Olivier Saïsset, Alain Estève, Richard Astre, Henri Cabrol, René Séguier, ou Jack Cantoni[12], qui dominent alors le championnat de France (titres en 1971, 1972, 1974, 1975, 1977, 1978, 1980, 1981, 1983 et 1984).

Pour la saison 1978-1979, la formule de championnat est encore modifiée avec deux groupes de quarante clubs, chaque groupe compte quatre poules de dix clubs ; à l'issue de la phase qualificative, les sept premiers de chaque poule du groupe A sont qualifiés pour les seizièmes de finale ainsi que les premiers des poules du groupe B. Le stade fait pour une fois un très bon parcours de phase préliminaire en terminant premier de sa poule et troisième en tout, devancé seulement par les deux grosses écuries, Béziers et le RC Narbonne[13]. Le CA Périgueux joue contre le Stade en seizième sur un match et s'incline 18-10. Pour le huitième, c'est Valence qui fait preuve de vaillance et résiste 7-3[13]. Enfin, l'AS Montferrandaise propose une opposition solide en quart-de-finale et le Stade ne parvient pas à passer l'écueil, s'inclinant 12-10. Ont rejoint le Stade en début de saison Jean-Michel Rancoule, Thierry Merlos et Marcel Salsé.

Après avoir renforcé les lignes arrières, le stade toulousain recrute pour la ligne d'avants pour la saison 1979-1980, avec les arrivées de Roger Viel (Graulhet), Christian Breseghello (Saverdun) et de Claude Portolan, international junior formé à Auterive[14]. L'élite est constituée de quatre groupes de dix clubs. À l'issue de la phase qualificative, les huit premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les seizièmes de finale. Pour la première fois, seules les équipes du groupe d'élite (groupe A) participent aux seizièmes de finale. Le 30 mars 1980, lors du dernier match de poule, le Stade toulousain joue pour la dernière fois au stade des Ponts Jumeaux[14]. Les Toulousains l'emportent 29 à 11 contre Aurillac avec des essais de Harize, Santos, Bentaboulet à deux reprises; c'est Bentaboulet qui marque le dernier essai et Serge Gabernet en transformant, inscrit les derniers points entre les poteaux les plus hauts du monde[14]. Les poteaux, sciés à la base pour être transférés au nouveau stade en 1980, ne font plus 22,50 mètres mais 21,35 m[15]. L'équipe qui joue ce dernier match aux Ponts Jumeaux est composé ainsi: Christian Breseghello, Patrick Bentaboulet, Serge Laïrle; Michel Coutin, Jean-Jacques Santos; Jean-Pierre Rives, Jean-Claude Skrela, Roger Viel; Gérald Martinez (m); Jean-Michel Rancoule (o); Guy Novès, Thierry Merlos, Marcel Salsé, Dominique Harize; Serge Gabernet[14]. C'est la même équipe qui dispute la finale du championnat quelques semaines plus tard. Car, si le Stade termine avec une quatrième place de poule la phase préliminaire (onze victoires, un nul et six défaites) derrière Agen, Oloron et Lourdes, le système permet en théorie aux trente-deux qualifiés d'espérer remporter le titre.

Le renouveau des années 1980

En effet, le Stade toulousain est même alors devenu l'un des tout meilleurs clubs d'Europe (champion de France en 1985, 1986 et 1989 (finaliste en 1980 et 1991), challenge Yves-du-Manoir en 1988 (finaliste en 1984), coupe de France en 1984 (finaliste en 1985)).

L'ère Guy Novès 1993-2015

Le stade toulousain a alors soulevé le Bouclier de Brennus à neuf reprises, dont quatre consécutives de 1994 à 1997, gagné le Challenge Yves du Manoir en 1993 et 1995, ainsi que la Coupe de France en 1998.

Il est également le premier club à remporter la Coupe d'Europe (trophée éphémère une saison -1996-, du fait de "sa fragilité" étoilée...), pour un total de six finales (record), dont quatre remportées (record partagé avec le Leinster irlandais, qui est le seul club à avoir remporté cinq finales européennes -sans avoir concédé de défaite-, grâce au Challenge européen).

Finales du championnat de 1994 à 2012 : clubs, score, lieu et nombre de spectateurs.
Le score donne un lien vers l'article détaillé correspondant à l'édition du championnat.
Date Vainqueur Score Finaliste Lieu Spec.
Stade toulousain 22-16 AS Montferrand Parc des Princes, Paris 48 000
Stade toulousain 31-16 Castres olympique Parc des Princes, Paris 48 615
1er juin 1996 Stade toulousain 20-13 CA Brive Parc des Princes, Paris 48 162
Stade toulousain 12-6 CS Bourgoin-Jallieu Parc des Princes, Paris 43 841
Stade toulousain 15-11 AS Montferrand Stade de France, Saint-Denis 78 000
Stade toulousain 34-22 AS Montferrand Stade de France, Saint-Denis 75 000
Stade français Paris 32-18 Stade toulousain Stade de France, Saint-Denis 75 000
Biarritz olympique 40-13 Stade toulousain Stade de France, Saint-Denis 79 474
Stade toulousain 26-20 ASM Clermont Stade de France, Saint-Denis 79 793
Stade toulousain 15-10 Montpellier HR Stade de France, Saint-Denis 78 000
Stade toulousain 18-12 RC Toulon Stade de France, Saint-Denis 79 612
Finales de coupe d'Europe de 1996 à 2018 : clubs, score, lieu et nombre de spectateurs.
La date donne un lien vers l'article détaillé correspondant à l'édition de la coupe.
Édition Date Vainqueur Score Finaliste Notes Lieu Affluence
1re édition 1996,
7 janvier
Drapeau : France Stade toulousain 15 – 15 Drapeau : Pays de Galles Cardiff RFC 12-6 mt

21 – 18 ap

Arms Park
Cardiff Drapeau : Pays de Galles
21 800
8e 2003,
24 mai
Drapeau : France Stade toulousain 22 – 17 Drapeau : France USA Perpignan 19-0 mt Lansdowne Road
Dublin Drapeau : Irlande
28 600
9e 2004,
23 mai
Drapeau : Angleterre London Wasps 27 – 20 Drapeau : France Stade toulousain 13-11 mt Twickenham
Londres Drapeau : Angleterre
73 057
10e 2005,
22 mai
Drapeau : France Stade toulousain 12 – 12 Drapeau : France Stade français 18 – 12 ap, pas d'essai Murrayfield Stadium
Édimbourg Drapeau : Écosse
51 326
13e 2008,
24 mai
Drapeau : Irlande Munster 16 – 13 Drapeau : France Stade toulousain 10-6 mt Millennium Stadium
Cardiff Drapeau : Pays de Galles
75 650
15e 2010,
22 mai
Drapeau : France Stade toulousain 21 – 19 Drapeau : France Biarritz olympique 12-9 mt. Stade de France
Saint-Denis Drapeau : France
78 962

Annexes

Notes et références

  1. Alfred Mayssonié
  2. Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse, 31 mars 1912, STADE TOULOUSAIN 8 - R.C. FRANCE 6, sur lnr.fr, consulté le 4 septembre 2008.
  3. Musée du Stade toulousain 1907-1917 la Vierge Rouge, sur stadetoulousain.fr, consulté le 4 septembre 2008.
  4. Le Cri de Toulouse, 8 octobre 1921, p.5.
  5. Une première finale avait été jouée le 26 avril 1925 au Stade des Ponts Jumeaux à Toulouse et s'était soldé par un 0-0 AP.
  6. L'Écho d'Alger, 4 juin 1926, p.2.
  7. a, b, c, d, e et f  Lucien Remplon, op. cit., Saison 1973-1974 p.183-185
  8. a, b et c  Lucien Remplon, op. cit., Saison 1974-1975 p.186-187
  9. a, b, c, d, e et f  Lucien Remplon, op. cit., Saison 1975-1976 p.188-190
  10. Jean-Claude Martinez et Jérôme Gibert, op. cit., 1947-1983. Dites 33 p.37
  11. a et b  Lucien Remplon, op. cit., Saison 1976-1977 p.194-196
  12. a, b, c, d, e, f et g  Lucien Remplon, op. cit., Saison 1977-1978 p.197-200
  13. a et b  Lucien Remplon, op. cit., Saison 1978-1979 p.201-204
  14. a, b, c et d  Lucien Remplon, op. cit., Saison 1979-1980 p.205-211
  15. Jean-Paul Cazeneuve et Jérôme Leclerc, Stade toulousain, L'Académie du rugby, Balma, éd. Universelles, 2004, 220 p, les lieux du stade, les Ponts-Jumeaux p.72

Bibliographie

Cette bibliographie présente -quelques- ouvrages de référence de base, utilisés pour la rédaction de cet article quand l'indique la présence du symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article.

  • Lucien Remplon, Ombres noires et soleils rouges, histoire du rugby au Stade toulousain, éd. Gazette, 1998, 216 p., (ISBN 2-912041-02-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Paul Cazeneuve et Jérôme Leclerc, Stade toulousain, L'Académie du rugby, Balma, éd. Universelles, 2004, 220 p., (ISBN 2-905797-07-X) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Claude Martinez et Jérôme Gibert, Les Maîtres du rugby moderne 2, Le Stade toulousain de 1985 à 2005, Anglet, ed. Atlantica, 2006, 409 p., (ISBN 978-2-7588-0000-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bruno Fabioux et Henri Rozès, Stade toulousain, un siècle de rugby en rouge et noir, ed. Midi Olympique, 2006, 477 p., (ISBN 2-9524-731-2-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Article connexe

Liens externes