Histoire des Juifs en Croatie

Histoire des Juifs en Croatie

La communauté juive en Croatie compterait moins de 3000 membres dans le pays, dont plus de la moitié serait à Zagreb.

Les débuts de la communauté juive en Croatie

Les fouilles archéologiques montrent que les Juifs sont arrivés sur le littoral dalmate à l'époque romaine[1]. Après l'expulsion des Juifs d'Espagne en 1492, la communauté s'enrichit de Juifs séfarades auxquels s'ajoutent par la suite une forte immigration ashkénaze. En 1526 la Croatie passe sous la domination des Habsbourg. Les Juifs subissent une "lente ségrégation" : création de ghettos, instauration d'une taxe de tolérance[1].

Pendant la Shoah

Le 10 avril 1941, après l'invasion allemande, un gouvernement ultranationaliste dirigé par Ante Pavelić est mis en place en Croatie[2]. Tout de suite, des lois antisémites sont promulguées. Les Juifs sont arrêtés comme à Zagreb en mai 1941. Ils sont ensuite internés dans des camps comme celui de Jasenovac mais aussi ceux de Jadovno, Kruscica, Loborgrad, Djakovo, Tenje, Osijek[3]. La grande synagogue de Zagreb est détruite en octobre 1941[2]. Entre aout 1942 et septembre 1943, les Juifs de la zone occupée par les Allemands sont déportés vers Auschwitz, soit environ 7000 personnes. Dans la zone d'occupation italienne, les autorités refusent de livrer les Juifs. De nombreux Juifs y cherchent donc refuge. Les autorités italiennes les regroupent dans le camp de l’île de Rab[3]. Quand les Allemands occupent la zone italienne en septembre 1943, les partisans yougoslaves aident les Juifs à s'échapper.

Références

  1. a et b Israël Magazine : La lente agonie des Juifs de Croatie
  2. a et b Georges Bensoussan (dir.), Jean-Marc Dreyfus (dir.), Édouard Husson (dir.) et al., Dictionnaire de la Shoah, Paris, Larousse, coll. « À présent », , 638 p. (ISBN 978-2-035-83781-3), p. 179
  3. a et b Encyclopédie multimédia de la Shoah : Yougoslavie