Royaume wisigoth

(Redirigé depuis Hispanie wisigothique)
Royaume wisigoth
Gutthiuda Thiudinassus (got)
Regnum Visigothorum (la)

418-720

Description de cette image, également commentée ci-après
Situation des royaumes wisigoth et ostrogoth en Europe.
Description de cette image, également commentée ci-après
Extension du royaume wisigoth de Toulouse vers 500 apr. J.-C. La partie de l'Hispanie qui n'est pas sous leur contrôle, à savoir le royaume suève, tombe en 584.
Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Toulouse (418 - 507)
Narbonne (507 - 531)[1]
Barcelone (531 - 542)[2]
Tolède (542 - 711/712)[3]
Narbonne (711/712 - 720)
Langue Latin vulgaire, Gotique
Religion Arianisme (jusqu'en 587)
Chalcédonisme (à partir de 587)[4]
Démographie
Population Ve – VIIIe siècles < 9 000 000 habitants[5] (péninsule Ibérique)
Superficie
Superficie en 580 600 000 km2[6]
Histoire et événements
418 Création
507 Bataille de Vouillé
711 Bataille du Guadalete
716 Fin de la conquête de la péninsule Ibérique par les Omeyyades
c. 720 Annexion de la Septimanie par les Omeyyades
Rois
(1er) 418-451 Théodoric Ier
(Der) 713-720 Ardo

Entités suivantes :

Art wisigoth : couronne votive de Suintila, VIIe siècle (musée archéologique national, Madrid).

Le royaume wisigoth est un royaume germanique du haut Moyen Âge issu des grandes invasions et ayant existé de 418 à 720.

Il a d'abord Toulouse comme capitale (il englobe la partie de la France actuelle située entre la Loire et les Pyrénées). Après leur défaite face aux Francs menés par Clovis Ier à la bataille de Vouillé en 507, les Wisigoths d'Alaric II perdent Toulouse en 508 et transfèrent leur capitale à Tolède ; au nord des Pyrénées ils ne conservent que la Septimanie (correspondant au Languedoc) et une partie de la Provence avec l'aide des Ostrogoths d'Italie. Après l'an 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé en Galice et le nord du Portugal.

En 711 le Royaume est conquis par les musulmans.

Le royaume de Toulouse (418-507)

Les origines : les Wisigoths au service de l'empereur d'Occident

Après avoir occupé l'Italie, mis à sac Rome, en 410, les Goths dirigés par Alaric 1er partent vers le Sud de l'Italie et notamment la Sicile, mais soudain Alaric meurt, et Athaulf est élu roi. Il décide alors de se mettre au service de l'empereur d'Occident Honorius. Ce dernier les incite à repartir en Gaule pour mater les barbares et les rébellions des militaires romains et en particulier mettre fin à l'usurpation de Jovin. En échange il leur donne l'Aquitaine. Toulouse, Bordeaux et Narbonne accueillent les Wisigoths en pacificateurs. Athaulf s'installe à Narbonne, où il épouse en 414 sa jeune captive, Ælia Galla Placida, fille de Théodose et sœur d'Honorius. Il devient ainsi le beau-frère de l'empereur, ce qui déplaît à ce dernier, qui doit s'en accommoder. Il incite alors les Wisigoths à reconquérir l'Espagne, envahie par les Suèves, les Alains et les Vandales. Ils traversent les Pyrénées et s'installent à Barcelone, mais Athaulf est assassiné en 415. Wallia lui succède. Il continue la conquête de l'Espagne jusqu'à Gibraltar. Après une longue guerre de 415 à 418, il chasse tous les barbares ennemis de l'Empire romain.

La réussite de cette entreprise conduit l'assemblée générale des Sept-provinces méridionales, réunie en Arles le 17 avril 418, à faire la demande à l'empereur Honorius de rappeler les Wisigoths pour y restaurer la sécurité et repousser les Saxons[7].

Le royaume fédéré (418-466)

Le fœdus de 418 autorise alors les Wisigoths à se fixer en Novempopulanie et en Aquitaine seconde, ce qui permet enfin une installation durable. Théodoric Ier choisit Toulouse comme capitale du nouveau royaume. Les Wisigoths s'entendent avec les riches propriétaires fonciers gallo-romains. L'ordre social existant est ainsi maintenu. Toujours comme fédéré, Théodoric Ier combat alors aux côtés d'Aetius contre Attila en 451, mais trouve la mort (probablement de la main du roi ostrogoth Valamir) à la bataille dite des Champs catalauniques.

Le royaume autonome (466-507)

Le roi Euric (466-484) rompt le fœdus après la disparition de la famille impériale. Il en profite alors pour agrandir son territoire aux dépens du royaume suève, battu en Hispanie en 468, et des Gallo-Romains alliés aux Armoricains à la bataille de Déols, où il affronte Ægidius et Ecdicius. En 475, il se fait concéder officiellement par Julius Nepos l'Aquitaine première, la Narbonnaise première et l'Hispanie.

Des relations entre le régime impérial romain et l'épiscopat, les Wisigoths ont hérité de la notion de statut divin du monarque qui, sous l'influence de l'arianisme, établit une analogie entre la subordination du Fils au Père et celle due à un roi qui reçoit « directement de Dieu sa sacralisation et sa mission de conduire les hommes au salut ». Tête de l'Église chrétienne de son peuple, le roi l'est également de l'Église à laquelle appartiennent ses sujets romains. La politique des rois wisigoths envers les évêques dépendant du pape est en général placée sous le signe de la tolérance. Alaric II convoque même le concile d'Agde en septembre 506 pour tenter de parvenir à la réconciliation entre ariens et trinitaires.

Alors que les Suèves subsistent en Galice, le Nord de l'Italie est conquis dès 487 par les Ostrogoths de Théodoric et, à l'est du Rhône, les Burgondes fondent un royaume qui atteint les rives de la Méditerranée. Enfin, au bord de la Loire, les Francs se regroupent autour de Clovis, qui se convertit au christianisme nicéen vers 496-499. Clovis occupe le royaume de Toulouse tandis que les Wisigoths se replient au sud des Pyrénées.

L'Hispanie wisigothique (507-555)

Évolution du royaume wisigoth jusqu'au VIe siècle :
  •      Royaume originel de Toulouse
  •          Extension au Ve siècle
  •          Territoire perdu à Vouillé en 507
  •      Conquête du royaume suève en 575

Autrefois Hispanie romaine, la péninsule Ibérique devient l'Hispanie wisigothique à partir du Ve siècle.

Bien que les Wisigoths aient commencé à s'établir en Espagne depuis la fin du Ve siècle, leur installation ne se fait pas sans difficultés. Trop peu nombreux pour occuper toute la péninsule, le peuple wisigoth est surtout établi au nord de la Meseta, entre le Tage et l'Èbre, s'implantant dans ces régions montagneuses et boisées au rude climat plutôt qu'en Bétique et sur la côte méditerranéenne. Peut-être qu'en groupant les Goths dans ces terres peu peuplées et moins romanisées du Nord, leurs rois ont voulu ainsi préserver la cohésion nationale, évitant ainsi une romanisation rapide et une absorption parmi la masse hispano-romaine de la moitié sud du Royaume. On estime la population wisigothe, et plus largement « barbare » (car les Wisigoths étaient constitués, en plus de Goths, d'autres peuplades) à 200 000 individus au maximum pour une population ibérique estimée à 3 ou 4 millions d'individus. De plus, ils se heurtent à la résistance des élites urbaines dans les provinces profondément romanisées de la Bétique (Andalousie actuelle) et de la Lusitanie (Estrémadure et Portugal) ; ils occupent donc majoritairement le centre de la péninsule. Les nécropoles wisigothiques se concentrent surtout au centre de la péninsule, en Vieille-Castille, notamment dans l'actuelle province de Ségovie, et dans une moindre mesure en Nouvelle-Castille (cf. nécropoles de Cacera de las Ranas, de Castiltierra, de Duratón, d'El Carpio de Tajo, de Herrera de Pisuerga, de Vicálvaro, etc.).

La domination wisigothe est donc surtout militaire. Ils cantonnent des troupes dans les principales cités d'Espagne. En effet, depuis l'arrivée des Wisigoths en Gaule en 412 puis, après leurs premières expéditions en Espagne quelques mois plus tard pour combattre Vandales, Suèves et Alains à la solde de Rome, les Wisigoths ont régulièrement lancé des raids militaires pour affirmer leur puissance face aux autochtones mais surtout face aux Suèves, organisés en un petit royaume dans le nord-ouest du pays. En 476, Euric, l'un des plus grands rois goths, annexe toute l'Espagne ; son fils et successeur Alaric II amorce la colonisation wisigothe dans le nord du pays. Ne disposant pas de l'intégralité de ses troupes et de la célèbre cavalerie wisigothe, il enrôle dans son armée de nombreux Gallo-romains pro-wisigoths mais peu aguerris et motivés, ce qui aurait contribué à sa défaite face au roi franc Clovis (bataille de Vouillé en 507, au cours de laquelle Alaric II est tué). Ce dernier doit aussi affronter des désordres civils, ses sujets nicéens lui reprochant d'adhérer à l'arianisme[8].

Les suites de la défaite contre les Francs (507 - 531)

Lors de sa plus grande extension, avant l'année 507, le royaume wisigoth comprend l'Aquitaine, la Septimanie, la Provence ainsi que la majorité de la péninsule Ibérique, à l'exception du nord et du nord-ouest, respectivement occupés par les Basques et le royaume suève.

En 508, moins d'un an après la bataille de Vouillé, les Francs de Clovis prennent avec Toulouse le contrôle de l'Aquitaine et obligent les Wisigoths à se replier dans un premier temps à Narbonne, où Geisalic est proclamé nouveau roi wisigoth. L'Auvergne tombe progressivement à partir du décès d'Apollinaire de Clermont malgré les résistances de sa famille qui se poursuivent jusqu'à Arcade.

La pression franque pousse ensuite les Wisigoths, qui ne conservent au nord des Pyrénées que la Septimanie, à se replier sur l'Hispanie où ils établissent leur capitale à Barcino (Barcelone) de 531 à 542, avant de se replier définitivement plus au sud, à Tolède. Une nouvelle période commence, qui va durer un peu plus de deux siècles et unir indissolublement les Wisigoths à la péninsule ibérique.

La reconquête justinienne (552 - 555)

Sous le règne de l'empereur Justinien, le général Bélisaire dirigeant l'armée romaine met fin aux royaumes ostrogoth et vandale, et se bat en Bétique contre le royaume wisigoth.

Au début du VIe siècle, l'empereur romain Justinien Ier initie une politique de reconquête, en commençant par récupérer la Crimée en 528, puis en s'attaquant aux territoires autrefois contrôlés par l'empire romain d'Occident. À l'issue de la guerre des Vandales, il met ainsi la main sur la Maurétanie tingitane en 533 et sur les îles Baléares en 534, se rapprochant par la même occasion du royaume Wisigoth.

Inquiet de la situation, le roi Theudis s'empare de Septem au sud du détroit de Gibraltar, mais finit par la céder rapidement aux romains et ne parviendra jamais à remettre les pieds en Afrique, en dépit d'un siège de la ville en 547. Le roi suivant Agila Ier doit essuyer une révolte des citoyens romains du royaume qui lui sont opposés. Cette dernière est conduite par Athanagilde, un chalcédonien revendiqué qui a donc la sympathie de Justinien. Pour le soutenir, il lui envoie donc une troupe dirigée par le vieux Libérius. Débarquée en 552 sur un territoire à cheval entre les actuelles provinces espagnoles de Malaga et de Grenade, elle réussit à annexer plusieurs villes clés comme Asidona, Cordoue, Malaga, Basti et Carthagène. Après l'accession au trône d'Athanagilde, les relations se corsent entre lui et ses anciens alliés romains. La reconquête justinienne de la "Spania" en reste donc là.

Le royaume de Tolède (555-711)

Le règne de Léovigild (569-586)

L'unification territoriale et politique de l'Hispanie (Occitanie, Espagne et Portugal actuels) est accomplie sous le règne de Léovigild (569-586), établi dans sa capitale de Tolède, et celui de son fils Récarède Ier (586-601). Le royaume des Wisigoths devient ainsi tel un « empire hispanique », égal à l'Empire romain[9]. Léovigild prend le nom de Flavius, frappe monnaie à son effigie et adopte comme symboles du pouvoir la couronne, le sceptre et le manteau royal. Il promulgue des lois qui complètent le Bréviaire d'Alaric et, à l'instar des empereurs romains, fonde des villes comme Vitoria et en 578, Recaredopolis, en amont de Tolède. Il tente aussi d'unifier l'Espagne sous la bannière de l'arianisme, le christianisme nicéen faisant alors l'objet de nombreuses tracasseries.

Léovigild associe au gouvernement ses deux fils, Herménégild et Récarède, afin d'assurer la continuité de la monarchie dans sa propre famille. Celle-ci étant théoriquement élective, cela conduit à de nombreuses conspirations au sein de la noblesse durant son règne. Le fils aîné du roi, Herménégild, professe la religion de ses pères — l'arianisme — jusqu'à ce que, sous l'influence de sa femme et de saint Léandre, évêque de Séville, il se convertisse aux thèses du concile de Nicée (trinitaires). Devant la persécution déchaînée par son père contre les trinitaires, il lui déclare la guerre en 582, appuyé par les Suèves, Byzantins et Francs. Mais vaincu et fait prisonnier par son père, il est emprisonné à Tarragone où il meurt décapité en 585, date à laquelle le royaume suève est annexé après la bataille de Braga.

En 586, en représailles de l'invasion de la Septimanie par Gontran l'année précédente, les Wisigoths lancent une campagne autour de la région d'Arles, inondant la ville en détournant les eaux du Rhône[10].

Le concile de Tolède (589) et la conversion des Wisigoths au christianisme nicéen

Tant que les rois wisigoths exercent le pouvoir sur les populations autochtones au nom du seul Empire romain et en vertu de titres tels que « maîtres de l'armée », l'unification doctrinale n'a pas lieu d'être. À partir du moment où leur pouvoir se substitue pleinement à celui de l'empire, ils ne peuvent plus tolérer l'existence de deux Églises avec leurs hiérarchies respectives et les possibilités de sédition que favorise une telle situation. Léovigild tente alors dans un premier temps d'unifier l'Hispania sous la bannière arienne, en avantageant systématiquement les prélats et nobles de cette religion.

Influencé par Léandre de Séville, Récarède se convertit au contraire au chalcédonisme lors du IIIe concile de Tolède (589) et poursuit l'unification de l'Hispanie sous l'égide de l'Église romaine. La cérémonie de conversion a lieu en 587 et est solennellement ratifiée lors du concile que le roi convoque à Tolède deux ans plus tard. Cet événement, qui consiste surtout en l'abandon de certains points de doctrine, est magnifié par les historiens du XIXe siècle[Qui ?] qui cherchent un acte de baptême de la « nation espagnole », de manière à assimiler l'identité espagnole au catholicisme militant des souverains de la réunion des couronnes d'Aragon et de Castille, après la Reconquista. Les Wisigoths d'Hispanie amènent aussi une reine aux Mérovingiens avec la reine Brunehilde.

L'adhésion des souverains wisigoths au dogme trinitaire est marquée par des mesures discriminatoires prises à l'encontre des Juifs, telles que l'interdiction de posséder des esclaves chrétiens. Le roi Sisebut (612-621) ordonne en 615, sous peine de mort, le baptême de tous les Juifs[8] et contraint les non-convertis à quitter le Royaume, qui plonge alors, pour un siècle, dans les troubles religieux[8].

Du IVe concile de Tolède à la réduction en esclavage des Juifs

En 624, les Wisigoths chassent les Byzantins des régions méridionales. Trente ans après la mort de Récarède, au IVe concile de Tolède (631), Isidore de Séville et le roi Sisenand consacrent l'union des pouvoirs, civil et religieux, selon le modèle romain : élu par les nobles et le peuple, le roi prête serment de gouverner « droitement » avant de recevoir l'onction. Par cette dernière, l'Église légitime le nouveau monarque, indépendamment des circonstances de son accession au trône.

Le roi Receswinthe (649-672) complète l'œuvre législative de ses prédécesseurs en promulguant en 654 le Liber Iudiciorum ou Livre des juges (parfois appelé Livre des Jugements ou encore Loi des Wisigoths), qui dote l'Espagne d'un corps de lois particulier. Le droit romain, propre à Byzance, n'a désormais plus cours dans la péninsule, où est aussi codifié, dans l'Hispania Collectio, le premier droit canonique. En 694, Egica accuse les Juifs de son royaume de s'être concertés avec les Juifs d'Afrique du Nord pour agir ensemble contre les chrétiens[11] ; il les réduit en esclavage et en confie la garde aux grands propriétaires fonciers (les possessores)[8]. Ces derniers, en effet, sont des relais importants de l'expansion du christianisme, usant de la contrainte économique pour obtenir des conversions[8].

Vie civile

Sous le gouvernement des Wisigoths, la péninsule conserve ses traditions romaines et méditerranéennes. À partir du VIIe siècle, si ses habitants sont tous qualifiés de « Goths » (Gothi), c'est pour les distinguer des « Romains » (Romani) ou Byzantins. Jusqu'au VIIe s., on distingue principalement dans le royaume les Gothi (les Wisigoths) des indigènes hispano-romains (Hispani). Avec la conversion officielle des Wisigoths au catholicisme (589), la multiplication des mariages mixtes et l'abolition de la personnalité des lois (654), ces différences s'atténuent. Le terme de Gothi finit par perdre son sens ethnique pour s'appliquer à la classe dirigeante du Royaume (peut-être dominée par des Goths), toutes origines confondues. Le roi Chinthila (636-639) est à l'origine d'un édit stipulant que seul un « Goth » peut monter sur le trône wisigothique.

Économie

Les anciennes catégories sociales et juridiques (libres, affranchis et esclaves) perdent de leur pertinence au profit d'une division fondée sur la fortune : face aux puissants qui possèdent de vastes domaines et exercent le pouvoir politique et militaire grâce à des armées privées de clients et d'esclaves, les humbles sont progressivement réduits à un statut de semi-dépendance qui assure protection, terres ou offices en échange de la fidélité à un « patron ».

Des relations commerciales et culturelles unissent l'Espagne aux côtes méridionales de la Méditerranée, au sud et au centre des Gaules, aux côtes atlantiques et jusqu'à l'Irlande.

Les villes conservent leur rôle tout en évoluant pour s'adapter à leurs temps. Au sein des murailles, les curiales, assemblées de magistrats et de citoyens, y prélèvent les impôts sur une population de commerçants et artisans organisés en « collèges » professionnels, parmi lesquels abondent les travailleurs du bâtiment, les orfèvres d'école et les médecins.

Des mesures sont prises en faveur des nombreux mendiants poussés par la famine, les pestes et la misère. À l'extérieur des murailles sont installés les monastères, les centres de culte aux martyrs et les cimetières où les chrétiens peuvent être inhumés près des saints.

Culture

Dans les centres urbains comme Mérida, Tolède, Hispalis (Séville), Cordoue, Lisbonne, Carthagène, Barcelone ou Saragosse, des édifices religieux s'étaient substitués à des bâtiments plus anciens. De grands évêques, qui étaient également de grands auteurs, firent de leurs sièges épiscopaux des centres intellectuels en les dotant de bibliothèques et d'écoles. Le plus célèbre d'entre eux fut sans doute Isidore de Séville (vers 570-636), dont les œuvres furent lues et commentées pendant tout le Moyen Âge.

En Espagne wisigothe se réfugient les intellectuels d'Afrique du Nord chassés par les Vandales, les Byzantins puis les musulmans. Le pays se spécialise dans les compilations et les florilèges, tout en produisant des œuvres originales en histoire, en droit et en théologie. Ses écoles, qui transmettent la culture classique, forment aussi bien des clercs et des laïcs et de nombreux actes de vente conservés sur ardoise témoignent de la diffusion de l'écriture dans les communautés rurales.

Transept nord de San Pedro de la Nave, campo de Zamora.

Au VIe siècle est édifié un des rares édifices de l'architecture wisigothe qui soit parvenu jusqu'à nous, l'église de San Cugat del Vallés, dans la banlieue de Barcelone.

Les Espagnols du VIIe siècle continuent à vivre dans des villas de type romain, décorées de fresques, au centre de vastes domaines agricoles ou artisanaux. Ils construisent des églises de plan basilical ou cruciforme, dont seuls nous sont parvenus quelques modestes exemples ruraux. Les architectes utilisent l'arc outrepassé, tandis que les sculpteurs abandonnent la représentation humaine au profit de motifs géométriques, végétaux et animaux où se mêlent les influences romaine, byzantine et orientale. L'orfèvrerie connaît un grand essor, notamment avec l'atelier royal d'où sortent croix et couronnes votives qui, comme à Byzance, sont suspendues au-dessus des autels.

Article détaillé : Art wisigoth.

Chute soudaine du Royaume

Le roi wisigoth Wamba magnifié sur la place de l'Orient près du palais royal de Madrid. Wamba fut le dernier des grands rois avant la chute due à une zizanie successorale, autant que de graves troubles sociaux en Ibérie.
Article détaillé : Conquête musulmane de l'Hispanie.

Le règne de Wamba (672-680) marque le début d'une période de difficultés. La Septimanie et les Vascons se soulèvent en 673. Une attaque de musulmans venus d'Afrique du Nord peut être repoussée quelques années plus tard, mais les échanges commerciaux avec l'Afrique sont interrompus. Enfin, au sein du Royaume, des épidémies de peste et de nombreuses tentatives de rébellion affaiblissent les deux principaux clans wisigoths, qui rivalisent pour placer leurs prétendants sur le trône.

En 710, la succession du roi Wittiza met pleinement en lumière ces luttes entre clans rivaux qui, au sein du palais, contrôlent le pouvoir. Écartant le fils de Wittiza, l'aristocratie acclame un chef militaire, Rodéric (ou Rodrigue), poussant ainsi le clan évincé à chercher un appui en Afrique où l'un de ses membres, Julien, est gouverneur de Ceuta. Profitant d'une campagne de Rodéric contre les Vascons dans le Nord de la péninsule, les musulmans débarquent dans la nuit du 27 au 28 avril 711 sur le rocher auquel leur chef, Tariq ibn Ziyad, aurait donné son nom (djebel Tariq, futur Gibraltar). Le roi se porte à leur rencontre et l'affrontement a lieu sur les rives du Guadalete, probablement le 23 juillet. Les fidèles de Wittiza désertent au milieu de la bataille et la disparition de Rodéric, dont on ne retrouva jamais le corps, est aussi celle du royaume wisigoth.

Dans la période troublée de l'établissement d'al-Andalus, les anciens représentants de l'Hispanie wisigothique portent deux noms : un de racine gotique et un de langue arabe. Ce qui illustre, dans une péninsule en pleine transition, l'absence de frontière culturelle précise et explique par exemple que la figure de proue symbolique de la Reconquista soit connue comme le Cid (de l'arabe سيدي, sidi, « mon seigneur »), lequel se fait connaître sous le nom de Rodrigo Diaz de Bivar sur les terres des royaumes chrétiens pendant les taïfas.

Liste des rois wisigoths

On peut définir trois époques : rois à Toulouse, puis rois de confession arienne à Tolède, et pour finir, rois de confession nicéenne.

Article détaillé : Liste des souverains wisigoths#Royaume wisigoth.

Postérité

Cette postérité concerne notamment les toponymes et les patronymes familiaux sur les terres où ils vécurent, doublées de transmissions linguistiques du gotique.

Notes et références

  1. (en) Barnish, S. J. B., Marazzi, Federico, 1962- et Center for Interdisciplinary Research on Social Stress., The Ostrogoths from the migration period to the sixth century : an ethnographic perspective, Boydell Press, , 497 p. (ISBN 1843830744 et 9781843830740, OCLC 57529703, lire en ligne), p. 368
  2. supra : Barnish, S. J. B., Marazzi, Federico ; p. 369
  3. (en) Collins, Roger, 1949-, Visigothic Spain, 409-711, Blackwell Pub, (ISBN 0631181857, 9780631181859 et 9781405149662, OCLC 52814206, lire en ligne), p. 44
  4. (es) Valdeón Baruque, Julio 1936-2009 et Juliá, Santos 1940-, Historia de España, Espasa, (ISBN 9788467043624 et 8467043628, OCLC 907028424, lire en ligne), p. 19-20
  5. (es) Gisela Ripoll López, « Características generales del poblamiento y la arqueología funeraria visigoda de Hispania » [PDF], Espacio, Tiempo y Forma, S. I, Prehist. y Arqueol., t. 2, 1989, págs. 389-418, p. 392.
  6. Rein Taagepera, « Size and Duration of Empires: Growth-Decline Curves, 600 B.C. to 600 A.D. », Social Science History, vol. 3, nos 3/4,‎ , p. 115 (DOI 10.2307/1170959, lire en ligne, consulté le 29 avril 2019)
  7. Georges Labouysse, Les Wisigoths, p. 41 à 43.
  8. a b c d et e Bruno Dumézil, « Les conversions forcées ont-elles existé ? », L'Histoire no 325, novembre 2007, p. 69-73.
  9. La volonté de résurgence d'une structure impériale était un symbole fort tout au long de l'Occident chrétien. L'empire d'Occident procède de cette perpétuation symbolique.
  10. Grégoire de Tours dans son Histoire des Francs (livre IX) donne quelques détails : « Les Goths, à cause des ravages que l’année précédente l’armée du roi Gontran avait exercés dans la Septimanie, firent une irruption dans la province d’Arles, enlevèrent beaucoup de butin, et emmenèrent captifs tous les habitants, jusqu’à dix mille de la ville. Ils prirent aussi un château nommé Beaucaire, désolèrent le pays et ses habitants, et s’en retournèrent sans avoir éprouvé aucune résistance. »
  11. Bernhard Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental, 430-1096, Peeters Publishers, 1960, p. 132. (ISBN 9042918799).

Voir aussi

Sources et bibliographie

  • Joël Schmidt, Le Royaume wisigoth d'Occitanie, 195 p., Éditions Perrin, Paris, 1992 (ISBN 2-262-00882-5).
  • Georges Labouysse, Les Wisigoths : peuple nomade - peuple souverain (Ier-VIIIe siècle), Portet-sur-Garonne, éd. Loubatières, , 2e éd., 204 p. (ISBN 978-2-86266-432-3).
  • Renée Mussot-Goulard, Les Goths, Éd. Atlantica, Biarritz, 1999.

Articles connexes

Lien externe