Hip-hop haïtien

Hip-hop haïtien
Hip-hop haïtien
Origines culturelles Drapeau d'Haïti Haïti
Instruments typiques Voix
Popularité Élevée en Haïti, faible à l'international

Le hip-hop haïtien, ou rap kreyòl, est un genre de hip-hop originaire de Haïti chanté par des rappeurs haïtiens[1]. Souvent, des beats hardcore sont utilisés accompagné de paroles en créole haïtien. Le rap kreyòl fait partie de la culture haïtienne depuis le début des années 1980 avec des groupes tels que Original Rap Staff, King Posee, Rap Kreyòl S.A., Masters of Haiti, Fighters, Blackdo, Fam-Squad, Supa Deno, Prince Berlin et Muzion qui atteignent le succès parmi la jeunesse haïtienne[2].

La plupart des rappeurs haïtiens ont eu une enfance et des conditions de vie difficiles et ont pour thème les problèmes socio-économiques dans leurs paroles[2]. D'une manière similaire au hip-hop mainstream américain, le rap kreyòl traite des aspects négatifs de la société haïtienne la moins fortunée.

Des exemples de hip-hop haïtien incluent les deux membres du groupe the Fugees, Wyclef Jean et son cousin Pras Michel. Christopher « Freedom » Laroche a publié son album Liberation 1804, Kerns (Mr OK) Olirice a publié son premier EP (Men Mwen) et des groupes comme Barikad Crew, Rockfam, Brimad, Rock-blood. Chale Republic, Pick Up Click, BriganDie, Team Lobey Dezod Beats et G Bobby Bon Flo,(pou plato centra en 2015,kerry-g) ont gagné en popularité en Haïti. Cependant, le père fondateur du hip-hop en Haïti est Master Dji, qui publiera la première chansons de rap haïtien au début des années 1980, et qui formera le groupe Rap Kreyòl S.A.

Notes et références

  1. (en) Erin Wildermuth, « American hip-hop in Haiti: Musical fusion or cultural conquest? », Washington Times, (consulté le 25 février 2014).
  2. a et b (en) Manuel, Peter with Kenneth Bilby, Michael Largey, « Caribbean Currents: Caribbean Music from Rumba to Reggae », (consulté le 20 janvier 2014), p. 156.