Heyrieux

Heyrieux
Heyrieux
La mairie.
Blason de Heyrieux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes des Collines du Nord Dauphiné
(siège)
Maire
Mandat
Daniel Angonin
2020-2026
Code postal 38540
Code commune 38189
Démographie
Population
municipale
4 731 hab. (2017 en augmentation de 1,22 % par rapport à 2012)
Densité 339 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 48″ nord, 5° 03′ 50″ est
Altitude Min. 259 m
Max. 381 m
Superficie 13,95 km2
Élections
Départementales Canton de La Verpillière
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Heyrieux
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Heyrieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Heyrieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Heyrieux
Liens
Site web www.heyrieux.fr

Heyrieux est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette commune, autrefois paroisse de la province royale du Dauphiné, est située dans la partie orientale de l'aire urbaine de Lyon. Elle héberge le siège de la communauté de communes des Collines du Nord Dauphiné qui comprend un total de dix communes.

Géographie

Situation et description

Heyrieux est située dans le Nord-Isère, aux limites du département du Rhône, à 25 kilomètres au sud-est de Lyon, entre les Alpes et la plaine de Lyon. Le bourg s'élève à une altitude de 295 m.

Communes limitrophes

Les communes voisines sont Grenay, Saint-Quentin Fallavier, Diémoz, Valencin et Saint-Pierre-de-Chandieu.

Géologie

Climat

La partie nord-ouest du département de l'Isère est formée de plaines à l'ambiance tempérée. Du fait du relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément.

Les étés sont chauds et plutôt secs, mais ils connaissent de nombreuses périodes orageuses. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie

Voies de communication

Transports publics

La commune est desservie par le réseau de transport de l'Isère (TransIsère). Une ligne régulière intercité, la ligne 2960 dessert cinq points d'arrêts dans la commune à destination de St-Jean-de-Bournay ou Gare Part Dieu Villette à Lyon. L'ancienne gare d'Heyrieux est fermée aux voyageurs.

Urbanisme

Vue aérienne du territoire d'Heyrieux

Morphologie urbaine

Logement

Quartiers, hameaux et lieux-dits

Risques naturels

Risques sismiques

L'ensemble du territoire de la commune d'Hyerieux est situé en zone de sismicité n°3 (modérée), comme la plupart des communes de son secteur géographique[1].

Terminologie des zones sismiques[2]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques

Toponymie

Heyrieux est un toponyme trouvant son origine dans le nom Ariacum, formé d’un nom d’homme romain Arrius[3] avec un suffixe – acum[4],[5]. Cette proposition est peu probable; en effet, la composition Ariacum suppose en latin un génitif ari et non Arrii. Heyrieux est une des enclaves savoyardes du Dauphiné, et par conséquent, il faut donc plutôt voir dans Ariacum la combinaison avec -acum d’un nom latin tardif arum,i, « territoire »[6].

Formes : Ariacum, IXe s.[4]

Histoire

Antiquité et Moyen Âge

Arrius est à l'origine un domaine gallo-romain qui porte le nom de son créateur. Les premières traces de ce domaine remonteraient au Ier siècle. Pendant des siècles, Heyrieux resta une fondation romaine paisible.

Cependant, le domaine commença à prendre une ampleur relative au Moyen Âge, période durant laquelle elle devint un bourg identifié sous le nom de Aireu ou Ayreu. En 1027, les comtes de Savoie acquirent de nombreux domaines dans le Dauphiné. En 1030 Heyrieux fit officiellement partie de cette enclave savoyarde.

En 1227, Heyrieux fut concédée aux moines de la chartreuse d'Aillon (le chemin de Savoyan, qui traverse le village encore de nos jours, partait d'Aillon en Savoie pour parvenir à Chaponnay). Le , le seigneur Jean de Chandieu accorda les "Libertés aux bourgeois d'Heyrieux" afin de permettre aux résidents de se constituer en communauté (chose relativement rare pour l'époque car les domaines étaient souvent soumis à une autorité supérieure). Par ailleurs, le mot « bourgeois » n'avait pas la même connotation de richesse qu'aujourd'hui, celui-ci comprenait davantage la notion de « résident ». Les libertés accordées par Jean de Chandieu furent confirmées quelques mois plus tard, le , par Édouard comte de Savoie.

Au cours de l'année 1349, le royaume de France annexa le Dauphiné. Sept ans plus tard, en janvier 1356, l'enclave savoyarde, dont Heyrieux faisait partie, fut concédée au Dauphiné et par conséquent au royaume de France.

Temps Modernes et Époque contemporaine

En 1544, François Ier de France instaura à travers une lettre patente les foires de la Madeleine () et de la Sainte-Catherine (), toujours actives de nos jours, ainsi que le marché hebdomadaire du vendredi. Pour expliquer l'octroi de ces foires et du marché, il faut se souvenir de deux faits :

  • François 1er est à moitié savoisien par sa mère, fille du duc de Savoie ; les comtes de Savoie furent pendant près de trois siècles les suzerains d'Heyrieux ; donc un descendant des comtes de Savoie, devenu roi de France, accorde des privilèges à une possession ancestrale.
  • Il doit certaines faveurs aux marchands de Lyon dont certains doivent avoir un lien, ou résider, à Heyrieux.

Alors que le village ne comptait que 270 habitants en 1750, ce fut alors le Temps des Loups, période durant laquelle entre 1752 et 1754, des centaines de chasseurs de loups se réunirent à Heyrieux afin de traquer et d'exterminer les loups des bois environnants. En effet, on estimait à l'époque que cet animal était responsable de multiples attaques contre les hommes ou leurs troupeaux. Ainsi, la plus grande battue recensée fut celle du , près de 2000 chasseurs traquèrent les loups en même temps. Par la suite, de nombreux chasseurs de loups restèrent à Heyrieux, ceci explique l'augmentation significative d'habitants durant cette période puisqu'en 1791, le village comptait 1282 habitants.

Politique et administration

Mairie d'Heyrieux

Administration municipale

En 2020, le conseil municipal d'Heyrieux est constitué de membres dont un maire (également vice-président de la Communauté de Communes) de neuf adjoints au maire et dix-sept conseillers municipaux[7] .

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Lucien Tardy FGDS-PS Conseiller général du Canton d'Heyrieux (1967-1973)
mars 1983 juin 1995 René Hustache    
juin 1995 mars 2008 Gérard Thollot    
mars 2008 En cours Daniel Angonin Sans étiquette Retraité Fonction publique[8]

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 4 731 habitants[Note 1], en augmentation de 1,22 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2321 3381 4271 5391 4241 4901 5201 5601 416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3621 3691 3551 4651 5351 5411 5171 5081 510
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5051 5081 4461 1011 1161 2051 2231 2731 346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 4751 7332 4733 2703 8724 1634 5874 6464 705
2013 2017 - - - - - - -
4 6404 731-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipements culturels et sportifs

Médias

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité de la commune et de la communauté de communes, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes

Économie

Culture et patrimoine

Lieux et monuments

Heyrieux compte parmi ses monuments le château du Bourg et le manoir Le Colombier (tous deux datés du XVe siècle), le château de Maille (XVIIIe siècle), l'église ainsi que l'oratoire Notre-Dame-de-la-Salette (XIXe siècle).

Le château de Rajat est situé aux limites du territoire communal, la plus grande partie du bâtiment et du domaine étant situé sur le territoire de la commune de Saint-Pierre-de-Chandieu, située dans le département du Rhône[13].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Espaces verts et fleurissement

En , la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[14].

Personnalités liées à la commune

Jumelages

Héraldique

Blason de Heyrieux Blason
Écartelé : au premier de gueules au lion d'or paré d'azur, au deuxième d'azur à un chevron d'argent accompagné de deux croissants d'argent, en pointe d'un lion d'or, au troisième d'azur à la bande d'or, accompagné de 6 losanges, de même, trois en chef, en orle, trois pointes en bande, et au quatrième d'or au dauphin d'azur, crêté, oreillé et barbelé de gueules ; à la croix astrée d'argent brochant sur le tout[16].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  2. [1]
  3. Marie-Thérèse Morlet, Les Noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, 3 volumes, 1968, 1972, 1985, II, 20a, p. xx[réf. non conforme]
  4. a et b A. Dauzat & Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Guénégaud, Paris, 1978
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, 2, 3, Droz, Genève,1990-1 p. xx[réf. non conforme]
  6. Du Cange, Carolus du Fresne., Caroli Du Fresne, Domini Du Cange, Regi à Consiliis, & Franciæ apud Ambianos Quæstoris, Glossarium ad Scriptores Mediæ & Infimæ Latinitatis : In Qvo Latina Vocabula novatæ significationis, aut usus rarioris, Barbara & Exotica explicantur, eorum Notiones & Originationes reteguntur ... ; E libris editis, ineditis, aliisque monumentis cùm publicis, tum privatis. Accedit Dissertatio de Imperatorum Constantinopolitanorum, seu de inferioris ævi, vel Imperii, uti vocant, Numismatibus., Zunner, (OCLC 249014619, lire en ligne)
  7. Site heyrieux.fr, page sur le conseil municipal, consulté le 1er septembre 2020
  8. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/heyrieux,38189/
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. site de la commune d'Heyrieux, page sur le château de Rajat, consulté le 1er septembre 2020.
  14. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).
  15. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  16. Site de la commune d'Heyrieux

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes