Henry du Buit

Henry du Buit
Biographie
Naissance
Décès
(à 81 ans)
Versailles
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Charles Henry du Buit, né le 1 juillet 1837 à Mulhouse et mort le 8 janvier 1919 à Versailles, est un avocat français, spécialisé en matière financière, bâtonnier de Paris de 1891 à 1893.

Biographie

Élève du lycée Louis-le-Grand, il devient en 1848 secrétaire du ministre Marie, président de l'Assemblée constituante. Docteur en droit, il devient avocat à la cour d’appel de Paris en 1858.

Chef d'escadron d'État-major à l'Armée de Bretagne en 1870.

Membre du Conseil de discipline de l'ordre des avocats près la Cour d'appel de Paris et du Conseil de l'Ordre de 1880 à 1904, il fut bâtonnier de Paris de 1891 à 1893 et président du Comité consultatif du contentieux à la Préfecture de Paris.

Il refusa de défendre Zola dans son procès face aux institutions militaires.

Président de la Société de législation comparée et de l'Association des secrétaires et anciens secrétaires de la conférences des avocats.

Avocat d'affaires et orateur réputé, il fut entre autres l'avocat de la Ville de Paris, du ministère de l’Instruction publique, de la Préfecture de Paris, du Crédit lyonnais, et de plusieurs importantes compagnies d'assurances, sociétés financières et entreprises industrielles.

Raymond Poincaré et Manuel Fourcade intégrèrent son cabinet de la rue de Clichy.

Il est l'un des personnages du roman Les Vingt et un Jours d'un neurasthénique d'Octave Mirbeau.

Petit-fils de Jean Conrad Sengenwald, il fut marié à la sœur d'Ernest Camescasse ; il est le père de Jean du Buit[1] et le beau-père de Manuel Fourcade.

Principales affaires

Notes et références

Bibliographie

  • Pierre Larousse, Nouveau Larousse illustré, Librairie Larousse, 1898.
  • C.-E. Curinier, Dictionnaire national des contemporains : contenant les notices des membres de l'Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l'Académie de médecine..., t. 5, Paris, Office général d'éd. de librairie et d'impr.
  • François Roth, « Raymond Poincaré », Fayard, 2011.
  • Louis Rambaud, L'éloquence française: la chaire, le barreau, la tribune, vol. 2.
  • Vincent Wright, Éric Anceau, Les préfets de Gambetta, Presses Paris Sorbonne, 2007.
  • René-William Thoro, Barreau de Paris. Éloge de Du Buit, discours prononcé à l'ouverture de la conférence des avocats, le 5 décembre 1925, imp. Firmin-Didot, 1926.
  • Maxime Du Camp, Souvenirs d'un demi-siècle: La chute du Second Empire et la IIIe République, 1870-1882, Hachette, 1949.