Henri Parent

Henri Parent
Henri Parent
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Fratrie
Autres informations
Distinction
Chapelle de Jacques Charles Rossignol au cimetière du Père-Lachaise.

Henri Aubert Joseph Parent est un architecte français né à Valenciennes en 1819 et mort à Paris en 1895.

Biographie

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Fils aîné de l'architecte Aubert Parent (1753-1835), frère de l'architecte Clément Parent (1823-1884), Henri Parent épousa Thérèse Deydier. Il restaura et transforma de nombreux hôtels particuliers du Faubourg Saint-Germain pour les grandes familles de l'aristocratie française.

Henri Parent construit de 1858 à 1861 le Chateau de La Jumellière, en Anjou, La Jumellière, (Maine-et-Loire), pour le comte Armand-Urbain de Maillé et de son épouse Jeanne Lebrun de Plaisance. Construit en briques et pierres, dans le style Louis XIII, reflet de l'architecture éclectique du second Empire et de l'art de vivre « à la campagne » de cette époque. Le rez-de-chaussée réservé à la vie privée, aux réceptions, et à la gestion du Domaine. Entrée par le hall et l'escalier d'honneur monumental en bois d'if, le premier étage, très moderne pour cette époque, avec des appartements, ayant tout le confort moderne de cette époque où il fallait concilier la convenance et la commodité. Le second étage, puis l'étage de chambres de service au niveau des toitures à l'impériale, le tout complété par un sous sol où sont situées les cuisines. Le parti architectural est audacieux pour cette époque, mais c'est le choix des commanditaires. Les façades sont ornées de sculptures en tuffeau représentant la louve de Plaisance,les moulurations autour des fenêtres, les armoiries, et des influences historicistes et maniéristes en vogue au XIXe siècle. L'ensemble comporte des pavillons d'entrée, un pavillon de jardinier. Un parc romantique avec grotte, serres, glacière, étang, rivière. Les écuries plus tardives sont dues à l'architecte Samson et le parc où Duchesne est intervenu. Cette terre est restée dans la même famille depuis le XIIe siècle.[réf. nécessaire]

Il travailla en particulier à l'hôtel de La Rochefoucauld-Doudeauville, 47 rue de Varenne (7e arrondissement), transformé pour le duc de la Rochefoucauld-Doudeauville : remontage de lambris provenant du château de Bercy, création d'une chapelle, d'un jardin d'hiver, d'une salle à manger, de plusieurs écuries pour vingt-cinq chevaux, de deux remises pour huit voitures, de deux selleries et d'un escalier d'honneur plaqué de marbres polychromes inspiré de l'escalier de la Reine de Versailles (aujourd'hui ambassade d'Italie).

Il construisit de très luxueuses résidences parisiennes :

Entre 1865 et 1867, il transforma le manoir de Kéruzoret en Plouvorn en château de style néogothique[1]. Il réalisa le tombeau d'Émile Menier, surnommé par une des châtelaines de Guermantes « le baron Cacao »[réf. nécessaire] au cimetière du Père-Lachaise (1887).

Il reconstruit en 1869 en Maine-et-Loire le château de la Morosière (résidence du chef vendéen, Jean Stofflet).

Dans le domaine de l'architecture publique, Parent conçoit avec Arthur-Stanislas Diet le musée de Picardie à Amiens construit entre 1855 et 1864. Ce bâtiment, dont la façade est rythmée par un pavillon central coiffé d'un dôme et deux pavillons d'angle en saillie, rappelle l'architecture de Philibert Delorme et Jean Bullant au palais des Tuileries à Paris, elle-même reprise à la même époque par Louis Visconti et Hector-Martin Lefuel pour la cour Napoléon du nouveau Louvre de Napoléon III.

Parent fut en outre classé second, derrière Charles Garnier, au concours d'architecture pour la construction du nouvel Opéra de Paris.

Avec son frère Clément Parent, il restaura les châteaux d'Ancy-le-Franc pour la famille de Clermont-Tonnerre, d'Esclimont et de Bonnétable, de la Vallée aux Loups pour les ducs de La Rochefoucauld-Doudeauville.

Notes et références