Helmuth Duckadam

Helmuth Duckadam
Image illustrative de l'article Helmuth Duckadam
Duckadam en 1986
Biographie
Nationalité Drapeau : Roumanie Roumain
Naissance (58 ans)
Lieu Semlac, Județ d'Arad
Taille 1,93 m (6 4)
Période pro. 1978-1991
Poste Gardien de but
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1978-1982 Drapeau : République socialiste de Roumanie UT Arad
1982-1986 Drapeau : République socialiste de Roumanie Steaua Bucarest 105 0(0)
1989-1991 Drapeau : Roumanie Vagonul Arad
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1982 Drapeau : République socialiste de Roumanie Roumanie 2 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Helmuth Duckadam, né le à Semlac  (Roumanie), est un footballeur roumain.

Il évoluait au poste de gardien de but, notamment au Steaua Bucarest avec lequel il remporte la Coupe des clubs champions européens 1985-1986. La finale, au cours de laquelle il est décisif, marque la fin de sa carrière au haut niveau.

Biographie

Duckadam commence sa carrière dans la ligue régionale du Judet d'Arad, avant de signer à l'UT Arad en 1978 et de devenir professionnel. En 1982, il est sélectionné à deux reprises pour l'équipe de Roumanie et signe par la suite au Steaua Bucarest[1].

Il est le gardien du Steaua Bucarest lors de la finale de la coupe d'Europe des clubs Champions jouée à Séville en mai 1986 contre le FC Barcelone. Les équipes ne parvenant pas à se départager dans le cours du jeu (0-0), la victoire se joue lors d'une séance de tirs au but. Duckadam arrête les quatre tirs au but consécutifs de José Ramón Alexanko, Ángel Pedraza, Pichi Alonso et Marcos Alonso, devenant le premier à réaliser cet exploit au cours d'une compétition européenne officielle. Il est surnommé « le héros de Séville ». Le Steaua devient le premier club d'Europe de l'Est à remporter la plus prestigieuse compétition européenne (2 tirs au but à zéro : six des huit tirs ont été arrêtés)[2],[3].

En 1986, quelques semaines après la finale, il souffre d'une thrombose au bras droit, et évite même de peu l'amputation. Il doit interrompre brusquement sa carrière. Duckadam ne rejoua au football qu'à partir de 1989, dans les divisions inférieures du football roumain[1].

Une version différente peu connue du public roumain mais elle n'a pas été confirmée par l'intéressé, y compris après la chute du régime de Ceaucescu est exposé par un journaliste français (D. Paganelli, Libre arbitre, Actes Sud, 2006). Juste après le match contre Barcelone, le président du Real Madrid aurait contacté le Roumain pour le récompenser d'avoir contribué à la défaite de l'équipe concurrente. Il lui aurait offert une Mercedes. Lors de son retour à Bucarest, Duckadam aurait été convoqué par Nicu Ceaucescu, le fils du dictateur. Celui-ci lui aurait demandé la voiture en question, avant même que le footballeur ne l'ait reçue. Fort de son succès, Duckadam aurait refusé. Mais par la suite il aurait reçu la visite des sbires de la Securitate : « Avec méthode et application, ils se sont occupés du héros de Séville, en lui retournant un à un les doigts et en brisant ses poignets »[2].

En 2010, il est nommé président du Steaua Bucarest[4].

Carrière

Palmarès

Club

Steaua Bucarest

Distinctions personnelles

Références

  1. a et b (en) « Helmuth Duckadam », sur national-football-teams.com (consulté le 19 décembre 2014)
  2. a et b Marcelo Assaf et Thomas Goubin, « Intercontinentale : Mais où était Duckadam ? », So Foot.com, (consulté le 19 décembre 2014)
  3. (en) « Duckadam inspires Steaua », UEFA.com, (consulté le 19 décembre 2014)
  4. (en) « Duckadam appointed Steaua president », sur FIFA.com, AFP, (consulté le 19 décembre 2014)