Harry Potter

Harry Potter
Image illustrative de l'article Harry Potter

Auteur J. K. Rowling
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Fantasy (low fantasy)
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre Harry Potter
Éditeur Bloomsbury Publishing
Lieu de parution Londres
Date de parution 19972007 (saga originale)
2016 (pièce de théâtre)
Ouvrages du cycle Série romanesque :
1. The Philosopher's Stone
2. The Chamber of Secrets
3. The Prisoner of Azkaban
4. The Goblet of Fire
5. The Order of the Phoenix
6. The Half-Blood Prince
7. The Deathly Hallows

Suite théâtrale :
8. The Cursed Child
Version française
Traducteur Jean-François Ménard
Éditeur Gallimard Jeunesse
Lieu de parution Paris
Date de parution 19982007 (saga originale)
2016 (pièce de théâtre)
Ouvrages du cycle Série romanesque :
1. À l’école des sorciers
2. La Chambre des secrets
3. Le Prisonnier d'Azkaban
4. La Coupe de feu
5. L'Ordre du phénix
6. Le Prince de sang-mêlé
7. Les Reliques de la Mort

Suite théâtrale :
8. L'Enfant maudit

Harry Potter est une série littéraire de fantasy écrite par l'auteure britannique J. K. Rowling, dont la suite romanesque s'est achevée en 2007. Une pièce de théâtre, considérée comme la « huitième histoire » officielle, a été jouée et publiée en 2016. Les livres et le script de la pièce ont été traduits en français par Jean-François Ménard.

La série de sept romans raconte les aventures d'un jeune sorcier nommé Harry Potter et de ses amis Ron Weasley et Hermione Granger à l'école de sorcellerie Poudlard, dirigée par Albus Dumbledore. L'intrigue principale de la série met en scène le combat de Harry contre Lord Voldemort, un mage noir à la recherche de l'immortalité ayant autrefois assassiné ses parents. À la tête de ses fidèles adeptes, les Mangemorts, Voldemort cherche depuis des décennies à acquérir le pouvoir absolu sur le monde des sorciers et des moldus, les humains sans pouvoirs magiques.

Ancrés dans la société britannique des années 1990, les romans appartiennent au genre low fantasy et comportent de nombreux aspects du roman d'apprentissage. Le personnage principal évolue tout d'abord dans un monde dépourvu de magie, puis découvre peu à peu ses capacités, son héritage et ses responsabilités. Tandis que le premier roman établit les bases d'un univers magique librement inspiré des contes et du folklore britannique, l'intrigue gagne en profondeur au fil des romans, abordant des sujets comme la mort ou le libre arbitre. Cela, sans parler des accusations à propos de la sorcellerie, a donné lieu à plusieurs controverses.

Depuis la sortie du premier roman, Harry Potter à l'école des sorciers, le , les livres ont gagné une immense popularité, représenté un succès commercial et ont été acclamés par la critique. En janvier 2016, ils avaient été vendus à plus de 450 millions d'exemplaires et traduits dans près de 75 langues, faisant de cette série la plus vendue de l'histoire de la littérature. J. K. Rowling figure désormais parmi les auteurs britanniques les plus lus de la planète avec William Shakespeare et Agatha Christie.

Huit films à succès (le dernier roman ayant été scindé au cinéma en deux parties), rapportent au total plus de 8 milliards de dollars et accèdent à la seconde place des franchises les plus rentables de tous les temps après celle de l'univers Marvel. Des jeux vidéo et de nombreux autres produits dérivés ont également été adaptés de la série, sans compter les parcs d'attraction, expositions et plateformes numériques. La pièce de théâtre Harry Potter et l'Enfant maudit, jouée en juillet 2016 à Londres, met en scène les personnages de la saga originale et leurs enfants, narrant leurs aventures dix-neuf ans après la fin du dernier tome.

Harry Potter

Sommaire

Présentation

Série romanesque

Les sept romans originaux ont été publiés entre 1997 et 2007[1],[2].

L'histoire, se situant dans les années 1990[3],[4], raconte la jeunesse de Harry Potter, sorcier orphelin élevé sans affection ni considération par la seule famille vivante qu'il lui reste : son oncle et sa tante moldus (sans pouvoirs magiques). Le garçon découvre son identité de sorcier[a 1], son héritage tragique[a 2] et la responsabilité qui lui revient[e 1].

Harry est considéré comme « le survivant[a 3] » depuis que ses parents Lily Evans et James Potter ont été assassinés. Le puissant mage noir Lord Voldemort les a tués dix ans plus tôt alors que Harry, qui n'était alors qu'un bébé, est parvenu à échapper de manière très inattendue au sortilège de la mort[a 4]. La tentative de meurtre était motivée par une prophétie annonçant à première vue que Harry anéantirait un jour les pouvoirs de Voldemort[e 2]. Cependant, le sortilège lancé par Voldemort sur l'enfant se retourne inexplicablement contre son lanceur et le désintègre, laissant le garçon intact avec pour seule trace de cet événement une cicatrice en forme d’éclair sur le front[a 5]. Le garçon devient par conséquent très célèbre parmi les sorciers, tandis qu'il demeure ordinaire chez les Moldus.

Chacun des romans se déroule pendant une année scolaire[1], tout au long de la jeunesse de Harry. Durant ces sept ans, le jeune sorcier va notamment assister au retour de Voldemort[d 1] et à sa seconde ascension vers le pouvoir, et le combattre jusqu'à l'affrontement final du septième et dernier tome[g 1].

Harry Potter à l'école des sorciers (1997)

Un château en pierres grises situé en hauteur sur un rocher et hérissé de nombreuses tours pointues
Réplique du château de Poudlard à Universal's Islands of Adventure.

L'intrigue du premier roman débute durant l'été 1991. Peu avant son onzième anniversaire, Harry reçoit une lettre l'invitant à se présenter lors de la rentrée des classes à l'école de sorcellerie de Poudlard[a 6]. Malgré les tentatives de son oncle et de sa tante pour l'empêcher de s'y rendre, Rubeus Hagrid, un « demi-géant » envoyé par le directeur de Poudlard, Albus Dumbledore[a 7], va faire découvrir à Harry le monde des sorciers et l'amener à se rendre à la gare de King's Cross de Londres, où il prendra le Poudlard Express qui le conduira jusqu'à sa nouvelle école. Une fois à Poudlard, Harry apprend à maîtriser et utiliser les pouvoirs magiques qu'il possède et se fait deux amis inséparables : Ronald Weasley et Hermione Granger[a 8]. Le trio tente d'empêcher Voldemort de s'emparer de la pierre philosophale de Nicolas Flamel, conservée sous bonne garde à Poudlard[a 9].

Harry Potter et la Chambre des secrets (1998)

L'année suivante, Harry et ses amis doivent faire face à une nouvelle menace à Poudlard. La fameuse Chambre des secrets, bâtie plusieurs siècles plus tôt par l'un des fondateurs de l'école, Salazar Serpentard, aurait été rouverte par son « héritier »[b 1]. Une Chambre qui, selon la légende, contiendrait un gigantesque monstre destiné à tuer les enfants moldus acceptés à l'école contre le souhait de Serpentard[b 2]. Hermione, née de parents moldus, se retrouve elle aussi menacée. Harry, sachant parler le fourchelang, est accusé en premier lieu d'être l'héritier de Serpentard par la plupart des élèves[b 3], tandis que Ginny Weasley, la sœur de Ron, est curieusement manipulée par un journal intime ayant appartenu à un certain Tom Jedusor. Harry apprend par la suite que Jedusor et Voldemort sont une seule et même personne, et que Jedusor est le véritable héritier de Serpentard, agissant sur l'école par le biais de ses souvenirs conservés dans son journal[b 4].

Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban (1999)

Un stand de vente de bièraubeurres de couleur rouge, devant des maisons de village penchées aux toits enneigés
Le village de Pré-au-Lard construit à Universal's Islands of Adventure.

À l'été 1993, les sorciers, ainsi que les Moldus, sont informés de l'évasion de prison d'un dangereux criminel nommé Sirius Black. Un peu plus tard, Harry apprend que la motivation de Black est de le tuer afin de permettre à Voldemort, son maître, de retrouver l'étendue de son pouvoir[c 1]. Un important dispositif de sécurité est donc mis en place à Poudlard pour assurer la protection de Harry durant l'année. En parallèle, celui-ci fait la connaissance de son nouveau professeur de défense contre les forces du mal, le professeur Lupin, un ancien ami de ses parents et dont il devient très proche[c 2]. Harry utilise régulièrement la cape d'invisibilité de son père ainsi que la carte du Maraudeur pour explorer les recoins méconnus du château et se rendre au village voisin de Pré-au-Lard[c 3], malgré son interdiction de quitter l'école. En fin d'année, Sirius Black parvient à attirer Harry, Ron et Hermione à l'extérieur de l'école et, en présence de Lupin qui vient les retrouver, leur explique les réelles motivations de son évasion : retrouver et tuer Peter Pettigrow, un sorcier qui se cache depuis douze ans sous l'apparence du rat de compagnie de Ron[c 4]. Selon Black, Pettigrow serait le responsable de la trahison de James et Lily Potter. Avant de mourir, ceux-ci avaient fait de Sirius Black leur témoin de mariage et le parrain de leur fils, Harry[c 5].

Harry Potter et la Coupe de feu (2000)

Article détaillé : Harry Potter et la Coupe de feu.

Dans l'intrigue du quatrième roman, une édition du célèbre tournoi des Trois Sorciers se déroule exceptionnellement à Poudlard et deux autres délégations européennes se rendent sur place pour participer à la compétition : des élèves de l'Académie de magie Beauxbâtons et ceux de l'Institut Durmstrang[d 2]. La Coupe de feu, juge impartiale chargée de sélectionner le champion de chaque école, choisit exceptionnellement deux champions pour Poudlard : Cedric Diggory et Harry Potter, ce dernier n'ayant pourtant pas l'âge requis pour participer à la compétition[d 3]. Mais le règlement est strict et stipule que les organisateurs doivent obéir au choix de la Coupe de feu. Par conséquent, Harry se voit contraint de participer au tournoi, qui se déroule sur trois épreuves réparties sur l’année. La première consiste à récupérer un œuf d'or protégé par un dragon[d 4], la seconde à récupérer une personne aimée au fond du lac de Poudlard[d 5] et la dernière, à progresser dans un labyrinthe à obstacles pour atteindre le trophée de la victoire dissimulé à l'intérieur[d 6]. Alors que Harry et Cedric saisissent le trophée en même temps, ils sont téléportés auprès de Peter Pettigrow. Après avoir tué Cedric Diggory[d 7], Pettigrow utilise le sang de Harry pour faire renaître Voldemort et ôter au garçon sa protection naturelle l'ayant immunisé jusqu'alors contre les pouvoirs du mage noir[d 8]. Harry affronte Voldemort qui a repris forme humaine, mais parvient à lui échapper en attrapant une nouvelle fois le trophée qui le ramène à Poudlard. Convaincu par le récit de Harry, Dumbledore décide de reformer une ancienne organisation qui avait pris fin à la première chute de Voldemort, quinze ans plus tôt. Il fait alors appel à ses anciens membres, notamment Sirius Black, Remus Lupin, Severus Rogue, le professeur McGonagall et la famille Weasley[d 9].

Harry Potter et l'Ordre du phénix (2003)

Article détaillé : Harry Potter et l'Ordre du phénix.

Au début de ce cinquième roman, Harry retrouve son parrain Sirius, Lupin, Hermione et la famille Weasley au 12 square Grimmaurd, qui devient le quartier général de l'Ordre du Phénix[e 3], l'organisation fondée par Dumbledore au moment de la première ascension de Voldemort. Le ministère de la Magie de son côté, malgré les événements de l’an passé, refuse d'admettre le retour du mage noir. Harry, Ron et Hermione retournent à Poudlard, où un nouveau professeur de défense contre les forces du mal, Dolores Ombrage, engagée par le ministre de la Magie lui-même[e 4], ne tarde pas à instaurer des règles très strictes sur l'école, interdisant aux élèves de pratiquer la magie[e 5], de se rassembler en groupe[e 6] ou de lire certains articles de presse défendant le point de vue de Harry Potter sur le retour de Voldemort[e 7]. Hermione décide d'agir et de fonder une seconde organisation au sein-même de l'école, l'Armée de Dumbledore[e 8], pour contrer Ombrage et inciter les élèves volontaires à pratiquer la magie pour apprendre à se défendre face aux dangers extérieurs que les autorités souhaitent taire. À la fin de l'année, piégé par Voldemort, Harry se rend au ministère de la Magie où il pense que son parrain est détenu et torturé[e 9]. Il est accompagné de Ron, Hermione, Ginny Weasley, Luna Lovegood et Neville Londubat[e 10]. Severus Rogue prévient les autres membres de l’Ordre[e 11], qui se précipitent au secours de Harry et de ses amis aux prises avec les mangemorts. Sirius Black meurt durant la bataille[e 12], tué par sa propre cousine et bras droit de Voldemort. De retour à Poudlard, Harry apprend le contenu de la prophétie qui le concernait depuis sa naissance : il est la seule personne à avoir une chance de vaincre définitivement Voldemort[e 13]. Après les événements du ministère dont il a été témoin, le ministre Cornelius Fudge admet enfin le retour de Voldemort et la deuxième guerre débute officiellement[e 14].

Harry Potter et le Prince de sang-mêlé (2005)

Une reliure usée comportant un dessin de chaudron fumant sur le plat supérieur, entourée de fioles
Le livre du Prince de sang-mêlé aux studios Harry Potter.

L'intrigue de ce sixième roman se concentre davantage sur l'histoire de Voldemort. Un passé que Harry et Dumbledore éclaircissent en visionnant les souvenirs des personnes ayant fréquenté le mage noir durant sa jeunesse[f 1]. Ils apprennent ainsi l'existence des horcruxes[f 2], des fragments d'âmes de Voldemort que celui-ci aurait réparti en différents objets, et dont leur simple existence le rendrait immortel[f 3]. En parallèle, durant ses cours de potions, Harry récupère un vieux manuel ayant appartenu à un certain « Prince de sang-mêlé ». Le livre regorge d'une multitude de conseils et de notes ajoutés à la main par son ancien propriétaire (qui n'était autre que Severus Rogue[f 4]), et grâce auxquels Harry obtient d'extraordinaires résultats. Par ailleurs, le professeur Rogue se voit chargé d'une mission par Dumbledore, à l'insu des autres membres de l'Ordre[f 5] (et du lecteur, qui n'apprend ces détails qu'à la fin du dernier roman). Le directeur sait que le jeune Drago Malefoy a été chargé par Voldemort de le tuer. Se sachant condamné depuis sa manipulation de l'un des horcruxes, Dumbledore demande au professeur d'intervenir à la place de Drago en temps voulu[g 2], permettant dans un même temps à Rogue de demeurer crédible aux yeux de Voldemort (qui pense l'avoir enrôlé). Rogue engage sa parole auprès de Dumbledore, qui ne lui laisse guère le choix[g 3]. Lorsque le directeur et Harry reviennent d'une expédition avec un nouvel horcruxe, l'école est attaquée par des mangemorts, que Drago Malefoy est parvenu à faire entrer[f 6]. Se trouvant face à Dumbledore, Malefoy hésite. Dumbledore fait alors signe à Rogue, qui tue le directeur sous les yeux de Harry alors que ce dernier ignore tout de leur arrangement[f 7]. Harry poursuit Rogue et les autres mangemorts en fuite avec acharnement. Rogue l'empêche de combattre, puis disparaît, laissant Harry, les autres élèves et tout le personnel de Poudlard pleurer la perte du plus grand sorcier de sa génération et principal obstacle de Voldemort[f 8].

Harry Potter et les Reliques de la Mort (2007)

Symbole des Reliques de la Mort : un trait vertical (représentant la baguette), pris au 2/3 dans un cercle (représentant la pierre), le tout pris dans un triangle (représentant la cape)
Symbole des Reliques de la Mort.

Harry, Ron et Hermione, âgés à présent de 17 ans, décident de ne pas retourner à Poudlard et de se consacrer entièrement à la recherche des horcruxes. Ils trouvent le médaillon de Serpentard au ministère de la Magie[g 4] et apprennent que l'épée de Gryffondor a permis à Dumbledore de briser la bague horcruxe des Gaunt l'année précédente[g 5]. Severus Rogue, par le biais de son patronus, guide Harry jusqu'à la cachette de l'épée[g 6] et Ron s'en sert pour détruire le médaillon[g 7]. En parallèle, le trio apprend l'existence de trois reliques très puissantes : la baguette de sureau (dont Voldemort serait déjà en possession), la pierre de Résurrection et la cape d'invisibilité (dont Harry a hérité), faisant du sorcier qui les possède un « Maître de la mort »[g 8]. Leur quête des horcruxes finit par les ramener à Poudlard où l'un d'eux est caché. Le trio retourne donc au château, très vite attaqué par Voldemort et ses partisans. Hermione détruit la Coupe horcruxe de Poufsouffle[g 9] et Harry trouve dans la Salle sur Demande le diadème horcruxe de Serdaigle, qui est également détruit[g 10]. Remus Lupin[g 11], Tonks[g 11] et Fred Weasley[g 12] sont tués dans la bataille. En voulant s'approcher du serpent de Voldemort (et dernier horcruxe), Harry, Ron et Hermione sont témoins de l'attaque mortelle infligée à Severus Rogue[g 13]. Avant de mourir, le professeur confie ses souvenirs à Harry, lui prouve son allégeance, son amour envers sa mère Lily Potter et lui montre la clé de sa victoire contre Voldemort : Harry doit mourir, car il constitue lui-même un horcruxe involontaire depuis le jour où Voldemort a tenté de le tuer alors qu'il n'était qu'un bébé[g 14]. Résigné, Harry se rend à Voldemort dans la forêt interdite. En utilisant la pierre de Résurrection qu'il trouve à l'intérieur du vif d'or, il fait réapparaître brièvement ses parents, ainsi que Sirius Black et Remus Lupin, qui le soutiennent et le rassurent sur la perspective de la mort[g 15]. Mais Harry, une nouvelle fois, survit au sortilège de Voldemort. En ayant utilisé le sang de Harry pour recréer son corps après le tournoi des Trois Sorciers, Voldemort aurait transféré en lui-même une partie du charme de protection que Lily Potter avait transmis à son fils[g 16]. Par conséquent, tant que ce charme est présent dans le corps de Voldemort (tant qu'il existe), Harry ne peut mourir. Neville Londubat tire l'épée de Gryffondor du Choixpeau magique et s'en sert pour décapiter le serpent. Tous les horcruxes à présent détruits, Voldemort redevient par conséquent un simple mortel. La rencontre des deux sortilèges de Harry et de Voldemort fait voler la baguette de sureau des mains du mage noir, la baguette refusant de tuer Harry, son maître légitime et le seul à avoir accepté la mort[g 17]. Voldemort est tué par son propre maléfice[g 1].

Suite théâtrale

Article détaillé : Harry Potter et l'Enfant maudit.

La pièce de théâtre, dont le script du dramaturge Jack Thorne[5] a été publié en 2016, presque dix ans après Harry Potter et les Reliques de la Mort, est présentée par l'éditeur comme « huitième histoire[6] », sans faire mention de huitième « livre » ou « tome » de la saga. J. K. Rowling a précisé par ailleurs qu'il s'agissait d'un script et non d'un roman[7].

L'intrigue de la pièce débute en 2017, soit 19 ans après l'affrontement final entre Harry et Voldemort, et narre principalement les aventures de l'un des enfants de Harry, Albus Potter, et de son ami Scorpius Malefoy, en mettant en scène certains des personnages de la série originale[8].

Chronologie sélective

L'intrigue principale de Harry Potter s'étend sur sept romans, chacun se déroulant sur une année scolaire. Même si J. K. Rowling n'indique jamais explicitement en quelle année se déroule son récit, elle a laissé suffisamment d'indices pour que l'on puisse affirmer que cette intrigue principale se déroule entre le 23 juin 1991[3] (réveil de Harry Potter le jour du 11e anniversaire de son cousin Dudley), et le 2 mai 1998[4] (jour de la mort de Voldemort).

Un événement permet d'établir une chronologie : le décès de Sir Nicholas de Mimsy-Porpington, qui aurait eu lieu le 31 octobre 1492[b 5] selon l'intrigue du second roman, Harry Potter et la Chambre des secrets. Le fantôme fêtant son « cinq-centième anniversaire de mort »[b 6], la deuxième année scolaire est donc fixée à 1992 - 1993. Les indications sur la tombe de James et Lily Potter dans le septième roman[g 18] confirment ces suppositions. Certains événements importants, directement liés au récit et se déroulant avant 1991, sont également mentionnés.

Une illustration en noir et blanc à l'encre de Chine représentant une femme avec foulard, perles, une grande masse de cheveux et de grosses lunettes noires, tenant une sphère entre ses mains
Le professeur Trelawney et la prophétie, plume et encre de Chine (Mademoiselle Ortie).

L'épilogue de la série romanesque (à la fin de Harry Potter et les Reliques de la Mort), ainsi que les événements de la suite théâtrale proposée par Jack Thorne, se déroulent quant à eux à partir de septembre 2017, soit dix-neuf ans après la bataille de Poudlard.

Analyse

Structure et genre

Une gravure sur bois montrant quelques scènes d'internat (étudiants attablés, grand escalier, bâtiment en pierre, etc.)
Gravure sur bois représentant la vie en internat à la Charterhouse School (Surrey) en 1883.

Les romans Harry Potter appartiennent au genre « low fantasy », mais correspondent également par de nombreux aspects au roman d'apprentissage[15],[16]. Ils peuvent être assimilés à un genre littéraire britannique décrivant la vie en internat, dont les titres les plus emblématiques sont les romans d'Enid Blyton (Malory School, la série St. Clare's et The Naughtiest Girl) et ceux de Charles Hamilton sur le personnage de Billy Bunter[17]. En ce sens, ils sont dans la lignée directe de Tom Brown's School Days, de Thomas Hughes, et les autres romans des époques victorienne et édouardienne sur la vie à l'école publique britannique[18]. Dès 1974, la nouvelle In the House of Double Minds de Robert Silverberg expose la vie de jeunes oracles regroupés cycle par cycle dans un séminaire[19] à l'image des élèves de Poudlard.

L'histoire est écrite selon un point de vue narratif interne à la troisième personne : le narrateur limite les informations à ce que le personnage de Harry Potter comprend et connaît, à quelques exceptions (le premier chapitre de Harry Potter à l'école des sorciers[20] et Harry Potter et les Reliques de la Mort[21], et les deux premiers chapitres de Harry Potter et le Prince de sang-mêlé[22]).

Dans la partie centrale de chaque livre, la confrontation de Harry à divers problèmes le pousse à violer les règles de l'école. Les sanctions appliquées lorsqu'il se fait attraper sont comparables à celles décrites dans le genre du roman d'internat[17]. Le récit atteint son climax lors du dernier trimestre de l'année scolaire, durant la période des examens de fin d'année ou immédiatement après. Les événements dépassent alors largement le cadre scolaire et Harry se trouve confronté à Voldemort ou ses acolytes, avec un enjeu vital souligné par la mort d'un ou plusieurs personnages à la fin de chacun des quatre derniers romans[23]. Harry tire de ces événements d'importantes leçons grâce à un dialogue avec le directeur de l'école et mentor Albus Dumbledore.

Dans le roman final, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Harry et ses amis passent la majeure partie de leur temps hors de Poudlard, et n'y retournent que pour affronter Voldemort lors du dénouement de l'intrigue[24]. Conformément au format du roman d'initiation, Harry grandit prématurément dans le dernier roman, en perdant la chance de suivre sa dernière année d'études et se trouve dans la nécessité d'adopter un comportement adulte dont les décisions influencent tous les autres personnages – y compris les adultes[25].

Univers

Article détaillé : Univers de Harry Potter.

L'histoire de Harry Potter est ancrée dans la société britannique des années 1990[3],[4], regroupant des hommes et des femmes capables de magie, une faculté en général héréditaire mais qui peut aussi apparaître chez des enfants nés Moldus[a 8]. Le personnage de Harry Potter évolue tout d'abord dans un monde pouvant être considéré comme « normal », avant de découvrir le monde magique coexistant. Certains lieux « réels » servent donc également de support à l'intrigue, tels que le comté du Surrey où vivent les Dursley[a 16], la forêt de Dean ou encore la gare de King's Cross représentant la frontière symbolique entre le monde magique et le monde moldu[a 17]. Les sorciers vivent en effet parmi les Moldus, mais le « Code international du Secret magique » les oblige à cacher l'existence de la magie aux personnes qui en sont dépourvues[g 19].

L'action se déroule principalement au château médiéval[i 1] de Poudlard localisé dans les « hautes terres » d'Écosse[26], ainsi qu'aux environs de Londres et dans des villages fictifs de la campagne sud-anglaise[i 2] (Godric's Hollow, Little Hangleton, Tinworth). L'architecture visible dans les adaptations cinématographiques est une représentation fidèle :

« J'adore les décors des films. Ils reflètent vraiment ce qui a été dans mon imagination durant toutes ces années[27]. »

— J. K. Rowling

Le chef décorateur Stuart Craig attribue à l'univers une identité visuelle proche des styles Tudor[i 2], georgien[i 3] ou victorien[i 4]. Les rues commerçantes et villages tels que Pré-au-Lard ou le chemin de Traverse par exemple trouvent une inspiration très « dickensienne »[i 5]: « Les prémices de l'architecture victorienne défient la gravité de par leur inclinaison » explique Craig. « Les bâtiments du chemin de Traverse penchent si fort qu'ils donneraient l'impression de tomber[i 5] ».

Une illustration en noir et blanc représentant un grand chien fantôme vu par deux hommes
Le Sinistros s'inspire de la légende des chiens fantômes du Dartmoor.

La communauté magique de Grande-Bretagne dispose de sa propre organisation gouvernementale (le ministère de la Magie) avec ses propres lois, son système économique, ses médias (comme l'influente Gazette du sorcier) ou ses transports spécifiques (portoloins, réseau de cheminée, transplanage…). Le sport du monde sorcier, le quidditch (inspiré du basket-ball[28]), se pratique sur balais volants. Certains sorciers possèdent par ailleurs des aptitudes particulières, comme les animagi ayant la possibilité de se transformer en animaux, les métamorphomages pouvant changer d'apparence à volonté ou les fourchelangs, capables de communiquer avec les serpents. Les legilimens, comme Voldemort ou Albus Dumbledore, sont capables, s'ils le souhaitent, de s'introduire dans l'esprit d'une autre personne pour connaître ses pensées ou ses intentions. Les occlumens, comme le professeur Rogue, sont les seuls à pouvoir contrer cette faculté.

Le monde de J. K. Rowling est peuplé de créatures plus ou moins fantastiques. Certaines lui sont propres, comme les détraqueurs, les épouvantards ou les sombrals. D'autres comme le phénix, le basilic, les gobelins, les hippogriffes, les loups-garous ou encore le Sinistros, sont empruntés au folklore britannique ou à la mythologie. Selon l'auteure, le folklore britannique, tout en étant l'un des plus riche et varié au monde, conserve un côté « bâtard » résultant de la fusion des nombreuses cultures apportées par les envahisseurs et occupants successifs de l'Angleterre[29], ce qui lui a permis de l'adapter assez librement à son histoire.

De nombreux objets spécifiques à l’univers de Harry Potter ont été créés, comme le « choixpeau magique » répartissant les élèves dans les différentes maisons de Poudlard, ainsi que le miroir du Risèd ou encore le retourneur de temps. D'autres sont empruntés aux contes de fées, comme les baguettes magiques aux compositions diverses ou les balais volants (dont les différents modèles sont exposés et vantés sur le marché sorcier tels des produits de consommation courants). Certains objets sont directement liés au dénouement de l'histoire, comme les Reliques de la Mort ou les horcruxes. Des plantes magiques aux propriétés diverses entrent dans la composition de potions comme le Veritaserum, la potion Tue-Loup ou le Polynectar.

À l'image de son livre d'enfance favori Le Cheval d'argent[30], l'auteure se plaît à décrire tout au long de ses romans une nourriture abondante et typiquement anglaise : « J'ai toujours décrit la liste des aliments que l'on pouvait déguster sur une table de Poudlard[30] ». Les friandises du monde des sorciers, tels que les chocogrenouilles, les dragées Surprises de Bertie Crochue aux saveurs douteuses et variées ou encore la fameuse Bièraubeurre, sont devenues très identifiables à Harry Potter[31].

Thèmes majeurs

La mort

Elle plane tout au long de l'intrigue et en est aussi le contexte déclencheur. La mort des parents de Harry, James et Lily Potter, est un drame annoncé au tout premier chapitre[a 4]. Des personnages secondaires meurent fréquemment dans l'histoire[a 18],[b 8] et en particulier à partir du livre central de la série, qui marque également la résurrection de Voldemort. Par ailleurs, malgré une intrigue ancrée dans la fantasy, les morts sont rendues « bien réelles » de par leur aspect « définitif »[32].

La première disparition particulièrement marquante de l'histoire est celle de Cedric Diggory, puisque Harry est le témoin direct de son assassinat[d 10], mais également parce qu'il s'agit d'un camarade et élève de Poudlard d'une personnalité généreuse et au comportement exemplaire[d 11]. Au fil des romans, et malgré le fait que l'action se déroule majoritairement dans une école, l'intrigue laisse pourtant place à un profond sentiment d'insécurité constante et de douleur liée aux pertes humaines. Peu à peu, Harry voit les personnes qui lui sont proches mourir successivement (son parrain[e 18], son mentor[f 9], un ami[g 20] ou encore son professeur préféré et ami de ses parents[g 20]).

Parallèlement, l'acceptation de sa propre mort est parfois présentée dans l’œuvre comme une perspective sage et dédramatisée par le biais du professeur Dumbledore :

« Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus. [...] C'est comme d'aller se coucher à la fin d'une très très longue journée[a 18]. »

— Albus Dumbledore, Harry Potter à l'école des sorciers

D'après J. K. Rowling, la mort est le thème majeur de la série : « mes livres parlent beaucoup de la mort. Ils débutent avec la mort des parents de Harry. Il y a la quête obsessionnelle de l'immortalité menée par Voldemort, qui reflète le souhait de toutes les personnes douées de pouvoirs magiques. Je comprends tout à fait pourquoi Voldemort veut conquérir la mort ; nous en sommes tous effrayés[33] ».

L'amour

Un dessin de fan coloré à l'aquarelle et au fusain représentant un homme brun à lunettes (à droite) une femme rousse (à gauche), tous deux souriant à un bébé tenu dans les bras de l'homme
James et Lily Potter avec leur fils Harry âgé d'un an, par Mlle Ortie.

Il s'agit probablement du thème le plus présent dans l’œuvre, après celui de la mort. Dans l'histoire, Harry a pu survivre grâce à l'amour de sa mère, qui s'est sacrifiée pour lui en faisant bouclier contre Voldemort[c 10]. L'amour de Lily Potter est l'arme dont bénéficie toujours Harry lorsqu'il ne peut être touché ni par le professeur Quirrell ni par Voldemort lui-même (dans un premier temps). Le sang de sa mère le protège également de la portée de ce dernier, lorsque Harry est recueilli chez sa tante, Pétunia Dursley[e 19].

« L'amour est tellement formateur pour chacun, en bien ou en mal. On peut réellement mesurer les dommages cérébraux subis lorsqu'un enfant est retiré à sa mère. Quand j'écris que Harry a été formidablement aimé au début de sa vie, c'est important. Cela lui aura assuré une protection dans le sens où son cerveau s'est développé différemment de celui de Voldemort, qui lui a été placé dans un orphelinat dès sa naissance[34]. »

— J. K. Rowling

Le personnage de Severus Rogue, très ambigu depuis le départ, apparaît beaucoup plus lumineux et humain à la fin de l'intrigue, dès lors qu'il révèle les sentiments qu'il éprouvait pour Lily Potter[g 21]. Harry comprend alors que ce professeur, qui semblait tant le détester, ne pouvait simplement s'empêcher de faire le rapprochement entre lui et James Potter[g 22] qu'il haïssait depuis son adolescence[g 23] de par leur ressemblance physique et quelques traits communs de leur personnalité. Rogue, si froid et antipathique, s'avère pourtant d'un grand secours pour Harry, à plusieurs reprises au cours de l'intrigue[a 19],[e 20]. Rogue souhaitait mourir après la mort de Lily Potter[e 21], mais a choisi de la venger, en s'engageant auprès de Dumbledore à assurer la survie de son unique fils. Aussi, il se montre outré en apprenant que Dumbledore savait depuis le départ que Harry était condamné à mourir pour rendre Voldemort vulnérable. D'une certaine manière, l'amour a vaincu par deux fois Voldemort ː celui de Lily Potter pour son fils et celui de Severus Rogue pour Lily. Dumbledore est également convaincu que l'amour représente la plus grande force[e 22].

« S'il y a une chose que Voldemort est incapable de comprendre, c'est l'amour. Il ne s'est jamais rendu compte qu'un amour aussi fort que celui que ta mère avait pour toi laisse sa marque. […] Toucher quelqu'un qui a été marqué par quelque chose d'aussi beau ne pouvait susciter en lui que de la souffrance[a 20]. »

— Albus Dumbledore à Harry Potter, Harry Potter à l'école des sorciers

C'est également l'amour que porte Harry à Ron et à Hermione, ainsi qu'à sa famille de cœur (les Weasley), qui le pousse à se rendre dans la forêt interdite auprès de Voldemort à la fin des Reliques de la Mort pour ne pas mettre ses proches davantage en danger. Se sachant condamné, il utilise la pierre de résurrection et voit réapparaître un court instant les fantômes de ses parents et de leurs amis, le temps de lui redonner le courage nécessaire. Ce chapitre trente-quatre du dernier roman (intitulé « Retour dans la forêt ») est d'ailleurs le chapitre le plus marquant pour l'auteure elle-même : « il représentait le point culminant de 17 années de travail ainsi que le chapitre le plus cathartique de tout ce que j’ai pu écrire[35] ».

Pouvoir et libre arbitre

Les universitaires et journalistes abordent dans leurs interprétations du texte le thème de la normalité, de l'oppression, de la survie, et de la différence[36]. Rowling a affirmé que les livres plaident pour la tolérance, dénoncent la bigoterie et transmettent un message sur « la remise en question de l'autorité » et la méfiance vis-à-vis des vérités suggérées par les médias ou la classe dirigeante[37]. « Je me méfie des gens qui veulent le pouvoir, ce qui se ressent clairement dans les livres, je crois[34] », ajoute l'auteure.

Les préoccupations politiques vont plus loin, la volonté de Voldemort de supprimer les « Sang-de-bourbe » et les « cracmols » de la société magique évoquent la persécution et le massacre de différents groupes sous l'Allemagne nazie (que ce soit pour leurs origines ou leurs appartenances politiques). Isabelle Smadja, dans Le Monde diplomatique, a aussi vu dans les initiales de l'aïeul de Voldemort, Salazar Serpentard (en anglais Salazar Slytherin) une référence aux S.S., corps d'élite de Hitler[38]. Rowling a confirmé que la date de la défaite de Gellert Grindelwald, le précurseur de Voldemort, en 1945, n'était pas une coïncidence[39]. Dans un autre entretien, Rowling a expliqué que le message central de la série était celui imparti par Albus Dumbledore dans le quatrième livre : il faut savoir choisir de faire ce qui est juste plutôt que ce qui est facile. Pour l'auteure, c'est ainsi que la tyrannie s'installe : « les gens font le dos rond, cèdent à la facilité, et se retrouvent dans les ennuis jusqu'au cou[40] ».

« Il est nécessaire de comprendre la réalité avant de pouvoir l’accepter, et seule l’acceptation de la réalité peut permettre la guérison. »

— Albus Dumbledore, Harry Potter et la Coupe de feu

Les notions de censure et de propagande sont abordées à partir du cinquième tome, par le biais de Dolores Ombrage, nouveau professeur de défense contre les forces du mal nommée par le ministre de la Magie, puis, dans le septième tome, par Voldemort lui-même ou son représentant[41]. Ombrage instaure en premier lieu des règles et sanctions particulièrement strictes selon le souhait du ministre, ceci afin que le retour de Voldemort ne soit pas reconnu publiquement. La presse se trouve également asservie à cette fin. Cornelius Fudge, ministre de la magie durant les cinq premiers tomes, aurait été inspiré selon l'auteure du Premier Ministre britannique durant les années trente, Neville Chamberlain, qui aurait refusé de considérer Hitler comme un danger potentiel alors que celui-ci instaurait son pouvoir en Allemagne[41].

Loyauté

Peter Pettigrow, avant le début de l'histoire, trahit son meilleur ami, le père de Harry Potter. Par cet acte de déloyauté, motivé par la volonté de sauver sa propre vie[c 11], Pettigrow contribue à sa manière, avec Voldemort, à entraîner l'ensemble de l'intrigue dans une tonalité sombre et dans une guerre finale qui fait perdre la vie à de jeunes personnages et de nombreux membres de l'Ordre du Phénix. Bellatrix Lestrange montre une extrême loyauté envers son maître Voldemort, mais c'est une forme de loyauté plutôt pervertie qui s'exprime dans une cruauté très marquée[g 24] y compris envers les autres Mangemorts[g 25]. Voldemort, quant à lui, n'est fidèle à personne. Il méprise[g 26], manipule[d 12], torture[d 13] et tue même sans ménagement dans ses accès de colère[g 27] quiconque le fait trébucher dans ses projets, peu importe qu'il ou elle lui ait été fidèle ou non par le passé.

La loyauté du trio principal, celle des étudiants envers leur école[g 28], et celle de Severus Rogue envers Lily Potter dont il a toujours été amoureux[g 29], semblent finalement de taille face à la solitude de Voldemort et contribuent effectivement à sa défaite[g 30]. Le seul désir et véritable moteur de ce dernier était la quête du pouvoir absolu en possédant la baguette de sureau[g 31], et de l'immortalité par la pierre philosophale[a 21] et la création des Horcruxes[f 10]. En tant que héros de l'histoire, Harry doit prendre les décisions finales mais reconnaît lui-même qu'il n'aurait pas été capable de faire face à ses craintes sans l'aide de ses amis[e 23].

La plus symbolique preuve de loyauté présente dans l'histoire pourrait se situer dans Les Reliques de la Mort, lorsque que le trio se retrouve seul dans la campagne anglaise et que la souffrance liée à la présence d'un médaillon horcruxe provoque une perte de confiance chez la personne la plus influençable du trio[g 32],[g 33]. Ainsi, Ron abandonne ses meilleurs amis durant plusieurs semaines[g 34], avant d'être guidé par le déluminateur pour revenir auprès d'eux[g 35]. Dumbledore, en lui léguant l'objet par le biais de son testament, savait que ses sentiments pour Hermione et sa loyauté envers Harry le guideraient pour revenir auprès d'eux avant les événements les plus sombres[g 36].

Le Bien et le Mal

Certaines rivalités naissent entre les maisons Gryffondor et Serpentard, qui se retrouvent régulièrement en conflit au fil des générations. Harry Potter appartenant à la maison de Gryffondor, et l'histoire étant racontée de son point de vue, les Serpentard sont souvent considérés dans les premiers tomes avec distance ou de manière péjorative : idiots, hargneux et souvent laids. L'Armée de Dumbledore regroupe des élèves de plusieurs maisons mais ne compte aucun Serpentard dans ses rangs. Lord Voldemort, ainsi qu'un grand nombre de ses partisans connus, comme Regulus Black, Bellatrix Lestrange, Rodolphus Lestrange ou les Malefoy, sont des anciens élèves de la maison Serpentard. Pourtant, la série se refuse à une application manichéiste simpliste du bien contre le mal[42]. Le mépris et la déconsidération se veulent notablement atténués à partir du cinquième tome[43] où les trois héros sont incités à tempérer leurs jugements :

« Le monde ne se divise pas entre braves gens et Mangemorts[e 24]. »

— Sirius Black, Harry Potter et l'Ordre du phénix

Dans les derniers chapitres de la série, la maison Serpentard et certains de ses membres apparaissent sous un éclairage plus intéressant : Severus Rogue tout d'abord[g 37], mais également Horace Slughorn, qui de son côté, ne partage pas l'idée que les sorciers de « sang-pur » sont supérieurs aux autres. Il apparaît chaleureux, amical, et participe à la bataille finale en allant jusqu'à affronter Voldemort lui-même[g 38]. Narcissa Malefoy, manipulée par Voldemort vis-à-vis de son fils Drago, finit par apporter son aide à Harry Potter lors de cette même bataille, en faisant croire à son maître que Harry est mort[g 39]. « Il y a un écho voulu de ce qu'a fait Lily au tout début de l'histoire en mourant pour sauver son fils » explique l'auteure[34]. « À la toute fin, Harry est étendu, faisant semblant d'être mort et une mère, qui essaie de sauver son propre fils, va le sauver. C'était ma façon de boucler la boucle ». En parallèle, des aspects humains plus sombres des héros sont exploités. La cruauté de James Potter envers Severus Rogue[e 25] durant leur jeunesse paraît ainsi difficilement justifiable aux yeux de Harry. Celui-ci laisse également exploser sa colère à plusieurs reprises[e 26],[e 27] ou va jusqu'à torturer lui-même Bellatrix Lestrange pour satisfaire sa vengeance[e 28]. Le fait que Harry possède des qualités admirées de Serpentard (la capacité de parler le fourchelang, la volonté de faire ses preuves, l'ambition, le déni des règles, etc.) peut aussi nuancer l'image noire de cette maison, prouvant que l'on peut à la fois adopter ces valeurs et être une personne fréquentable.

« Ce sont nos choix, Harry, qui déterminent qui nous sommes, beaucoup plus que nos aptitudes[b 9]. »

— Albus Dumbledore, Harry Potter et la Chambre des secrets

Enfin, dans l'épilogue de l'histoire, Harry déclare à son fils Albus Severus que les deux prénoms qui lui ont été donnés étaient en hommage à deux directeurs de Poudlard : Albus Dumbledore (son mentor) et Severus Rogue, un Serpentard qu'il considère comme étant « sans doute l'homme le plus courageux » qu'il ait jamais rencontré[g 40].

Écriture

Origine

La devanture rouge vif d'un pub où l'auteure à rédigé Harry Potter : sur la vitrine est écrit en lettres dorées et en anglais « Lieu de naissance de Harry Potter »
The Elephant House, un café d'Édimbourg où Rowling écrivit les premières scènes de Harry Potter. Sur la vitrine peut être lu Birthplace of Harry Potter (« Lieu de naissance de Harry Potter »).

En 1990, Joanne Rowling empruntait un train bondé se rendant à Londres depuis Manchester lorsqu'elle a eu pour la première fois l'idée du personnage de Harry Potter :

« J'écrivais presque sans interruption depuis l'âge de six ans, mais jamais une idée n'avait engendré chez moi une telle excitation. À mon immense frustration, je n'avais pas sur moi de stylo en état de marche, et j'étais trop timide pour en emprunter un à quelqu'un. Je pense aujourd'hui que ce fut une bonne chose, car je suis restée assise à réfléchir pendant quatre heures (le train a eu du retard), ce qui a permis à tous les détails de s'accumuler pour donner vie dans mon esprit à ce petit garçon maigre à lunettes et aux cheveux noirs qui ignorait qu'il était magicien[44]. »

Dans une entrevue avec Lindsey Fraser, l'auteure indique que l'école de sorcellerie de Poudlard a été la première chose sur laquelle elle s'est concentrée durant son voyage, en imaginant un endroit assez dangereux où régnerait l'ordre, et situé dans un endroit isolé, probablement en Écosse[h 1] (en hommage au lieu de mariage de ses parents[h 1]). Cependant, elle précise n'avoir jamais vu de château existant pouvant être comparé à celui qu'elle a imaginé. C'est également durant ce voyage que sont nés les personnages de Ronald Weasley, Nick Quasi-Sans-Tête, Rubeus Hagrid et Peeves[h 2], ainsi que l'idée de faire sept sujets différents en sept livres[h 3].

L'auteure commence à rédiger le soir même à Manchester[44] ce qui deviendra par la suite Harry Potter and the Philosopher's Stone (littéralement « Harry Potter et la Pierre Philosophale »), et le manuscrit s'enrichit très rapidement[44]. Une foule de détails s'entasse dans des boîtes à chaussures[45]. En parallèle, sa vie personnelle connait de nombreux bouleversements, qui influencent singulièrement la trame de son récit[44]. L'histoire gagne en profondeur et en noirceur.

En septembre 1991, neuf mois après le décès de sa mère survenu prématurément, Joanne part enseigner à mi-temps l'anglais au Portugal, ce qui lui permet de poursuivre le manuscrit de Harry Potter. Les sentiments du personnage orphelin deviennent alors « bien plus profonds et tangibles[44]. » C'est au début de son séjour au Portugal que l'auteure rédige son chapitre préféré du premier roman : « Le Miroir du Riséd[44] ». Dans ce passage, Harry observe le miroir (qui a la faculté de montrer les désirs les plus profonds), et y voit ses parents disparus interagissant avec lui.

Après avoir donné naissance à sa fille, l'auteure emménage avec elle à Édimbourg à Noël 1993. Elle se hâte de terminer son livre avant de trouver un poste d'enseignant à plein temps, qu'elle tarde à obtenir. Dès que sa fille parvient à s'endormir, Joanne se précipite avec elle dans le café le plus proche pour continuer à écrire[44], puis retape tous les soirs ses textes au propre sur une machine à écrire. Pour l'auteure, il s'agit d'une période de dépression qui s'entame, de plus très difficile à gérer financièrement : « j'étais aussi pauvre qu’on peut l’être au Royaume-Uni aujourd’hui sans être SDF[46] ». Cette période de sa vie l'aurait par ailleurs influencée pour concevoir les Détraqueurs[47], apparaissant à partir du troisième roman et répandant un sentiment de désespoir. Des créatures combattues par le charme du Patronus, une représentation symbolique de « l'espoir, du bonheur et du désir de vivre[c 12] ».

Cinq ans ont ainsi été nécessaires pour mettre en place l'univers et construire le plan de chaque livre[h 3]. Joanne rédige également les biographies complètes de la plupart de ses personnages[h 3], non destinées à être publiées mais conservées à titre de supports personnels.

Publication

Joanne Rowling finit d'écrire Harry Potter and the Philosopher's Stone en 1995 et envoie le manuscrit à plusieurs agents littéraires[48]. L'assistante de Christopher Little (deuxième agent contacté) lit le synopsis et les trois chapitres qui ont été envoyés et relève une tonalité humoristique séduisante[49]. Après avoir demandé la suite à Joanne et lu toute l'histoire, l'assistante, très enthousiaste, n'hésite pas à soutenir l'auteure encore totalement inconnue, l'encourageant à développer un peu plus les règles du quidditch (le sport des sorciers) et le personnage de Neville Londubat[49]. Elle parvient à convaincre son employeur de prendre Joanne sous contrat et Little se propose de la représenter.

En octobre 1996, après que huit autres éditeurs ont refusé le récit, Bloomsbury offre à Joanne une avance de 2 500 livres sterling[50] pour la publication des 500 premiers exemplaires (aujourd'hui, l'un de ces exemplaires peut être estimé autour de 176 000 euros[51]). L'auteure ne cible pas de tranche d'âge particulière, mais les éditeurs choisissent de viser les enfants de neuf à onze ans[52]. Il a été demandé à Joanne d'adopter un nom de plume neutre pour optimiser ses chances d'attirer les lecteurs de sexe masculin, qui seraient plus réticents à découvrir l'œuvre d'un écrivain féminin[53]. L'auteure adopte donc le pseudonyme de « J. K. Rowling » (Joanne Kathleen Rowling), reprenant l'initiale du prénom de sa grand-mère en guise de « middle name »[53]. Elle dédie le premier roman, publié le [1], à sa fille, sa mère et sa sœur.

L'illustration de couverture britannique est signée de Thomas Taylor[54]. Elle représente le jeune Harry Potter surpris de découvrir le Poudlard Express et la voie 9¾, à l'intérieur de la gare King's Cross de Londres.

Traductions

Article détaillé : Traductions de Harry Potter.
Une édition bulgare montrant des tranches de dos très colorées des sept livres Harry Potter
Une édition bulgare.

Les livres Harry Potter ont été traduits de l'anglais original vers de nombreuses langues étrangères. En 2012, un éditeur breton a acheté les droits pour traduire la série en breton, portant ainsi à 73 le nombre de langues dans lesquelles la série a fait l'objet de traductions[55],[56].

Un décalage de plusieurs mois s'impose entre les sorties anglaises et les sorties des différentes traductions, conduisant à la vente d'un nombre important de romans Harry Potter en version originale aux fans trop impatients pour attendre la sortie des livres dans leur propre langue.

Éditions françaises

« J'ai tout de suite été frappée par la maîtrise totale qu'avait cette jeune femme inconnue. Tous les éléments qui m'attiraient dans un texte : la véracité psychologique, la vivacité des dialogues, l'authenticité des sentiments, l'humour bien-sûr, l'inventivité… tout cela était présent. Un cocktail parfaitement bien mesuré. C'est très très rare pour un premier manuscrit[32]. »

— Christine Baker (directrice éditoriale de Gallimard Jeunesse)

En recevant la légion d'honneur en février 2009, J. K. Rowling précise elle-même que Gallimard a été le premier éditeur de Harry Potter hors du Royaume-Uni[57].

La version française est sortie pour la première fois en septembre 1998 dans la collection format de poche « Folio junior ». Harry Potter and the Philosopher's Stone devient Harry Potter à l'école des sorciers, l'éditeur français considérant cette traduction « plus forte et plus explicite que la traduction littérale du titre anglais pour un public français[58] ».

Pour effectuer la traduction, le choix s'est rapidement porté sur Jean-François Ménard[59], qui était le traducteur préféré de Roald Dahl[32] et qui disposait de l'inventivité verbale et de l'humour nécessaires, ainsi que du même intérêt pour l’étymologie que J. K. Rowling elle-même[32]. L'illustration de couverture est signée Jean-Claude Götting et met en scène le trio Hermione, Harry et Ron dans le parc du collège Poudlard (Jonathan Gray[60] donne une nouvelle identité visuelle à la réédition française de 2011).

Influences de J. K. Rowling

Article détaillé : Influences de Harry Potter.
Une femme blonde assise sur une chaise blanche en métal, lisant un livre dans un jardin ensoleillé
L'auteure J. K. Rowling lisant un passage de Harry Potter à l'école des sorciers.

Les livres Harry Potter contiennent un certain nombre de similitudes avec d'autres romans ; l'auteure s'étant ouverte à un large éventail de la littérature, à la fois classique et moderne. J. K. Rowling évoque elle-même de nombreuses œuvres et auteurs l'ayant inspirée lors de la rédaction de sa saga, comme Les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer[61], Jane Austen et son analyse des comportements humains « de manière peu sentimentale et pourtant émouvante[28] » (comme dans Emma[62]), Jessica Mitford et son engagement dans la guerre civile espagnole, ou encore Louisa M. Alcott : « j'étais timide et je passais pas mal de mon temps à la bibliothèque à rechercher des héros qui me ressemblaient. Je me souviens de Jo March, qui avait du caractère[64] ».

L'auteure reprend le concept général de Macbeth dans l'éventualité où son principal antagoniste Voldemort n'aurait jamais entendu parler de la fameuse prophétie mettant toute son histoire en marche, là où la « prédiction » devient le catalyseur d'une situation qui n'aurait sans doute jamais eu lieu si elle n'avait pas été prononcée. J. K. Rowling évoque également certains passages de la Bible[66], les histoires d'Edith Nesbit et ses personnages enfants très réalistes[67], ou encore l'armoire magique de l'univers de C. S. Lewis (Narnia) lorsque Harry doit se jeter à tâtons sur la barrière de King's Cross entre les voies 9 et 10 pour accéder à un monde différent[68].

Enluminure très colorée montrant un personnage barbu debout en bleu (Merlin) montrant du doigt un scribe assis
Merlin l'Enchanteur, enluminure d’un manuscrit français du XIIIe siècle.

Certaines similitudes se trouvent également dans L'Épée dans la pierre de T. H. White (adapté sous le nom de Merlin l'Enchanteur par les studios Disney), où un jeune orphelin débraillé rencontre le sorcier Merlin et le suit dans son château pour recevoir son éducation. D'après l'écrivain Phyllis D. Morris, la similitude entre le professeur Dumbledore et Merlin est évidente de par leur instinct de protection envers le jeune héros ou leur très forte ressemblance physique (longues barbes blanches et yeux bleus). Merlin est le mentor et guide du Roi Arthur tout comme l'est Dumbledore pour Harry[69].

Les fans de l'univers de J. R. R. Tolkien ont également établi certains liens entre Le Seigneur des anneaux et la saga Harry Potter. Ceux-ci transparaissent particulièrement via les personnages propres aux deux écrivains : le Gríma (Wormtongue) de Tolkien et le Queudver (Wormtail) de Rowling, Arachne et Aragog, Gandalf et Dumbledore, les Nazgûl et les Détraqueurs, le Vieil Homme-Saule et le Saule cogneur ; il en va de même pour la représentation des horcruxes de Voldemort, aussi lourds à porter et difficiles à détruire (de par leur résistance et influence néfaste) que l'anneau unique de Sauron[70].

« Ce sont des comparaisons flatteuses : il y a des choses que j'admire beaucoup chez ces écrivains. Mais les ressemblances sont assez superficielles. Comme Tolkien, j'ai écrit une histoire qui se passe dans un monde imaginaire, mais je n'ai pas inventé une mythologie comme lui[28]. »

— J. K. Rowling

Accueil

Succès commercial

Au Royaume-Uni

La devanture d'un magasin de livres en Angleterre à la sortie d'un livre Harry Potter : au lieu du nom normal « Ottakar's », on peut y lire « POttakar's » (avec un petit chapeau de sorcier sur le « P ») en clin d’œil à la série
La chaîne britannique Ottakar's renomme ses librairies pour les lancements de Harry Potter.

L'intérêt du public et les ventes de Harry Potter and the Philosopher's Stone ne cessent de croître[71]. En cinq mois au Royaume-Uni, l'ouvrage s'écoule à près de 30 000 exemplaires[72], bien au-delà des espérances de Bloomsbury qui prévoyait seulement 1 000 copies pour l'ensemble du pays.

Le troisième épisode, Harry Potter and the Prisoner of Azkaban atteint les 68 159 exemplaires vendus dans le premier week-end de sa sortie en 1999, sur les étalages et par correspondance[71]. Le lancement de chaque volume fait depuis lors l'objet d'intenses campagnes de communication et en général 60 % des ventes, « très fortement événementielles », ont lieu dans les premiers jours[73] :

« J’ai su que ça devenait vraiment quelque chose d’important lorsque les libraires n’ont pas eu le droit de mettre en vente Le Prisonnier d’Azkaban avant 17 heures afin que les enfants ne sèchent pas l’école pour aller l’acheter[49]. »

— Bryony Evens (assistante de l'agent littéraire de J. K. Rowling)

Le quatrième tome se vend à 372 775 exemplaires le premier jour de sa sortie en juillet 2000[71], ce qui est un record. En un jour, les fans s'arrachent près de 1,8 million d'exemplaires de Harry Potter and the Order of the Phoenix mis en vente dès le vendredi 23 juin 2003 à minuit. Il s'en vend plus de huit à la seconde et ses pré-commandes sont dix fois plus élevées que pour le précédent volume, faisant du cinquième tome l’un des plus grands succès de l’histoire de l’édition[74]. J. K. Rowling figure désormais parmi les auteurs britanniques les plus lus de la planète avec Shakespeare et Agatha Christie, devenant plus riche que la reine d'Angleterre, avec une fortune estimée, selon le Times, à 280 millions de livres sterling (400 millions d’euros)[71].

Dans les pays francophones

Gallimard est le premier éditeur étranger à publier Harry Potter[57]. Les pays francophones n'échappent pas au phénomène, qui touche aussi bien les enfants que les adultes, ce qui est rare, notamment en France, pour un livre jeunesse. Ainsi en 1999, le premier volume Harry Potter à l'école des sorciers, passé « presque inaperçu », reçoit le prix Sorcières, décerné par les libraires spécialisés jeunesse[73]. En octobre 2007, plus de 21 millions d'exemplaires de la série ont été vendus sur le territoire français[75].

Harry Potter et les Reliques de la mort, ultime tome de la série, a été tiré à 2,3 millions de copies, équivalant à 7 à 8 % des livres édités par Gallimard dans l'année, toutes catégories confondues[75]. Chaque sortie de livre Harry Potter permet à la maison d'édition de générer entre 12 à 15 % de son chiffre d'affaires annuel[75].

« La plume de J. K. Rowling est allègre et malicieuse. Son goût de la fantaisie est communicatif et son sens du suspense laisse haletant[76]. »

— Jacques Baudou (Le Monde, janvier 1999)

Dans le monde

Intérieur d'une librairie vue du dessus, où l'on aperçoit au moins deux cent personnes remplir l'espace dans l'attente de la sortie du dernier livre
En attendant la sortie du septième tome dans une libraire californienne.

Les ventes s'envolent littéralement à partir des années 2000, à la sortie du quatrième tome. Harry Potter devient alors un véritable phénomène éditorial. Selon l'universitaire Cécile Boulaire, « le succès de la série, dont la légende veut qu'il soit né d'un bouche à oreille positif, repose en réalité, au moins depuis le quatrième volume, sur une stratégie marketing encore inédite, qui ne laisse aucune place à l'improvisation[73]. »

Les fans ont été si impatients de découvrir le contenu des derniers volumes que les librairies du monde entier ont commencé à tenir des événements coïncidant avec le communiqué qui stipulait le début des ventes à minuit. Des événements comportant généralement une répartition dans les maisons à l'image de Poudlard, des jeux, des séances maquillage et autres divertissements en direct ont connu une grande popularité auprès des fans de Harry Potter[77], attirant les foules et contribuant à vendre près de 9 millions des 10,8 millions d'exemplaires prévus de Harry Potter et le Prince de sang-mêlé dans les premières vingt-quatre heures[78].

Deux hommes retirant un drap noir d'une couverture de livre géante, dans les tons orange et noir, montrant Harry la main levée et lançant un sortilège
Découverte de la couverture de l'édition catalane de Harry Potter et les Reliques de la Mort, 2008.

En juillet 2007, le septième et dernier roman, Harry Potter et les Reliques de la Mort, dépasse le cap des deux millions de pré-commandes sur Amazon : c'est la première fois qu’un livre atteint ce chiffre avant sa sortie[79]. Les Reliques de la Mort devient le livre le plus vendu de l'histoire, en déplaçant 11 millions de personnes dans les vingt-quatre premières heures de sa mise en vente[80]. La série a également rassemblé des fans adultes, menant à la publication de deux éditions de chaque livre de Harry Potter identiques dans leur contenu mais comportant de nouvelles couvertures adaptées au public adulte[81].

Aux États-unis, se sont plusieurs centaines de milliers d'exemplaires vendus dès sa parution en 1998. En 2007, le tirage initial du dernier volume de la série s'élève dans le pays à 12 millions d'exemplaires, un nouveau record[82].

Les romans de la série Harry Potter, ont tous été des best-sellers acclamés par les critiques[83]. Les ventes globales sont estimées à plus de 420 millions d'exemplaires dans le monde, sur 140 pays. Le succès commercial de la série a fait de son auteur, J. K. Rowling, la première écrivaine milliardaire de l'histoire de l'édition[84].

Honneurs et reconnaissance

Un homme (à gauche) et une femme (à droite) avec une écharpe rouge et or et tenant une fillette dans ses bras (l'homme montre un livre Harry Potter au photographe et les trois personnes sourient)
La politicienne Melissa Bailey faisant la promotion de la lecture de Harry Potter à Philadelphie.

La série Harry Potter s'est vue récompensée de nombreux prix depuis la publication initiale de L'école des sorciers. Parmi ces prix figurent notamment quatre Whitaker Platinum Book Awards (tous décernés en 2001)[85], deux Prix du livre du Conseil des Arts d'Écosse en 1999 et 2001[86], le Prix Costa du livre pour enfant en 1999[87] et un British Book Award dans la catégorie « livre de l'année » en 2006[88]. En 2000, Le Prisonnier d'Azkaban est nommé pour le Prix Hugo du meilleur roman et La Coupe de feu le remporte en 2001[89]. Les distinctions honorifiques incluent une recommandation pour la Médaille Carnegie en 1997[90], une figuration sur les listes des meilleurs livres de l’American Library Association, du New York Times et de la bibliothèque publique de Chicago[91], ainsi que l'attribution en France de la Légion d'honneur en 2009[92].

En 2002, le sociologue britannique Andrew Blake a classé Harry Potter parmi les icônes de la culture populaire britannique, à l'image de James Bond ou de Sherlock Holmes[93]. En 2003, quatre des livres figurent dans le top 24 du sondage littéraire de la BBC concernant les romans les plus aimés au Royaume-Uni[94]. Sur la base d'un sondage en ligne de 2007, la première organisation syndicale des États-Unis, regroupant notamment des enseignants, a inscrit Harry Potter dans son top 100 des meilleurs livres « enseignement » pour enfants[95].

Critiques littéraires

Au début de son histoire, Harry Potter reçoit des critiques très positives. À la publication du premier roman, celui-ci attire l'attention des journaux écossais, tels que The Scotsman, qui précise alors que Harry Potter a « toutes les étoffes d'un classique[96] ». Bientôt, les journaux anglais se rejoignent pour évoquer une comparaison à l'œuvre de Roald Dahl. The Mail on Sunday le classe comme « un début des plus imaginatifs depuis Roald Dahl[96] », un point de vue repris par le Sunday Times (« les comparaisons à Dahl sont, cette fois, justifiées[96] »), tandis que The Guardian le qualifie de « roman richement texturé offert par un esprit inventif[96] ».

Au moment de la sortie du cinquième opus, Harry Potter et l'Ordre du phénix, les livres ont commencé à recevoir un certain nombre de critiques sévères. Professeur à l'Université Yale et critique littéraire, Harold Bloom a remis en question les mérites littéraires attribués aux livres. Ainsi, pour Bloom, « l'esprit de Rowling est tant gouverné par les clichés et métaphores dépassées qu'elle n'a aucun autre style d'écriture à proposer[97] ». Le critique et écrivain anglais Anthony Holden s'est exprimé dans The Observer au sujet de sa propre expérience alors qu'il jugeait Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban à l'attribution du Prix Costa (que Rowling a remporté en 1999). Sa vision globale de la série était négative : « la saga de Potter est essentiellement condescendante, conservatrice, hautement dérivée et profondément nostalgique d'une Angleterre révolue[98] ». Ursula K. Le Guin, auteure de science-fiction et de fantasy, a précisé : « Je n'ai pas grande opinion de cela. Quand tant de critiques adultes s'emballent à propos de l'« incroyable originalité » du premier livre de Harry Potter, je demeure un peu perplexe. Il semble que cela soit un fantasme d'enfant réalisé à travers un « roman d'école », accessible pour ce groupe d'âge, mais stylistiquement ordinaire, imaginativement dérivé et éthiquement plutôt malsain[99] ». De son côté, Michael Rosen, romancier et poète, pense que les livres ne sont pas adaptés aux enfants, qui seraient probablement incapables de saisir la complexité des thèmes abordés[100].

L'auteure et essayiste anglaise Fay Weldon, tout en admettant que la série n'est pas « ce que les poètes attendent », continue néanmoins à dire « mais ce n'est pas de la poésie, c'est lisible, accessible, une prose utile dans le quotidien[101] ». Le critique littéraire A. N. Wilson a fait l'éloge de la série Harry Potter dans The Times, affirmant : « Il n'y a pas beaucoup d'écrivains ayant la capacité Dickensienne de J. K. Rowling à nous faire tourner les pages, pleurer ouvertement et quelques pages plus tard, à rire à des plaisanteries invariablement bonnes... Nous avons vécu une décennie à suivre la publication des histoires les plus vivantes, les plus drôles, les plus effrayantes et les plus émouvantes jamais écrites[102] ». Charles Taylor de Salon.com, qui est avant tout un critique de cinéma[103], a rejeté les allégations selon lesquelles la série manquait de mérite littéraire sérieux et qu'elle ne devait son succès qu'aux garanties qu'elle offrait auprès des enfants. Taylor a souligné la tonalité plus sombre qu'adoptaient progressivement les livres, notamment au travers de meurtres. Il soulève également les blessures psychologiques et l'isolement social provoqués par ces pertes[104]. Selon Stephen King, la série représente « un exploit dont seulement une imagination supérieure est capable » et a déclaré que « les jeux de mots de Rowling et son sens de l'humour » étaient « remarquables[105] ». Il ajoute que « Harry prendra sûrement sa place auprès d'Alice, de Huck, de Frodon et de Dorothy. C'est non seulement la série de la décennie, mais également celle de tous les âges[106] ».

Impact culturel et social

Au Royaume-Uni

Un jeune homme portant une écharpe vert et argent et faisant semblant de traverser un mur de briques en tenant un chariot à bagage qui y est en partie encastré. Au dessus du chariot, une pancarte indique « Voie 9 3/4 » en anglais
Un clin d'œil à Harry Potter à l'intérieur de la gare de King's Cross, où un chariot a été encastré dans un mur.

La Pottermania s'étend également au monde du réel. Ainsi, en Angleterre, la fameuse gare londonienne de King's Cross bénéficie aujourd'hui d'une pancarte indiquant la fameuse « voie 9 ¾ », ainsi que d'un chariot à bagages encastré dans le mur en clin d’œil à la série : « Cela me rend extrêmement fière à chaque fois que je passe devant » avoue J. K. Rowling[107]. Par ailleurs, le mot « Moldu » (Muggle) s'est répandu au-delà de son origine potterienne, devenant l'un des quelques mots de la culture populaire figurant dans l’Oxford English Dictionary[108].

En France

Le succès sans précédent de la série a montré qu'enfants et adolescents n'étaient pas réfractaires à la lecture. Des « pavés » de plusieurs centaines de pages, sans images, sont littéralement dévorés[109], le plus souvent en quelques heures et parfois même en version originale[110].

Ainsi en France, certains étaient étonnés de voir, le 21 juillet 2007 (date de sortie anglo-saxonne du dernier tome[2]), les étals des libraires regorger du dernier Harry Potter en anglais. La Fnac parisienne des Halles, par exemple, proposait Harry Potter and the Deathly Hallows dans des bacs spéciaux disposés dans l'allée centrale, pour les lecteurs ne souhaitant pas attendre la traduction prévue pour octobre-novembre. Les ventes ont été exceptionnelles pour un livre en anglais. Ce phénomène rend bien compte de l'évolution notoire en matière de lecture d'œuvres en version originale dans les pays francophones : il est de plus en plus courant de lire des œuvres bilingues ou en version totalement originale, ce qui était encore exceptionnel dans les années 1990[2]. Pour la première fois avec Harry Potter and the Order of the Phoenix, un livre anglais a figuré parmi les meilleures ventes de livres en France[111].

Dans le monde

Le quotidien israélien Maariv rapporte que la tombe d'un soldat anglais homonyme (le Caporal Harry Potter, mort en 1939 à Hébron lorsque la Palestine était encore sous mandat britannique, et enterré à Ramla près de Tel-Aviv), fait l'objet de « pèlerinages » de la part de touristes, bien qu'il n'ait jamais eu de lien avec la série de livres et de films[112]. Ceci est interprété comme un besoin de créer un objet d'illusion. C'est un processus également à la base de l'érotomanie, où il est toutefois beaucoup plus prégnant[113].

Plus récemment, des personnages et éléments de la série ont inspiré les noms scientifiques de plusieurs organismes. Le château de Poudlard (Hogwarts), par exemple, a inspiré le nom du dinosaure Dracorex hogwartsia, le Choixpeau de Gryffondor celui de l'araignée Eriovixia gryffindori, les Détraqueurs (Dementors) celui de la guêpe Ampulex dementor ou encore le personnage de Severus Rogue pour le crabe Harryplax severus[114]. L'univers de Harry Potter est de plus en plus souvent mentionné par les personnages de nombreux films et séries comme Lost, Dr House, Falling Skies, Supernatural, Le diable s'habille en Prada, Yes Man ou Parents à tout prix ainsi que The Big Bang Theory, ou plus récemment Marvel : Les Agents du SHIELD, Boyhood ou encore Love Actually.

Des enfants costumés et souriants, dans une librairie
Publication de l'édition russe de Harry Potter et les Reliques de la Mort.

Par ailleurs, selon Joyce Fields de l'université Columbia, les livres illustrent quatre des cinq sujets fondamentaux d'une classe de sociologie de première année : les concepts sociologiques comprenant la culture ; la société et la socialisation ; la stratification et l'inégalité sociale, et la théorie et les institutions sociales[116]. Dans un article du New York Times, Christopher Hitchens a salué Rowling pour avoir créé « un monde de démocratie et de diversité[117] ». En 2016, lors de la campagne présidentielle américaine, une étude affirme que trois thèmes « politiques » sont largement prédominants à travers les livres : la valeur de la tolérance et le respect de la différence, l'opposition à la violence et aux punitions, et les dangers de l'autoritarisme[118]. D'autres études menées aux États-Unis auprès de plus d'un millier d'étudiants ont démontré que les lecteurs de la série étaient jugés plus tolérants, davantage opposés à la violence et à la torture, moins autoritaires et moins cyniques que les personnes ne l'ayant pas lue[119].

Controverses

Les livres ont fait l'objet d'un certain nombre de procédures judiciaires, résultant de divers conflits concernant les atteintes aux droits d'auteur. La popularité et la grande valeur marchande de la série ont conduit l'auteure J. K. Rowling, ses éditeurs et Warner Bros. à prendre des mesures légales pour protéger leurs droits, incluant l'interdiction de vente d'imitations de Harry Potter, ciblant les propriétaires de certains sites Web. L'auteure Nancy Stouffer a été condamnée à ses dépens à la suite de ses accusations selon lesquelles Rowling aurait plagié son travail[120]. Divers conservateurs religieux ont également estimé que les livres Harry Potter favorisaient la sorcellerie et la religion Wicca et les ont considérés, par conséquent, inadaptés aux enfants[121],[122].

De 1997 à 1998, Harry Potter à l'école des sorciers a remporté presque toutes les récompenses britanniques attribuées par des enfants, mais aucun des prix de livres pour enfants jugés par des adultes[123]. Selon l'écrivain Sandra Beckett, le snobisme intellectuel envers les livres populaires parmi les enfants en serait l'une des raisons majeures[124].

Par ailleurs, certains auteurs ont reconnu sous la plume ou dans les paroles de J. K. Rowling des valeurs progressistes (avec notamment l'annonce de l'homosexualité de son personnage Dumbledore[125]) ou encore des messages subversifs et anarchistes, notamment dans l'idée de l'acceptation de la mort du personnage principal[126] ou le fait que Dumbledore « accorde pratiquement des points pour la violation des règles[127] ». La critique Christine Schoefer de Salon.com a affirmé que les livres présentaient en outre un monde patriarcal rempli de stéréotypes et adhérant au « postulat classique que les hommes gouvernent le monde et qu'il doit en être ainsi[128] ».

Adaptations

Cinéma

Trois personnes d'une vingtaine d'années aux cheveux courts et en tenue soignée : deux garçons et une fille (au centre), vus de profil en plan rapproché
Le trio Radcliffe, Watson et Grint, interprètes de Harry Potter, Hermione Granger et Ron Weasley dans les films Harry Potter (2001-2011).
Article détaillé : Harry Potter (série de films).

Le studio américain Warner Bros. a dès la parution du troisième volume commencé à adapter les romans au grand écran.

Les deux premiers épisodes ont été adaptés au cinéma par le réalisateur Chris Columbus. C'est le jeune acteur Daniel Radcliffe qui joue Harry Potter, accompagné de Rupert Grint dans le rôle de Ron Weasley et d'Emma Watson dans le rôle d'Hermione Granger. L'adaptation cinématographique du troisième roman a été confiée cette fois à Alfonso Cuarón, qui s'est quelque peu écarté des choix de son prédécesseur. Mike Newell est le réalisateur du quatrième opus qui mêle les styles de ses deux prédécesseurs sur fond de blockbuster. David Yates, quant à lui, s'est chargé de la réalisation des cinquième et sixième films. Il a réalisé également le septième volet, mais de manière un peu particulière : en effet, le film, trop long s'il était réalisé en une seule partie, a donc été divisé en deux opus qui sont sortis au cinéma à huit mois d'intervalle[129].

  1. Harry Potter à l'École des Sorciers de Chris Columbus ()
  2. Harry Potter et la Chambre des Secrets de Chris Columbus ()
  3. Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban de Alfonso Cuarón ()
  4. Harry Potter et la Coupe de Feu de Mike Newell ()
  5. Harry Potter et l'Ordre du Phénix de David Yates ()
  6. Harry Potter et le Prince de sang-mêlé de David Yates ()
  7. Harry Potter et les Reliques de la Mort 1re partie de David Yates : ()
  8. Harry Potter et les Reliques de la Mort 2e partie de David Yates : ()

Ces adaptations ont connu un important succès dans les salles et ont rapporté plus de sept milliards de dollars[130]. À propos de ces films, J. K. Rowling a déclaré avoir quelquefois regretté d'avoir cédé les droits cinématographiques[131], tout en ayant particulièrement apprécié les décors de Stuart Craig[27], ainsi que l'intuition et l'originalité d'Alfonso Cuarón[132].

Studios Harry Potter et expédition itinérante

Une exposition consacrée à la série de films Harry Potter a ouvert ses portes à Londres en 2012[133]. Le lieu, qui reprend les décors de l’adaptation cinématographique, couvre plus de 14 000 m2 et a coûté 100 millions d’euros au studio Warner Bros[134].

Certains éléments de décors sont déplacés depuis 2009 pour une exposition itinérante dans plusieurs villes d'Europe, et notamment à la Cité du Cinéma de Saint-Denis, du 4 avril au 6 septembre 2015[135] et à Brussels Expo sur le plateau du Heysel, du 30 juin 2016 au 8 janvier 2017[136].

Théâtre

Article détaillé : Harry Potter et l'Enfant maudit.

Une pièce de théâtre intitulée Harry Potter et l'Enfant maudit[137] est jouée en deux parties (de h 30 chacune[138]) au Palace Theatre à Londres, à partir du 31 juillet 2016. Elle a été écrite par Jack Thorne et mise en scène par John Tiffany, en collaboration avec J. K. Rowling. Le script de la pièce est également publié le même jour au Royaume-Uni[139], puis le 14 octobre en France.

La représentation de la pièce à Londres est bien accueillie en raison de la mise en scène très pointilleuse de Tiffany et de son décor à grand budget[138] : le spectateur retrouve sur scène notamment les escaliers mouvants, les portraits parlants, etc. Le script de la pièce est en revanche très fréquemment qualifié de « fanfiction » en raison de son trop grand nombre d'incohérences et de « dialogues mièvres », en comparaison de l'histoire originelle de J. K. Rowling[140].

Livres audio

En français, les cinq premiers romans sont sortis en version audio entre 2000 et 2016. L'acteur Bernard Giraudeau a effectué la lecture sonore de la traduction francophone des quatre premiers romans. Dominique Collignon-Maurin a pris sa suite à partir de la sortie audio de Harry Potter et l'Ordre du phénix en octobre 2016[141] :

Les versions originales sont lues par l'acteur et humoriste britannique Stephen Fry.

Parcs d'attractions

Le parc à thème The Wizarding World of Harry Potter, ouvert en 2010, appartient à Universal et propose notamment une visite du village de Pré-au-Lard et du Chemin de Traverse à tailles réelles, ainsi que des attractions sur le thème de Harry Potter, comme :

La première zone présentée sous ce nom ouvre en 2010 à Universal's Islands of Adventure près d'Orlando, en Floride. Une extension de la zone est inaugurée en 2014 à Universal Studios Florida, le parc voisin. La zone d’Universal's Islands of Adventure est dupliquée au Japon en 2014[148] et un projet similaire était annoncé à Hollywood, en Californie pour 2016[149].

Pottermore

Article détaillé : Pottermore.

Pottermore est un site web proposé par J. K. Rowling autour de son univers magique et ouvert au grand public depuis avril 2012[150]. L'auteure y ajoute du contenu inédit et y donne un aperçu alternatif de sa série. Pottermore est actuellement l'une des rares sources officielles où les fans sont en mesure de trouver de nouvelles informations de J. K. Rowling sur son univers[151].

La première version ludique du site proposait notamment aux utilisateurs d'être répartis dans une maison de Poudlard (en répondant à un questionnaire établi par l'auteure elle-même) et de participer à quelques mini-jeux[150], comme préparer des potions, apprendre des sortilèges, se battre en duel, etc. Le site était construit de manière à ce que les utilisateurs fassent l'expérience de l'histoire en découvrant au fur et à mesure de leur progression dans l'intrigue, des contenus inédits écrits par J. K. Rowling sur des personnages principaux, des lieux ou des objets magiques y figurant[152].

Le site a été entièrement revu dans son concept en septembre 2015[153]. Les mini-jeux et le rappel de l'histoire roman par roman ont été supprimés. Pottermore est conçu à la manière d'une encyclopédie plus sobre et dynamique, reprenant également des images des films adaptés. Le site regroupe tous les contenus inédits de l'auteure dans une rubrique spécifique[154].

L'univers des fans

Sur Internet

Harry Potter est une œuvre très plébiscitée par les jeunes. Cette génération, très tournée vers l'Internet, a su faire vivre sa passion sur la toile en développant de très nombreux sites et forums sous la forme de sites d'informations, de sites interactifs, de forums pratiquant le RPG. Le plus répandu réside dans le concept de Magicland[155] (anciennement Poudlard Interactif ou PI), où les membres peuvent vivre à la manière d'élèves sorciers en suivant des cours, en jouant au célèbre quidditch, en réalisant des duels, ou en s'exerçant à divers concours. Tous ces sites ne sont pas exploités et gérés par Warner ou J. K. Rowling, à la différence de Pottermore[156].

Potterfictions

Article détaillé : Potterfiction.

Les Potterfictions sont des fictions écrites par des fans de l'univers de Harry Potter, et basées sur l'histoire et les personnages de la série originale de J. K. Rowling. Elles sont généralement publiées sur des sites de fanfictions comme FanFiction.Net, ou des sites spécialisés de « Potterfictions »[157]. Elles suivent couramment le plan habituel des ouvrages de la série d'origine (sur une année scolaire) avec ses personnages originaux, tout en développant par exemple l'histoire de personnages inédits. Certains auteurs inventent une suite à l'histoire d'origine, d'autres une préquelle mettant en scène ses personnages secondaires[157], comme les quatre Maraudeurs (James Potter, Sirius Black, Remus Lupin et Peter Pettigrow), à l'époque de leur propre scolarité à Poudlard dans les années 1970 (cette période étant brièvement abordée dans l'œuvre[c 13]).

Certaines Potterfictions se détachent de l'ensemble par leur originalité. L'une des plus représentatives est probablement Harry Potter et les Méthodes de la Rationalité, publiée en ligne entre 2010 et 2015[158], traduite en plusieurs langues et ayant atteint une notoriété mondiale. Le blogueur américain Eliezer Yudkowsky y adapte l'histoire originale du personnage de Harry Potter, formé ici à la pensée rationnelle et tentant d'expliquer la sorcellerie de son univers par la méthode scientifique[159]. Selon une étude dans le Hindustan Times, la fiction de Yudkowsky, étendue sur près de 2 000 pages, dépeint le conflit entre le bien et le mal à l'image d'une bataille entre la connaissance et l'ignorance[160].

Mouvements musicaux

Article détaillé : Wizard rock.
Deux jeunes filles en train de chanter (une brune à gauche jouant de la guitare et une blonde à droite). Elles portent des gilets rose foncé sans manches sur des chemisiers blancs, avec des cravates vertes visibles
The Parselmouths en 2007, au principal festival de wizard rock, Wrockstock, à Potosi, aux États-Unis.

À l'université du Michigan en 2009, StarKid Productions a interprété une parodie musicale originale de la série Harry Potter, intitulée A Very Potter Musical. La comédie musicale a été récompensée par Entertainment Weekly[161].

Plus de 400 groupes musicaux de wizard rock (rock « sorcier »), un mouvement né aux États-Unis au début des années 2000, ont également vu le jour[162]. Tous les groupes de wizard rock s'inspirent directement de l'univers de Harry Potter et s'y limitent[163].

  • Harry and the Potters (groupe fondateur du wizard rock en 2002 et porte-drapeau du mouvement)
  • Draco and the Malfoys (groupe formé en 2005 parodiant Harry and the Potters)
  • The Parselmouths (formé en 2004)
  • The Whomping Willows (formé en 2005)
  • The Remus Lupins (formé en 2005)

Produits dérivés

De nombreux produits dérivés sont proposés, tels que des éléments d'uniformes scolaires aux couleurs des maisons de Poudlard (écharpes[164], pulls[165], cravates[166], etc.), des mugs[167] ou des portes-clés[168]. The Noble Collection, spécialiste des répliques d'objets de cinéma, propose notamment des baguettes Harry Potter en résine, ainsi que de nombreux autres objets se référant à l'univers cinématographique de la série[169]. Il existe également de nombreux jeux de toutes formes.

Jeux de société

De nombreux jeux de société classiques et populaires ont été réédités par Hasbro, Mattel ou Parker en ayant pour thème l'univers de Harry Potter. Il existe notamment une version spécifique du Cluedo[170], de l'Uno[171], du Scrabble[172], du Labyrinthe (Les couloirs de Poudlard[173]), un questionnaire de Trivial Pursuit[174], ainsi que divers jeux de cartes[175] ou plateaux d'échecs[176].

En 2013, Gallimard Jeunesse édite un jeu de plateau Harry Potter : Le Jeu, proposant un parcours de type jeu de l'oie à travers les films de la saga, en répondant à des questions ou en relevant des défis[177]. Divers jeux d'adresse pour enfants sont également édités (quidditch[178], parcours de lévitation d'objets[179], etc.).

Jeux vidéo

Chaque roman de la série a été adapté en jeu vidéo par Electronic Arts sur diverses plateformes, notamment sur PC (Windows)[180], Game Boy Color[181], Game Boy Advance[182], PlayStation[183], PlayStation 2[184], Xbox[185] et GameCube[186]. Les trois derniers jeux adaptés sont également disponibles sur Wii[187]. Ce sont des jeux d'action-aventure suivant les événements principaux de l'intrigue des romans et dont la sortie coïncide avec celle des films Harry Potter. Ils sont agrémentés de nombreuses phases de plates-formes et d'affrontements[188].

Electronic Arts développe en 2003 une édition spéciale quidditch : Harry Potter : Coupe du monde de quidditch[189].

Lego Harry Potter

Une gamme Lego Harry Potter a été créée en 2001 et fut arrêtée en 2007. Elle fut relancée en 2010 mais elle s'arrêta en 2011.

On retrouve deux jeux vidéo mettant en scène cet univers (Lego Harry Potter : Années 1 à 4 et Lego Harry Potter : Années 5 à 7). Ces deux jeux, parus respectivement en 2010[190] et 2011[191] et édités par Warner Bros. Interactive Entertainment, sont disponibles sur plusieurs plateformes.

Annexes

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Harry Potter.

Sources

  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Poudlard » (voir la liste des auteurs).

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Harry Potter » (voir la liste des auteurs).

Notes et références

Références bibliographiques

Romans

J. K. Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers, Gallimard Jeunesse (Poche), (ISBN 2070518426)

  1. chap.4 (p. 55 de l'édition poche).
  2. chap.4 (p. 58 de l'édition poche).
  3. chap.1 (p. 5 de l'édition poche).
  4. a et b chap.1 (p. 17 de l'édition poche).
  5. chap.1 (p. 20 de l'édition poche).
  6. chap.4 (p. 56 de l'édition poche).
  7. chap.4 (p. 57 de l'édition poche).
  8. a et b chap.6 (p. 108 de l'édition poche).
  9. chap.13 (p. 218 de l'édition poche).
  10. a et b Chap. 8 (p. 143 de l'édition poche).
  11. chap.1.
  12. chap.4 à 6.
  13. chap.17 (p. 298 édition poche).
  14. chap.26 (p.509 édition poche).
  15. chap.31 (p. 640 édition poche).
  16. chap.3 (p. 39 édition poche).
  17. chap.6 (p. 94 édition poche).
  18. a et b chap.17 (p. 291 édition poche).
  19. chap.17 (p. 282 édition poche).
  20. chap.17 (p. 292 édition poche).
  21. chap.17 (p. 290 édition poche).

J. K. Rowling, Harry Potter et la Chambre des secrets, Gallimard jeunesse (Poche), (ISBN 2070524558)

  1. chap.8 (p. 150 de l'édition poche).
  2. chap.9 (p. 163 de l'édition poche).
  3. chap.11 (p. 213 de l'édition poche).
  4. chap.17 (p. 329 de l'édition poche).
  5. chap.8 (p. 145 de l'édition poche).
  6. chap.8 (p. 141 de l'édition poche).
  7. chap.17 (p. 338 de l'édition poche).
  8. chap.13 (p. 256 édition poche).
  9. chap.18 (p. 349 édition poche).

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Gallimard Jeunesse (Poche), (ISBN 2070528189)

  1. chap.4 (p. 77 de l'édition poche).
  2. chap.12 (p. 260 de l'édition poche).
  3. chap.10 (p. 212 de l'édition poche).
  4. chap.19 (p. 387 de l'édition poche).
  5. chap.20 (p. 405 de l'édition poche).
  6. Chap. 10 (p. 225 de l'édition poche).
  7. Chap. 19 (p. 387 de l'édition poche).
  8. Chap. 10.
  9. chap.2 (p. 23 de l'édition poche).
  10. chap.12 (p. 258 édition poche).
  11. chap.19 (p. 389 édition poche).
  12. chap.12 (p. 256 de l'édition poche).
  13. chap.12 (p. 260 de l'édition poche).

J. K. Rowling, Harry Potter et la Coupe de feu, Gallimard Jeunesse, (ISBN 2070543587)

  1. chap.32 (p. 673 édition poche).
  2. chap.15 (p. 250 de l'édition poche).
  3. chap.17 (p. 291 de l'édition poche).
  4. chap.20 (p. 361 de l'édition poche).
  5. chap.26 (p. 527 de l'édition poche).
  6. chap.31 (p. 649 de l'édition poche).
  7. chap.32 (p. 668 de l'édition poche).
  8. chap.33 (p. 682 de l'édition poche).
  9. chap.36 (p. 743 de l'édition poche).
  10. chap.32 (p. 666 édition poche).
  11. chap.37 (p. 751 édition poche).
  12. chap.33 (p. 675 édition brochée).
  13. chap.33 (p. 678 édition brochée).

J. K. Rowling, Harry Potter et l'Ordre du phénix, Gallimard Jeunesse, (ISBN 2070556859)

  1. chap.37 (p. 945 de l'édition brochée).
  2. chap.37 (p. 944 de l'édition brochée).
  3. chap.4 (p. 81 de l'édition brochée).
  4. chap.15 (p. 348 de l'édition brochée).
  5. chap.12 (p. 278 de l'édition brochée).
  6. chap.17 (p. 398 de l'édition brochée).
  7. chap.26 (p. 652 de l'édition brochée).
  8. chap.18 (p. 443 édition brochée)
  9. chap.31 (p. 817 édition brochée)
  10. chap.33 (p. 854 édition brochée)
  11. chap.37 (p. 932 édition brochée)
  12. chap.35 (p. 904 édition brochée)
  13. chap.37 (p. 947 édition brochée)
  14. chap.38 (p. 949 édition brochée)
  15. chap.37 (p. 943 de l'édition brochée).
  16. chap.37 (p. 944 de l'édition brochée).
  17. chap.15 (p. 348 édition brochée).
  18. chap.35 (p. 904 édition brochée).
  19. chap.37 (p. 938 édition brochée).
  20. chap.37 (p. 932 édition brochée).
  21. chap.33 (p. 724 édition brochée).
  22. chap.17 (p. 915 édition brochée).
  23. chap.16 (p. 389 édition brochée).
  24. chap.14 (p. 344 édition brochée).
  25. chap.28 (p. 724 édition brochée).
  26. chap.4 (p. 80 édition brochée).
  27. chap.37 (p. 925 édition brochée).
  28. chap.36 (p. 910 édition brochée).

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, Gallimard Jeunesse, (ISBN 2070572676)

  1. chap.20 (p. 483 de l'édition brochée).
  2. chap.23 (p. 546 de l'édition brochée).
  3. chap.23 (p. 550 de l'édition brochée).
  4. chap.30 (p. 698 de l'édition brochée).
  5. chap.29 (p. 676 de l'édition brochée).
  6. chap.27 (p. 644 de l'édition brochée).
  7. chap.27 (p. 654 de l'édition brochée).
  8. chap.30 (p. 707 de l'édition brochée).
  9. chap.28 (p. 668 édition brochée).
  10. chap.23 (p. 547 édition brochée).

J. K. Rowling, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Gallimard Jeunesse, (ISBN 9782070615360)

  1. a et b chap.36 (p. 794 de l'édition brochée).
  2. chap.33 (p. 730 de l'édition brochée).
  3. chap.33 (p. 732 de l'édition brochée).
  4. chap.13 (p. 283 édition brochée).
  5. chap.15 (p. 329 édition brochée).
  6. chap.19 (p. 399 édition brochée).
  7. chap.19 (p. 405 édition brochée).
  8. chap.21 (p. 440 édition brochée).
  9. chap.31 (p. 666 édition brochée).
  10. chap.31 (p. 679 édition brochée).
  11. a et b chap.33 (p. 706 édition brochée).
  12. chap.31 (p. 681 édition brochée).
  13. chap.32 (p. 702 édition brochée).
  14. chap.33.
  15. chap.34 (p. 747 édition brochée).
  16. chap.35 (p. 757 de l'édition brochée).
  17. chap.35 (p. 769 de l'édition brochée).
  18. a et b chap.16 (p. 354 de l'édition brochée).
  19. chap.16 (p. 345 édition brochée).
  20. a et b chap.33 (p. 706 édition brochée).
  21. chap.33 (p. 724 édition brochée).
  22. chap.33 (p. 725 édition brochée).
  23. chap.33 (p. 720 édition brochée).
  24. chap.23 (p. 497 édition brochée).
  25. chap.23 (p. 492 édition brochée).
  26. chap.1 (p. 20 édition brochée).
  27. chap.27 (p. 586 édition brochée).
  28. chap.31 (p. 653 édition brochée).
  29. chap.33 (p. 734 édition brochée).
  30. chap.33 (p. 733 édition brochée).
  31. chap.21 (p. 437 édition brochée).
  32. chap.14 (p. 297 édition brochée).
  33. chap.15 (p. 332 édition brochée).
  34. chap.19 (p. 408 édition brochée).
  35. chap.19 (p. 412 édition brochée).
  36. chap.20 (p. 419 édition brochée).
  37. chap.32 et 33 (p. 702 à 737 édition brochée).
  38. chap.36 (p. 785 édition brochée).
  39. chap.36 (p. 775 édition brochée).
  40. Épilogue (p. 808-809 édition brochée).
Hors-série
Autres
  • Lindsey Fraser, Rencontre avec J. K. Rowling, l'auteur de Harry Potter, Gallimard, (ISBN 2-07-054580-6)
  1. a et b p. 25.
  2. p. 24.
  3. a, b et c p. 26.

Jody Revenson, Harry Potter - Le Grand Atlas, la magie au cinéma, Huginn & Muninn, (ISBN 978-2-36480-299-5)

  1. p. 56.
  2. a et b p. 184.
  3. p. 176.
  4. p. 192.
  5. a et b p. 24.

Autres références

  1. a, b et c « 27 juin 1997: sortie d’Harry Potter and the Philosopher’s Stone », sur Lesoir.be,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  2. a, b et c Sophie Bourdais, « Harry Potter et les cinq miracles », Télérama,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  3. a, b et c « Calendrier des événements de Harry Potter à l'école des sorciers », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 15 février 2017).
  4. a, b, c, d, e, f et g « Calendrier des événements de Harry Potter et les Reliques de la Mort », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 15 février 2017).
  5. (en) « Who Wrote ‘Harry Potter And The Cursed Child’? J.K. Rowling Had Help », sur ibtimes.com (consulté le 18 janvier 2017).
  6. (en) « HARRY POTTER AND THE CURSED CHILD - The Eighth Story. Nineteen Years Later. », sur Littlebrown.co.uk (consulté le 30 décembre 2016).
  7. « J. K. Rowling réfute l'idée d'un 8e livre sur son compte Twitter », sur Twitter (consulté le 10 mars 2017).
  8. « Harry Potter et l’enfant maudit de J.K Rowling, Jack Thorne et John Tiffany », sur lirado.com (consulté le 18 janvier 2017)
  9. « Calendrier des événements de Harry Potter et la Chambre des secrets », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 15 février 2017).
  10. a et b « Calendrier des événements de Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 15 février 2017).
  11. a, b et c « Calendrier des événements de Harry Potter et la Coupe de feu », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 15 février 2017).
  12. a, b et c « Calendrier des événements de Harry Potter et l'Ordre du phénix », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 15 février 2017).
  13. (en) « Sirius Black sur Harry Potter Lexicon » (consulté le 13 mars 2017).
  14. a et b « Calendrier des événements de Harry Potter et le Prince de sang-mêlé », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 15 février 2017).
  15. Kerrie Anne Le Lievre, « Wizards and wainscots: generic structures and genre themes in the Harry Potter series. », sur thefreelibrary.com (consulté le 12 mars 2017).
  16. Jeanne de Ménibus, « Harry Potter : les raisons du succès... », L'Express,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  17. a et b (en) « Harry Potter makes boarding fashionable », BBC News,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  18. (en) Lana A. Whited, The Ivory Tower and Harry Potter: Perspectives on a Literary Phenomenon, University of Missouri Press, (ISBN 9780826215499), p. 28.
  19. Voyage au bout de la nuit, coll « Omnibus », éditée en 1998, p. 775 à 793.
  20. « Je suis venu confier Harry à sa tante et à son oncle. C'est la seule famille qui lui reste désormais. » (Chap. 1, p. 18).
  21. Harry Potter est absent du premier chapitre, qui se déroule dans le QG de Voldemort, au manoir des Malefoy.
  22. Le premier chapitre décrit la rencontre du ministre de la Magie avec le Premier ministre moldu et le second décrit la visite de Narcissa Malefoy et de Bellatrix Lestrange à l'Impasse du Tisseur, au domicile de Severus Rogue. Dans ces deux chapitres, Harry est absent.
  23. (en) « Two characters to die in last 'Harry Potter' book: J.K. Rowling », sur CBC,‎ (consulté le 12 mars 2017).
  24. (en) Lev Grossman, « Harry Potter's Last Adventure », Time Magazine,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  25. (en) « Press views: The Deathly Hallows », BBC News,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  26. (en) « The Hogwarts Express by J. K. Rowling », sur Pottermore (consulté le 13 mars 2017).
  27. a et b (en) « Stuart Craig Original and Limited Edition Art », sur ArtInsights (consulté le 21 février 2017).
  28. a, b et c « Entrevues avec J.K. Rowling », sur Craftopera (consulté le 22 février 2017).
  29. (en) « Living with Harry Potter », sur Accio Quote (consulté le 18 août 2011).
  30. a et b (en) Lindsay Fraser, « Harry Potter - Harry and me », sur Accio Quote, The Scotsman,‎ (consulté le 21 août 2011).
  31. « Bonbons Harry Potter » (consulté le 11 mars 2017).
  32. a, b, c et d (en) « Gallimard poste une interview de Christine Baker et une vidéo du Magicobus », sur La Gazette du sorcier (consulté le 20 février 2017).
  33. (en) Geordie Greig, « There would be so much to tell her… », Daily Telegraph,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  34. a, b et c (en) « The Women Of Harry Potter - J.K. Rowling interview », sur YouTube (consulté le 21 février 2017).
  35. « Harry Potter : J.K. Rowling dévoile son chapitre préféré », sur Melty (consulté le 28 novembre 2016).
  36. « Understanding Harry Potter: Parallels to the Deaf World », sur Oxford Academic,‎ (consulté le 28 novembre 2016).
  37. « Interview de J.K. Rowling au Carnegie Hall de le cadre de son “Open Book Tour” », sur Poudlard.org (consulté le 13 mars 2017).
  38. Isabelle Smadja, « Le Mal et l'enfant sauveur », Le Monde diplomatique,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  39. Melissa Anelli & Emerson Spartz, « Entrevue pour The Leaky Cauldron et Mugglenet », sur The Leaky Cauldron,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  40. (en) Max Wyman, « 'You can lead a fool to a book but you can't make them think': author has frank words for the religious right », The Vancouver Sun, repris sur Accio-quote,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  41. a et b « Harry Potter et la Seconde Guerre Mondiale », sur Lumos-hogwarts.com (consulté le 21 février 2017).
  42. « Harry Potter et la guerre entre le bien et le mal », sur Lamed.fr (consulté le 8 décembre 2009).
  43. « Critique de Harry Potter et l'Ordre du Phénix - "J.k. Rowling a révolutionné la littérature enfantine... absence de manichéisme ras des pâquerettes..." » (consulté le 13 mars 2017).
  44. a, b, c, d, e, f et g J. K. Rowling, « Biographie », JKRowling.com,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  45. « JOANNE KATHLEEN ROWLING, LA MAMAN D'HARRY POTTER! », sur et-si-on-lisait.overblog.com (consulté le 11 mars 2017).
  46. « Traduction du discours de J. K. Rowling à la remise de diplômes de l'Université de Harvard », sur La Gazette du Sorcier (consulté le 20 février 2017).
  47. « What was J.K. Rowling's inspiration for dementors in Harry Potter? », sur Quora (consulté le 20 février 2017).
  48. (en) « Final Harry Potter book set for release », Euskal Telebista,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  49. a, b et c « Bryony Evens, la femme qui a découvert Harry Potter. », sur La Gazette du Sorcier (consulté le 20 février 2017).
  50. (en) Lana A. Whited, The Ivory Tower and Harry Potter: Perspectives on a Literary Phenomenon, University of Missouri Press, (ISBN 9780826215499, lire en ligne), p. 351.
  51. « Le premier tome de Harry Potter vendu aux enchères pour 176.000 euros », sur Le Figaro (consulté le 20 février 2017).
  52. (en) Scott Huler, « The magic years », News Observer, The News & Observer Publishing Company,‎ (lire en ligne).
  53. a et b (en) Richard Savill, « Harry Potter and the mystery of J K's lost initial », Telegraph.com,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  54. (en) « Harry Potter beats Austen in sale rooms », sur The Guardian (consulté le 20 février 2017).
  55. « Harry Potter en breton (17 octobre) », sur culture-bretagne.net (consulté le 13 mars 2017).
  56. « Harry Potter en 8 chiffres, huit ans après la sortie du dernier tome », sur RTL.fr (consulté le 2 janvier 2016).
  57. a et b « J. K. Rowling reçoit la légion d'honneur (remerciements à Gallimard à partir de 9:17) », sur Dailymotion (consulté le 20 février 2017).
  58. « Harry Potter à l'Ecole des Sorciers », sur encyclopedie-hp.org (consulté le 8 juillet 2015).
  59. Ce sont les noms issus de cette traduction qui sont utilisés dans cet article, et dans les articles connexes.
  60. « Les 15 ans de Harry Potter : Interview du traducteur français, Jean-François Ménard », sur jeunesse.actualitte.com (consulté le 20 février 2017).
  61. (en) « "J.K. Rowling Web Chat Transcript" » (consulté le 21 août 2011).
  62. (en) « "My favourite writer of all time is Jane Austen. " » (consulté le 21 août 2011).
  63. (en) « The Women Of Harry Potter - J.K. Rowling interview (passage sur Hermione Granger à 8:40) », sur YouTube (consulté le 21 février 2017).
  64. (en) « 'HARRY POTTER' AUTHOR J.K. ROWLING OPENS UP ABOUT BOOKS' CHRISTIAN IMAGERY », sur mtv.com (consulté le 27 janvier 2017).
  65. (en) « A Brand of Fictional Magic: J.K. Rowling and E. Nesbit », sur goannatree.com (consulté le 15 février 2017).
  66. Accio Quote! - Jennie Renton Sydney Morning Herald, 28 octobre 2001 - (en) « "I found myself thinking about the wardrobe route to Narnia" » (consulté le 21 août 2011).
  67. (en) Phyllis D. Morris, « Elements of the Arthurian Tradition in Harry Potter », sur http://harrypotterforseekers.com (consulté le 15 février 2017).
  68. (en) « Is Harry Potter influenced by The Lord of the Rings? », sur www.quora.com (consulté le 15 février 2017).
  69. a, b, c et d « Harry Potter : près de 1,8 M d’exemplaires vendus en Grande-Bretagne samedi », sur La Gazette du Sorcier,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  70. « Harry Potter à l'école des sorciers - Réception critique » (consulté le 20 février 2017).
  71. a, b et c Cécile Boulaire, « Les mutations de l'édition et de la presse jeunesse », dans Jean-Yves Mollier, Où va le livre ? Édition 2007-2008, Paris, La Dispute, coll. « États des lieux », , p. 141-142.
  72. « Les moldus se jettent dessus.… », sur La Gazette du Sorcier,‎ (consulté le 1er mars 2017).
  73. a, b et c Barbara Gandriaux, « Le succès de "Harry Potter" porté par la génération Internet », sur Le Monde (consulté le 20 février 2017).
  74. Jacques Baudou, « Ensorcellement », sur Le Monde - Archives,‎ (consulté le 20 février 2017).
  75. (en) Simon Freeman, « Harry Potter casts spell at checkouts », sur The Times,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  76. (en) « Potter book smashes sales records », sur BBC News (consulté le 27 février 2017).
  77. « Deux millions ! », sur La Gazette du Sorcier (consulté le 1er mars 2017).
  78. (en) « 'Harry Potter' tale is fastest-selling book in history », sur New York Times (consulté le 27 février 2017).
  79. (en) « Harry Potter at Bloomsbury Publishing – Adult and Children Covers », sur Bloomsbury Publishing (archives) (consulté le 27 février 2017).
  80. (en) « Record print run for final Potter », sur BBC News,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  81. (en) Dr Marian Allsobrook, « Potter's place in the literary canon », BBC,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  82. (en) « J.K. Rowling And The Billion-Dollar Empire », sur Forbes,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  83. (en) « Book honour for Harry Potter author », sur BBC News (consulté le 27 février 2017).
  84. (en) « Book 'Oscar' for Potter author », sur BBC News (consulté le 27 février 2017).
  85. (en) « Harry Potter casts a spell on the world », sur CNN (consulté le 27 février 2017).
  86. (en) « Meet Author J. K. Rowling », sur web.archive.org (consulté le 27 février 2017).
  87. (en) « Moviegoers get wound up over ‘Watchmen’ », sur today.com (consulté le 27 février 2017).
  88. (en) « Harry Potter beaten to top award », sur BBC News (consulté le 27 février 2017).
  89. (en) « Awards », sur Arthur A. Levine Books (consulté le 13 mars 2017).
  90. (en) « Chevalier de la Legion D’Honneur », sur jkrowling.com (consulté le 27 février 2017).
  91. (en) Claudia Fenske (2008). Muggles, Monsters and Magicians: A Literary Analysis of the Harry Potter Series. Peter Lang. p. 3.
  92. (en) « The Big Read », sur BBC (consulté le 27 février 2017).
  93. (en) « Teachers' Top 100 Books for Children », sur National Education Association (consulté le 27 février 2017).
  94. a, b, c et d (en) « Guide to the Harry Potter Novels », sur Google Books (consulté le 27 février 2017).
  95. (en) « Dumbing down American readers », sur Boston News (consulté le 27 février 2017).
  96. (en) « Why Harry Potter doesn't cast a spell over me », sur The Guardian (consulté le 27 février 2017).
  97. (en) « Chronicles of Earthsea », sur The Guardian (consulté le 27 février 2017).
  98. (en) Charlene Sweeney (19 mai 2008). "Harry Potter is too boring and grown-up for young readers". The Times. Londres. Consulté le 15 janvier 2011.
  99. (en) « Rowling books 'for people with stunted imaginations’ », sur The Guardian (consulté le 27 février 2017).
  100. (en) Wilson, A. N. (29 juillet 2007). "Harry Potter and the Deathly Hallows by JK Rowling". The Times. Londres. Consulté le 28 septembre 2008.
  101. (en) « Charles Taylor », sur Salon.com (consulté le 27 février 2017).
  102. (en) « A.S. Byatt and the goblet of bile », sur Salon.com (consulté le 27 février 2017).
  103. (en) Stephen King, « Wild About Harry », sur New York Times (consulté le 27 février 2017).
  104. (en) « JK Rowling:The mistress of all she surveys », sur The Guardian (consulté le 27 février 2017).
  105. « Harry Potter : le secret du quai 9 3/4 », sur Le Figaro (consulté le 20 février 2017).
  106. (en) « 'Muggle' Redux in the Oxford English Dictionary », sur web.archive.org (consulté le 27 février 2017).
  107. « Littérature : les jeunes n'ont pas peur des pavés », sur Le Parisien (consulté le 12 mars 2017).
  108. Cécile Jaurès, « Harry Potter en version originale est un bon professeur d'anglais », La Croix,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  109. (en) « BBC News : OOTP is best seller in France - in English! », sur news.bbc.co.uk,‎ (consulté le 12 mars 2017).
  110. « Requiem », sur Courrier international,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  111. Chantal Simon Hagué, Benoît Dalle, Claude Dumezil, Yves Edel, Jean Jamin, Piotr Kaminsky, Jannick Thiroux, « Table ronde n° 1 enregistrée à Paris », Analyse freudienne presse « Les objets et leurs passions I », no 11,‎ , p. 11-42 (ISBN 2749204011, ISSN 1253-1472).
  112. (en) « Harry Potter character provides name for new species of crab », sur The Guardian (consulté le 27 février 2017).
  113. (en) « Harry Potter, Benjamin Bloom, and the Sociological Imagination [PDF] », sur isetl.org (consulté le 13 mars 2017).
  114. (en) « The Boy Who Lived », sur The New York Times (consulté le 28 février 2017).
  115. (en) Diana C. Mutz, « Harry Potter and the Deathly Donald », sur Cambridge.org,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  116. (en) « Can 'Harry Potter' Change the World? », sur New York Times (consulté le 27 février 2017).
  117. (en) « Stouffer v. Rowling », sur eyrie.org (consulté le 26 février 2017).
  118. Reading Harry Potter: critical essays – Page 54, Giselle Liza Anatol – 2003.
  119. (en) « "Christianity Today" reports controversy, votes in favor of Harry », sur cesnur.org (consulté le 26 février 2017).
  120. (en) « Guide to the Harry Potter Novels », sur Google Books (consulté le 26 février 2017).
  121. (en) « The Harry Potter phenomenon », sur Google Books (consulté le 26 février 2017).
  122. (en) « J.K. Rowling outs Dumbledore! », sur http://archive.wikiwix.com (consulté le 26 février 2017).
  123. (en) Michael Gerson, « Harry Potter's Secret », sur prospect.org (consulté le 26 février 2017).
  124. (en) « Cultural Phenomena: Dumbledore's Message », sur Washingtonpost (consulté le 26 février 2017).
  125. (en) Christine Schoefer, « Harry Potter's girl trouble », Salon.com,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  126. Olivier Corriez, « Au cinéma, il y aura huit Harry Potter », LCI,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  127. (en) « All Time Worldwide Box Office Grosses », Box Office Mojo (consulté le 14 septembre 2009)
  128. Claire Bommelaer et Léna Lutaud, « Des héros de papier sous haute surveillance », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 12 mars 2017).
  129. Interview de J. K. Rowling avec Alfonso Cuarón, extraite des bonus du DVD Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, rubrique « Créer une vision ».
  130. (en) « Cast & crew attend Warner Bros Studio Tour - The Making of Harry Potter grand opening », sur Snitchseeker.com (consulté le 3 décembre 2016).
  131. Philippe Dufreigne, « Le musée Harry Potter ouvre ses portes à Londres », sur www.bfmtv.com,‎ (consulté le 12 mars 2017).
  132. « Exposition Harry Potter à la Cité du cinéma », sur sortiraparis.com (consulté le 13 mars 2017).
  133. « L'exposition Harry Potter à Bruxelles prolongée jusqu'au 8 janvier », sur rtbf.be (consulté le 13 mars 2017)
  134. « Harry Potter et l’enfant maudit : la suite de la saga dévoilée », sur La Dépêche (consulté le 6 novembre 2015).
  135. a et b « [CRITIQUE] « Harry Potter et l’Enfant Maudit » (2016) de J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany », sur http://bullesdeculture.com,‎ (consulté le 17 février 2017).
  136. « Un livre pour raconter Harry Potter, dix-neuf ans après le dernier tome », sur Le Monde,‎ (consulté le 11 février 2016).
  137. « Harry Potter et l’Enfant maudit » : une suite réussie mais dispensable., sur Le Monde,‎ (consulté le 6 novembre 2016).
  138. a et b « Harry Potter et l'Ordre du Phénix - Audio », sur Gallimard (consulté le 5 février 2017).
  139. « Harry Potter à l'école des sorciers - Audio - 1ère édition », sur Gallimard (consulté le 5 février 2017).
  140. « Harry Potter à l'école des sorciers - Audio », sur Gallimard (consulté le 5 février 2017).
  141. « Harry Potter et la Chambre des Secrets - Audio », sur Gallimard (consulté le 5 février 2017).
  142. « Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban - Audio », sur Gallimard (consulté le 5 février 2017).
  143. « Harry Potter et la Coupe de Feu - Audio », sur Gallimard (consulté le 5 février 2017).
  144. « Focus : Harry Potter and the Forbidden Journey », sur Trips-n-pics (consulté le 13 mars 2017).
  145. (en) « Universal Studios Japan », sur usj.co.jp (consulté le 13 mars 2017).
  146. (en) Ben Fritz, « Harry Potter Wizarding World coming to Universal Hollywood », sur Los Angeles Times,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  147. a et b « Pottermore, c’est quoi ? », sur Poudlard.org (consulté le 19 février 2017).
  148. « Pottermore, la nouvelle version pleine d’informations croustillantes ! », sur poudlard.org (consulté le 11 mars 2017).
  149. « Pottermore veut élargir son public », sur La Gazette du Sorcier (consulté le 11 mars 2017).
  150. « Ouverture du nouveau Pottermore », sur Potterveille (consulté le 19 février 2017).
  151. « Writing by J.K. Rowling », sur Pottermore (consulté le 16 mars 2017).
  152. « Bienvenue sur Magicland », sur Magicland (consulté le 10 mars 2017).
  153. « J. K. Rowling annonce trois recueils de nouvelles Harry Potter », sur Le Monde (consulté le 10 mars 2017).
  154. a et b « Connaissez-vous la fanfiction ? », sur bibliobs.nouvelobs.com (consulté le 10 mars 2017).
  155. (en) David Whelan, « The Harry Potter Fan Fiction Author Who Wants to Make Everyone a Little More Rational », VICE Magazine,‎ (lire en ligne).
  156. (en) George Packer, « No Death, No Taxes », The New Yorker,‎ (lire en ligne).
  157. (en) « A Harry Potter story you haven’t read », sur Hindustan Times,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  158. (en) « The 10 best viral videos of 2009 », sur ew.com (consulté le 27 février 2017).
  159. (en) Rebecca-Anne C. Do Rozario, « Wrocking the Collaboration: Wizard Rock and the Work of J.K. Rowling », Musicology Australia, Routledge, vol. 33, no 2,‎ , p. 265-276.
  160. (en) « Harry Potter Fandom Reaches Magical New Level Thanks To Wizard-Rock Bands », sur mtv.com, MTV,‎ (consulté le 13 mars 2017).
  161. « Écharpes Harry Potter », sur echarpe-harry-potter.com (consulté le 13 mars 2017).
  162. « Exemple de pull « Harry Potter » » (consulté le 13 mars 2017).
  163. « Exemple de cravate « Harry Potter » » (consulté le 13 mars 2017).
  164. « Exemple de mug « Harry Potter » » (consulté le 13 mars 2017).
  165. « Exemple de porte-clés « Harry Potter » » (consulté le 13 mars 2017).
  166. « The Noble Collection - France », sur Noble Collection Distribution (consulté le 13 mars 2017).
  167. « Cluedo - Harry Potter », sur trictrac.net (consulté le 19 février 2017).
  168. « Uno - Harry Potter », sur trictrac.net (consulté le 19 février 2017).
  169. « Scrabble - Harry Potter », sur spieledeluxe.com (consulté le 19 février 2017).
  170. « Harry Potter - Les Couloirs de Poudlard », sur trictrac.net (consulté le 19 février 2017).
  171. « Test : le Trivial Pursuit Harry Potter », sur La Gazette du Sorcier (consulté le 13 mars 2017).
  172. « Exemple de jeu de cartes Harry Potter » (consulté le 13 mars 2017).
  173. « Exemple de jeu d'échecs Harry Potter » (consulté le 13 mars 2017).
  174. « Harry Potter : Le Jeu », sur trictrac.net (consulté le 19 février 2017).
  175. « Jeu d'adresse Quidditch Harry Potter » (consulté le 13 mars 2017).
  176. « Jeu d'adresse Lévitation Harry Potter » (consulté le 13 mars 2017).
  177. « PC - Harry Potter à l'Ecole des Sorciers », sur jeuxvideo.com (consulté le 11 février 2017).
  178. « Game Boy Color - Harry Potter à l'Ecole des Sorciers », sur jeuxvideo.com (consulté le 11 février 2017).
  179. « Game Boy Advance - Harry Potter à l'Ecole des Sorciers », sur jeuxvideo.com (consulté le 11 février 2017).
  180. « PS1 - Harry Potter à l'Ecole des Sorciers », sur jeuxvideo.com (consulté le 11 février 2017).
  181. « PS2 - Harry Potter à l'Ecole des Sorciers », sur jeuxvideo.com (consulté le 11 février 2017).
  182. « Xbox - Harry Potter à l'Ecole des Sorciers », sur jeuxvideo.com (consulté le 11 février 2017).
  183. « Game Cube - Harry Potter à l'Ecole des Sorciers », sur jeuxvideo.com (consulté le 11 février 2017).
  184. « Wii - Harry Potter et l'Ordre du phénix », sur jeuxvideo.com (consulté le 10 mars 2017).
  185. « Test - Harry Potter à l'école des sorciers », sur jeuxvideo.com (consulté le 10 mars 2017).
  186. « Harry Potter : Coupe du monde de quidditch », sur jeuxvideo.com (consulté le 10 mars 2017).
  187. « Lego Harry Potter: Years 1-4 for Wii », sur gamefaqs.com (consulté le 13 janvier 2016).
  188. « Lego Harry Potter: Years 5-7 for Wii », sur gamefaqs.com (consulté le 13 janvier 2016).

Bibliographie

En français
  • Joanne Kathleen Rowling et Lindsey Fraser (dir.) (trad. Florence Meyeres), Rencontre avec J.K. Rowling, l'auteur de Harry Potter, Paris, Gallimard, , 64 p. (ISBN 9782070545803 et 2070545806)
  • Benoît Virole, L'enchantement Harry Potter : la psychologie de l'enfant nouveau, Paris, Hachette littératures, (ISBN 9782012790827 et 2012790828)
  • Allan Kronzek et Elisabeth Kronzek, Le livre de l'apprenti sorcier : un guide du monde magique de "Harry Potter, Paris, l'Archipel, (ISBN 9782841874323 et 284187432X)
  • Isabelle Smadja, Harry Potter : les raisons d'un succès, Paris, Presses universitaires de France, (ISBN 9782130522058)
  • David Colbert, Les mondes magiques de Harry Potter, Paris, Pré aux Clercs, (ISBN 9782842281441)
  • Sean Smith, J.K. Rowling : la magicienne qui créa Harry Potter, Lausanne, Favre, (ISBN 9782828906924)
  • Antoine Guillemain, Mon pote Harry Potter, Paris, Archipel, (ISBN 9782841874347, lire en ligne)
  • Andrew Blake, L'irrésistible ascension d'Harry Potter, Paris, Le Félin, (ISBN 9782866454913)
  • Roland Ernould, Quatre approches de la magie : Du rond des sorciers à Harry Porter. Claude Seignolle, Peter Straub, Stephen King, Joanne K. Rowling, Paris, L'Harmattan, (ISBN 9782747541695)
  • Roger Highfield, Harry Potter et la science, Paris, Flammarion, (ISBN 9782080685322)
  • Noëlle Hausman et Benoît Carniaux (préf. Charles Delhez), Que penser de... ? Harry Potter, Namur, Fidélite, coll. « Que penser de... ? », (ISBN 9782873562670 et 2873562676)
  • Edi Vesco, Le guide magique du monde de Harry Potter, Paris, l'Archipel, (ISBN 9782841875337)
  • Denis Labbé et Gilbert Millet, Étude sur J.K. Rowling Harry Potter à l'école des sorciers : J.K. Rowling, Paris, Ellipses, (ISBN 9782729815820)
  • Stéphanie Chica, Tout l'univers magique de Harry Potter, Grainville, City éd, (ISBN 9782915320572)
  • Stephen Brown, Harry Potter : comment le petit sorcier est devenu le roi du marketing, Paris, Dunod, (ISBN 9782100493777)
  • Éric Auriacombe, Harry Potter, l'enfant héros : essai sur la psychopathologie de Harry Potter, Paris, Presses universitaires de France, (ISBN 9782130553557)
  • Sophie de Mijolla-Mellor, L'enfant lecteur : de la Comtesse de Ségur à Harry Potter, les raisons du succès, Paris, Bayard, (ISBN 9782227474529)
  • Shawn Klein, David Bagget et William Irwin, Harry Potter et la philosophie : petit traité à l'usage des Moldus, Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon, (ISBN 9782749904405)
  • Christine-Sarah Carstensen, Devenir magicien de sa vie : mode d'emploi : Harry Potter, le Chaperon rouge, Merlin l'enchanteur, et les autres, à l'usage des grands, Paris, Éd. Dervy, (ISBN 9782844544353)
  • Isabelle Cani, Harry Potter ou l'anti-Peter Pan : pour en finir avec la magie de l'enfance, Paris, Fayard, (ISBN 9782213634555)
  • André-François Ruaud et al., Les nombreuses vies de Harry Potter, Lyon, Moutons électriques, coll. « La bibliothèque rouge », (ISBN 9782915793819 et 2915793816)
  • Méziane Hammadi, Les messages cachés de Harry Potter, Monaco, Éditions Alphée - Jean-Paul Bertrand, coll. « DOCUMENTS », (ISBN 9782753803541)
  • Lucie de Lossendière, La magie révélée dans Harry Potter, Paris, Contre-dires, coll. « ARTICLES SANS C », (ISBN 2849330906 et 978-2849330906)
  • Laurence Motoret, Les orphelins dans le cycle romanesque Harry Potter de J. K. Rowling, in Sigila no 22, 2008
  • Marina Lenti, Le Monde de Harry P., Belin (juin 2009) (ISBN 978-2-7011-5286-8)
  • Steve Vander Ark, L'Encyclopédie - le guide complet de l'univers magique de Harry Potter, Alterre (juin 2009) (ISBN 2923640063)
  • Aubrey Malone, Harry Potter de A à Z, Saint-Victor-d'Épine, City éd, (ISBN 2352882931)
  • Sébastien Nadot, Harry Potter champion de quidditch : la crise du sport dans le miroir scolaire, in "Harry Potter : la crise dans le miroir", Université de Nice Sophia Antipolis, colloque international, Nice, 12 novembre 2008.
  • Pierre Bruno et Isabelle Smadja, Harry Potter, ange ou démon ?, Presses Universitaires de France, (ASIN B01CSV34T2)
En anglais
  • (en) Bibliographie sur Harry Potter
  • (en) Nikita Agarwal et Chitra Agarwal, Friends and Foes of Harry Potter: Names Decoded, Outskirts Press, (ISBN 1-59800-221-X, lire en ligne)
  • (en) Giselle Liza Anatol, Reading Harry Potter: critical essays, Praeger, (ISBN 0-313-32067-5, lire en ligne)
  • (en) Gina Burkart, A parent's guide to Harry Potter, InterVarsity Press, (ISBN 0-8308-3288-2, lire en ligne)
  • (en) Colin Duriez, Field Guide to Harry Potter, IVP Books, (ISBN 978-0-8308-3430-3, lire en ligne)
  • (en) Susan Gunelius, Harry Potter: the story of a global business phenomenon, Palgrave Macmillan, (ISBN 0-230-20323-X, lire en ligne)
  • (en) Elizabeth E Heilman, Critical perspectives on Harry Potter, Routledge, (ISBN 978-0-415-96484-5, lire en ligne)
  • (en) Neil Mulholland, The psychology of Harry Potter: an unauthorized examination of the boy who lived, BenBella Books, (ISBN 978-1-932100-88-4, lire en ligne)
  • (en) William Silvester, Harry Potter Collector's Handbook, Krause, (ISBN 978-1-4402-0897-3, lire en ligne)
  • (en) Lana Whited, The Ivory Tower And Harry Potter: Perspectives On A Literary Phenomenon, University of Missouri Press, (ISBN 0826215491, lire en ligne)
En d'autres langues
  • (de) Paul Bürvenich, Der Zauber des Harry Potter - Analyse eines literarischen Welterfolgs, Peter Lang Verlag (octobre 2001) (ISBN 978-3-631-38743-6)

Filmographie

Articles connexes

Liens externes

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 20 mars 2017 ().
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.