Harry Dean Stanton

Harry Dean Stanton est un acteur américain né le à Irvine (Kentucky) et mort le à Los Angeles (Californie)[1], connu en particulier pour son rôle dans Paris, Texas de Wim Wenders, palme d'or au Festival de Cannes 1984.

Biographie

Harry Dean Stanton naît dans l'État du Kentucky de Sheridan, fils d'un cultivateur de tabac et coiffeur, et d'une cuisinière Ersel (née Moberly)[2]. Ses parents divorcent quand il est au lycée et tous deux se remarient[3].

Il étudie au lycée de Lafayette[3] puis à l'université du Kentucky à Lexington où il joue au théâtre de Grand-Guignol sous la direction du metteur en scène britannique Wallace Briggs[4]. Il y étudie le journalisme et la radio. Briggs l'encourage à quitter l'université pour devenir acteur ; il étudie alors au Pasadena Playhouse à Pasadena en Californie[5], en compagnie de Tyler MacDuff et Dana Andrews.

Stanton sert dans la marine durant la Seconde Guerre mondiale en tant que cuisinier[6].

Il apparaît pour la première fois dans une série télévisée, Inner Sanctum, en 1954, et fait ses débuts au cinéma, trois ans plus tard, dans le western Tomahawk Trail[2]. Il prend le nom de Dean Stanton pour éviter d'être confondu avec l'acteur Harry Stanto[2].

Stanton a joué dans des films indépendants comme Macadam à deux voies, Cockfighter, New York 1997, La Mort en prime, et des films grand public comme Luke la main froide, Le Parrain 2, Alien, Red Dawn, Alpha Dog, Rose bonbon, Christine et La Ligne verte. Il a joué pour Sam Peckinpah, John Milius, David Lynch et Monte Hellman[7].

Sa carrière prend un tournant en 1984 lorsque le scénariste Sam Shepard le propose et qu'il est choisi par Wim Wenders pour un des rôles principaux dans Paris, Texas[8].

Stanton a aussi joué dans des clubs en tant que chanteur et guitariste, principalement de musique country[9]. Il a travaillé avec des musiciens comme Bob Dylan, Art Garfunkel ou Kris Kristofferson[10] et a joué de l'harmonica pour le groupe The Call sur l'album Let the Day Begin en 1989[11].

Il meurt à 91 ans, le , à Los Angeles[2],[12], peu après avoir interprété le rôle principal de Lucky, film qui s'inspire de sa vie et de sa personnalité[13].

Filmographie

Années 1950

Années 1960

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Voix françaises

Références

  1. (en) « Harry Dean Stanton Dead at 91 », TMZ,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c et d Anita Gates, « Harry Dean Stanton, Character Actor Who Became a Star, Dies at 91 », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (en) « Kentucky-born actor Harry Dean Stanton dies at 91 », Kentucky.com (consulté le 16 septembre 2017).
  4. Copley, Rich, « Lexington Film League has a hit in the Harry Dean Stanton Festival », Lexington Herald-Leader, May 17, 2012. Retrieved September 20, 2013.
  5. « The Guardian: “Harry Dean Stanton, cult American actor, dies aged 91” », by Andrew Pulver, 16 September 2017.
  6. (en) « Navy Muster Roll for USS LST-970 », fold3.com, .
  7. (en) « Harry Dean Stanton, ‘Big Love,’ ‘Twin Peaks’ Star, Dies at 91 », Variety (consulté le 16 septembre 2017).
  8. Steve Oney, « A Character Actor Reaches Cult Status », The New York Times Magazine,‎ , p. 52 (lire en ligne).
  9. (en) Karen Valby, « From the archives: Harry Dean Stanton is wild at heart », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne).
  10. « Harry Dean Stanton's Best Musical Moments: From 'Cool Hand Luke' to a Telethon With Bob Dylan », Billboard (consulté le 16 septembre 2017).
  11. (en) « Muchael Been Obituary », Guardian.com (consulté le 16 septembre 2017).
  12. (en) Carmel Dagan, « Harry Dean Stanton, ‘Big Love,’ ‘Twin Peaks’ Star, Dies at 91 », Variety,‎ (lire en ligne).
  13. Entretien avec John Carroll Lynch, dossier de presse de Lucky (lire en ligne).

Voir aussi

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Bibliothèque nationale d’Australie • Base de bibliothèque norvégienne • Bibliothèque nationale tchèque • WorldCat