Harry, un ami qui vous veut du bien

Harry, un ami qui vous veut du bien
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film Harry, un ami qui vous veut du bien.
Réalisation Dominik Moll
Scénario Gilles Marchand
Dominik Moll
Acteurs principaux
Sociétés de production Diaphana Films
M6 Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Suspense, drame, thriller psychologique
Durée 117 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Harry, un ami qui vous veut du bien est un film français de suspense réalisé par Dominik Moll, sorti en 2000.

L'histoire commence par la rencontre fortuite de Michel, un jeune père de famille, avec Harry, un de ses anciens camarades de lycée. Celui-ci, très impressionné par les talents littéraires qu'avait Michel au lycée, s'évertue alors à ce qu'il reprenne une activité créatrice. Harry s'insinue progressivement dans la vie de Michel et se met à éliminer toutes les personnes, qui selon lui, peuvent nuire à l'épanouissement de Michel.

Le réalisateur Dominik Moll commence l’écriture du scénario en 1997, d'abord seul puis avec Gilles Marchand. La préproduction débute au premier semestre 1999 et le tournage a lieu au semestre suivant, principalement dans le département du Cantal. La musique du film est composée et dirigée par David Whitaker. Le film est projeté la première fois lors du Festival de Cannes 2000, où il est en compétition pour la Palme d'or puis sort au cinéma l'été suivant et en vidéo en 2001.

Proche du style d'Alfred Hitchcock, le film privilégie la tension plutôt que la violence. Le personnage de Harry est généralement vu comme étant le double négatif ou le « ça » du personnage de Michel. Harry, un ami qui vous veut du bien est un succès à la fois critique et public. Il remporte plusieurs prix, dont quatre Césars, et est sélectionné dans de nombreux festivals internationaux.

Son titre a marqué les esprits et est périodiquement repris et détourné, notamment à la télévision.

Synopsis

Michel Pape, sa femme Claire, et leurs trois filles sont sur la route des vacances. Ils se rendent dans leur maison de campagne que Michel est en train de restaurer. Comme les enfants commencent à s’agiter, ils s'arrêtent pour faire une pause sur une aire d’autoroute. Là, Michel est reconnu par Harold Ballesteros dit Harry, un vieux camarade du lycée qui a gardé en mémoire un poème et une nouvelle écrits par Michel dans le journal scolaire. Après avoir échangé quelques nouvelles, Harry finit par s'inviter dans la maison de Michel accompagné de Prune, sa compagne.

« Il s'est approché lentement...
Avec son grand poignard en peau de nuit
Il a pris il a pris tout son temps...
avec son grand poignard en peau d'ennui
Il a reniflé dans le vent
avec son grand sourire de trop de nuits... »

— Début du poème Le Grand poignard en peau de nuit de Michel Pape, 1re A4 au lycée Berthollet en 1979[1].

Harry est fasciné par les talents artistiques de Michel, alors que ce dernier n’a jamais considéré cette activité comme une priorité, occupé par son métier d'enseignant, sa vie de famille et les travaux de sa maison de campagne. Harry souhaite aider Michel en le débarrassant des problèmes qui nuisent selon lui à son épanouissement artistique.

Pour mettre son plan en action, il renonce à ses vacances au pied du Matterhorn et s’installe avec Prune dans un hôtel non loin de la maison de Michel. Il commence par lui offrir une nouvelle voiture après une panne de sa vieille Renault 21. Harry se rend compte, ensuite, de la relation toxique qu’entretient Michel avec ses parents. Ceux-ci sont en permanence en conflit et imposent à leur fils le rôle d’intermédiaire. Une nuit, Harry se rend donc chez les parents pour leur demander de le suivre en voiture pour se rendre d’urgence auprès de Michel. Au détour d’un virage, Harry se laisse doubler puis pousse la voiture des parents de Michel pour finalement les faire chuter mortellement dans un précipice.

Après le drame, Michel retourne chez ses parents en compagnie d'Harry. Là, il retrouve dans un carton ses écrits. Harry l’observe à la dérobée et jubile en espérant que ce sera le déclic qui permettra à son ami de se remettre à l’écriture. Mais Éric, le frère de Michel, arrive à son tour chez ses parents et interrompt la magie. Après l’enterrement, Éric annonce son intention de s’installer chez Michel quelque temps pour l’aider à réaliser les travaux. Alors qu’il roule avec Harry en direction de la maison de Michel, Éric sort les écrits de Michel que celui-ci avait laissés chez ses parents. Il se met alors à dénigrer le poème de son frère, ce que ne supporte pas Harry. Furieux, il l’assassine puis se débarrasse de son corps en l’enterrant dans une forêt proche. Auprès de Michel et Claire, il prétexte qu’Éric, à la suite d'une crise de nerf, a renoncé à venir et est reparti en auto-stop.

Plus tard Michel tente de reprendre l’écriture, mais son inspiration est absente. Pendant ce temps, Claire, inquiète de la mauvaise influence qu’Harry exerce sur Michel, lequel devient de plus en plus irascible, demande à Harry de ne plus leur rendre visite.

Paysage avec champs et forêts
Paysage entourant la maison de Michel et Claire[Note 1].

Le soir même, Harry et Prune s’invitent à nouveau chez leurs amis. En aparté, Harry tente de convaincre Michel que Claire, qu’il juge incapable d’apprécier sincèrement ses écrits, constitue le réel obstacle à son épanouissement. Cela déplaît à Michel, qui rétorque qu'il ne s’autorise pas à recommander à Harry de se débarrasser de Prune, même s’il la trouve idiote. Furieux, Harry quitte la maison en y abandonnant Prune. Ensuite, tout le monde se couche mais Michel ne parvient pas à dormir et se met frénétiquement à écrire un roman qu’il intitule Les Œufs. Sur la route, Harry se met à réfléchir aux paroles de son ami et retourne en pleine nuit à la maison. Sans un bruit, il se rend auprès de Prune et la tue. Il demande alors à Michel de l’aider à se débarrasser du corps. Celui-ci, hébété, s’exécute et laisse tomber le corps au fond du puits qu’il est en train de boucher près de la maison. Harry donne ensuite un couteau à Michel pour qu’il assassine ses trois enfants tandis que lui se chargera de tuer Claire. Horrifié par cette idée, Michel a le réflexe de planter le couteau dans le ventre dʼHarry qui s’effondre raide mort. Il dissimule alors le corps dans le puits et travaille toute la nuit à le reboucher. Il se couche au petit matin. Quand il se réveille plus tard dans la journée, Claire lui demande où est passée Prune. Michel lui raconte qu’Harry est revenu dans la nuit et qu’ils sont repartis pour de bon pour le Matterhorn.

Michel, qui a maintenant retrouvé une inspiration littéraire, vit désormais sa vie de manière épanouie auprès de Claire et de ses enfants.

Personnages

  • Michel : c'est un père de famille qui a une approche pragmatique et arrangeante de la vie. Il essaie d'éviter les conflits avec sa femme et ses parents[1].
  • Harry : c'est un rentier sincère et entier qui n'est ni cynique ni manipulateur. Il a fait une fixation sur Michel et sur son talent d’écrivain. Il veut absolument faire son bonheur. Harry a une philosophie radicale. Selon lui chaque problème a une solution. Mais les solutions d’Harry éliminent réellement et définitivement le problème[1].
  • Claire : c'est la femme de Michel. Contrairement à son époux, elle est dynamique, extravertie et a un fort tempérament. Elle se rend progressivement compte de la mauvaise influence qu'Harry exerce sur Michel[2],[1].
  • Prune : c’est la fiancée d’Harry. Elle a tout quitté pour lui et n'ose rien lui dire[2]. En apparence elle est le cliché de la jolie fille qui se fait entretenir. En fait, elle n’est pas idiote et ressent bien le basculement d’Harry. Contrairement à ce dernier, elle est tentée par une vie de famille normale[1].

Fiche technique

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution

Production

Développement

Après avoir réalisé six courts métrages et en 1993 son premier film Intimité, une chronique sentimentale sortie dans moins de dix salles mais ayant reçu des critiques favorables, Dominik Moll réfléchit à une nouvelle réalisation[4],[1],[5]. L'idée de départ de son nouveau film vient de son expérience de jeune père. Il s'aperçoit que c'est difficile, se sent débordé et se rend compte qu'il a moins de temps pour lui. C'est alors qu'il a l'idée de confronter un père qui est dépassé par son quotidien à un homme représentant la liberté absolue. Il se demande ensuite ce qui se passerait si le second s'immisce dans la vie du premier[6],[1].

Homme brun chauve et barbu
Gilles Marchand en 2011.

Moll débute alors l'écriture d’un scénario en 1997. Il en parle ensuite à Gilles Marchand, un ancien camarade de l'Idhec. Ils décident alors de se rencontrer régulièrement. Moll présente l'avancée de son travail à Marchand qui lui donne des idées. C’est d’ailleurs ce dernier qui pousse Moll à radicaliser le personnage d'Harry en faisant de lui un meurtrier « pour donner plus de relief au film ». Puis au bout d'un certain temps, ils se décident à écrire ensemble. Ils se répartissent les scènes puis se retrouvent pour enrichir et relire leurs travaux mutuels[6],[5],[1].

Une fois le scénario achevé, Moll se met en quête de producteurs et de distributeurs. Il rencontre alors Michel Saint-Jean, qui avait été le distributeur d’Intimité. Saint-Jean avait depuis quelque temps envie de se lancer dans l'aventure de la production. Trouvant le scénario très prometteur, il saute sur l'occasion et décide de faire de Harry, un ami qui vous veut du bien, sa première production en solitaire[6],[5],[1].

Moll débute alors les repérages. L'action se situant dans une région montagneuse, Moll décide de se rendre dans le massif du Vercors avec son assistante réalisatrice mais ne trouve rien qui lui convienne[6]. Il laisse alors à son assistante le soin de continuer seule. Elle se rend dans les Cévennes, en Ardèche puis finalement dans le Cantal. C'est là qu'elle trouve enfin une maison idéale : La Roussière, à vingt kilomètres au nord d'Aurillac près du village de Pailherols[6]. C'est une ancienne ferme isolée au bout d'une vallée qui est alors inoccupée depuis vingt-cinq ans. La maison étant dans un état de délabrement avancé, la production doit faire beaucoup de travaux pour la rendre habitable mais aussi pour y permettre le tournage, notamment en installant des cloisons démontables. Moll prend beaucoup de temps à chercher la maison car il la considère comme étant le « cinquième personnage » du film[6].

Pendant son travail d'écriture du scénario, Moll n'a pas pensé à des comédiens en particulier pour incarner les personnages[7]. Il engage d'abord pour le rôle de Prune Sophie Guillemin qu'il a vue dans L'Ennui (1998) et dont il apprécie « son côté décalé et sa fraîcheur »[8],[1]. Michel Saint-Jean, qui a coproduit le film Western (1997), propose alors d'engager l'un des acteurs principaux de ce film : le Catalan Sergi López. Il lui propose d'abord le rôle de Michel mais revient ensuite sur sa décision car il aurait fallu que toute la famille de Michel soit d'origine espagnole. Il lui propose alors le rôle d'Harry[7]. Rôle qui est à l'opposé du registre habituel de l'acteur cantonné au « copain sympa rigolo »[9]. Mais comme Moll veut également pour Harry un acteur qui inspire confiance pour ne pas révéler trop rapidement la tournure de son film, López peut tout à fait être le rôle. Les deux hommes se rencontrent donc en mai 1999 pour une lecture qui s'avère concluante. Moll décèle que López peut aller vers une vraie folie, tout en restant dans la sincérité qu'il cherche[7],[1]. Laurent Lucas, lui, est engagé en juin pour le rôle de Michel, après que Dominik Moll a contacté d'autres acteurs (dont Alain Chabat)[10]. Pour le rôle de Claire, Moll pense à Mathilde Seigner[7]. Celle-ci était très en vue depuis le succès de Vénus Beauté (1999) et avait reçu plus d'une vingtaine de scenarii dont celui de Moll[11]. Seigner est d'abord réticente vis-à-vis du rôle mais le scénario l'intéresse énormément, ce qui la pousse à finalement accepter. Pour Éric qu'il a écrit en pensant à The Big Lebowski (1998), il recrute Michel Fau. Pour les parents, il engage Dominique Rozan qu'il a vu dans On connaît la chanson (1997) et Liliane Rovère que Gilles Marchand a vue dans Voyages (1999). Les trois petites filles sont, elles, recrutées durant une audition en Auvergne[2].

Tournage

Le tournage débute fin août 1999 avec les scènes de voiture réalisées sur un tronçon d'autoroute inachevée près de Tours. Après une semaine de tournage, la production se déplace dans le Cantal pour le reste du film[12]. Les comédiens sont installés à une demi-heure de trajet de la maison de La Roussière où sont tournées les principales scènes durant deux mois de mi-septembre à mi-novembre[13],[12]. Quelques scènes sont aussi tournées à Vic-sur-Cère. Malgré un sujet angoissant, le tournage se déroule très sérieusement mais dans la bonne humeur[12]. Les scènes de l'hôtel où habite Harry sont tournées au château Mont-Royal à La Chapelle-en-Serval dans l'Oise. La dernière scène tournée est celle du singe volant, le héros de la première nouvelle de Michel. Elle est réalisée sur fond vert avec un petit singe attaché à un siège avançant vers la caméra[12]. Il faut quarante-trois prises pour cette scène car le singe, bien que dressé, n'apprécie pas d'être sanglé et affublé d'un casque à hélice[5].

Postproduction

Dès la fin du tournage, le monteur Yannick Kergoat travaille seul sur une première version du film qu'il présente à Dominik Moll. Ils modifient ensuite ensemble ce montage pour obtenir la version définitive[15]. Le montage son est ensuite ajouté par Gérard Hardy. Son travail est notamment utile pour les scènes extérieures où il élimine les bruits d'insectes et d'oiseaux pour les placer ensuite plus judicieusement. Ce montage est notamment perceptible durant la scène où Harry détruit le portable du frère ou quand Harry se trouve mal à l'aise face aux parents de Michel[15].

Bande originale

La musique originale est écrite par David Whitaker, un compositeur anglais[15]. Il n'a alors pas signé de musiques de film depuis dix ans. Il a eu son « heure de gloire » dans les années 1970 pour des films d’horreur et de vampires produits en Angleterre par Hammer Film Productions puis avait signé des arrangements pour des chanteurs français. Pour trouver la musique de son film, Dominik Moll écoute des disques de plusieurs compositeurs. Il est particulièrement marqué par la bande originale du film L'Épée sauvage (1982) composée par Whitaker et comportant des morceaux « très péplum et d'autres avec des orchestrations magnifiques, des sonorités étranges »[15]. Moll envoie alors son scénario au compositeur qui, séduit, écrit une sonatine pour piano avant même leur rencontre. Cette musique plaît beaucoup au réalisateur qui la place durant le générique. Elle apporte selon lui un décalage avec les cris des enfants dans la voiture qui tapent sur les nerfs de leurs parents[1]. Plus tard Whitaker se rend sur le tournage pour s'imprégner du film[15]. Il enregistre ensuite les musiques aux studios Abbey Road à Londres puis il rejoint Dominik Moll au moment du montage pour intégrer les maquettes au mieux dans le film[15],[1].

Femme souriante avec des couettes d'indiennes
Dolores del Río dans Ramona (1928).

La chanson Ramona interprétée par Dolores del Río est, elle, un choix de Dominik Moll[15]. Il l'a trouvé dans une compilation de chansons hollywoodiennes qu’il écoutait en écrivant le scénario. Il s'agit d'une valse nostalgique enregistrée en 1928 pour le film Ramona. Moll veut alors en faire une chanson récurrente qui peut s'identifier à Harry et qui revient dans la séquence familiale finale. Il veut en effet quelque chose en décalage complet avec les solutions radicales proposées par Harry[1].

La bande originale sort en CD chez BMG Music le [16].

Liste des morceaux
No Titre Durée
1. Ramona par Dolores del Río 3:30
2. L'Autoroute des vacances 1:37
3. La Salle de bains rose 0:23
4. La Chambre d'amis 1:00
5. La Nouvelle voiture 0:33
6. On a plus de sensation dans l'obscurité 0:60
7. Les Parents 0:26
8. Tu les as vu ? 0:47
9. Sonate pour piano nº 5 4:56
10. Hotel Mont Royal 1:12
11. La Route des crêtes 1 0:58
12. La Route des crêtes 2 0:44
13. Harry 1:24
14. Le Singe volant 1:31
15. La Page blanche 0:45
16. Tu viens, bébé ? 0:30
17. Le Parking 0:50
18. Des Arbres dans la nuit 1:02
19. Les Œufs 3:15
20. L'Escalier 3:47
21. Le Couteau 1:10
22. De Jolies fleurs 1:28
23. Ramona pour piano et violon 2:44
35:32

Accueil

Sortie

Le film est sélectionné par Pierre Viot pour faire partie du 53e Festival de Cannes. Les quatre acteurs principaux et le réalisateur montent les marches du festival pour la projection du film le . La salle est conquise par le film et ovationne l'équipe pendant une quinzaine de minutes[17]. Le film est ensuite projeté dans plusieurs festivals internationaux, comme ceux de Toronto le 12 septembre et de Chicago en octobre mais aussi dans plusieurs festivals de films français. Il sort dans les salles françaises le mais aussi dans plus de vingt autres pays entre 2000 et 2002.

Le film est également projeté en avant-première le à Pailherols, commune où ont été réalisées les principales scènes du tournage[19]. La maison de La Roussière a été prêtée par son propriétaire Claude Prunet à la condition que l'avant-première se déroule dans la commune. Les habitants fabriquent d'ailleurs pour l'événement un grand écran. Dominik Moll et Gilles Marchand reviennent spécialement sur les lieux pour cette séance[19].

Accueil critique

Harry, un ami qui vous veut du bien est un succès critique. En France, le film reçoit des critiques élogieuses, le site Allociné proposant une note moyenne de 4,4 sur 5 à partir d'une interprétation de 21 critiques. Aux États-Unis, le site Rotten Tomatoes soumet un score de 96 % et une note moyenne de 7,5 sur 10 pour un total de 91 critiques répertoriées[21]. Il dispose d'une synthèse plus basse mais également bonne sur le site Metacritic, avec un indice de satisfaction à 75 % basé sur 28 avis[22].

En France, parmi les plus élogieux, Grégory Alexandre indique dans Ciné Live que c'est le « film français le plus tendu, le plus pénétrant, le plus lumineux et le plus excitant que l'on ait vu depuis des lustres ». Il souligne également l'excellence de la mise en scène, la précision du cadrage et le sens du détail[5]. Sébastien Socias de L'Écran fantastique confirme qu'il s'agit d'un « film angoissant, inquiétant, lourd de symboles, comme le cinéma français nous en livre hélas trop peu. ». Juliette Sales de Synopsis pense également qu'il s'agit d'« un joli coup de théâtre dans le paysage, souvent triste, du polar français ». Bertrand Loutte pour Les Inrockuptibles trouve que le film « suinte l'angoisse et fait du bien ». Jacques Mandelbaum dans Le Monde le qualifie de « réussite absolue » tandis que Jean-Marc Lalanne de Libération le trouve « jubilatoire ». Louis Guichard pour Télérama indique qu'il s'agit d'un « brillant mélange de genres et de références (Hitchcock, Lynch) » avec quatre acteurs « étincelants »[24].

Plus réservé, Jean-Sébastien Chauvin des Cahiers du Cinéma trouve que le film ne parvient jamais à franchir le cap qui « fait les grands films névropathes, les Shining (1980), Barton Fink (1991) et autres Locataire (1976) ». Vincent Ostria de L'Humanité pense qu'il ne s'agit que d'un « exercice de style hitchcockien » et un « ersatz des romans de Patricia Highsmith ».

Aux États-Unis, Roger Ebert du Chicago Sun-Times trouve que les films comme Harry, un ami qui vous veut du bien « sont plus intrigants que les thrillers où les héros et les méchants portent des insignes ». Car, si les spectateurs savent que les personnages sont en danger, « ils ne savent pas pourquoi, ni comment, ni même qui va le provoquer »[25]. Lisa Schwarzbaum d’Entertainment Weekly affirme que c'est un film « délicieusement effrayant »[26]. Dave Kehr du New York Times trouve le film « étrange et drôle, intelligent, complexe et difficilement oubliable »[27]. Bob Graham du San Francisco Chronicle indique qu'Harry « s'insinue brillamment » dans l'héritage d'Alfred Hitchcock et de Stanley Kubrick[28]. Au Royaume-Uni, Michael Thomson de la BBC pense que le film est une « beauté discrète » proche dans la forme des meilleurs films de Claude Chabrol[29].

Box-office

Le film est un succès au box-office avec 15 537 000 US$ de recettes pour un budget de 2 900 000 [3]. En France avec 1 966 000 entrées, le film se classe en vingtième position du box-office de l'année 2000 derrière les films de suspense Sixième sens (2e) et Les Rivières pourpres (10e) mais devant Apparences (25e)[30]. À l’international le film se hisse seulement à la cent soixantième place annuelle en Amérique du Nord et à la cent trente-troisième place au niveau mondial en 2001[31].

Résultats au box-office par région/pays
Pays Box-office
(2000-2001)
Classement de l'année
(2000-2001)
Monde Monde 15 537 000 US$ 133e
Drapeau de la France France 1 966 000 entrées 20e
Drapeau des États-Unis États-Unis 3 830 000 US$ 160e

Distinctions

Lors de la 26e cérémonie des César du cinéma, il est nommé dans sept catégories et en remporte quatre dont celui du meilleur acteur pour Sergi López et du meilleur réalisateur pour Dominik Moll[32]. López obtient également pour ce film le prix du cinéma européen du meilleur acteur de l’an 2000. Harry, un ami qui vous veut du bien est également en lice pour la Palme d'or du festival de Cannes de 2000 mais le prix est remporté par Dancer in the Dark de Lars von Trier[33].

Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la page Awards du film sur l'Internet Movie Database. Ici sont listés les principaux prix.

Récompenses

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Le film obtient les récompenses suivantes :
Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2000 Prix du cinéma européen Meilleur acteur Sergi López
Le Masque et la Plume Prix des auditeurs du Masque[35]
Trophées 813 Meilleur film francophone[36]
2001 César du cinéma César du meilleur acteur Sergi López
César du meilleur réalisateur Dominik Moll
César du meilleur son Gérard Hardy, Gérard Lamps et François Maurel
César du meilleur montage Yannick Kergoat
Festival international du film de San Diego Meilleur long métrage Dominik Moll
Prix Sant Jordi du cinéma Meilleur acteur espagnol Sergi López (également pour Une liaison pornographique)

Nominations et sélections

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Le film obtient les nominations et sélections suivantes :
Année Cérémonie ou récompense Prix Nommé(e)s
2000 Festival de Cannes Sélection officielle, en compétition pour la Palme d'or Dominik Moll
Festival international du film de Chicago Sélection officielle, en compétition pour le Gold Hugo Dominik Moll
Festival international du film de Bratislava Sélection officielle, en compétition pour le Grand Prix Dominik Moll
Prix du cinéma européen Meilleur film
Meilleur scénariste Gilles Marchand et Dominik Moll
2001 César du cinéma César de la meilleure actrice dans un second rôle Mathilde Seigner
César du meilleur film
César du meilleur espoir féminin Sophie Guillemin
César du meilleur scénario original Gilles Marchand et Dominik Moll
César de la meilleure musique originale David Whitaker
BAFTA Awards Meilleur film en langue étrangère
London Film Critics Circle Awards Meilleur film en langue étrangère
2002 Online Film Critics Society Awards Meilleur film en langue étrangère
Phoenix Film Critics Society Awards Meilleur film en langue étrangère
Saturn Awards Meilleure sortie DVD

Analyse

Contraste entre Michel et Harry

Homme châtain à lunette
Dominik Moll en 2011.

Harry est traité comme étant une pulsion de Michel, son petit démon intérieur voire son négatif, comme dans le film Fight Club (1999)[2],[5],[37],[38]. La réapparition d'Harry dans la vie de Michel n'est pas anodine : elle se tient dans les toilettes d'une station service, face à un miroir. Cette rencontre renvoie à la notion de « double » de Sigmund Freud. À partir de cette rencontre et tout au long du film, Michel va se précipiter à la rencontre de ses désirs. Par l'intermédiaire d'Harry, il va se débarrasser de la présence inhibante de ses parents et de l'agressivité jalouse de son frère pour retrouver sa libido et sa force créatrice[39],[40],[37]. Harry peut être vu également comme l'inconscient de Michel, le « ça » freudien. Il est une projection monstrueuse de Michel à la façon de Docteur Jekyll et de M. Hyde[1]. Harry, un ami qui vous veut du bien est aussi un film sur la création artistique car Michel est confronté à ses ambitions d'adolescent qui reviennent par l'intermédiaire d'Harry. Selon Dominik Moll « tout le monde a abandonné certains de ses rêves d'enfants[1]. » Michel finit d'ailleurs par assumer ses désirs et sa créativité. Harry, double maléfique, ne lui est plus utile et finit donc par retourner dans son subconscient matérialisé dans le film par le puits obscur de la maison[39].

Les œufs sont, eux, le symbole du renouveau créatif de Michel. Ils sont filmés en grand angle par le réalisateur pour révéler une similitude (au moyen du seul fondu enchaîné du film) avec le corps tout en rondeur de Prune. Harry explique d'ailleurs à Michel qu'il avale un œuf cru après chaque rapport sexuel avec Prune pour conserver sa virilité. Michel découvre ensuite qu'il ne peut plus regarder une coquille d’œuf sans en ressentir une certaine frustration. C'est d'ailleurs pour cela qu'il intitule son roman « Les Œufs »[1],[27],[28]. Auparavant la virilité de Michel était contestée notamment par un contexte féminisé avec sa femme et ses trois filles, par les remarques castratrices de sa mère envers son père ou par les moqueries de sa femme sur son poème Le Grand poignard en peau de nuit, alors rebaptisé « Poignard en peau de bite ». Harry incarne donc le retour de sa sexualité[37].

L'idée de construire une salle de bains rose est aussi une façon de contraster avec le reste de la maison et de mettre en évidence son incongruité mais aussi d'en faire un lieu abstrait[12]. Son aspect très « lynchien » avec une couleur qui ressemble à une peau écorchée en fait un espace psychique[40],[41], un coin de la tête de Michel où celui-ci se retranche pour y écrire son roman[12],[28]. Cette impression de décalage est renforcée par la chanson Ramona qui dénote par sa légèreté des autres musiques plus angoissantes à l'image de la chanson Paloma dans le film Mortelle Randonnée (1983)[41].

Les solutions qu'adopte Harry sont jugées effrayantes par Michel parce que criminelles, mais aussi jouissives parce que libératrices[1]. En effet, même adulte on reste toujours un enfant pour ses parents et parfois cela peut entraîner des dérives. Dans la logique d'Harry et pour certaines personnes, la mort des parents peut être vécue comme un événement libérateur, et on devient enfin un adulte[1]. Cependant, en optant pour une « fin heureuse », Dominik Moll confirme que le raisonnement d'Harry est celui d'un fou. Il est donc déraisonnable et insensé de vouloir s'affranchir de ses parents ou de la société pour retrouver une individualité originale[42].

Tension et violence

Harry, un ami qui vous veut du bien est un film de tension plus que de violence. Dominik Moll trouve que cette dernière est trop banalisée et qu'elle ne veut plus rien dire. Il ne la met donc pas en scène[1]. Il n’aime d'ailleurs pas les scènes horribles qui sont censées « faire vibrer le spectateur ». Il préfère garder une tension en suggérant et se sent pour cela plus proche du cinéma anglais[1]. En revanche dès le début du film, il installe la tension. La scène d’ouverture, même si elle est une scène de départ en vacances, est tendue. Les parents sont en effet fatigués par leurs enfants qui, coincés dans la voiture, se révèlent infernaux[1].

Références culturelles

Homme blanc et chauve en costume
Alfred Hitchcock est le cinéaste préféré de Dominik Moll. Plusieurs critiques comparent d'ailleurs son film à ceux d'Hitchcock[1].

Dominik Moll se dit influencé par la romancière Patricia Highsmith (notamment pour son roman de 1950, L'Inconnu du Nord-Express) et le cinéaste Alfred Hitchcock (Les Oiseaux, 1963)[5],[1],[40],[27],[28]. Le nom Harry Ballesteros est d'ailleurs très proche de celui de Manny Balestrero, le personnage principal du film d'Hitchcock Le Faux Coupable (1956)[40]. Le titre du film rappelle également celui d'un autre film d'Hitchcock : Mais qui a tué Harry ? (1955)[43]. D'autre part, la scène d'ouverture, avec une plongée qui coince une voiture transportant une famille de classe moyenne, est très similaire à celle du film Shining (1980) de Stanley Kubrick[5],[37],[44],[28]. L'une des scènes suivantes, quand Michel retrouve Harry dans les toilettes d'une aire d’autoroute, ressemble pour sa part aux premiers instants du film La Disparue (1993) de George Sluizer[40].

Harry est un des rares tueurs altruistes du cinéma[5]. Cependant, il est aussi un faux ami comme Anne Baxter dans Ève (1950), Simone Signoret et Paul Meurisse dans Les Diaboliques (1954), Robert Mitchum dans La Nuit du chasseur (1955), Jean-Pierre Bisson et Dominique Lavanant dans Mort un dimanche de pluie (1986), Glenn Close dans Liaison fatale (1987), Jennifer Jason Leigh dans JF partagerait appartement (1992) ou encore Rebecca De Mornay dans La Main sur le berceau (1992)[5].

Éditions en vidéo

Le film sort en VHS et en DVD le 16 mai 2001 chez Film Office[45]. La version « collector » est jugée de bonne qualité et offrant un pressage d'une grande netteté. Cette version comprend plusieurs bonus : le making-of de quarante minutes « Les Carnets de Harry », des scènes abandonnées, les films-annonces et un livret d'accompagnement[45]. La scène coupée « Prune dans l'assiette », montre Harry et Prune dînant dans leur chambre d'hôtel. Prune, droguée par Harry, tombe la tête la première dans son assiette. Harry peut alors partir commettre ses forfaits sans éveiller les soupçons de sa compagne. « Un père assassiné » montre une séquence du dialogue entre Harry et le père de Michel. Harry y révèle que son père est mort assassiné au Luxembourg. « La Fin du frère » est une scène où on voit comment Harry tue Éric, le frère de Michel. Dominik Moll a préféré supprimer cette scène pour garder le suspense jusqu'à la scène suivante. « À propos du cadeau » est une scène qui se déroule après l'offre par Harry de la voiture à Michel et Claire. Le réalisateur l'élimine au montage car il la trouve « trop explicative ». Il peut ainsi « prendre le spectateur de vitesse »[45]. L'édition « collector » est nommée au Saturn Award de la meilleure édition DVD de l'année 2002 qui est cependant remporté par le DVD du film Ginger Snaps (2000).

Postérité

Le titre Harry, un ami qui vous veut du bien est resté dans les consciences, au point d'être périodiquement repris et détourné, notamment à la télévision, en France ou au Québec. Ainsi, plusieurs titres d'épisodes de séries américaines ou britanniques ont été traduits en français avec une référence au film de Dominik Moll : Larry, un ami qui vous veut du bien dans la saison 4 de Ma famille d'abord (2001-2005) ; Al, un ami qui vous veut du bien dans la saison 2 de M.I. High (2007-2014) ; Bryce, un ami qui vous veut du bien dans la saison 3 de United States of Tara (2009-2011). De même Gaby, une amie qui vous veut du bien est le titre québécois d'un épisode de la saison 6 de Desperate Housewives (2004-2012)[49]. Dans la série québécoise Une grenade avec ça? (2002-2011), un épisode de la saison 2 s'intitule Hubert, un ami qui vous veut du bien. En 2016, c'est un reportage de l'émission Complément d’enquête, prix Albert Londres de l'audiovisuel l'année suivante, qui est titré Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien[51].

Un remake américain du film est également un temps envisagé entre 2012 et 2014 par la société de production Focus Features et l'acteur Wentworth Miller est même engagé pour écrire un scénario inspiré de celui de Dominik Moll et Gilles Marchand[52]. Cependant, le projet n'a pas abouti à ce jour.

Notes et références

Notes

  1. La commune de Pailherols accueille la plus grande partie du tournage.
  2. Littéralement « Avec un ami comme Harry ».
  3. Littéralement « Harry, il est là pour aider ».
  4. Rebaptisée « Plum » dans la version anglaise.

Références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x Jean-Yves Gaillac et Tiffy Morgue, Entretien avec Dominique Moll in Livret d'accompagnement de l'édition DVD du film Harry, un ami qui vous veut du bien, Film Office, .
  2. a, b, c et d Chapitre « Les Personnages » de Les Carnets d'Harry, documentaire inclus dans l'édition « collector » du DVD du film Harry, un ami qui vous veut du bien.
  3. a et b « Harry, un ami qui vous veut du bien », sur JPbox-office.com (consulté le 9 octobre 2017).
  4. « Intimité (1994) », sur CBO-BoxOffice.com (consulté le 23 octobre 2017).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Philippe Paumier, « Harry, un ami qui vous veut du bien », Ciné Live, no 37,‎ juillet-août 2000, p. 40-49.
  6. a, b, c, d, e et f Chapitre « La Genèse » de Les Carnets d'Harry, documentaire inclus dans l'édition « collector » du DVD du film Harry, un ami qui vous veut du bien.
  7. a, b, c et d Chapitre « Les Comédiens » de Les Carnets d'Harry, documentaire inclus dans l'édition « collector » du DVD du film Harry, un ami qui vous veut du bien.
  8. « Interview Sophie Guillemin », sur INA.fr, (consulté le 27 octobre 2017).
  9. « Sergi Lopez à propos de sa carrière, sa vie », sur INA.fr, (consulté le 27 octobre 2017).
  10. « Alain Chabat a failli jouer dans Harry un ami qui vous veut du bien », Première,‎ (lire en ligne)
  11. « Mathilde SEIGNER pour son film Harry, un ami qui vous veut du bien », sur INA.fr, (consulté le 27 octobre 2017).
  12. a, b, c, d, e et f Chapitre « Le Tournage » de Les Carnets d'Harry, documentaire inclus dans l'édition « collector » du DVD du film Harry, un ami qui vous veut du bien.
  13. « Article du journal La Montagne : Le Cantal, paradis des cinéastes », sur LaRoussiere.fr, (consulté le 27 octobre 2017).
  14. a, b, c, d, e, f et g Chapitre « La Post-production » de Les Carnets d'Harry, documentaire inclus dans l'édition « collector » du DVD du film Harry, un ami qui vous veut du bien.
  15. (en) « Harry un ami qui vous veut du bien  », sur Worldcat.org (consulté le 23 octobre 2017).
  16. Chapitre « Le Festival de Cannes » de Les Carnets d'Harry, documentaire inclus dans l'édition « collector » du DVD du film Harry, un ami qui vous veut du bien.
  17. a et b « Article du journal La Montagne : « Une maison pleine de souvenirs d’Harry » », sur LaRoussiere.fr, (consulté le 27 octobre 2017).
  18. (en) « With a Friend like Harry... (2001) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 28 octobre 2017).
  19. (en) « Harry Is Here to Help », sur Metacritic (consulté le 29 octobre 2017).
  20. Louis Guichard, « Harry, un ami qui vous veut du bien », sur Télérama.fr (consulté le 3 novembre 2017).
  21. (en) Roger Ebert, « With A Friend Like Harry », sur RogerEbert.com, (consulté le 30 octobre 2017).
  22. (en) Lisa Schwarzbaum, « With A Friend Like Harry... », sur EW.com, (consulté le 30 octobre 2017).
  23. a, b et c (en) « FILM REVIEW : He May Not Recall Harry, But He'll Never Forget Him », sur NYTimes.com, (consulté le 3 novembre 2017).
  24. a, b, c, d et e (en) « Harry insinuates itself brilliantly / Thriller recalls Hitchcock, Kubrick », sur SFGate.com, (consulté le 6 novembre 2017).
  25. (en) Michael Thomson, « Harry, He's Here to Help », sur BBC.CO.UK, (consulté le 30 octobre 2017).
  26. « Les entrées en France - Année : 2000 », sur JPbox-office.com (consulté le 12 octobre 2017).
  27. (en) « With a Friend Like Harry », sur BoxOfficeMojo.com (consulté le 12 octobre 2017).
  28. « Académie du Cinéma », sur academie-cinema.org (consulté le 10 octobre 2017).
  29. « Harry, un ami qui vous veut du bien », sur festival-cannes.com (consulté le 10 octobre 2017).
  30. « Tous les prix des auditeurs du Masque et la Plume depuis 1990 », sur FranceInter.fr, (consulté le 23 octobre 2017).
  31. « Trophée du Meilleur film (1981-1998) », sur RayonPolar.com (consulté le 23 octobre 2017).
  32. a, b, c et d « Harry, un ami qui vous veut du bien », sur CinemaParlant.com, (consulté le 6 novembre 2017).
  33. « Harry, un ami qui vous veut du bien », sur ExplicationDeFilm.com (consulté le 3 novembre 2017) :

    « Pas besoin de revoir Fight Club pour comprendre qu’Harry n’est autre que le double de Michel. Il est son fantasme : le célibat, la liberté, la rente, la nana, les gros seins, la belle bagnole, la climatisation. Alors que Michel il a le mariage, les trois filles et la Renault qui va avec […]. »

  34. a et b Philippe Grimbert, Avec Freud au quotidien, Paris, Grasset, , 320 p. (ISBN 978-2-2467-9813-2).
  35. a, b, c, d et e (en) « Harry He's Here to Help », sur Old.BFI.org.uk, (consulté le 30 octobre 2017).
  36. a et b « Harry, un ami qui vous veut du bien - la critique », sur Avoir-Alire.com, (consulté le 4 novembre 2017)
  37. Benoit Bastard, « La Séparation, mais le lien », Terrain, no 36,‎ , p. 36-37.
  38. (en) « Dominik Done », sur NowToronto.com, (consulté le 8 novembre 2017).
  39. Jean-Michel Place, « Le Lien », Vertigo, no 22,‎ , p. 34.
  40. a, b et c Marc Toullec et Emmanuel Lapierre, « DVD & Vidéo à la vente », Ciné Live, no 46,‎ , page 141.
  41. Frank Woodbridge, Desperate Housewives : Le guide du serie-addict, Archipel, , 136 p. (ISBN 978-2-8098-0670-0)
  42. « Les Prix Albert Londres 2017 », sur Scam.fr, (consulté le 16 octobre 2017).
  43. « Wentworth Miller planche sur le remake de Harry, un ami qui vous veut du bien », sur ToutLeCine.Challanges.fr, (consulté le 23 octobre 2017).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 30 novembre 2017 ().
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 30 novembre 2017 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.