Handball à onze

Handball à onze
Description de l'image Handball pictogram.svg.
Fédération internationale Fédération internationale de handball
Sport olympique depuis 1936
Description de cette image, également commentée ci-après
Le handball à onze en 1953

Le handball à onze est la forme initiale du handball. Il est disputé à onze joueurs en extérieur, sur un terrain herbeux semblable à un terrain de football. Apparu dans les années 1920, il a notamment été joué aux Jeux olympiques de 1936 à Berlin avant de disparaître définitivement dans les années 1960 au profit de sa forme actuelle à 7 joueurs et en salle.

Description

Dimensions d'un terrain de handball à onze, tel qu'utilisé aux JO de 1936.

Le terrain fait entre 90 et 110 mètres de long, 55 à 65 mètres de large. Le champ a deux lignes parallèles à 35 mètres de la ligne de but, qui divise le champ en 3 sections. Chaque section peut avoir jusqu'à 6 joueurs de chaque équipe. La zone de but est une ligne semi-circulaire avec un rayon de 13 mètres et le point de réparation à 14 mètres du but. Le but fait 7,32 mètres de large et 2,44 mètres de haut.

Historique

Dans les années 1920, le torball, une forme primaire pratiquée par les femmes, est utilisé en Allemagne comme complément de formation par les fédérations de gymnastique et d'athlétisme[1]. Les athlètes y virent immédiatement le sport d'entretien idéal pendant la saison hivernale. Une fois codifié, le handball est alors créé sous la forme d'une opposition de 11 joueurs sur un terrain de handball mais pour s'adapter au jeu à la main, une zone interdite aux tireurs donne ses chances au gardien.

En 1934, l'unification se réalise avec Tschammer, commissaire aux Sports de l'Etat National Socialiste puis est entérinée par le Congrès Sportif de Nuremberg en 1935 et le chef de brigade S.S. Hermann est nommé président de la fédération allemande[1]. Prôné par le régime nazi pour ses qualités de base et l'apprentissage de la discipline collective[1], il sert également de propagande de la suprématie de la race aryenne, notamment à l'occasion aux Jeux olympiques de Berlin en 1936 et au Championnat du monde de 1938 également disputé en Allemagne.

Dans l'après-guerre, certaines règles sont modifiées pour le rendre plus attractif : suppression de la ligne de pénalisation en 1948 et du hors‐jeu (comme au football) en 1950, passage à 13 joueurs en 1954 (deux remplaçants dont un gardien). En 1956, il est décidé de diviser le terrain en trois zones, les deux zones de 35 m proches du but étant limitées à 6 attaquants et 6 défenseurs pour favoriser les démarquages d'attaquants. La surface de but est délimitée par un demi‐cercle tracé à 13 m, rapprochant l'ailier du but. Mais le jeu ne prêta guère plus d'intérêt et sa disparition était inéluctable au profit du handball à 7 joueurs et en salle.

En France, les dernières éditions du championnats de France féminin et masculin eurent lieu en 1957 et 1958 respectivement, tandis le derniers Championnats du monde féminin et masculin ont été disputés respectivement en 1960 et 1966.

Galerie

Articles connexes

Notes et références

  1. a b et c Jean-Pierre Lacoux (président de la FFHB de 1982 à 1996), Histoire et histoires du Handball français: 1932-1996, inconnu, , 300 p. (lire en ligne)