H3 (lanceur)

H3
Lanceur
Image illustrative de l’article H3 (lanceur)
Données générales
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Premier vol 2020
Période développement Depuis 2014
Statut En développement
Hauteur 63 m
Diamètre 5,27 m
Masse au décollage 574 t
Étage(s) 2
Transfert géostationnaire (GTO) 6 500 kg
Motorisation
Propulseurs d'appoint 0, 2, 4, 6
1er étage 2 ou 3 LE-9
2e étage 1 LE-5B-3

H3 est un projet de lanceur étudié par l'agence spatiale japonaise JAXA. L'objectif de ce projet, qui a débuté en 2014, est de remplacer à l'horizon 2020 le lanceur principal japonais, le H-IIA, par une fusée beaucoup moins couteuse et suffisamment sure pour permettre l'envoi d'hommes dans l'espace. L'architecture du H3 repose sur le développement d'un nouveau moteur-fusée à ergols liquides et la réutilisation du deuxième étage du lanceur léger Epsilon en tant que fusée d'appoint. Le nouveau lanceur sera capable de placer 6,5 tonnes en orbite de transfert géostationnaire dans sa configuration la plus puissante.

Historique

Le gouvernement japonais a décidé le de remplacer le principal lanceur spatial du pays, le H-IIA, par un nouvel engin. Après voir défini son cahier des charges en janvier 2014 l'agence spatiale japonaise JAXA a lancé en février 2014 un appel d'offres pour son développement. Elle a sélectionné fin mars de la même année la proposition de la société Mitsubishi Heavy Industries, constructeur historique des lanceurs japonais. L'objectif assigné à la nouvelle fusée, qui doit entrer en fonction au début des années 2020, est de diviser par deux les couts de fabrication par rapport au lanceur existant H-IIA : le nouveau lanceur doit ainsi être suffisamment concurrentiel pouvoir se positionner sur le marché des lancements de satellites privés contrairement à son prédécesseur. Le développement de la fusée H3 doit débuter en 2014. L'agence spatiale japonaise évoque également la nécessité de renouveler les installations de lancement réalisées il y a 30 ans pour les débuts du lanceur H-II et de maintenir les compétences de ses ingénieurs dans le domaine des lanceurs[1]. Le budget japonais comprend en 2014 une ligne de 7 milliards de Yen (50 millions €) pour lancer la conception. Le cout total du nouveau lanceur est évalué à 1,34 milliard €. JAXA espère que le cout du nouveau lanceur sera abaissé à environ 50 millions € notamment grâce à des moteurs principaux de conception plus simple, une avionique moderne et la réutilisation du second étage du lanceur Epsilon[2].

Caractéristiques techniques

Le lanceur H3 d'une hauteur de 63 mètres et d'un diamètre de 5,2 mètres doit mettre en œuvre un nouveau moteur-fusée à ergols liquides LE-9 utilisant un cycle à expandeur et brûlant un mélange oxygène/hydrogène. Il est prévu que le premier étage soit équipé de deux moteurs de ce type. Doté d'un ou deux étages supérieurs, il peut être lancé tel quel ou comporter de 2 à 6 accélérateurs d'appoint à propergol solide dérivés du deuxième étage de la fusée Epsilon permettant ainsi d'adapter la capacité du lanceur à la masse du satellite à satelliser. Le lanceur peut placer 3 tonnes en orbite héliosynchrone sans accélérateur d'appoint et 6,5 tonnes en orbite de transfert géostationnaire avec 6 moteurs d'appoint[2].

Caractéristiques et performances des lanceurs lourds développés durant la décennie 2010[3],[4],[5],[6] ,[7] ,[8] ,[9],[10],[11].
Charge utile
Lanceur Premier vol Masse Hauteur Poussée Orbite basse Orbite GTO Autre caractéristique
Drapeau du Japon H3 (24L) 2020 609 t 63 m 9 683 kN 6,5 t
Drapeau des États-Unis New Glenn 2021 82,3 m 17 500 kN 45 t 13 t Premier étage réutilisable
Drapeau des États-Unis Vulcan (441) 2021 566 t 57,2 m 10 500 kN 27,5 t 13,3 t
Drapeau des États-Unis Falcon Heavy (sans récupération) 2018 1 421 t 70 m 22 819 kN 64 t 27 t Premier étage réutilisable
Drapeau des États-Unis Space Launch System (Bloc I) 2020 2 660 t 98 m 39 840 kN 70 t
Drapeau de l’Union européenne Ariane 6 (64) 2020 860 t 63 m 10 775 kN 21,6 t 11,5 t
Drapeau des États-Unis OmegA (Heavy) 2021 60 m 10,1 t
Drapeau des États-Unis Falcon 9 (bloc 5 sans récupération) 2018 549 t 70 m 7 607 kN 22,8 t 8,3 t Premier étage réutilisable
Drapeau de la République populaire de Chine Longue Marche 5 2016 867 t 57 m 10 460 kN 23 t 13 t

Références

  1. (en) JAXA, « Selection of Prime Contractor for Development and Launch Services of New National lagship Launch Vehicle »,
  2. a et b (en) Stephen Clark, « Japan moves forward with replacement for H-2A rocket », sur Sapceflight Now,
  3. (en) Patric Blau, « Long March 5 Launch Vehicle », sur Spaceflight101.com (consulté le 3 novembre 2016).
  4. (en) Norbert Brügge, « SLS », sur Spacerockets (consulté le 11 mai 2019)
  5. (en) Norbert Brügge, « NGLS Vulcan », sur Spacerockets (consulté le 11 mai 2019)
  6. (en) Norbert Brügge, « Falcon-9 Heavy », sur Spacerockets (consulté le 11 mai 2019)
  7. (en) Norbert Brügge, « H-3 NGLV », sur Spacerockets (consulté le 11 mai 2019)
  8. (en) Norbert Brügge, « Ariane NGL », sur Spacerockets (consulté le 11 mai 2019)
  9. (en) Norbert Brügge, « B.O. New Glenn », sur Spacerockets (consulté le 11 mai 2019)
  10. Stefan Barensky, « Bezos et Musk : Course au gigantisme », Aerospatium,
  11. (en) Ed Kyle, « Orbital ATK Next Generation Launch », sur Space Launch Report,

Bibliographie

  • (en) H. Sunakawa et al., « Overview of LE-X Research and Development », JAXA,‎ , p. 1-7 (lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes