Hôtel de Guénégaud

Hôtel de Guénégaud
Hotel-Guenegaud-rue-des-Art.jpg

Vue de la cour

Présentation
Type
Style
Architecte
Construction
1651-1655
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
48° 51′ 41″ N, 2° 21′ 31″ E
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L’hôtel de Guénégaud (60, rue des Archives - 75003 Paris) a été élevé entre 1651 et 1655 pour Jean-François de Guénégaud , sieur des Brosses, maître des comptes, par François Mansart.

Seul hôtel du célèbre architecte qui subsiste dans sa totalité, il abrite aujourd'hui le siège de la Fondation de la Maison de la Chasse et de la Nature et un club privé du même nom : le club de la chasse et de la nature[1]. Le musée de la chasse et de la nature qui s'y trouvait autrefois a été transféré dans l’hôtel de Mongelas, hôtel particulier mitoyen de l’hôtel de Guénégaud.

Parfait exemple de l'hôtel parisien du milieu du XVIIe siècle, il se compose d'un corps principal, entre cour et jardin, de deux ailes en retour et d'un bâtiment donnant sur la rue. L'ensemble est empreint d'une grande sobriété. L'hôtel a conservé son admirable escalier d'honneur. L'hôtel fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [2].

L'hôtel de Guénégaud est probablement l'hôtel de Niorres où Ernest Capendu situe l'action de son roman éponyme: "En 1775, en face de ce magnifique hôtel de Soubise, devenu depuis l'hôtel des Archives, et occupant le centre du côté droit de la rue du Chaume, se dressait une demeure somptueuse, mais dont l'aspect général offrait à l’œil quelque chose de sévère et de triste. Deux pavillons, deux ailes donnant sur la rue, de chaque côté de la massive porte d'entrée, se reliaient, à l'extrémité d'une vaste cour, au corps ,de logis principal, fort beau bâtiment construit en pierres et en briques, dans" le style des édifices' entourant la place Royale et rappelant le règne de Louis XIII. Le temps avait rendu brunes les briques et noires les pierres. Deux étages de fenêtres énormes et décelant la hauteur majestueuse des pièces intérieures, couraient autour de ces deux ailes et de ce grand bâtiment. Un toit aigu, en ardoises, recouvrait le tout et ne contribuait pas peu à donner une apparence lugubre à cette habitation évidemment seigneuriale." Ernest Capendu "L'hôtel de Niorres T1" 1861

Histoire

Côté jardin

En 1703 l'hôtel est vendu au financier Jean Romanet, qui entreprend des modifications et des embellissements. Au milieu du XVIIIe siècle l'hôtel passe à la famille Thiroux qui en restera propriétaire jusqu'en 1895. Cependant, à partir du milieu du XIXe siècle, l'hôtel est envahi par les installations commerciales et petit à petit se dégrade.

Inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1929 il en est rayé quatre ans plus tard, puis menacé de destruction pour cause d'insalubrité publique en 1959.

Grâce à André Malraux, alors ministre des Affaires culturelles, l'hôtel est classé Monument historique en 1962 et acheté par la ville de Paris. C'est l'un des tout premiers hôtels à être restauré dans le cadre des plans de sauvegarde du Marais décidés par André Malraux.

En 1964, la ville de Paris le loue, par bail emphytéotique de 99 ans, à la Fondation de la Maison de la Chasse et de la Nature, à charge pour elle d'y effectuer les travaux de restauration. Le sauvetage et la mise en valeur de l'hôtel de Guénégaud seront donc opérés grâce au mécénat de François et Jacqueline Sommer. En février 1967, le musée est inauguré par André Malraux.

Accès

L'entrée est réservée aux membres du club.

Ce site est desservi par les stations de métro Arts et Métiers et Filles du Calvaire.

Notes et références

Lien externe

Corpus des hôtels parisiens du XVIIe siècle, inventaires après décès de 24 hôtels : hôtel de Guénégaud des Brosses