Gymnastique suédoise

La gymnastique suédoise fut créée par Pehr Henrik Ling au début du XIXe siècle. L'objectif est de combiner les gestes classiques de la gymnastique et d'y adjoindre des exercices de kinésithérapie. Cette méthode s'appuyait sur les données d'anatomie humaine connues à l'époque : elle repose sur une décomposition analytique des mouvements du corps[1].

En 1978, Johan Holmsäter et une équipe de kinésithérapeutes ajoutent à cette technique des chansons modernes afin de lui donner un aspect ludique.

La pratique

Comme tout système à visée éducative la gymnastique suédoise comporte diverses formes et diverses étapes qui vont en se complexifiant. La gymnastique suédoise poursuit des buts comme l'amélioration de la santé à laquelle elle ne veut pas nuire par des gestes incorrects, voire traumatisants. Elle enseignera donc à l'origine des postures corporelles qu'elle juge correctes à partir d'une analyse mécanique dans une première phase, biomécanique dans une seconde phase, dynamique dans une troisième puis dans des situations ouvertes (voire sportives) en fin d'évolution.

La pratique repose sur des séries d'exercices répétitifs, généralement sans le recours à du matériel. Le but est comme beaucoup de pratiques sportives de renforcer à la fois le système musculaire mais également cardiovasculaire du pratiquant. Cela peut également améliorer les capacités de souplesse, d'équilibre et de coordination.

Exercices courants

Dans un premier temps, afin que les pratiquants acquièrent des postures et mouvements corrects les gestes respectueux du squelette et de l'ensemble du corps sont enseignés. La gymnastique suédoise consiste à cette étape à exécuter des mouvements décomposés en trois phases[1] :

  • une attitude statique de départ,
  • la mobilisation d'un ou plusieurs segments du corps,
  • l'attitude statique imposée en fin de mouvement, celle-ci constitue le point de repère du mouvement anatomique développé dans son ensemble.

Typiquement, une séance de gymnastique suédoise comprend[1] :

  1. une prise en main - mise en train : marche scandée
  2. des mouvements analytiques : mouvements exerçant les muscles du cou, mouvements des bras, mouvements des jambes, mouvements des régions antérieures et postérieures du tronc, mouvements latéraux, mouvements combinés.
  3. une gymnastique d'application : course, saut, pompes, grimper de corde, etc. Exécution de gestes rythmés
  4. marche lente accompagnée éventuellement de chant.

Historique en France

Pour ce qui concerne les phases plus évoluées[réf. nécessaire] : Ces phases ont très longtemps fait l'objet des enseignements officiels dispensés dans la plupart des établissements préparant au professorat d'EPS (CREPS, IREPS, ENSEPS) et donné lieu à des contrôles de connaissance par des jurys qualifiés lors des concours et examens. Par exemple ont été dispensés les cours de M. Barnel (CREPS de Voiron, 1963), cours de M. R. Crang (CREPS de Talence, 1964), cours de M. Pessemesse (CREPS de Talence, 1965), cours de M. Vivensang (CREPS de Talence, 1966). La gymnastique suédoise a fait l'objet d'une organisation en fédération dispensant des stages de formation et éditant plusieurs années la revue "L'homme Sain" qui détaillait abondamment les procédures de travail.

La méthode suédoise a soulevé des objections conséquentes de la part de professeurs d'EPS ayant approfondi la biologie comme le docteur Jean Le Boulch enseignant alors au CREPS de Dinard ou comme Raymond Murcia qui se forma ultérieurement en eutonie auprès de Gerda Alexander et qui parcourut ultérieurement la France pour former à cette discipline.

Voir aussi

Références

  1. a, b et c Coll., Mémento Larousse, , « Éducation physique », p. 863

Notes

  • Revue "L'homme Sain" - collection très partielle à élargir, 1963 à 1967
  • LING (P.H.) : Larousse du XXe siècle T4 (I à M)-P.463
  • "L'Éducation Physique dans le Monde", Par le Docteur Pierre Seurin, 432 pages, Imprimé et édité par Bière (22, rue du Peugue, Bordeaux). Dépôt légal 04/12/1961.
  • "L'éducation Physique en Suède et la Méthode Suédoise", Erick Westergren Recteur de l'École Supérieure Populaire d'Éducation Physique de Lillsved (Suède), Président de la Fédération Internationale d'Éducation Physique, Conférence au congrès mondiaux de la F.I.E.P.

Actes de congrès

  • "Congrès Mondial de la F.I.E.P."  : Actes du congrès de Stockholm (1949).
  • "1er congrès Latin de la F.I.E.P." : Actes du congrès de Bordeaux (1952).
  • "Congrès Mondial de la F.I.E.P."  : Actes du congrès de Istanbul (1953).
  • "Congrès Mondial de la F.I.E.P."  : Actes du congrès de Madrid (1956).
  • "Congrès Mondial de la F.I.E.P."  : Actes du congrès de Bruxelles (1958).
  • "Congrès Latin de la F.I.E.P"  : Actes du congrès de Rome (1960).
  • "Congrès Mondial de la F.I.E.P."  : Actes du congrès de Lisbonne (1960).